AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Frédérique Le Boucher (Traducteur)
ISBN : 2290343854
Éditeur : J'ai Lu (30/12/2005)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 625 notes)
Résumé :
Ce qu'il v a de pénible avec les vampires, c'est qu'ils sont cachottiers et ne tiennent pas en place. Bill ne fait pas exception à la règle. Il a fini par m'avouer que la mystérieuse reine de Louisiane lui avait confié une mission. Avant de disparaître, il m'a mise en garde. Des événements terrifiants allaient se produire. Moi, Sookie, je n'allais pas rester les bras ballants. Je suis donc partie enquêter dans le Mississippi, accompagnée d'un coéquipier inattendu, u... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (56) Voir plus Ajouter une critique
darkmoon
  25 octobre 2013
On retourne dans cet univers étrangement fantastique où légendes et mythes existent sous un nouvel aspect. Un genre qui encore très osé, cru, violent, trash. En arrière-plan on parle légèrement de l'adaptation entre les humains et les vampires qui a été révélée quelques années au grand jour dans le monde entier. Ce troisième volet se recentre plus sur la révélation des origines mythiques de certains personnages tels que Sookie, Lafayette, Sam Merlotte... de plus en plus ambiguë car chacun a son secret, sombre et douteux ! Ce tome garde un bon rythme avec du suspense, des rebondissements, des révélations... Cependant il ne faut pas se mentir, ce troisième volet est un peu moins prenant que les précédentes. Ceci étant dit, il n'est pas à jeter, bien loin de là. Les événements sont intéressants, les intrigues toujours prenantes et les personnages toujours aussi fascinants. Voilà, un bon roman, mais pas le meilleur.
Commenter  J’apprécie          170
helvetius
  14 février 2018
Un troisième tome bien décevant ! Pour ma part, j'ai ressenti un ennui mortel durant tout le long de ma lecture. Il n'y a pas vraiment d'action, on attend que quelque chose se passe la plus grande partie du temps et quand enfin il se passe quelques chose, tout se déroule quasiment comme sur des roulettes. Personnellement, n'étant absolument pas fan de Bill et du couple Bill/Sookie, j'aurais dû jubiler vu que c'est le tome de la rupture ! Mais c'est aussi le tome ou Len/Alcide fait son apparition et, malheur à moi, je l'apprécie autant que Bill! Sookie m'est toujours autant insupportable...finalement, on en revient toujours au même constat, la saga ne retient mon attention que grâce à un seul personnage, Eric qui a toujours son humour mordant (oui je suis déjà dehors!) et un charisme dévastateur! Mais je dois reconnaître que son obsession pour Sookie commence à devenir un peu lassant, même si le duo qu'ils forment ainsi apporte la touche d'humour nécessaire...oui parce que entre Bill, Len et Sookie, niveau humour, on repassera ! J'aime de plus en plus Pam, dont le personnage diffère un peu de la série dans le sens où on la sent un peu plus "proche" de Sookie alors que dans la série, elle la zappe totalement et ne la tolère que parce qu'Eric la désire...
Mes souvenirs de la série sont flous mais il me semble que la saison 3 est dans l'ensemble bien reprise à partir de ce troisième tome, on rencontre Russell Edgington, on commence à connaitre un peu mieux la hiérarchie vampires avec les rois et reines des états, les shériffs de zones, bref, l'auteur étoffe un peu plus son oeuvre et ce n'est pas plus mal, elle insère encore de nouvelles créatures surnaturelles avec les loup-garous "pur souche" grâce au personnage de Len/Alcide.
Bref, c'est une lecture heureusement rapide mais qui commence à me lasser un peu de la série. Je lirais cependant la suite car j'aime toujours autant Eric et le 4ème tome se concentre autour de ce personnage. Même si c'est plaisant à lire car l'auteur a une plume plutôt fluide, si on ne s'attache pas aux personnages, ou seulement à un en l'occurrence, c'est difficile de continuer une saga. Mais comme ce tome 3 constitue un tournant dans la vie de Sookie, et donc dans la série, c'est une affaire à suivre...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
tousleslivres
  30 janvier 2013
Ce troisième tome m'a un peu déçu. Pour le premier tome, il m'a fallu deux lectures pour venir à bout, puis le T2 m'a beaucoup plus plu, ici, je redescends un peu dans enthousiasme que j'avais mis dans ces lectures. Je ne pense pas que ce soit de la lassitude, mais j'ai trouvé ce T3 assez creux, je ne dis pas qu'il n'y a pas d'action, mais les dialogues et la trame de cette histoire m'ont quelque peu dérouté.
