AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782714478092
Éditeur : Belfond (05/04/2018)

Note moyenne : 3.68/5 (sur 28 notes)
Résumé :
Sexe, pouvoir, argent et œuvres d’art, ou quand le mirage de l’amour se heurte au vertige de la possession. Après huit ans d’absence, le plus new-yorkais des auteurs de polars livre un thriller sophistiqué, personnel et tendu à l’extrême, dans la lignée de Havana Room.
Jennifer ne sait plus à quel homme se vouer. D’un côté, son mari, Ahmed Mehraz, businessman iranien à l’ascension irrésistible, qui caresse le rêve de grimper les échelons du pouvoir. De l’autr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
Bazart
  01 juin 2018
Colin Harrison n'était pas vraiment une découverte pour nous... On se souvient notamment des remarquables et remarqué « Manhattan nocturne » et « Havana Moon » dans les années 2000, formidables romans noirs dans un New york aussi crépusculaire qu'inquiétant....
On n'avait plus vraiment de nouvelles depuis une bonne dizaine d'années et le voilà qui revient en force avec Manhattan Vertigo ( on garde des titres ressemblants pour ne pas perdre totalement le lecteur) entre le roman noir et le roman choral autour de personnages assez proches de ses précédents romans, soient de grands notables de New York dont le passé trouble va revenir à la surface.
Manhattan Vertigo, c'est d'abord l'histoire d'un couple, Ahmed et Jennifer. Ahmed, venant d'une riche famille iranienne immigrée à Los Angeles, est un homme d'une trentaine d'année. Mi-avocat, mi-financier, n à la tête d'une immense fortune. Il est marié avec Jennifer, une jeune femme originaire de Pennsylvanie, au passé trouble, qui semble toujours hantée par son passé et son amour de jeunesse, Bill, un ancien GI texan. Un troisième homme vient se méler à ce triangle : Paul Reeve, voisin de palier du couple, avocat en droit du travail et de l'immigration, grand amateur d'art et confident de Jennifer qui a une passion qui pourrait bien le perdre : les vieilles cartes de Manhattan.... Car assez vite mafia iranienne, hommes de main libanais, tueurs à gages mexicains vont venir dans la danse et faire un joli carnage !!
Ca y ressemble quelque peu à un « le bûcher des vanités » d'aujourd'hui : Colin Harrison réussit bâtir une intrigue noire , retorse et rythmée , où le lecteur prend un plaisir coupable. « Manhattan Vertigo » est un livre de voyeur et on se prend bien vite à ce jeu pervers et sombre d'un univers sombrement addictif avant une intrigue qui va crescendo et un final assez terrible ! Un retour bien en forme de Monsieur Harisson...
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
Cancie
  15 juin 2018
Colin Harrison, auteur américain, a déjà écrit une demi-douzaine de romans noirs mais n'avait rien publié depuis sept ans. Avec Manhattan Vertigo, il nous livre un thriller magnifique se déroulant à New York, avec pour thèmes l'argent, le pouvoir, le sexe et la passion des cartes anciennes avec, en prime, une tension omniprésente.
Jennifer est une jeune femme mariée à Ahmed Mehraz, homme d'affaires millionnaire d'origine iranienne à l'ascension irrésistible : « Il dégageait une autorité immédiate, un mélange de confiance en soi et d'affabilité qui incitait les gens à se presser autour de lui… On voyait immédiatement que, s'il en avait envie, il aurait un avenir politique. »
Paul Reeves, avocat spécialisé dans les dossiers d'immigration, est leur voisin de palier. Il est aussi le confident de Jennifer. le roman débute d'ailleurs par une vente aux enchères, à Manhattan, chez Christie's, où Jennifer a accompagné Paul qui veut acquérir une carte : « Il n'y avait qu'une seule chose qui comptait aux yeux de Paul, une seule : les vieilles cartes de la ville de New York. », car Paul, comme vous l'avez compris, voue une véritable passion pour les vieilles cartes de Manhattan.
Et c'est au cours de cette séance d'enchères que Paul va découvrir Bill, un beau Texan bien bâti. Il apprendra par la suite que cet homme est un amour de jeunesse de Jennifer, qu'il a été GI en Irak et qu'il est décidé à la reconquérir et à la ramener dans le ranch de ses parents.
Mais pour Jennifer, le choix va être difficile entre un mari possessif mais très fortuné et un amant doué mais provincial. À force d'hésiter, elle va nous emmener dans une véritable tragédie. Elle espère que Paul va l'aider à choisir mais celui-ci a une autre préoccupation. Il a appris que la plus vieille carte de New York - une oeuvre inestimable dressée par un aide de camp de George Washington nommé Stassen Ratzer, en 1766, au début de la guerre d'Indépendance contre le Royaume-Uni - va peut-être être mise en vente. Rachel, sa compagne pétillante, très amoureuse, saura peut-être l'aider pour l'acquérir.
Quant à Ahmed, jaloux comme un tigre, alarmé par une photo de la caméra de surveillance de l'immeuble montrant sa femme dans l'ascenseur, très proche, trop proche d'un soldat américain bien bâti, va alors avoir recours à la diaspora iranienne et à un tueur à gages mexicain pour tenter d'éliminer l'intrus.
Aucun des personnages du roman ne m'a laissée indifférente. L'auteur a su donner à chacun des traits de caractère très forts et a su distiller, tout au long de l'histoire, des renseignements permettant de mieux comprendre et d'affiner la personnalité de chacun.
Si, dans Manhattan Vertigo, il y a beaucoup de noirceur, des personnages prêts à tout pour garder leur pouvoir et si possible l'augmenter, Colin Harrison a su glisser quelques notes optimistes qui rassurent. C'est un thriller palpitant qui décrit bien tous les vices du monde contemporain mais où vibrent cependant encore quelques valeurs humaines.
Je remercie vivement le Club des Explorateurs du Polar de Lecteurs.com et les éditions Belfond pour cette découverte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Sami33
  08 mai 2018

