AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782266102599
282 pages
Éditeur : Pocket (11/01/2000)

Note moyenne : 3/5 (sur 20 notes)
Résumé :
Tijuana, Mexique, la ville où la frontière américaine rend fou, la tour de Babel où tout, absolument tout, peut s'acheter pour trois dollars : la drogue, le sexe, la déchéance aussi. C'est ici qu'a échoué Vincent Calhoun, un flic américain malade et corrompu, un de ces "coyotes" qui arrondissent leurs fins de mois en jouant les passeurs vers le prétendu Eldorado américain. Calhoun aurait pu être quelqu'un d'autre, professeur d'espagnol par exemple. C'est en tous cas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
viou1108
  28 mai 2018
Je me réjouissais à l'idée de lire « Le Jour des Morts », un polar ayant pour cadre Tijuana-la-dépravée, juste à la frontière du Mexique et des USA, avec pour personnage principal un (encore) jeune agent de la DEA (l'agence anti-drogue américaine), corrompu, accro au jeu et malade. Chic, me disais-je, un bon petit polar de derrière les fagots alimentant les feux de l'enfer, bien noir, amer et brûlant comme le café du matin, qui se déroule dans l'une des villes les plus pourries de la planète, près d'une frontière qui laisse tout passer (surtout le pire) si on sait s'y prendre (càd payer).
Eh bien... en fait de roman noir, c'est certes très sombre, mais c'est surtout psychédélique. En effet, Vince Calhoun, l'agent susnommé de la DEA en poste côté mexicain, gagne sa croûte en jouant les « coyotes », càd les passeurs, pour tout qui voudrait entrer illégalement aux Etats-Unis, ce paradis pré-11Septembre. Il enchaîne plusieurs passages par jour, et autant de fusillades, de courses-poursuites et de sauvetages héroïques in extremis, jusque là sans y perdre trop de plumes. Mais ledit plumage est de plus en plus menacé parce que Vince, accro aux paris sportifs (pauvres lévriers, quand j'y pense), est endetté jusqu'au cou et doit gérer un créancier pas exactement accommodant. Et qu'en plus Vince est atteint de dengue, qui pourrait devenir hémorragique et le tuer (ou pas), et dont les symptômes le handicapent de plus en plus lourdement. Et qu'en plus, en cette veille de 2 novembre, jour des morts, il retrouve par hasard son amour de jeunesse, la sublime Celeste, qui sort tout juste de prison. Arc-en-ciel, violons et bisounours car, même si jadis la lycéenne Celeste a laissé le professeur Vince se faire condamner pour détournement de mineure, il suffira d'une étincelle pour rallumer les feux de l'amour.
Bref, le Jour des Morts sera celui de la dernière mission de Vince, la fin de sa descente aux enfers, le jour (ou la nuit) où sa décadence se terminera par la mort ou la rédemption dans l'amour, à vous de lire.
Hum... Sinon, à part ça, beaucoup d'action, de drogue, de sexe, de violence, de castagne et d'escopette entre sales types corrompus jusqu'à l'ADN, au milieu de touristes en mal de folklore exotique. Pas fondamentalement mauvais mais rien de transcendant.
En partenariat avec les éditions AmazonCrossing via Netgalley.
PS#1 : pour un très bon roman noir dans ce coin-là du continent, lire « Tijuana Straits » de Kem Nunn
PS#2 : je déconseille totalement l'édition numérique de ce bouquin, dont la mise en page est ratée : les notes de bas de page, les en-tête et pieds-de-page avec titre, nom de l'auteur et numérotation se retrouvent dans la continuité du texte, càd en plein milieu de celui-ci, bonjour la lisibilité, sans compter les renvois à la ligne intempestifs. Peut-être est-ce parce que je n'ai pas la liseuse vendue par la plate-forme de l'éditeur ?
PS#3 : je ne suis pas sûre d'avoir lu la version intégrale du roman. Le Jour des Morts a en effet été édité en 2000 par Pocket, dans une édition comptant 282 pages. La version rééditée que j'ai lue (en numérique donc) en compte 186 (très aérées), et la future édition brochée en comptera 300. Je me pose des questions...