Le positif de ce tome 3, c'est qu'on en apprend un peu plus sur l'organisation interne des vampires et des lycanthropes.
On sait aussi que entre Sookie et Bill rien ne va plus, elle va passer à autre chose c'est certain.
On commence ce T3 avec le départ de Bill, il quitte BonTemps et Sookie, il part pour le Mississippi, il travaille sur un projet top secret. Mais Sookie va vite s'apercevoir qu'il n'est pas parti, mais qu'on l'a kidnappé. Elle va donc aller à sa recherche, Éric la met sous bonne garde avec Léonard, un loup-garou.
Dans ce tome, Bill n'est presque pas présent, c'est Éric qui prend toute la place. Il est le chef de la cinquième Zone.
Un nouveau personnage aussi, c'est la reine de Louisiane. La Louisiane est une sorte de royaume divisé en Zones, cette reine est donc la supérieur d'Éric. Elle vit à la Nouvelle-Orléans qui est le QG des vampires comme nous le savons toutes et tous.
On y découvre aussi d'autres personnages comme Lén, Debbie et surtout de nouvelles créatures surnaturelles : les ménades, les lycanthropes...
Trop lent, il tire trop en longueur, dommage !!! J'espère que le T4 me passionnera plus parce que si non, je ne pense pas aller bien loin avec cette saga que je trouve tout de même en demi teinte.
Lien : http://tousleslivres.canalbl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Chaplum
  29 décembre 2011
Le torchon brûle entre Sookie et son vampire de petit ami, Bill. Il semblerait qu'il lui ait menti sur la véritable mission qui lui a fait quitter la ville et qu'il ne soit pas parti à Seattle comme annoncé. Aussi lorsque Eric, le valeureux vampire, ancien viking, vient lui demander de les aider à retrouver Bill, qui a disparu à Jackson, enlevé et torturé pour mettre la main sur un projet sur lequel il travaillait, Sookie tombe des nues. Et encore plus en apprenant que Bill allait la quitter pour une autre. Elle décide malgré tout de partir à sa recherche, surtout après avoir échappé à une tentative de meurtre par un loup-garou.
Depuis quelques temps, j'avais envie de lectures légères et de créatures surnaturelles. Mais vu mon planning de lectures chargées, j'ai du patienter avant d'assouvir mes penchants pour les longues canines goulues. Voilà qui est fait, car je me suis bien sûr décidée pour le troisième tome de la communauté du sud, dont j'avais déjà lu les deux premiers. Pas que je trouve cette série excellente mais elle remplit pleinement sa mission.
Je dois quand même dire que dans les premiers chapitres, j'ai eu un doute. Je me suis demandée si c'était bien cette série qui m'avait plu. Car, même si je me souvenais de scènes érotiques assez explicites, j'avais oublié combien Sookie était devenue une cruche en chaleur depuis son dépucelage. Excusez ces termes, mais je ne vois pas d'autres nuances ni expressions quand je lis qu'une femme qui a enfin connu le plaisir se retrouve en manque dès que son compagnon n'est plus là depuis quelques jours et perd toute retenue dès qu'un individu de sexe mâle se retrouve dans les parages et ne peut s'empêcher de se frotter à lui. Et encore, je suis loin des descriptions explicites de Charlaine Harris qui doit franchement avoir quelques problèmes de libido ! Ou alors, les lectrices de ce genre de romans sont avides de sexe et de frotti-frotta en tout genre. Peut-être pouvez-vous m'éclairer ? Pas que je sois prude mais bon, ça m'apparaît assez exagéré. de même que les tenues de la demoiselle qui semblent toujours montrer tellement qu'on se demande pourquoi elle s'habille mais bref.
Une fois ces détails assimilés, je me suis plongée à corps perdus dans l'intrigue et, une fois encore, ça a bien fonctionné. le roman a bien joué son rôle de page-turner et les nombreux rebondissements m'ont beaucoup divertie. Je trouve un peu ridicule tous ces histoires de hiérarchie au sein des vampires mais, sinon le reste est bien imaginé. L'ensemble des personnages surnaturels et leur coexistence tient la route. C'est évidemment kitsch et on est loin de la qualité des romans de Anne Rice mais justement, j'avais besoin de l'humour et de la légèreté de cette série. La romancière pèche clairement par certains excès, mais en le sachant et en l'acceptant, il y a moyen de vraiment passer un bon moment de détente. La série est dynamique et sans temps morts, l'humour un point fort et les personnages ont du caractère !

