AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Natalie Zimmermann (Traducteur)
ISBN : 2259203868
Éditeur : Plon (06/10/2006)

Note moyenne : 3.97/5 (sur 114 notes)
Résumé :
"Un roman historique où se mêlent histoire et suspense. Marcus Cicéron, brillant avocat et orateur, philosophe célèbre, se lance, seul, à 27 ans, dans le monde perfide de la politique romaine, déterminé à atteindre le pouvoir suprême, l'imperium. Derrière lui se tient Tiro, son secrétaire confident, inventeur de la sténographie et auteur de nombreux livres notamment de la biographie de Cicéron. C'est cette course au pouvoir que narre Robert Harris. Comment un jeune ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (23) Voir plus Ajouter une critique
Marple
  13 mai 2012
Grâce à son intelligence affûtée, son sens politique aigu, son éloquence et un travail acharné, Ciceron parvient à s'élever dans la Rome antique, côtoyant Pompée, Catilina, César, et beaucoup d'autres...
C'est le récit de son ascension, et de ses revers, que nous fait ici son secrétaire Tiron, esprit brillant lui-même, pourtant né esclave, inventeur d'un ingénieux système de prise de notes, dont subsiste encore aujourd'hui l'esperluette & (c'est vrai, j'ai vérifié tout à l'heure).
Si la vie de Ciceron est romancée, notamment ses traits d'esprit (qui m'ont bien fait rire) ou ses relations avec sa femme Terrentia (quelques perles d'humour caustique ici aussi), les grandes lignes de sa vie politique semblent fidèles à la réalité historique, si j'en crois la note de l'auteur et ce que j'ai lu ensuite sur Wikipédia. de même pour les descriptions des grands procès ou de la répartition des pouvoirs entre consuls, tribuns, édiles et sénateurs à cette époque. Quant aux jeux de pouvoir, trahisons et autres complots, pas besoin de Wikipédia pour savoir qu'ils étaient courants dans la vie publique romaine... et que les choses n'ont pas beaucoup changé depuis !
Ce livre est donc une mine d'infos sur la Rome antique; à ce titre, il est vraiment intéressant. Ensuite, c'est un livre 'intelligent', qui rend hommage à la puissance de réflexion et à l'esprit vif de Ciceron (et, accessoirement, de Tiron, Terrentia, Lucius ou encore César) donc on se sent intelligent rien qu'en le lisant ! En plus, certains passages sont vraiment drôles. Puis la morale que je vois dans l'histoire me va bien : si on a les compétences et qu'on travaille suffisamment dur, on finit par arriver à ses fins en faisant quelques compromis mais sans renoncer au principal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
Philemont
  11 juin 2014
Imperium est un roman historique sur l'ascension de Cicéron au consulat de Rome. D'abord avocat, il profite de cette période pour perfectionner son art oratoire et développer ses relations. Une fois atteint l'âge minimum (30 ans) il postule aux magistratures et c'est en tant que questeur (responsable du Trésor Public de la République romaine) qu'il se rend célèbre en 70 avant Jésus-Christ en défendant les Siciliens contre Verres, ancien préteur de Sicile ayant profité de sa charge pour s'impliquer dans des affaires de corruption et développer un trafic d'oeuvres d'art. Dès lors il grimpe les échelons jusqu'à devenir préteur urbain. Dès lors il n'a plus qu'à grimper un échelon pour devenir consul et exercer l'imperium, le pouvoir suprême civil et militaire. Mais pour cela il doit composer avec ses nombreux ennemis et passer des alliances, conditions indispensables pour que les suffrages s'expriment en sa faveur. Ce faisant il sera amené à contrecarrer les vues de personnalités telles que celle de Jules César, alors en pleine ascension politique, et qui prône déjà une réforme en profondeur de la République romaine...
Tout cela est narré par Tiron, esclave de son état, et secrétaire personnel de Cicéron. Que Tiron ait écrit une biographie de son maître est attesté, mais l'oeuvre a disparu en même temps que l'Empire romain. Robert HARRIS lui substitue donc une biographie imaginaire et moderne qui s'appuie sur nombre de faits avérés, à commencer par le fait que Tiron est l'inventeur de la sténographie, lui permettant de noter en totalité et correctement les propos des orateurs publics, aussi rapide que soit leur débit. Un autre épisode bien connu de l'histoire de la Rome antique est celle de l'exécution des esclaves de la rébellion de Spartacus sur la route du retour vers Rome ; à l'heure du triomphe, le général Crassus est ridiculisé par son rival Pompée qui lui revient d'Hispanie après avoir triomphé d'un général romain rebelle.
