AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782070468409
Gallimard (02/11/2017)
4/5   190 notes
Résumé :
Dans ce texte âpre, "Big Jim" nous emmène dans un Montana aussi beau qu'hostile et livre un portrait féminin subtil, non sans échos avec son majestueux Dalva : celui d'une jeune fille meurtrie, aussi blessée qu'en quête de vengeance... "Sarah cria : "Putain de Dieu !", puis elle s'élança à toute vitesse sur un sentier pentu qui grimpait le long de la montagne jusqu'à ce qu'elle soit certaine que sa blessure allait éclater et qu'elle en aurait fini avec elle".
Critiques, Analyses et Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
4

sur 190 notes
5
13 avis
4
24 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

Wyoming
  29 juin 2022
Magnifique nouvelle du grand Jim Harrison qui sait dépeindre avec sobriété, émotion, finesse l'évolution sur quatre courtes années d'une jeune fille Sarah, sur les plans physique, psychologique, sentimental.
Cette courte histoire s'inscrit dans la nature immense du Montana dont le sauvage de la nature et des hommes est sans cesse présent au travers de la saison hivernale, de la dureté ou de la tendresse des personnages, des sentiments tourmentés qui vont habiter le coeur de Sarah, blessée mais pleine d'espérance. le hasard des rencontres va l'aider à surmonter ses épreuves et les dernières paroles de ce texte où la musique et l'amour deviennent des certitudes sont particulièrement belles et fortes.
Durant ces quelques années, Sarah côtoient différents personnages dont le vieux Tim qui lit dans ses pensées, l'aide et l'aime tout en admirant l'évolution de sa plastique qu'elle lui laisse entrevoir en signe de reconnaissance, sans paroles, dans une relation pudique.
Elle croise aussi Marcia, en plein émoi sexuel, avec qui elle partage la chasse à l'antilope et le sauvage de la nature. Elle ne lui dévoile pas toutes ses préoccupations, néanmoins Marcia est un soutien pour elle, sans devenir une icône.
Car Sarah suit sa route, avec en tête une vengeance qu'elle assouvira partiellement, ne pouvant se résoudre à aller jusqu'au bout, jusqu'à un irrémédiable qu'elle aurait peut-être regretté.
Les animaux sont aussi ses compagnons, la chienne Vagabonde, fidèle et sauvage comme Sarah, son cheval, Lad, pas des plus fringants, mais fidèle aussi.
Elle m'a fait parfois penser à l'héroïne du roman de Jamey Bradbury, Tracy qui connaît la même solitude qu'elle, plus dure encore. Deux personnalités de la nature sauvage, qu'il s'agisse de l'Alaska ou du Montana.
Merci à Big Jim pour ce texte exceptionnel.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          910
mcd30
  30 décembre 2017
Du jour où j'ai vu Jim Harrison à la télévision, j'ai su que j'aimerais ses livres et je n'ai pas été déçue avec La fille du fermier, j'y retrouve les thèmes chers à l'auteur : la nature, les grands espaces, son côté vulgaire à certains moments et sa grande connaissance de l'âme humaine et de ses faiblesses.
A mon sens, Sarah est aux antipodes de Dalva. Elle mène une adolescence solitaire en pleine nature dans le Montana à l'écart de la civilisation, plus elle grandit et plus elle est seule. Sa mère la quitte pour ses quinze ans et son ami Tim meurt d'un cancer. Et c'est après toutes ces pertes qu'un beau jour elle va à une fête qui mettra fin à son adolescence et en fera une jeune femme en colère qui désire se venger. Peu de temps après, sa tante l'invite chez elle dans l'Arizona et là une nouvelle vie va s'offrir à elle ; mais tout va dépendre de son choix, poursuivre sa vengeance ou passer à autre chose ?
Pendant que je lisais ce texte, je repensais à Dalva qui contrairement à Sarah est entourée et épaulée par sa famille ce qui lui permet de choisir d'aimer et de s'occuper des autres. Et là dans cette histoire, on se demande ce qui pourra bien empêcher Sarah de faire le mauvais choix tant elle est livrée à elle-même sans personne sur qui compter.
J'ai beaucoup aimé cette histoire très courte.Mais vaut-il mieux vivre dans la nature malgré une vie difficile ou vivre parmi la civilisation ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          816
Zakuro
  17 janvier 2018
Avant de lire la réédition aux éditions Rivages du livre de Norman MacleanEt au milieu coule une rivière- , en gardant en mémoire les très belles images du film de Robert Redford qui a préfacé le livre, j'avais très envie de prendre la température des grands espaces et de la solitude qui s'y tient avec la fille du fermier de Jim Harrison.
La fille du fermier, c'est la jeune Sarah de 9 ans qui dans les années 1980 part avec ses parents dans les montagnes rocheuses du Montana, abandonnant son piano, sa meilleure amie Maria et tout ce qui fait le petit nid douillet de ses jeunes années passées dans l'Ohio.
Là-bas, dans le Montana, dans ce paysage d'eau et de rocailles, où l'on vit encore comme il y a 30 ans, l'immensité ressemble à une grande solitude.