Lien : http://www.chaplum.com/la-co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Lindorie
  02 juin 2010
J'ai énormément rigolé avec ce tome 3. Bill est moins présent. Ce n'était pas pour me déplaire, il me tanne parfois celui-là ! Sookie se retrouve dans des situations assez rigolote, j'ai particulièrement apprécié l'épisode où elle doit se débarrasser d'un cadavre. Ses réflexions humoristiques sont de plus en plus poussées et pertinentes et puis le personnage d'Eric.... RRRRRR...
On découvre plus amplement les particularités des "changelings" et surtout les lycanthropes. Sookie fait la connaissance d'un charmant loup-garou du nom de Leonard en plus de se rapprocher d'Éric, le beau et costaud vampire. En plus de ces rapprochements, toute l'histoire y est plus intéressante. Il y a plus de tout: plus de mâles, plus de meurtres, plus de sang, plus d'action !

Bien que le personnage de Bubba soit vraiment cliché, personnellement il me fait sourire, car après tout, le King n'était pas franchement un enfant de coeur, alors le fait qu'il prenne plus d'importance en tant que personnage dans ce roman, personnellement, ne me dérange nullement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   09 mars 2018
Quand je suis rentrée, Bill était devant son ordinateur (scène de plus en plus courante, ces derniers mois). Il y avait à peine quinze jours de ça, il réussissait encore à s'arracher à son PC. Mais aujourd'hui, entre sa bécane et moi, son choix était vite fait.

Il a lancé un « Bonjour, mon cœur » distrait, les yeux rivés à son écran. Une bouteille de PurSang traînait sur son bureau, à côté du clavier : il n'avait pas oublié de manger. C'était déjà ça. Et puis, c'était du O positif : mon groupe sanguin...

Sa large carrure tendait sa chemise, sa peau scintillait, et ses épais cheveux bruns sentaient l'Herbal Essences. Rien qu'à le regarder, il y avait de quoi avoir une poussée de fièvre. Je l'ai embrassé dans le cou. Aucune réaction. Je lui ai mordillé l'oreille. Indifférence totale.

Je venais de faire mes six heures non-stop au bar, et chaque fois qu'un client m'avait laissé un pourboire de misère ou qu'un crétin avait essayé de me mettre la main aux fesses, j'avais respiré un grand coup en me disant que bientôt, très bientôt, je retrouverais l'amour de ma vie, que je serais l'objet indiscuté de toutes ses attentions et, probablement, en train de grimper aux rideaux.

Bon. Apparemment, ce n'était pas prévu au programme. En tout cas, ça semblait mal parti.

J'ai pris une profonde inspiration, en lui décochant un regard noir. Enfin, pas vraiment à lui. À son dos, plutôt. Son dos... lisse... musclé... nu... dans lequel j'avais eu la ferme intention de planter mes ongles, dans le feu de l'action... À vrai dire, j'avais même carrément misé là-dessus. J'ai expiré lentement, progressivement.

— Je suis à toi dans une minute, m'a-t-il assuré.

