AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Sylvie Schneiter (Traducteur)
EAN : 9782290323847
414 pages
Éditeur : J'ai Lu (14/02/2008)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 14 notes)
Résumé :
En Chine, au XVIIIe, l’histoire de la vie d’une femme peut se résumer à l’histoire de ses pieds.
C’est ce qu’incarne May, héroïne de La Société d’émancipation du pied, qui a dû souffrir de la mutilation de cet appendice ô combien érotique, " résumé de la beauté féminine ".
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
LePamplemousse
  10 janvier 2014
Ce roman nous raconte la vie de May-Li Cohen, une femme chinoise aux pieds bandés. le récit est assez décousu. Il s'agit plutôt d'une succession d'événements et d'anecdotes ayant jalonnés sa vie. Née à Shanghai à la fin du XIX ème dans une famille traditionnelle, la petite fille de cinq ans aura donc les pieds bandés, seule condition pour espérer un mariage en vue à cette époque.
Nous la suivrons jusqu'à la fin de sa vie, à Nice, lorsque, devenue très riche et veuve, elle prendra en main l'éducation de sa nièce, Alice.
Ses pieds ont une place prépondérante dans le récit car ils détermineront chaque grande période de sa vie.
J'ai regretté qu'il n'y ait pas vraiment d'histoire, de fil conducteur. Nous sommes un peu ensevelis sous des tonnes de faits sans liens les uns avec les autres, et j'ai du m'accrocher pour terminer le livre alors que le sujet m'intéressait ...
Commenter  J’apprécie          120
DOMS
  19 octobre 2014
Quel livre étrange, le personnage de May est si peu commun. Difficile de dire si on s'y attache et surtout pourquoi, elle a une personnalité troublante, si forte, si peu commune, qu'elle étouffe les autres et nous donne des sentiments très mélangés à son égard : compassion, étonnement, mais en même temps désagréable sentiment de ne pas savoir ou pouvoir cerner réellement son personnage, sensation d'incompréhension aussi.
L'histoire est belle, pittoresque, les situations, les flash back et le mélange des époques et des personnages donnent un rythme très vivant à cette histoire, à ces femmes et ces hommes étranges. La famille de May, mais aussi celle de ces européens qui deviennent sa nouvelle et vraie famille, son mari, sa belle soeur, ses nièces, ces femmes si bizarres qu'elle rencontre, comme si elle était prédestinée à ce genre de personnages. Elle même est si différente, ses chagrins, sa détermination, sa vie et ce qu'elle en fait sont si peu ordinaires. Elle est marquée à vie par l'expérience de son enfance, par les « pieds bandés » qui la caractérisent et l'isolent en même temps de ces occidentaux qui ne pourront jamais comprendre.
« Nous leur diront que tu n'as pas pleuré » , la phrase est tellement dure, elle va marquer May pour la vie.. !
et quelles habitudes barbares que nous avons aujourd'hui tant de mal à comprendre ! pourtant les pieds bandés sont peut être à mon avis à rapprocher de la tradition africaine de l'excision. Habitude terrible, qui entraîne des souffrances, mais les mères qui les ont vécues ne peuvent pas dépasser le poids de la tradition, et l'infligent à leur tour à leurs filles, tout comme la grand mère de May, qui malgré ses propres souffrances est capable à son tour d'infliger celles ci à sa propre petite fille.
Souffrir de mère en fille pour être conforme à ce que la société attends de vous !
Que penser des percings d'aujourd'hui ? sont ils aussi le moyen pour certains de montrer que l'on appartient à une certaine catégorie de la population, sont ils l'expression du besoin de reconnaissance des jeunes (et des moins jeunes) ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Galirad
  04 février 2015
Kathryn Harrison a construit son roman à partir d'un fait de société particulièrement atroce : la mutilation des pieds des fillettes chinoises, afin qu'elles deviennent des femmes répondant aux critères parfaits d'érotisme érigés par les mâles.
Tout en nous décrivant le supplice de May aux pieds de poupée, l'auteur nous raconte la vie de cette jeune chinoise : le bordel de Shanghaï, la rencontre avec Arthur l'australien, le milieu des banquiers juifs, la vie à Londres, la Côte d'Azur en 1900…C'est foisonnant mais quelque peu dispersé : la tendance à la facilité n'est pas loin !
En effet, en voulant construire une saga, l'auteur s'égare et l'histoire perd un peu de sa profondeur. A vouloir trop charger sa chronique en évènementiels, la consistance du roman s'en trouve altérée.
Quant au style, je ne sais pas si c'est la traduction qui l'atrophie ou si l'auteur a volontairement sacrifié la forme pour privilégier le fond. Les passages pseudo-érotiques sont d'une réelle fadeur et n'apportent pas les couleurs espérées, couleurs qui auraient pu égayer le périple de cette jeune chinoise.
Ce livre aurait dû être plus fouillé, c'est regrettable !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sld09
  27 juin 2017
Voilà un roman déroutant avec une héroïne à la personnalité bien trempée dont on a du mal à savoir si elle nous est sympathique ou pas. Par contre j'ai bien aimé la plongée dans un univers que je connais mal : la Chine, ses croyances et ses traditions...
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
sld09sld09   29 septembre 2017
On lavait les pieds de May et on les rebandait tous les trois jours. Chaque mois elle enfilait des chaussures plus petites. Yu-ying mesurait les pieds de la petite fille avec une règle graduée, non pour s'assurer de leur pointure mais des niveaux de plaisir qu'ils promettaient. Chatouillement. Réconfort. Satisfaction. Joie. Félicité. Extase. A mesure de la progression de May sur l'échelle de la capacité à ensorceler, les ose de ses orteils se brisaient lentement, inexorablement. La peau de ses pieds pourrit, tomba et se reforma. Les muscles de ses mollets disparurent. La chair de ses cuisses se ramollit et s'affaissa.Il fallut douze paires de chaussures de moindre pointure avant que May ne réussisse à enfiler les chaussons satin brodé de papillons. Lors de la sieste de Yu-ying, tous les après-midi, Chu'en et May pleuraient dans les bras l'une de l'autre. Ainsi s'écoula l'enfance de la petite fille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
DOMSDOMS   19 octobre 2014
Nous leur diront que tu n’as pas pleuré
Commenter  J’apprécie          40

Video de Kathryn Harrison (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kathryn Harrison
Interview de Kathryn Harrison (en anglais)
autres livres classés : pieds bandésVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Classiques en Chine

Hymne aux femmes de toute condition dans une société féodale, ce chef d'oeuvre de la littérature classique chinoise fait évoluer plus de 400 personnages. De quel roman s'agit-il ?

L'histoire des trois Royaumes
La Cité des femmes
Epouses et Concubines
Le rêve dans le pavillon rouge

10 questions
72 lecteurs ont répondu
Thèmes : chine , littérature chinoise , culture chinoiseCréer un quiz sur ce livre