"Manhattan Vertigo" nous vend du rêve ou plutôt un cauchemar on ne peut plus réussi ! L'auteur frappe un grand coup avec ce récit qui a su me tenir en haleine tout de long de ma lecture. Je ne pensais pas autant accrocher, je me suis vite prise au jeu pervers et sombre de ce récit où l'auteur y mêle avec beaucoup d'habileté tout ce petit monde à la baguette !

Dès les premières lignes, on se retrouve captif du récit. L'auteur plante le décor et nous endort gentiment avec volupté dans un univers où le luxe, la fête sont de mises mais en réalité, sous cette façade se cache un gros trafic.

Jennifer est une jeune femme mariée à un richissime iranien qui a soif de pouvoirs. Ce jeune héritier mène une vie très confortable à New York où il y fait la fête constamment. Jennifer est sous Xanax. C'est un médicament pour les personnes dépressives. Quand on dit que l'argent n'achète pas le bonheur, cette expression se vérifie pour cette pauvre Jennifer...

Heureusement, elle a un ami sur qui compter, Paul. Paul est un grand collectionneur d'art mais son plus gros défaut est dragueur ! Vous savez le genre qui ne vous lâche plus, celui qu'on ne sait pas comment éconduire poliment. Avec Jennifer, ils se sont bien trouvés tous les deux !

Paul collectionne les cartes de New York, de sa ville. Il est actuellement axé sur une seule et unique carte que possède un homme qui est à l'article de la mort. Pour avoir cette carte, il est prêt à tout ! Ses investigations vont le mener bien plus loin que ce qu'il n'aurait pu l'imaginer de prime abord. Il aura besoin d'aide dans son entreprise pour arriver à ses fins... Ou pas ! Parce que son ennemi va s'avérer être Ahmed, le mari de son amie Jennifer... Ce dernier dispose beaucoup plus de ressources que lui. Cette carte, il la veut, quoi qu'il lui en coûte ! Jusqu'où est-il prêt à aller pour assouvir sa soif de possession ?