Sur son écran apparaissait la photo d'un homme distingué aux tempes argentées, une sorte de version sexy d'Anthony Quinn, avec cet air supérieur propre aux hommes de pouvoir. En dessous, il y avait un nom et, encore en dessous, quelques mots : « Né en 1756, au nord de la Sicile... » Tiens ! Contrairement à ce que prétendait la légende, on pouvait donc photographier les vampires. Juste au moment où j'ouvrais la bouche pour le lui dire, Bill s'est retourné.

En s'apercevant que je lisais par-dessus son épaule, il a tapé sur une touche. Clic ! Black-out sur l'écran.

Je l'ai dévisagé en silence. J'avais du mal à le croire.

— Sookie... a-t-il murmuré en esquissant un sourire hésitant.

Ses canines étaient complètement rétractées : il n'était pas du tout dans l'état d'esprit sur lequel j'avais compté. Comme tous les vampires, Bill ne montre les crocs que quand il les a. Autrement dit, lorsqu'il est en appétit. Appétit sexuel ou appétit tout court (quand, tenaillé par la faim, il est pris du désir de tuer pour se nourrir du sang de ses victimes). Il arrive, malheureusement, que ces différents désirs se mélangent un peu les pinceaux... Et c'est comme ça qu'on se retrouve avec des mordus comblés, mais... morts (entre vous et moi, c'est justement cette part de risque qui les attire, à mon avis). Quand vous sortez avec un vampire, on a souvent tendance à vous confondre avec ces pathétiques créatures qui leur collent aux basques dans le vain espoir de s'attirer leurs faveurs (des membres de leur fan-club, si vous préférez). On m'avait déjà accusée d'en faire partie. J'avais pourtant un seul vampire dans ma vie – volontairement, du moins –, et c'était précisément celui qui était assis devant moi. Celui qui me cachait quelque chose. Celui qui n'avait pas l'air plus content que ça de me voir.

— Oui, Bill, lui ai-je répondu d'une voix glaciale.

— Tu n'as rien vu, OK ?

Il me regardait fixement, sans ciller.

— Han han, ai-je acquiescé d'un ton un peu sarcastique. Et... qu'est-ce que tu fabriques exactement ?

— Je travaille. On m'a confié une mission secrète.

J'ai pincé les lèvres : je ne savais pas s'il fallait rire ou pleurer, voire piquer une crise, avec sortie au pas de charge et claquements de portes en série. Dans le doute, je me suis contentée de hausser les sourcils et j'ai attendu la suite. Bill était l'investigateur de la cinquième zone (une division administrative de la Louisiane, si j'avais bien compris). À ma connaissance, Éric, le chef de la zone en question, n'avait jamais confié à Bill de « mission secrète » auparavant. Secrète pour moi, du moins. Je faisais même habituellement partie intégrante de l'équipe d'investigation (que je le veuille ou non, d'ailleurs).

— Éric ne doit rien savoir. Aucun vampire de la cinquième zone ne doit être au courant.

J'ai senti poindre comme une crampe d'estomac.

— Mais alors... si ce n'est pas pour Éric, c'est pour qui ?

Je me suis agenouillée. J'avais mal aux pieds. Et puis, mes six heures de boulot commençaient à se faire sentir : j'étais crevée. Je me suis laissée aller contre ses jambes.

— La reine de Louisiane.

Il avait pratiquement chuchoté, comme si c'était ultra-confidentiel.

En le voyant si solennel, j'ai essayé de garder mon sérieux. Peine perdue. J'ai brusquement été prise de gloussements irrépressibles.

— C'est une blague ?

Je savais pourtant pertinemment qu'il n'en était rien. Pour commencer, Bill n'est pas du style à plaisanter, en général. Et puis, quand j'ai jeté un petit coup d'œil à sa tête, il avait l'air franchement dépité. J'ai appuyé ma joue contre sa cuisse pour lui cacher ma mine hilare.

— Pas du tout. Je suis sérieux comme la mort.