En manque d'attention de ses parents, Sarah trouve l'affection auprès de Tim, un vieux fermier qui a vendu les arpents de terre au père de Sarah. Tim est la roche solide qui abrite et protège pour un temps la jeune Sarah dont le corps se transforme en une jeune femme qu'elle bride farouchement à ne pas devenir. Sarah préfère les longues promenades à cheval en compagnie de Vagabond, le chien de Tim et les livres de poésie d'Emily Dickinson.
A l'école, Sarah aime par dessus tout les sciences. Par son irrésistible besoin de comprendre le monde, veut-elle aussi comprendre pourquoi elle se sent complètement vide tout en se demandant en regardant son père « si lui aussi abritait dans son esprit ces lieux vides et froids, ainsi que tous ces points d'interrogation métalliques, ou bien si son mental était plein et harmonieux ».
La mort de Tim et l'entrée au collège signent l'arrêt pour Sarah de ces moments d'innocence et de liberté.
Le jour de rodéo qui aurait dû être un jour de fête marque aussi pour Sarah une rupture brutale avec le temps de l'enfance.
Le coeur meurtri et lourd d'un fort sentiment de vengeance, telle une Diane chasseresse, Sarah devra vaincre ses instincts de punité pour sauver son avenir, même si le prix à payer est le silence.
J'ai aimé retrouver la prose râpeuse de Jim Harrison car elle loge dans ses interstices une infinie tendresse pour son personnage féminin, Sarah. de l'extérieur, Sarah apparaît comme une gamine vulnérable et fragile alors qu'elle construit dans son monde intérieur tout un mécanisme de construction d'elle-même et de compréhension des autres . C'est ce qui la rend forte même si parfois elle a l'impression d'échapper à ses décisions.
Elle sait ce qu'elle veut et elle sait parfaitement ce qu'elle ne veut pas être. Sarah est comme une petite pousse d'herbe verte qui réussit à grandir malgré un environnement aride.
A travers Sarah, Jim Harrison témoigne aussi des errances et le mal d'une jeunesse américaine en proie aux désillusions et aux fantômes de la guerre.
J'ai beaucoup aimé les références à la lecture et aux livres qui aident à surmonter les embûches, et au pouvoir des arts en général et de l'instruction. L'astronomie et la lecture de la carte du ciel évoquées à travers Rebecca, la tante de Sarah est ce lien invisible et puissant qui réunit tous les personnages du livre entre eux mais aussi avec leurs ancêtres.
C'est un texte fort et très beau extrait du recueil ‘les jeux de la nuit » qui vient d'être réédité en folio 2 euros , une jolie manière d'entrer en contact avec l'auteur et son univers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          545
fanfanouche24
  11 janvier 2018
"Elle ne s'imaginait pas vivre sans montagnes et elle se dit que, quoi qu'il pût lui arriver, elle avait de la chance de vivre parmi toute cette beauté" (p. 82)
Enfin un premier texte lu de cet auteur, que j'ai envie de découvrir depuis un très, très long moment...Une camarade babéliote, Letitbe... lors du pique-nique annuel (2013) m'avait transmis un des coups de coeur pour cet écrivain, avec "Dalva" ; un autre magnifique portrait de femme. Ce volume est toujours en attente... Je viens de le ressortir de mes rayonnages !
Ce beau portrait d'adolescente, Sarah, combattive et curieuse... est extrait d'un recueil de nouvelles , "Les Jeux de la nuit" (Flammarion, 2010)
Une jeune fille, âpre et révoltée, amoureuse de la nature, des animaux, dont son cheval (Lad) et sa chienne, Vagabonde...qui ne la quittent jamais...Le départ brutal de sa mère pour un autre homme, plus fortuné, une agression sexuelle lamentable vont démultiplier son mal de vivre, sa rage et sa volonté de se venger de son "violeur"...mais des rencontres dont celle d'un enseignant de botanique, Roberto, son envie de vivre , d'entrer à l'Université, sa détermination à construire "son chemin" la détourneront-elle de son funeste objectif ? Je n'en dirai pas plus....
Une lecture très attachante que l'accompagnement de cette jeune femme , " en devenir" qui est bien décidée à dépasser son milieu, son origine sociale...à poursuivre avec conviction ses passions pour la nature, la musique , les Livres et les études, avec l'assentiment d'un père aussi bienveillant qu'encourageant ...!
"Son père lui rappelait sans cesse qu'il lui faudrait trouver un métier et que, même si ses lectures étaient bonnes pour elle, les sciences lui permettraient de gagner davantage d'argent. de fait, elle avait réfléchi à ce problème. Tous les romans qu'elle lisait mettaient son esprit en ébullition, d'autant que c'était là son seul moyen de connaître la vie en dehors du trou perdu où elle habitait. Les sciences étaient aussi pures que le désert qu'elle n'avait jamais vu. "(p. 29)
"Après deux heures seulement de voyage, tout lui sembla flambant neuf et elle oublia d'où elle venait. le Montana était peut-être immense, mais il vous enfermait. Maintenant, le monde ouvrait enfin ses fenêtres pour elle. elle connaissait par coeur une phrase d'Emily Dickinson qui tombait à pic. :" la vie est si étonnante qu'elle laisse peu de temps pour autre chose" (p. 96)