Ahmed est un homme riche, un homme de pouvoir, qui a des moyens bien plus immense qu'on ne pourrait le penser. La vengeance, il ne la mange pas froid mais chaud ! Il n'a qu'à faire un signe pour que l'on exécute ses ordres. Ahmed est un homme qu'il vaut mieux avoir avec lui que contre lui ! Il sait que Jennifer, sa femme a un amant, un texan, un américain parti faire la guerre en Irak, un homme dangereux. Mais Jennifer mérite une leçon ; elle l'a trahi, il faut la punir mais il faut aussi que cette punition lui serve de leçon, et Ahmed n'est pas du genre à lésiner sur les moyens et n'a pas peur de mettre la main à la pâte...

Bill, militaire et amant de Jennifer sait parfaitement qui est le mari de Jennifer. Il n'a pas peur de l'affronter si l'occasion devait se présenter. Pour Jennifer, il est prêt à prendre tous les risques. C'est ainsi qu'un jeu sordide contre la montre va commencer. Les règles sont simples : mourir ou rester en vie. Mais pour la dernière option, il ne va pas falloir s'endormir sur ses lauriers...

C'est un livre sombre, prenant, pertinent et haletant ! Vous n'aurez pas le temps de vous ennuyer en cours de route, l'auteur a l'art et la manière de mettre des mots sur les maux. La plume de l'auteur est fluide, possessive, sombrement addictive ! Les personnages sont intéressants, la trame de l'histoire est bien menée et le final est terrible !

Pas loin du coup de coeur, ce thriller vertigineux a su m'emmener au-delà de toutes espérances ! J'ai passé un excellent moment lecture et ne peux que conseiller ce livre aux fans de thrillers !