PS#4 : quant à cette réédition, il paraît qu'elle « comprend des révisions éditoriales ». Pourrait-on savoir lesquelles, svp ? Est-ce la postface du traducteur ? Celles qui consistent à indiquer toutes les 10 pages « en français dans le texte » (horripilant vu le mauvais confort de lecture, cf supra), alors qu'il aurait suffi d'un avertissement initial du style « les mots en italique suivis d'un astérisque sont en français dans le texte » ? Ou des notes de bas de page aussi édifiantes que celle qui nous éclaire sur les chaussures Hush Puppies : « sorte de mocassins très souples que portent les membres de gangs à Los Angeles et ailleurs ». Mazette, rappelez-moi de ne jamais emporter mes pantoufles rose bonbon de cette marque dans ma valise quand j'irai aux USA...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          493
sylvaine
  10 juin 2018
Le jour des morts de Kent Harrington , traduction de Nordine Haddad est tout d'abord paru en 1999 chez Murder Inc. ,collection initiée par Gérard de Villiers ..
Les éditions Amazon Publishing France le réédite , il parait le 19 juin 2018 . je les remercie pour cette lecture en avant-première via NetGalley.
TJ comprenez Tijuana est une ville frontière située au Nord-Ouest du Mexique , lieu de passage à l'époque très fréquenté entre les U.S.A et le Mexique . Tijuana est bien vite devenue une plaque tournante de tout ce qui peut se vendre ou s'acheter , drogue, sexe , et bien sur trafic de clandestins prêts à tout pour gagner les U.S.A ..Egalement là pour se faire le maximum d'argent les gringos, en poste officiel ou pas . C'est le cas de Vince Calhoun ex-Marine, devenu agent de la DEA , les stup américains. Mais voilà cet homme traine derrière lui un passé inoublié et inoubliable. L'appat du gain, la folie des courses , le goût du risque l'ont entrainé dans une spirale infernale et un précipice béant.
Le Jour des morts , le 2 novembre, est au Mexique un jour de fiesta , de débauche, de délire , ce sera aussi le jour de tous les dangers pour Calhoun . Un roman dur , impitoyable , un monde séparé en deux univers distincts, les exploitants et les exploités .
Roman noir, souvent à la limite du supportable .Une lecture qui ne me correspond pas vraiment rendue encore plus difficile par la mise à disposition d'une version entrecoupée n'importe comment de notes en plein milieu des phrases , de notes de bas de pages nous prenant parfois pour des non-francophones.. bref une lecture qui ne m'a guère enthousiasmée, dommage mais à coup sur d'autres lecteurs y prendront plaisir .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
SZRAMOWO
  22 janvier 2020
Vince Calhoun est-il un beautiful looser, un héros romantique ou un salaud cynique. le lecteur se pose cette question tout au long du récit.
Vince Calhoun, le sait-il lui-même. Non serait-on tenté de répondre.
Ex-Marine, "engagé volontaire" pour s'éviter une peine de prison, Vince se retrouve agent des stups en poste à Tijuana à la frontière entre le Méxique et les USA.
Tijuana est connue pour être Sin City, elle attire des milliers d'Américains en goguette venus jouir de tout ce la ville peut offrir.
Prostitution, drogue, jeux, courses de lévriers, combat de coqs.
Vince cotoye tous ces milieux pour son travail. Milieux qu'il infiltre au point d'y être parfaitement intégré et d'y perdre lui même le sens des réalités. Mais il a un mantra qui va avec le jeu. Il pense avoir de la chance, mais ignore qu'elle peut tourner comme tous les joueurs invétérés vous le diront.
Outre les vices de la ville, Tijuana offre une escale idéale aux trafiquants de main d'oeuvre clandestine pour les entreprises américaInes. Un trafic juteux.
Vince se croit protégé par Miguel Castro un flic mexicain qui gère tant bien que mal sa position au sein d'une police corrompue.