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          488
Bobby_The_Rasta_Lama
  27 février 2018
En faisant la queue devant la caisse à la librairie, j'aperçois sur le présentoir les petites piles "Folio à 2 euros". Et je vois "La fille du fermier" d'Harrison - il en reste le dernier exemplaire ! Alors le souvenir encore chaud de vos critiques est là, et j'ordonne mentalement à la dame qui s'en saisit pour regarder la quatrième de couverture - "Repose-le, il est pour MOI !!"
Il est pour moi.
Il y a bien de livres qui parlent de la "fille de...". Et chaque fois, le titre en annonce un peu la couleur. "La fille d'alchimiste" (...un peu de Hoffmann ?), "La fille du pasteur Cullen" (Brontë, peut-être ?).
"La fille du fermier" nous promet de jouer sur une note bucolique. Sauf que la musique, c'est plutôt Schumann que Schubert (même s'il est un peu "effrayant dans l'obscurité") . le "bucolique" de Jim Harrison est un "rôaar-bucolique-brut de décoffrage" !
Belle nature, au coeur de Montana.
Et une belle plante, Sarah.
Une fille intelligente et précoce, qui aime le piano, les sciences, les livres, et plus que tout, la nature. Car la nature est un échappatoire qui permet à Sarah de réfléchir sur ce qu'elle est vraiment, sous toutes ces couches déposées sur elle par son éducation et sa vie dans ce milieu rural.
Sarah est une fille qui peut, sur une page, tuer et dépecer une antilope - et discuter la poésie d'Hemingway sur la page suivante.
....mais elle est perdue et triste, depuis la mort de Tim, son ami-père-amant spirituel, le seul qui peut la comprendre vraiment.
.....et puis il arrive le malheur pendant ce fameux soir du rodéo; et la vie de Sarah se résume désormais au mot "vengeance".
Va t'elle le faire ?