Mais que l'on ne s'y trompe pas, Imperium se déroule quasi exclusivement à Rome, loin des champs de bataille. On est non seulement dans le cadre d'un roman historique, mais aussi, et surtout, dans celui d'un roman politique. C'est certainement pour cette raison que dès sa seconde partie le lecteur a la sensation de répétitivité de l'histoire. Car les négociations politiques sont telles que leur objet a beau changer de nature, les méthodes demeurent pour leur part sensiblement les mêmes.
Cela n'enlève rien à l'intérêt historique d'un tel récit, d'autant que Cicéron est contemporain d'une période charnière de la Rome antique, celle du passage de la République à l'Empire. Les personnages qui gravitent autour du consul sont si importants, et L Histoire aura tant d'implications pendant toute l'ère chrétienne, que Robert HARRIS a prévu de poursuivre sur le même thème dans deux autres romans, dont un est d'ores et déjà écrit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          102
majero
  06 septembre 2017
Dans ce contexte de lutte entre un glorieux Pompée de retour d'Espagne et un Crassus vainqueur de Spartacus, Robert Harris romance via la voix de Tiron, esclave et secrétaire de Cicéron, le succès que lui conféra son procès gagné contre le gouverneur corrompu de Sicile et son comportement opportuniste visant l'obtention du consulat.
Une fois de plus, je constate que ces historiettes politiques romancées diluent et décrédibilisent les faits et sont loin de la puissance d'un Eric Teyssier dans ses biographies de Pompée ou Spartacus.
Commenter  J’apprécie          200
Cathy74
  18 novembre 2017
L'Imperium est le pouvoir suprême de la Rome antique : pouvoir civil et pouvoir militaire. Aussi, est-ce un mandat très convoité par les personnalités ambitieuses.
Ambitieux, Cicéron l'est très certainement. Cependant, il ne paraît pas taillé pour : de santé fragile, affligé d'un léger bégaiement, avocat de formation, il est d'origine plébéienne, handicap supplémentaire.
Pour une épouse riche héritière, Cicéron est un parti moyen. Mais Terentia a bien choisi : son époux deviendra orateur célèbre, gravira les degrés de la magistrature, puis deviendra consul et exercera l'Imperium. Tout cela à la force du poignet !
C'est à suivre cette ascension que nous convie Robert Harris, sous la caution de Tiron, esclave et secrétaire particulier de Cicéron. Avec un humour assez décapant, une écriture résolument moderne, qui rend le sujet et les protagonistes étonnamment contemporains.
Qu'on en juge : il y est question de conseiller financier, de directeur de campagne, de magouilles, de malversations, de fortunes détournées, volées ou cachées, d'affiliations douteuses, d'alliances obligées, de cas de consciences quand on est sur la ligne de crête, d'immeubles de rapports insalubres (au moins sont-ils nommés pour ce qu'ils sont : des taudis) où sont cachés les témoins menacés de mort. Il ne manque plus que l'info en continu...
Il n'y a guère que les tortures, les exécutions et les jeux du cirque - et encore - qui nous rappellent que la lecture d'Impérium nous entraîne à une époque éloignée dans le temps, avant Jésus-Christ, à la charnière d'un mouvement de bascule qui allait faire passer Rome de la République à l'Empire.
J'ai aimé ce roman politique pour sa proximité. J'ai aimé le personnage torturé de Cicéron, ses rapports familiaux, amicaux et sociaux. Ce personnage historique classé dans la catégorie "orateur prodigieux", un peu intimidant, est subitement accessible et doté de son humanité, de même que ceux qui l'entourent, son esclave-secrétaire ingénieux , créateur d'une sténographie performante et qu'il affranchira, sa femme, dont il divorcera, ses enfants, sa famille, ses amis et ses ennemis.