Lien : http://leslecturesdeladiablo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
LesLecturesdHatchi
  20 avril 2018
Je crois que ces derniers temps, j'ai dévorés bien plus de thriller que je ne l'aurai cru hah Je tiens d'ailleurs à remercier les édition Belfond pour cette découverte et cette lecture envoûtante. .
Manhattan Vertigo ou le thriller par excellence. Dès les premières on se retrouve dans univers entre les fastes des fêtes de la haute et les trafic que tout cela comprend. D'abord, il y a Jennifer. Cette belle jeune femme est marié à un riche héritier arabe mène une vie tranquille entre le faste des fêtes et les nuits enflammées de New York. Mais Jennifer est constamment sous Xanax. La richesse ne fait pas le bonheur des gens. Elle y contribue seulement. Aux cotés de son ami Paul, un riche collectionneur et dragueur invétéré, elle forme un duo incroyablement drôle et inséparable. Parce que dans la vie, Paul est un peu comme Jennifer. Paumé, mais profitant de chaque instant de cette vie qui lui est offerte chaque jour. Paul collectionne les cartes de New York. Cette ville qui l'a vu grandir et devenir l'homme qu'il est désormais. Dernièrement, il y a une seule carte qu'il veut. Elle est chez un vieil homme à l'article de la mort. Cette carte il l'a veut absolument. Au point de faire des recherches bien précises pour retrouver son nouveau propriétaire. Au point de demander à sa nouvelle petite amie de l'aider. Mais cette recherche n'est que le début d'un combat contre lui-même et contre une autre personne qui a beaucoup plus d'influence que lui: Ahmed, le très cher mari de Jennifer.
Ahmed est un héritier à la soif de vengeance sans limite. Il a de l'argent. Il a du pouvoir. Il a de la force. Et il a surtout toute une bande de tueur à gage sous les bras qui peuvent intervenir aussitôt qu'il lève le petit doigt. Depuis quelques mois, il sait ce que fait Jennifer dans son dos. Il sait qu'elle a un amant. Un texan. Un américain pur et dur. de ceux partis en Irak et qui vous broie les organes avec les mains. Et pour ça, Ahmed a une idée précise de ce qu'il va faire pour que Jennifer ne le trahisse pus dans son dos. Quitte à en ressortir les mains pleines de sang.
Parce que Bill, l'amant de Jennifer, n'est pas si innocent que ça. Militaire défendant son pays, en Irak, contre le terrorisme, il sait qui est le mari de Jennifer. Il sait à qui il a affaire s'il devait se retrouver devant lui. Mais, malgré lui, il va aussi mettre sa vie en danger pour avoir voulu être ce qu'il aurait voulu être depuis le début avec Jennifer.
C'est alors le début d'une course contre la montre pour ne pas mourir et se sortir de tout ça sans aucune égratignure. Mais entre tout ça, Jennifer survit dans ce monde de pouvoir et de violence. Malgré tout ce qui se passe, c'est elle qui contrôle chaque homme de cette histoire. Parfois un peu trop tard…Une chasse a l'homme est alors mise en place. Et tout ça n'est seulement que le début…
Manhattan Vertigo fait parti de ces thrillers prenants du début à la fin. Colin Harrison nous plonge un New York riche, violent et hyper cliché. Les personnages ont chacun une histoire incroyablement intéressante et prenante. Les recherches, les calculs, la peur au ventre aussi pressante qu'infini pour chaque personnage nous mène loin. En bref, lisez Manhattan Vertigo pour le plaisir des mots, des thrillers et des moments de répit perdus.
Lien : https://leslecturesdhatchi.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LeaTouchBook
  27 juin 2018
Manhattan Vertigo signe le grand retour d'un écrivain américain reconnu : Colin Harrison !
Avec ce nouveau roman, le lecteur retrouvera tous les ingrédients qui ont fait le succès de ce romancier. Un roman noir sur-vitaminé qui nous permet de faire la connaissance d'une galerie foisonnante de personnages.
J'aime beaucoup la construction en forme de roman choral car cela permet de suivre plusieurs points de vue de la même histoire, de suivre plusieurs intrigues qui vont se rejoindre progressivement et cela amène aussi à suivre des personnalités très différentes. le challenge du roman choral repose sur le fait que le lecteur doit s'intéresser avec le même enthousiasme à chaque personnage.
Colin Harrison relève parfaitement le challenge avec des protagonistes qui sont tous très intéressants à suivre : il y a le riche businessman iranien Ahmed Mehraz qui est marié à Jennifer, cette dernière au coeur de toute l'histoire va devoir choisir entre son mari et un ancien amour, Bill, un GI texan. Au milieu de tout cela il y a Paul qui est l'ami de Jennifer mais qui est plus concentré sur la recherche d'une vieille carte de New York.
Ainsi la tragédie va s'introduire au fur et à mesure du fait des hésitations de Jennifer et les moments d'action vont ainsi s'enchaîner au travers de chapitres courts. Les thématiques de ce roman sont à la fois classiques et indémodables entre le sexe et l'amour, le pouvoir et l'argent. J'ai trouvé que Colin Harrison montrait parfaitement sa maitrise de ce genre littéraire et nous livre un très bon moment de lecture.
En définitive, si vous connaissez déjà Colin Harrison vous allez vous régaler avec son nouveau roman et si vous ne le connaissez pas vous pouvez le découvrir avec ce thriller addictif !
Lien : https://leatouchbook.blogspo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80

Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2018
Ahmed avait l’air pressé de devenir le premier sénateur ou le premier gouverneur irano-américain, et pour ça il fallait que Madame soit une bonne petite Américaine. Il lui faudrait encore attendre des années avant d’atteindre ce sommet-là, lorsqu’il aurait une fortune sur son compte en banque et que sa réputation serait faite. Grand et svelte sans pour autant avoir l’air fluet, ses cheveux noirs coiffés en arrière, Ahmed dégageait quelque chose d’à la fois racé et puissant. Avec l’âge, ça ne ferait que s’accentuer. Ses aînés commençaient déjà à le craindre : Paul s’en était rendu compte au cours de ces soirées, quand il voyait les autres chercher dans les yeux d’Ahmed son approbation ; quand, à la moindre politesse de sa part, les fils invisibles de leur anxiété étiraient brusquement un sourire sur leurs traits usés ou quand ils acquiesçaient même lorsqu’il n’y avait rien à quoi acquiescer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2018
Apparemment, les cartes étaient devenues une valeur refuge pour lutter contre l’inflation, de la même manière que les pièces de monnaie rares ou les œuvres d’art servaient à diversifier les portefeuilles d’investissement. Dans leur univers impitoyable, ils se connaissaient tous, collectionneurs avides et obsessionnels, fétichistes du vieux papier, rapaces de l’encre ancienne. Ils se croisaient dans les cercles de collectionneurs de cartes et fréquentaient les mêmes galeries hors de prix de Manhattan, où l’on demandait nonchalamment si l’on n’avait pas dégoté quelque chose d’intéressant lors d’une vente en Nouvelle-Angleterre, dans le Midwest ou dans le sud du pays. Si une petite merveille n’était pas apparue, ce qui finissait toujours par arriver, tôt ou tard.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
rkhettaouirkhettaoui   10 avril 2018
Les gens avaient toujours collectionné les cartes, mais, cette fois, le monde sentait poindre cette mort terrible et silencieuse. La rumeur courait qu’un de ces princes saoudiens biberonnés au pétrole avait perdu la tête, et qu’il voulait mettre la main sur toutes les cartes possibles et imaginables du Moyen-Orient, sur le moindre document où figurait un lopin de terre entre le canal de Suez et les lointains rivages d’Oman. Sans regarder à la dépense, évidemment. Des paquets de millions s’il le fallait. Il aurait discrètement approché le British Museum et ses inestimables cartes militaires de l’Arabie, et n’avait peut-être même pas été refoulé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Marie2406Marie2406   04 mars 2019
Jennifer n'était plus tout à fait la jeune femme candide qu'il avait rencontrée un an auparavant, lorsqu'elle avait emménagé avec Ahmed dans l'appartement d'en face. Quand on gravit les échelons à ce rythme là, on apprend vite. Ahmed, lui, visait les sommets : sorti de Yale à l'âge de vingt ans, doublement diplômé de Harvard en droit et en commerce à vint-quatre, il était devenu un homme d'affaires hybride, mi-financier, mi-avocat. Une grosse tête aucun doute là-dessus. Un type imbu de lui-même, un winner dans une ville de winners.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BazartBazart   01 juin 2018
Paul réalisa qu'il n'avait pas pris la mesure de ce que pouvait représenter pour une si jeune fille le fait de débarquer à New York et de tâcher de s'y faire une place. Elle avait du se sentir en danger. D'autant plus qu'elle était belle." Je ne connaissais rien". Jennifer se renfonça dans le canapé et contempla les lumières qui brillaient au delà de la fenêtre: " je veux dire, il y avait beaucoup de gens de mon âge, mais je ne savais pas vraiment, comment dire..je ne savais pas comment fonctionnaient les choses...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Colin Harrison (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Colin Harrison
A l'occasion d'une interview exclusive, Colin Harrison revient sur l'oeuvre de Georges Simenon qu'il reconnaît comme l'une des plus grandes figures de la littérature française du XXème siècle. Pour en savoir plus sur "Manhattan Vertigo" : https://bit.ly/2JrqiXR
Sexe, pouvoir, argent et ?uvres d?art, ou quand le mirage de l?amour se heurte au vertige de la possession. Après huit ans d?absence, le plus new-yorkais des auteurs de polars livre un thriller sophistiqué, personnel et tendu à l?extrême, dans la lignée de Havana Room.
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les BD de notre enfance ...

Tintin de Hergé, le premier tome ...

Vol 714 pour Sydney
Le Secret de la Licorne
Le Lotus bleu
Tintin au pays des Soviets

20 questions
5 lecteurs ont répondu
Thèmes : bande dessinée , humour , bande dessinée françaiseCréer un quiz sur ce livre

.. ..