AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de greg320i


greg320i
  24 février 2014
Bim, Bam , Boom ! Bruit d'une chute qui peut faire mal .. (dans l'escalier par exemple)
Ha, Ni , Bal : nom d'un Monstre qui 'pourrait' vous faire encore plus mal. (en vous saignant par exemple)
Hélas, le triple hélas ici est que les deux semble allez ensemble, que le roman nous reprend les moments passés de la jeunesse de Lecter comme dénominateur de sujet initial .
Sujet ok, ça peut à la limite passer si on aime le thème de la guerre de 40 ( qui n'est pas mon cas en tout cas) mais franchement pour l'originalité, de voir notre cher et si précieux Ami Lecter embourbé là-dedans,avec des SS pour compagnon ce fût le coup de grâce.

Que je vous explique un peu ( voir beaucoup ) : le petit Hannibal surnommé gentiment 'Anniba' ( trop mignon hum ) et sa petite soeur Mischa vécurent heureux tranquille dans le château Lecter quand surgit un jour de méchants criminels de guerre allemands, nazis aux méthodes assez expéditives ( la totale quoi ).
Puis on plonge carrément dans le conte des trois ours ,,vous savez :
-Le premier méchant tua les parents, le deuxième vilain enleva les orphelins et le dernier à décidé de les.. manger.

C'est la mâchoire légèrement bloqué et me disant que la plaisanterie devez peut-être être prise au sérieux que j'ai vite relevé mes yeux vers le reste des pages à venir.
Un bon quart du bouquin entamé et déjà de gros vides à combler : suspense? Horreur ? Où Thomas Harris veut-il m'emmener là ? Et sinon ??

Puis,notre genèse timide en maux et frigide en morts déjà effacée ( de ma mémoire aussi) l'histoire continue sa (mauvaise) route , sa routine plutôt, à croire que la machine à écrire de Harris intercale volontairement de grand blanc frustrant entre les chapitres.
Bref ,soudainement accoquiné d'une femme japonaise prénommé Dame Murasaki sortit d'on ne sais où,ni comment , ni pourquoi , on découvre notre apprenti Lecter dans les bonnes relations politiquement correct, les manière de gentleman et matière première de galanterie .
Bon, ça discute , ça grandit, on revoit en flashback les turpitudes passés et Vlan,deuxième chapitre.. Second quart terminé et toujours rien sous la dent.


Thomas Harris aurez-t-il abusé de moelleux tel son pain si célèbre d'homonymie ? Si au temps du croustillant Silence des agneaux son mordant fut alors sa denrée première , ici la dernier fournée a bien le goût fade du cramé , croyez moi.
C'est donc avec d'énormes doutes que j'ai ravalé ma salive et mis mon poing ..sur la table ( et l'autre sur mon i) .
Quand cela va-t-il décoller bon sang ? Allo, Allo station Lunaire Harris on demande renfort sur la terre là ! Redescendez de vos succès passés, c'est le Titanic total là. Franchement,, on s'imaginait un tout autre passé pour l'icone cannibale adulée de millions de personnes, de toute une génération même .
L'oral moyen, l'écrit passable : un bon cours de rattrapage va être requis.


Au final ( oui j'abrège la dernière partie de cache-cache du bouquin qui joue avec nos nerfs de façon trop mollassonne, qui ne vous donnerez pas plus envie, alors à quoi bon..) c'est un sacré manque d'acide, de sylphide et de souffrance pour créer l'étincelle et l'ambiance de terreur que l'auteur nous pénalise d'un volet en trop de la saga Hannibal Lecter.
Pourquoi a-t-il décidé froidement de sortir "cela" ? Markéting , volonté de surfer sur toutes les remises à jour des remake 'à la mode' ?( à la mode pâte-à-modeler surtout) .
Je donne ma langue au chat :La pilule ne passe pas, l'effervescent ne pétille pas, la plume reste à terre et le mieux à faire serer de se taire sur ces 'origines' qui ne comporte que de Mal sa seule parution déstabilisante après trois autres épisodes qui furent EUX au sommet.
Commenter  J’apprécie          242



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (24)voir plus