Si lointains, si proches...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
umezzu
  09 novembre 2015
De Cicéron, je ne connaissais que le nom, une réputation de grand orateur, et je le situais à peu prés dans la période de la République romaine.
C'est tout, et c'est bien peu, au regard de ce que l'on apprend à la lecture de ce roman de Robert Harris.
En premier lieu, Harris décrit remarquablement bien l'époque, on entrevoit après chaque ligne un peu plus la vie romaine, le paysage urbain et les hommes qui le font. Il parvient aussi à expliquer un système politique finalement très complexe, où la quête des postes successifs jalonne la vie des hommes politiques de l'époque, qui s'appuient sur leurs familles, leurs lignées, ou leurs clients, duement rémunérés pour amener les voix voulues au moment idoine.
En second lieu, il utilise le personnage historique de Tiron, secrétaire de Cicéron, qui a quelque part inventé la sténo, pour retracer la carrière du sénateur, homme de loi roué et ambitieux.
L'épisode majeur est la défense des citoyens romains de Sicile face à l'avidité de Verrès, gouverneur de la province. Rien de choquant pour les citoyens de l'époque à ce qu'un gouverneur en fin de vie politique ne fasse les poches des habitants de la province pour s'enrichir considérablement. le talent oratoire de Cicéron va être de trouver dans cette affaire les arguties et les moyens de faire triompher sa cause et de se faire connaître et reconnaître.
Au passage, Harris nous montre l'envers d'autres ambitieux, dont l'histoire va retenir le nom : César, Pompée et Crassus.
Le livre est formidable car tout ce qu'il contient est du point de vue historique captivant, il est néanmoins moins pas totalement passionnant, car il manque du rythme et du tempo qu'Harris sait mettre dans ses thrillers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Citations et extraits (33) Voir plus Ajouter une citation
Under_The_MoonUnder_The_Moon   27 novembre 2014
C'est bien ce que les stoïciens n'arrivent pas à comprendre quand ils prétendent que c'est la raison et non l'émotion qui doit jouer un rôle dominant dans les affaires humaines : je crois que l'inverse ne se vérifie toujours, même - et peut-être surtout - dans le monde censément calculateur de la politique. Et si la raison ne peut régner en politique, quel espoir reste-t-il ?
Commenter  J’apprécie          270
Under_The_MoonUnder_The_Moon   24 novembre 2014
Parfois (…), lorsqu'on se retrouve enlisé, en politique, la seule chose à faire est de déclencher une bagarre - déclencher une bagarre même si l'on ne sait pas quelle en sera l'issue, parce que c'est seulement lorsque la bagarre fait rage et que tout est chamboulé que l'on peut espérer découvrir une porte de sortie.
Commenter  J’apprécie          220
Under_The_MoonUnder_The_Moon   13 novembre 2014
Nous étions donc quinze à la maison. Terentia ne cessait de se plaindre du manque de place, mais Cicéron refusait de déménager parce qu'il était encore dans sa période homme-du-peuple et que la maison se prêtait bien à cette image.
Commenter  J’apprécie          130
Cathy74Cathy74   05 novembre 2017
On peut toujours repérer l'imbécile chez celui qui prétend connaître à l'avance le résultat d'une élection. Une élection est une chose vivante - on pourrait presque dire la chose la plus vigoureuse qui soit - animée par des milliers et des milliers de cerveaux, de membres, d'yeux, de pensées et de désirs, et elle bouge et se tortille et part dans des directions que nul n'avait prédit, parfois pour le simple plaisir de donner tort à ceux qui savent tout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Under_The_MoonUnder_The_Moon   24 novembre 2014
- Tu n'arriveras jamais à conquérir Rome, Cicéron, si tu n'arrives déjà pas à tenir ta femme.
- Crois-moi, Servius, il serait beaucoup plus simple de conquérir Rome que de tenir ma femme.
Commenter  J’apprécie          132
Videos de Robert Harris (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Robert Harris
Aujourd'hui une nouvelle uchronie, et aussi un nouveau décor!
autres livres classés : roman historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Fatherland

Comment est surnommé le fils du personnage principal, March ?

Pip
Pilou
Pili
Pirou

10 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : Fatherland de Robert HarrisCréer un quiz sur ce livre
.. ..