Calhoun s'imagine que son chapeau et son costume blanc, ses lunettes Vuarnett, son statut de flic américain lui autorisent toutes les sorties de route.
Mais c'est sans compter sur les retours de flamme.
Les bookmakers ne sont pas des tenderfeet, les narcotrafiquant non plus.
Kent Harrington nous prend par la main et nous entraîne dans une Tijuana plus vrai que nature, dans une jeep conduite par un Vince Calhoun déchaîné sur la musique des Stones, plus convaincu que jamais qu'il est intouchable et immortel.
Ce roman est une véritable douche écossaise. A lire.
Lien : https://camalonga.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
titiseb77
  16 mars 2019
Alors que ce livre me faisait très envie, une histoire se passant au Mexique, pays que j'adore, un résumé plus que tentant, j'ai été très déçue par ce livre.
L'histoire est plate, tout est presque cousu d'avance, il ne se passe rien de bien intéressant, je n'ai pas du tout adhéré à cette histoire.
Je n'ai pas grand chose de plus à rajouter malheureusement car à peine lu, l'histoire est presque déjà sortie de ma mémoire, à part raconter quelques scènes, je ne suis même pas sûre de pouvoir raconter l'histoire de ce livre et cerise sur le gâteau j'ai eu une édition numérique très mal présentée, avec des phrases coupées n'importe comment, des numéros de pages en plein milieu de page et du coup le titre du livre et le nom de l'auteur en plein milieu également.
Je ne suis pas fâchée avec l'auteur, mais j'espère qu'il ne me décevra pas une nouvelle fois quand j'attaquerais Point de non-retour
Commenter  J’apprécie          160
Holon
  29 juin 2018
Le Jour des Morts de Kent Harrington se passe à Tijuana ville frontière entre le Mexique et l'Eldorado américain en fait une sorte de Gomorrhe moderne ou l'action se passe en 1997 le jour des Morts. C'est aussi l'histoire d'un ripou qui a le jeu dans la peau un vrai trou du cul. Le Mexique est ce que les Américains en ont fait une société chaotique flirtant chaque jour avec l'effondrement. Vincent Calhoun est l'archétype de la déchéance humaine pour qui seul l'argent et le jeu compte. Ce bouquin me rappelle un film avec Humphrey Bogart le Trésor de la Sierra Madre ou l'acteur qui incarne Dobbs et aurais pu être Calhoun de ce roman.
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
manue14manue14   27 août 2018
- J’ai dit que j’oublierais ta dette, mon vieux, répéta Slaughter.
Calhoun posa une de ses grosses mains sur la table et concentra son regard dessus.
- Pourquoi tu ferais ça ? T’es un vrai con.
- Parce qu’il y a quelque chose que je veux que tu fasses pour moi.
- Quoi ? Tu veux que je dise à ta mère quel connard tu fais ?
- Je veux que tu expédies Franck Guzman de l’autre côté. Il est à Tijuana, et il a besoin de prendre l’air. Je pense que tu es le seul coyote à pouvoir faire ça, reconnut Slaughter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bgnbgn   03 mai 2020
— Tu sais pourquoi j’aime le Mexique, mon vieux ? lui demanda Slaughter en rapprochant sa chaise.
— Non, pourquoi ?
— Parce que tout le monde est dingue dans ce pays. T’en as offert la preuve ce soir : fallait vraiment être cinglé pour tenter ce que tu as tenté. C’est une chose que j’admire chez un homme.
Commenter  J’apprécie          00

Video de Kent Harrington (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kent Harrington
Teaser officiel de "The Rat Machine", le dernier thriller de Kent Harrington (à paraître prochainement en français)
autres livres classés : mexiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "Le jour des morts" de Kent Harrington.

Quel mois commence le roman ?

octobre
novembre
décembre

10 questions
0 lecteurs ont répondu
Thème : Le jour des morts de Kent HarringtonCréer un quiz sur ce livre

.. ..