Venant d'un vampire, ça calme. Son ton cassant m'a incitée à changer d'attitude. Et vite.

— Bon. Attends, on va essayer de tirer ça au clair, que je comprenne bien, ai-je réussi à articuler d'une voix que j'estimais raisonnablement posée.

Je me suis assise en tailleur, les mains sur les genoux : zen.

— Tu bosses pour Éric, qui est le chef de la cinquième zone, on est d'accord. Mais il y a aussi une reine ? Une reine de Louisiane ?

Bill a opiné du bonnet.

— Donc, la Louisiane serait une sorte de royaume divisé en zones ? Et cette « reine » les gouvernerait toutes ? Par conséquent, elle serait la supérieure d'Éric ?

Nouvel acquiescement muet. J'ai secoué la tête, incrédule.

— Et alors, où vit-elle, cette fameuse reine ? À Baton Rouge ?

La capitale de l'État me semblait être l'endroit idéal. Enfin, pour moi, ça tombait sous le sens.

— Mais non, voyons ! À La Nouvelle-Orléans, évidemment.

Bien sûr ! Comment se faisait-il que je n'y aie pas pensé plus tôt ? La Nouvelle-Orléans était le Q.G. des vampires. Impossible d'y balancer un caillou sans éborgner un immortel, d'après les journaux (entre vous et moi, il faudrait être carrément débile pour les prendre au mot). Le tourisme explosait littéralement, à La Nouvelle-Orléans. Mais ce n'était plus vraiment la même faune qu'avant. Les joyeux fêtards éméchés qui envahissaient la ville pour faire la nouba jusqu'au bout de la nuit avaient laissé la place à des touristes qui venaient là pour se donner des frissons, se frotter aux créatures de l'autre monde. Ils fréquentaient les bars de vampires, s'offraient les talents très spéciaux de prostituées aux dents longues et assistaient aux spectacles érotiques donnés par de lugubres suceurs de sang revenus des ténèbres de l'au-delà.

C'était du moins ce que j'avais entendu dire. Je n'étais jamais retournée à La Nouvelle-Orléans. Mes parents nous y avaient emmenés, mon frère et moi, quand j'étais petite (ce devait être avant mes dix ans, puisque c'était à cet âge-là que j'étais devenue orpheline). Ils étaient morts bien avant que les vampires n'apparaissent pour la première fois sur le petit écran pour annoncer au monde entier qu'ils étaient parmi nous (annonce qui avait entraîné la création, puis l'industrialisation, au Japon, du sang de synthèse qui permettait à un vampire de se maintenir en vie sans avoir besoin de s'approprier l'hémoglobine de ses, désormais, « frères humains »).

Les vampires installés aux États-Unis avaient laissé à leurs collègues japonais la primeur d'un coming out très remarqué. Puis, simultanément, dans presque toutes les nations qui possédaient la télévision – et qui ne l'a pas, de nos jours ? –, la nouvelle avait été divulguée en des centaines de langues différentes, par des émissaires de la gent vampiresque triés sur le volet, de ceux qui avaient fière allure et qui présentaient bien.

Cette nuit-là, nous autres, braves mortels standard, avions appris que des monstres étaient parmi nous et que nous vivions avec eux sans le savoir depuis toujours.

— Mais, disaient en substance les émissaires en question, maintenant, nous pouvons sortir de l'ombre et cohabiter avec vous en paix. Vous n'avez plus rien à craindre de nous. Nous n'avons plus besoin de votre sang pour vivre (sic).

Comme vous pouvez l'imaginer, cette révélation avait fait l'effet d'une bombe. Les réactions avaient cependant été très différentes selon les pays concernés.

Les vampires des nations à majorité musulmane n'avaient pas été les plus gâtés. Je préfère vous épargner la description de ce qui était arrivé à leur porte-parole en Syrie, quoique leur ambassadrice en Afghanistan ait peut-être connu une mort (définitive) plus horrible encore (mais à quoi pensaient-ils donc, en choisissant une femme pour un job pareil ? Les vampires peuvent se montrer brillants, mais il y a des moments où ils semblent complètement déphasés).

