AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Pierre Pugi (Traducteur)
ISBN : 207042622X
Éditeur : Gallimard (15/05/2003)

Note moyenne : 2.83/5 (sur 6 notes)
Résumé :

John Truck n'est à première vue qu'un paumé, un ex-dealer devenu propriétaire d'un cargo interstellaire d'occasion. Mais il est aussi, par sa mère, le dernier des Centauriens - cette race extraterrestre humanoïde jadis exterminée par les Terriens. Et, à ce titre, l'homme le plus recherché de l'univers. Car la découverte d'un artefact centaurien menace de déséquilibrer le conflit larvé opposa... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
Walktapus
  12 octobre 2011
M John Harrison prix Nobel ?
J'y reviendrai après. D'abord quelques commentaires sur ce "Centauri Device", roman qu'il aurait renié par la suite, mais il y a acquis un ton propre, qu'il n'avait pas encore dans la très moorcockienne Cité Pastel. Harrison se lance dans la métaphore hardie, les images dissonantes, l'évocation déroutante, la suggestion, l'élipse. Déroutant, difficile à suivre au début, jusqu'à ce que je m'habitue au style et au rythme des phrases et du récit, et aux images, que j'ai fini par goûter, relire et retourner dans ma tête pour me faire regretter de ne pas l'avoir lu en anglais.
De quoi dérouter l'amateur de SFclassique, d'autant plus qu'il s'agit de Space Opera, genre où historiquement on colonisait glorieusement la galaxie en menant une guerre à outrance contre des extra-terrestres à yeux pédonculés, alors qu'ici le héros est un looser, camé, pourchassé, manipulé, balloté de tabassage en captivité, de mutilation en génocide. L'histoire est noire, la vision de l'humanité pessimiste et - c'est le gros défaut de ce livre je trouve - beaucoup trop ancrée dans la vision politique que l'auteur a de son temps, avec ce conflit israélo-arabe fusionné en guerre froide et propulsé dans l'espace. le pire sans doute est la présence d'un musicien psychédélique tout droit sorti de Woodstock. Ce genre de choses ne sent souvent plus très frais après 10 ou 15 ans, alors 35...
Mais une fulgurante originalité côtoie ce trivial, comme ce groupe d'esthètes anarchistes pilotant des astronefs aliens aux noms farfelus (voir les citations) ou la secte exhibionniste obsédée littéralement par le souci de la transparence, ou ces astronefs en forme de boulons avec vrai pas de vis qui sont la marque la plus flagrante d'une ironie saupoudrée à des degrés divers dans tout le livre. Et tout ça en 300 pages foisonnant de thèmes, alors qu'on est obligé de découper d'autres auteurs de Space Op en pavés d'un kilo. Bref un auteur déroutant, que j'ai envie de découvrir dans ses oeuvres de la maturité.
Et alors sinon, pourquoi le prix Nobel ? C'est China Mieville qui s'indigne, dans la préface de Things that never Happen (recueil de nouvelles d'Harrison), qu'il ne l'ait pas encore reçu. Je ne prononcerai pas, mais en France, où on n'a traduit de lui que des romans de SFFF, il est irrémédiablement enfermé dans le ghetto, j'en ai peur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
WalktapusWalktapus   11 octobre 2011
Frustes, sectaires et pesants dans les confins de l'Espace et du Temps, l'air déconcerté et serrant dans leur poing des objets provenant des caniveaux, des littoraux interglaciaires, des colonies pillées et des relations rompues, les Terriens ne mettent leur intellect à contribution que pour assouvir leur soif de possession. Ils se présentent devant chaque porte avec une main tendue et l'autre derrière leur dos, en cherchant un prétexte pour qu'on les laisse entrer. Depuis qu'ils ont subtilisé leur premier régime de bananes, tous leurs efforts léthargiques ou mornes vétilles d'activité mentale leur ont soufflé plus, toujours plus ; et ils ont consacré des millénaires à ériger et peaufiner des principes flexibles qui leur permettent d'excuser, justifier et moraliser leur avidité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
WalktapusWalktapus   05 octobre 2011
Ses yeux porcins avaient un éclat outrancier. Des choses, amorphes et juteuses, se déplaçaient de-ci de-là derrière ses hublots corporels comme les lents frémissements d'un noyau, d'un pivot sans lien avec sa foi bienveillante et adipeuse : des élans inexplicables de la psyché reproduits par les mouvements du transit intestinal, peut-être des exigences que seul Grishkin pouvait pleinement appréhender et Truck réaliser. Confronté à tant d'ambition - une force énigmatique et irrésistible -, Truck estima que ses fanfaronnades tombaient un peu à plat.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
WalktapusWalktapus   05 octobre 2011
Au-dessus d'eux, des guirlandes de circuits encadraient une batterie d'écrans géants sur lesquels apparaissait le reste de la flotte :
Ils étaient partis joyeux en embuscade, le Maupin et le Trilby, Les Fleurs du Mal et le Whistler, le Délicat et l'Etranges Péchés. En deux grandes escadres de vingt-quatre appareils, ils s'étaient placés "à l'apex acéré de l'instant présent, entre deux éternités hypothétiques" - le Madame Bovary et le Portraits Imaginaires ; le Seringa et la Jonquille Blanche. Ils étaient proches d'Alpha du Centaure, une gemme actinique à la lumière crue, par bâbord devant de l'Atalante à Calydon, d'où Himalion l'illusioniste commandait l'autre escadre. Ils attendaient leur proie et l'espace les étreignait, les enchâssait : un bracelet d'or dans un écrin d'obsidiene... le Jardin Abandonné, le Partons sur-le-champ et le Mélancolie qui Transcende l'Esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
WalktapusWalktapus   05 octobre 2011
"Nous commençons à appréhender la nature du cosmos, dit Pater en s'adressant à Truck d'une voix feutrée. Notre palette est prête. La Galaxie est notre toile, une libellule morte nous a légué les brosses que nous devons utiliser. Nous façonnons l'Espace. Nous le définissons. Regardez là-bas. Le GMI et l'URSA l'assimilent à un vide-ordures dans lequel ils déversent les détritus politiques de la Terre. Nous inférons la réalité. Rien de tout cela n'appartient à cette planète ou à ses idéologies. L'espace reste inviolé."
Peut-être pour le démontrer, le cosmos l'ignorait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
WalktapusWalktapus   11 octobre 2011
A un millier de kilomètres de la surface gris pâle de la planète assassinée, le Ligne SpeeD fourra son nez dans une immense enveloppe de débris. Carcasses de mastodontes gisant dans une vallée trop profonde pour que le jour l'atteigne, oubliés dans une brume d'air gelé, des vaisseaux morts y tendaient une embuscade à l'Eternité. C'était un secteur obscur, paisible, encombré de cadavres qui dérivaient en dessinant des courbes indolentes entre des blocs de métal fondu, retenus dans ce piège à rat avec les braises toujours rougeoyantes de piles atomiques changées en blocs de scories en cours de refroidissement qui se désintégraient au coeur d'auréoles de parasites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : science-fictionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2751 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre