AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264071934
224 pages
Éditeur : 10-18 (02/11/2017)
  Existe en édition audio
3.87/5   267 notes
Résumé :
Fils d'un émigré suédois, le héros de ce roman exerce la profession d'instituteur dans une bourgade rurale du Michigan.

Il partage ses loisirs entre la chasse, la pêche et les soirées à la taverne voisine. Et les nuits avec Rosalee, l'amie d'enfance, paisible et passionnée à la fois.

Mais survient Catherine, une de ses jeunes élèves, âgée de dix-sept ans et très affranchie qui va bouleverser le cours de choses.

Sur ce thè... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (32) Voir plus Ajouter une critique
3,87

sur 267 notes
5
8 avis
4
15 avis
3
3 avis
2
0 avis
1
0 avis

berni_29
  31 janvier 2019
Nord-Michigan est selon moi l'un des plus beaux romans que j'ai lus de Jim Harrison, avec Dalva. Mais puis-je être objectif lorsque je vous évoque cet immense romancier qui a su bousculer mon âme de lecteur ?
J'ai aimé les personnages, ils sont attachants. J'ai aimé cette nature immense qui emplit nos yeux et nos corps en même temps, j'ai aimé ces paysages abyssaux, presque infinis. J'ai aimé m'y perdre, ici au bord d'un lac, plus loin dans le cours d'un ruisseau, au fond d'une vallée. J'ai aimé entendre le bruit du vent dans les roseaux, le cri des coyotes pas très loin de moi quand surgissait la nuit et ses enchantements.
Nous sommes dans les années 50, c'est une page de l'Amérique, une page belle, intime, chaleureuse. Il y a tout d'abord le personnage principal, Joseph. Joseph appartient à une famille d'origine suédoise qui a émigré et est venue s'installer ici, dans le nord du Michigan, installer une ferme.
Joseph appartient à cette deuxième génération. Il est resté à la ferme, mais il est aussi enseignant. Sa particularité : une blessure suite à un accident lors de travaux agricoles et qui le fait boîter à jamais. Il aurait pu perdre cette jambe qui l'encombre aujourd'hui. C'est le docteur Evans, l'ami de la famille, qui a permis d'éviter l'amputation, en intervenant à temps. C'est un véritable ami, il revient tout au long du roman, c'est même pour moi le personnage que j'ai préféré dans ce livre, j'aurais aimé lui ressembler, même s'il a soixante-dix ans et est alcoolique.
Le docteur Evans a accompagné la famille de Joseph depuis le début. Il est tout le temps là quand il faut. Il fut là souvent et il est encore là avec sa vieille guimbarde, sirotant des whiskies, fumant le cigare, médecin alcoolique mais lucide et bienveillant comme personne ne pourrait l'être à sa place, le coeur gros comme cela. Il est là lorsque la mère de Joseph aborde l'ultime chemin de sa fin de vie. Il est sans doute là encore lorsque Joseph s'égare, se croit encore jeune comme un gamin ou tout simplement fou comme quelqu'un qui aime.
Car Joseph est entre deux eaux. Pour quelqu'un qui boit lui aussi beaucoup de bières et de whisky, c'est une ironie. Nous dirons que son coeur balance entre deux femmes. Il y a tout d'abord Rosalee, l'amie d'enfance, veuve puisque son mari Orin, le frère de Joseph, a été tué lors de la guerre de Corée. Tout serait simple, limpide, sauf qu'il y a cette adolescente Catherine, élève de Joseph qui tourne autour de lui et ne tarde pas à s'emmouracher de celui-ci. Il n'aurait jamais dû céder à ses avances, mais voilà, au hasard d'un chemin, la jeunesse éperdue comme un trait de feu lui a tendu les mains, tendu les lèvres, tendu son corps ivre de jeunesse, et Joseph, vieillissant a renversé la table, les verres, ses années d'illusion, ses rides et tout le reste comme dans un tourbillon effréné l'amenant au plus près du vertige.
C'est un livre qui fait l'éloge de l'amour et du sang qui bat dans les veines, de l'amitié et de la famille, mais la famille au sens large, très large, embrassant tout. Parfois les deux se mélangent en effet. le docteur Evans n'est-il pas un frère, ou bien tout simplement un père pour Joseph ? Tout comme Jim Harrison vis-à-vis de nous-mêmes.
La nature est là aussi, immense, Jim Harrison n'a pas son pareil pour la convoquer et nous la faire vibrer, sentir, toucher au plus près de nos corps. C'est un roman sensuel et qui nous enivre de ses parfums.
Ici j'ai vu un chat tapi sous la véranda, un geai tout près qui cherchait à l'agacer derrière la vitre. Et puis plus loin mes pas m'ont entraîné au bord de cet étang où Joseph enfant se baignait avec Rosalee et sa soeur. Les buissons sont en fleurs. Je ne sais pas si c'est le bruit des guêpes ou celui des pages qui défilent sous mes doigts. Pourquoi la nature est-elle si belle sous les mots de Jim Harrison ?
Mais la nature n'est qu'un prétexte, un chemin, une rivière où courir pieds nus. Cet homme aussi fouille nos failles. Nos erreurs deviennent des errances. Au bord des étangs, il y a toujours et pas très loin, des marécages où nos pas risquent de s'enfoncer à chaque instant. Les bécasses semblent se moquer de nos gestes maladroits. On a beau avoir aimé toute sa vie, ce n'est pas une question d'expérience. Jim Harrison semble en savoir plus que nous sur la question.
Un rat musqué pointe son museau hors de l'eau. Son étonnement ressemble au visage que je dois avoir en égrenant les pages de ce livre.
Plus tard c'est le soir, des oiseaux se regroupent dans un coin du paysage comme s'ils étaient déjà prêts à immigrer vers le sud. Et nous, que devenons-nous dans ce fatras, dans cette écume du jour qui chavire ? Sommes-nous prêts aussi à prendre notre envol ? Et pour aller où ? Vers quels cieux éperdus ? Quels rivages abandonnés où croire encore qu'un vol de canard frôlant le bord de l'automne peut nous émouvoir, tandis que la paix du monde se refuse encore à nous.
La jeunesse a mis le feu dans le coeur et le corps de Joseph et dans les nôtres aussi, tant qu'à faire. C'est là, je le reconnais volontiers, l'immense générosité de Jim Harrison.
Un canard en mue prend la fuite alors que j'écarte les pages du livre pour venir à lui. Notre jeunesse chavire. Tout semble fragile, presque illusoire au moment où je referme ce roman.
Je me pencherais bien encore une dernière fois vers les remous de cet étang pour boire un peu d'eau fraîche, avant de cheminer vers un autre livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          533
Ileauxtresors
  22 octobre 2019
Les romans de Jim Harrison offrent une opportunité merveilleuse de sillonner les États-Unis sans émettre une once de CO2 ni subir de fouilles à l'aéroport, confortablement installé(e) dans son fauteuil préféré… À chaque fois, la magie des mots déploie l'immensité sauvage des paysages nord-américains, leurs rivières, leurs forêts, le rythme implacable des saisons et de la vie rurale. Les personnages de ces romans semblent toujours à la fois hypnotisés et désorientés par ces grands espaces, en quête d'un fil rouge, d'un sens.
Cette fois, c'est dans les années 1950 et dans le nord de l'État du Michigan que nous transporte Jim Harrison, aux confins de terres rurales qui semblent perdues au bout du monde. Joseph, instituteur du village où ses parents suédois ont immigré au début du 20ème siècle, a beau rêver de façon presque obsessionnelle de l'océan, il n'a jamais quitté cette terre natale. Peut-être le sens des responsabilités vis-à-vis de ses parents et de la ferme familiale, peut-être le poids de ses blessures d'enfance qui le hantent avec insistance, peut-être son amour de toujours pour Rosalee. Ou peut-être tout simplement l'appréhension de l'inconnu. Au tournant de la quarantaine, Joseph est insatisfait et tiraillé – entre les souvenirs qui l'assaillent en permanence et l'urgence de vivre, entre la tentation de rester et de partir, entre la tendresse de Rosalee et la séduction de Catherine. Auprès de la nature et de son ami le docteur Evans, Joseph cherche une réponse à ses questions et un sens à sa vie…
Un roman qui nous plonge lentement et sûrement en immersion dans ce Nord Michigan où la vie s'organise autour de la chasse, de la pêche et des travaux de la ferme, où l'on sillonne l'espace à cheval ou en jeep, on mange du gibier et boit des alcools forts à la taverne. J'ai été décontenancée par le rythme très lent de ce récit très introverti, construit en spirales navigant en permanence entre présent et passé. L'atmosphère est étouffante. Et il faut bien l'admettre, je ne suis que moyennement fascinée par la traque des grouses, des truites ou des coyotes qui occupent une grande partie des journées de Joseph. Malgré tout, j'ai voulu aller jusqu'au bout du roman pour connaître le chemin qu'il choisirait. C'est peut-être la force de ce roman : sur une toile de fond assez dépaysante (du moins pour moi), il parvient à restituer avec justesse des dilemmes peut-être banals, mais éminemment humains.
Merci beaucoup à l'opération Masse Critique et aux éditions Lizzie de m'avoir permis de découvrir ce roman dans une version audio de grande qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          402
blandine5674
  26 février 2019
Démon de midi en milieu rural. Joseph a 2 métiers : fermier et enseignant. 2 amoureuses : son amie d'enfance et une étudiante de 17 ans. 2 passions : la pêche et la chasse. 1 jambe pas très valide. 1 grand ami : le docteur de la famille. 1 fabuleux espace de nature peuplé d'animaux. La crise interne est là. Trois problèmes à régler : gérer la jalousie des femmes, un métier où les cons sont nombreux, son penchant pour l'alcool. Un roman plus émotionnel et introverti que les autres qui donne toujours autant du plaisir à la lectrice que je suis. Monsieur Harrison, vous continuez toujours à vivre au travers de vos oeuvres.
Commenter  J’apprécie          454
cecilestmartin
  30 décembre 2017

C'est la première fois que je lis un roman de Jim harrison et je ne regrette pas cette lecture. Joseph est un instituteur d'une quarantaine d'année qui vit dans les années 60 dans une petite bourgade du Michigan. Issu d'une famille d'origine suédoise qui a tiré sa subsistance du travail de la terre, il a perdu une jambe alors qu'il était aux champs avec son père.
Célibataire, il vit avec sa mère malade et entretient une relation avec Rosalee, son amie d'enfance, institutrice comme lui, qu'il aime depuis toujours mais qui lui avait préféré Orin, décédé depuis.
Joseph s'ennuie, il rêve d'Océan, de grandes étendues, d'autres horizons. S'il est un homme de la forêt, que la chasse et la pêche sont des activités qu'il affectionne particulièrement et qu'il partage avec le vieux docteur Evans – formidable personnage – il étouffe à la pensée de s'installer comme agriculteur avec Rosalee. Alors quand la jeune Catherine vient s'offrir à lui, sans tabou ni pudeur, il se laisse faire et débute une relation dont la sensualité vient le distraire d'un quotidien un peu morne.
Joseph est un personnage qui a généré chez moi beaucoup d'empathie. La crise qu'il traverse, ses questionnements, ses errements sont d'une telle humanité qu'on se sent concerné par ce qu'il vit. Il oscille entre deux femmes, deux modes de vie, deux façons d'approcher le sens de l'existence, sans parvenir à choisir : se marier avec Catherine n'aurait aucun sens, s'engager définitivement avec Rosalee le fait hésiter.
Et puis, il y a la nature, le chant des oiseaux, les castors, le coyote que Joseph guette sans arriver à le voir, les étendues d'eau qui regorgent de poissons, le silence, la luminosité…
C'est beau, c'est bien écrit (traduit), on se laisse emporter avec plaisir dans l'univers de Jim Harrison.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
maevedefrance
  07 juin 2015
Joseph vit dans une bourgade perdue du le Nord-Michigan, près de la Pine River. Il a 43 ans, tente de s'occuper de la ferme de ses parents. Il est également instituteur, métier qu'il déteste et exerce par nécessité et non par vocation. D'ailleurs, au moment où l'on ouvre le roman, on sait déjà qu'il n'en a plus pour longtemps dans cette école. Joseph est un solitaire. Il préfère la pêche et la chasse à la compagnie humaine. Sauf en ce qui concerne les femmes... Quand une de ses élèves, Catherine, lui fait des avances, au lieu de les ignorer pour éviter les pires ennuis, il fonce sur l'occasion. C'est d'autant plus dangereux qu'il fréquente également depuis toujours (ou du moins une éternité) son amie d'enfance, Rosealee, qui est aussi sa collègue à l'école. Pourtant, il n'envisage pas vraiment de faire sa vie avec elle. Il habite avec sa mère, mourante, et qui décédera au cours de la narration. Quand il n'est pas avec ses maîtresses, Joseph adore également la compagnie d'une bouteille de whisky ou des poèmes de Keats et Witman, un échappatoire efficace.
L'histoire va tourner autour de l'indécision de cet homme à choisir entre Catherine ou Rosaelee. On découvre également au fur et à mesure le passé de Joseph, l'accident qui l'a rendu infirme et inapte à l'incorporation pendant la 2nd Guerre mondiale; ses petits frères et soeurs morts bébés des affres de la diphtérie, toute une histoire de famille douloureuse. Des souvenirs incessants qui hantent Joseph, l'empêchent de vivre et le conduisent à un comportement suicidaire. Bref, vous l'aurez compris, cet homme n'est pas vraiment un gai luron.
Jim Harrison offre une photographie de la vie dans le milieu agricole du Nord-Michigan à la fin des années 50. le titre original du roman est d'ailleurs Farmer. Je dois avouer que ça ne fait pas très envie ! Entre alcool, ennui profond et dépression. Pourtant, j'ai vraiment eu du mal avec le personnage perpétuellement indécis, trop dépressif à mon goût. J'ai regretté que le roman focalise sur ses relations sexuelles avec Catherine et Rosaelee. J'ai fini par trouver ça indigeste. L'intrigue en elle-même ne m'a donc pas plu.
Par contre, j'ai vraiment apprécié la part belle que fait Jim Harrison à la nature et aux animaux. Des animaux qui paraissent parfois bien plus intelligents que les humains, comme l'anecdote sur un coyote qui roule dans la farine Joseph, complètement fasciné par l'animal. La forêt est décrite avec un humour et une saveur culinaire sans pareil :
"Les grouses étaient en somme de somptueux dîners sur pattes qui se baladaient dans la forêt en attendant d'être tuées et mangées."
Jim Harrison met aussi l'accent sur les origines des gens qui peuplent ce village du Nord-Michigan : le père de Joseph était suédois; le médecin de famille est d'origine galloise. le machisme des hommes n'est pas en reste : les fermiers considèrent les filles comme des bouches inutiles.
Une peinture sociale qui fait assez froid dans le dos, un roman à l'ambiance étouffante, (peut-être un peu trop à mon goût) malgré la nature sauvage qui peuple les pages. J'ai été un peu trompée sur le sujet par le titre français"Nord-Michigan", assez vague, et la couverture de cette édition de poche. le roman focalise vraiment sur le personnage du fermier célibataire et dépressif.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
blandine5674blandine5674   25 février 2019
Ces photos d’une autre époque, il ne pouvait les effacer de son souvenir. Ils ressemblaient à ses élèves qu’il voyait jouer au ballon, mais sur ces photos, les enfants au lieu de jouer au ballon faisaient la queue devant les chambres à gaz du camp de Belsen. Dietrich, l’Allemand qui travaillait à la laiterie en ville et que Joseph rencontrait souvent à la taverne, disait que ses compatriotes n’étaient que des animaux. Mais Joseph répliqua que même les animaux ne se conduisaient pas d’une manière aussi ignoble. Les allemands ne tuaient pas les enfants pour se nourrir. Dietrich était saoul et sanglota. Alors pourquoi montrer aux gens ces photos ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
AmastacioAmastacio   07 janvier 2017
Tu sais Yoey, je vous ai entendus parler, le docteur Evans et toi. Je ne devrais rien dire parce que je ne suis pas censée avoir écouter, mais tu devrais épouser Rosealee et cesser de faire l'idiot avec cette fille. Elle vient soi-disant pour monter son cheval et elle ne monte jamais. Elle lui fit un large sourire et lui prit la main. Bien sûr, tous les hommes ont un petit fond de vinaigre, même ton père, mais tu es un peu vieux pour folâtrer avec une fille de cet âge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
blandine5674blandine5674   26 février 2019
Un jour, après quelques verres, il l’avait taquinée au sujet de l’âge et de l’état de son mari. Elle avait simplement répliqué par un sourire et un « Ne t’inquiète pas, je n’ai aucun problème pour trouver des amants. »
Commenter  J’apprécie          170
ZeliglebowskiZeliglebowski   09 avril 2016
Regarde-moi. Nous avons quarante-trois ans et nous n’avons jamais baisé en plein jour. Sans parler de l’océan, qu’on n’a jamais vu. Nous avons été à Washington une fois, mais jamais à New York. Nous n’avons jamais baisé dehors, sauf la fois où nous avons bien failli le faire, il y a trente ans. Je pense qu’on devrait changer de vie avant qu’on soit trop vieux et qu’on meure, avant qu’il soit trop tard. Tu n’as pas envie que ça change, toi? J’en ai marre de te voir te comporter comme une veuve éternelle. Ça fait six ans. Et j’en ai marre de baiser une veuve dans le noir. Je t’aime depuis que j’ai treize ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
maddiemaddie   15 mai 2016
... il alla s'asseoir au bord de l'étang pendant deux longues heures, pour observer les oiseaux et la quiétude de cette immobilité prolongée dans un environnement d'une telle beauté l'amena à se poser des questions fondamentales sur l'humanité. Il s'arrêta à l'idée que la vie n'étais qu'une danse de mort, qu'il avait traversé trop rapidement le printemps et puis l'été et qu'il était déjà à mi-chemin de l'automne de sa vie. Il fallait vraiment qu'il s'en sorte un peu mieux parce que chacun sait à quoi ressemble l'hiver.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Jim Harrison (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Harrison
1995, région des Grands Lacs. Jim Fergus rend visite à sa grand-mère, Renée, 96 ans. Fille d'aristocrates français désargentés, mariée trois fois, celle-ci a connu un destin hors du commun qui l'a menée de son petit village natal de la région de Senlis jusqu'aux États-Unis, en passant par les sables de l'Égypte. D'un caractère entier, froide et tyrannique, elle a brisé la vie de sa famille, en particulier celle de sa propre fille, Marie-Blanche, la mère de Jim. Pour essayer de comprendre cette femme, et peut-être de lui pardonner, l'écrivain va tenter de retracer son parcours. Puis celui de Marie-Blanche, dont la vie a commencé comme un conte de fées avant de prendre des allures de tragédie.
Jim Fergus s'inspire ici de son histoire personnelle pour nous offrir une bouleversante saga familiale. À la façon de Dalva, de Jim Harrison, il inscrit l'intime dans l'Histoire et nous présente d'inoubliables portraits de femmes dans la tourmente. On retrouve surtout dans cette fresque qui s'étend sur un siècle et trois continents toute la puissance romanesque de l'auteur de Mille femmes blanches associée à une force d'émotion rare.
« Avec une grande pudeur, Jim Fergus retrace le destin de ces deux femmes et signe un livre à la fois personnel et universel, bouleversant et sensible. Une fois encore, Jim Fergus frappe très fort. » François Busnel
En savoir plus : https://bit.ly/3kInRns
Où nous trouver ? Facebook : https://www.facebook.com/lecherchemidi.editeur Twitter : https://twitter.com/lecherchemidi/ Instagram : https://instagram.com/cherchemidiediteur
+ Lire la suite
autres livres classés : michiganVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jim Harrison, l'homme du Michigan...

Parmi ces nouvelles, laquelle ne figure pas dans le recueil "Légendes d'Automne" paru en 1979?

Une vengeance
Légendes d'Automne
En route vers l'Ouest
L'Homme qui abandonna son nom

10 questions
100 lecteurs ont répondu
Thème : Jim HarrisonCréer un quiz sur ce livre

.. ..