Certains pays (la France, l'Italie et l'Allemagne en tête) avaient refusé de les considérer comme des citoyens à part entière. Beaucoup (dont la Bosnie, l'Argentine et la plupart des nations africaines) leur avaient dénié tout statut social de quelque nature que ce soit et avaient même aussitôt déclaré la chasse ouverte, invitant explicitement tous les chasseurs de prime potentiels à les débarrasser de ce gibier de potence. Mais les États-Unis, l'Angleterre, le Mexique, le Canada, le Japon, la Suisse et les pays scandinaves avaient su faire preuve de plus de tolérance.

Difficile de dire si les vampires s'étaient attendus à une telle réaction. En tout cas, une chose était sûre : comm
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
SEcritureSEcriture   04 septembre 2010
p.155 « Avec Eric et lui [Lèn], ça faisait deux grands mecs baraqués dans la même pièce : un sacré concentré de virilité au mètre carré. Ma chambre m’a paru toute petite, brusquement, et drôlement envahie. Il n’y avait peut-être pas assez d’oxygène pour deux ego de cette trempe dans un espace aussi réduit. »

p.343 « Quand on a été battu, on prend brusquement conscience de ce qu’on est, en réalité : une simple enveloppe de peau, une enveloppe fragile qui retient tout un tas de liquides, d’amas mous et de structures rigides susceptibles d’êtres brisées. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
CielvariableCielvariable   09 mars 2018
Eric était en veille : Parfaitement immobile, figé comme une statue. Les vampires se plongent souvent dans cette espèce de léthargie quand ils n'ont rien de mieux à faire. Ça les repose, j'imagine. Ça les protège des aléas de la vie qu'ils traversent, siècle après siècle, et de la folie du monde, ce monde plein de guerres et de famines, qui bourdonne autour d'eux avec ses inventions permanentes qu'ils doivent apprendre à maîtriser, ses changements de mœurs, de conventions, de styles auxquels ils sont contraints de s'adapter.

J'ai repoussé les couvertures pour jeter un coup d'œil à la hanche droite. J'avais toujours mal, mais nettement moins qu'avant. Mon flanc portait une cicatrice, un large cercle de peau rouge et lisse, chaude et luisante.

- C'est beaucoup mieux, m'a assuré Eric.

J'ai sursauté. Je ne l'avais pas senti sortir de son état de veille.

Il portait un caleçon en soie - je l'aurais plutôt imaginé porté du coton.

- Merci, Eric, ai-je murmuré, d'une voix tellement chevrotante que ça m'a fais honte.

- Merci de quoi ? m'a-t-il demandé en me caressant le ventre.

- De ne pas m'avoir accompagnée jusqu'ici. De ne pas m'avoir abandonnée avec tous ces gens que je ne connais pas.

- Et jusqu'où va ta reconnaissance, exactement ? a-t-il murmuré, sa bouche à quelque millimètres de la mienne.

Il avait recouvré ses esprits, à présent. Ses yeux étaient plongés dans les les miens, et son regard était on ne peut plus alerte.

- Ça gâche tout, quelque part, quand tu sors des trucs comme ça, ai-je rétorqué, tout en m'efforçant de garder un ton aimable. Tu ne voudrais tout de même pas que je couche avec toi juste parce que je te dois une fière chandelle ?

- Je me moque de la raison pour laquelle tu couche avec moi, Sookie, du moment que tu le fais.

Déjà ses lèvres frôlaient les miennes. J'ai bien essayé de résister, de rester de marbre... Le résultat n'a pas été très concluant. Il faut dire qu'Eric a eu des centaines d'années pour perfectionner sa technique et qu'il a su en tirer profit. Mes mains se sont posées sur ses épaules et, j'ai honte de le dire, j'ai répondu à ses avances. J'avais mal partout et j'était épuisée, mais, si harassé et perclus qu'il soit, mon corps savait ce qu'il voulait. Ma volonté et ma raison pouvaient toujours courir, elles n'étaient pas près de le rattraper. Eric paraissait avoir autant de mains que Shiva. Elles étaient partout à la fois, encourageant mon corps à obtenir ce qu'il désirait. Il a glissé un doigt sous l'élastique de mon slip.