On arrive au moment crucial du récit, la prise de conscience, quand Sarah se demande s'il ne faut pas "faire grandir sa vie pour que son traumatisme devienne plus en plus petit" - je trouve cette phrase importante. Mais est-ce encore possible ?
J'admire l'aisance avec laquelle cet écrivain, qui n'est plus tout jeune, peut se glisser dans la tête d'une toute jeune fille tourmentée.
Harrison est un excellent conteur, et l'histoire de Sarah est loin d'être un "livre à deux balles" - la somme pour laquelle je l'ai eu....
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          458

Citations et extraits (103) Voir plus Ajouter une citation
fanfanouche24fanfanouche24   09 janvier 2018
1986

Elle était née bizarre, du moins le croyait-elle. Ses parents avaient mis de la glace à la place dans son l'âme, ce qui n'avait rien d'exceptionnel. quand tout allait bien, cette glace semblait fondre un peu; mais quand tout allait mal, la glace gagnait du terrain. (p. 9)
Commenter  J’apprécie          300
fanfanouche24fanfanouche24   11 janvier 2018
Son père lui rappelait sans cesse qu'il lui faudrait trouver un métier et que, même si ses lectures étaient bonnes pour elle, les sciences lui permettraient de gagner davantage d'argent. De fait, elle avait réfléchi à ce problème. Tous les romans qu'elle lisait mettaient son esprit en ébullition, d'autant que c'était là son seul moyen de connaître la vie en dehors du trou perdu où elle habitait. Les sciences étaient aussi pures que le désert qu'elle n'avait jamais vu. (p. 29)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
fanfanouche24fanfanouche24   10 janvier 2018
Après deux heures seulement de voyage, tout lui sembla flambant neuf et elle oublia d'où elle venait. Le Montana était peut-être immense, mais il vous enfermait. Maintenant, le monde ouvrait enfin ses fenêtres pour elle. elle connaissait par coeur une phrase d'Emily Dickinson qui tombait à pic. :" la vie est si étonnante qu'elle laisse peu de temps pour autre chose" (p. 96)
Commenter  J’apprécie          200
Bobby_The_Rasta_LamaBobby_The_Rasta_Lama   24 février 2018
En mettant les pommes de terre au four et en préparant la tourte au gibier, Sarah réfléchit à la perplexité où la plongeaient les poèmes de Wallace Stevens ; or le sentiment de trouver une solution la faisait toujours penser à une chose à laquelle elle n'avait jamais pensé auparavant. Elle se rappela alors un rêve troublant de la nuit précédente et se dit tout à trac qu'elle devait faire grandir sa vie pour que son traumatisme devienne de plus en plus petit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
mcd30mcd30   23 novembre 2017
Elle croyait percevoir une sorte d'esprit en certaines créatures ou dans certains lieux, mais elle n'était sûre de rien pour les humains qui, selon ses manuels d'histoire, avaient un sombre passé d'assassins. Assise près de Tim endormi, elle sentit son propre esprit tourbillonner dans tout cette immensité, avant de se réduire à l'inévitable apitoiement sur soi. Pourquoi dois-je perdre le seul homme que j'aime en cette vie, en dehors de mon père ? Sa solitude était aussi vaste que le paysage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120

Videos de Jim Harrison (25) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Harrison
Écrivain des grands espaces américains, Jim Harrison fut un fervent défenseur de la nature et esquissa dans ses romans une véritable contre-histoire de la conquête de l'Ouest par les pionniers américains. Et s'il fallait "ré-ensauvager" le monde face aux saccages modernes de la Terre ? Pour en parler, Olivia Gesbert reçoit le journaliste et critique littéraire François Busnel.
#amerique #litterature #nature
_____________ Écoutez d'autres personnalités qui font l'actualité de la culture dans Bienvenue au club https://youtube.com/playlist?list=PLKpTasoeXDrqYh8kUxa2lt9m1vxzCac7X ou sur le site https://www.radiofrance.fr/franceculture/podcasts/bienvenue-au-club
Suivez France Culture sur : Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture TikTok : https://www.tiktok.com/@franceculture Twitch : https://www.twitch.tv/franceculture
+ Lire la suite
autres livres classés : montanaVoir plus
Notre sélection Littérature étrangère Voir plus






Quiz Voir plus

Jim Harrison, l'homme du Michigan...

Parmi ces nouvelles, laquelle ne figure pas dans le recueil "Légendes d'Automne" paru en 1979?

Une vengeance
Légendes d'Automne
En route vers l'Ouest
L'Homme qui abandonna son nom

10 questions
106 lecteurs ont répondu
Thème : Jim HarrisonCréer un quiz sur ce livre