J'ai laissé échapper un petit cri qui n'avait rien d'une protestation en sentant le doigt se glisser en moi, puis entamer un mouvement affolant. Eric m'aspirait la bouche comme s'il voulait m'avaler tout entière. c'était merveilleux de sentir la douceur de sa peau sous mes doigts, l'ondulation de ses muscles...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   09 mars 2018
On entrait enfin dans le vif du sujet. Ses longs doigts glacés se sont glissés entre les miens. Je m'y suis machinalement agrippée de toutes mes forces. Je n'osais plus bouger ni parler. De toute façon, vu l'état dans lequel j'étais, je n'aurais pu prononcer un seul mot sans me trahir. Je me suis contentée de le regarder, les yeux dans les yeux.

- Bill a été appelé dans le Mississippi par... une femme, m'at-il avoué. Une vampire qu'il a connu il y a des années. J'ignore si tu t'en es rendu compte, mais les vampires ne s'accouplent jamais entre eux, mise à part pour de bèves rencontres d'une nuit. Il y a une bonne raison à cela: le partage du sexe et du sang donne aux deux amants une formidable emprise l'un sur l'autre, une emprise irrésistible.. et éternelle. Cette femme...

- Son nom?

- Elle s'appelle Loréna, a-t-il répondu, apparemment à contrecoeur.

Ou peut-être qu'il n'attendait que ça et que son hésitation n'était qu'un effet de manches. Allez savoir, avec les vampires!

Il semblait attendre mon commentaire. Comme je ne disais rien, il a enchaîné:

- Elle est dans le Mississippi, en ce moment. Je ne sais pas si elle y réside de façon permanente ou si elle s'y est rendue uniquement pour y attirer Bill. Elle habitait Seattle, auparavant. Je le sais parce que Bill et elle y ont vécu ensemble de longues années...

Bill n'avait donc pas choisi Seattle par hasard...

- J'ignore quelle était son intention en l'invitant à la rejoindre là-bas, comme j'ignore quel prétexte elle a invoqué pour ne pas venir le voir ici... Peut-être Bill a-t-il préféré, par égard pour toi...

J'aurais voulu mourir. J'ai respiré profondément et je me suis mise à fixer nos mains jointes, trop humiliée pour continuer à regarder Eric en face.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
sharpaylovessharpayloves   06 mars 2012
"- Ma Sookie a fait disparaître un cadavre ! s'est exclamé Bill.
- Je crains que l'emploi de cet adjectif possessif ne soit un peu abusif, en l'occurence, a aussitôt corrigé Eric.
- Où as-tu appris la grammaire, Nordman ?
- J 'ai pris anglais deuxième langue à l'université dans les années soixante-dix.
Il n'a pas précisé de quel siècle...
- Elle est à moi ! s'est exclamé Bill avec colère.
J'ai essayé de bouger la main. Je n'étais pas sûre d'y arriver, mais elle a docilement obéi. Alors, je l'ai péniblement levée et j'ai abaissé tous les doigts, sauf celui du milieu.
Cette fois, Eric a éclaté de rire, et Bill m'a adressé un "Sookie !" de mère horrifiée par les excès de language de sa progéniture.
-Je crois que Sookie entend par là nous faire comprendre qu'elle n'appartient à personne qu'à elle-même, a placidement commenté Eric."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Charlaine Harris (71) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Charlaine Harris
Bande annonce de la série Midnight Texas, adaptation des romans de Charlaine Harris
autres livres classés : vampiresVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

La communauté du sud - Charlaine Harris (Questions de bases)

Comment s'appelle l’héroïne ?

Tara
Sookie
Jessica
Debbie

10 questions
188 lecteurs ont répondu
Thème : La Communauté du Sud, Intégrale 1 : Tomes 1 et 2 de Charlaine HarrisCréer un quiz sur ce livre