AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 208137613X
Éditeur : Flammarion (02/09/2015)
  Existe en édition audio

Note moyenne : 3/5 (sur 118 notes)
Résumé :
À la suite de son enquête sur le Grand Maître, l'inspecteur Sunderson, désormais à la retraite, n'aspire qu'à se mettre au vert dans un bungalow du Nord Michigan. Aussitôt installé, il découvre que ses voisins, la famille Ames, sèment la terreur dans toute la région. Les autorités locales avouent leur impuissance face à ce clan qui vit en dehors des lois et commet les crimes les plus crapuleux. Quand une série de meurtres éclate en pleine saison de pêche à la truite... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
Titania
  07 septembre 2015
Ouvrir « péchés capitaux » de Jim Harrison et c’est l’Amérique avec ses grands espaces qui s’engouffre dans votre imaginaire avec son héros, l’inspecteur Sunderson, 66 ans, flic à la retraite dans le Michigan...pas une Amérique idéale, conquérante, sûre de ses valeurs, mais une Amérique paradoxale, souffrante, violente....un monde loin des grandes villes, le fin fond de la campagne, des paysages sublimes, un paradis perdu proche de l’enfer sur terre .
Notre héros fait l’acquisition d’une cabane pour profiter de sa passion, la pêche à la truite, mais ne tarde pas à découvrir ses problématiques voisins, une famille tentaculaire qui sème partout le chaos. Ils commettent toute sortes de délits et de crimes, escroquent , volent et tuent. Les hommes boivent sec, battent les femmes et les enfants, violent les gamines, au moindre problème sortent les calibres et règlent tout par le vide. Ainsi, le clan voit ses effectifs diminuer de façon drastique au fil de règlements de compte internes qui en laissent pas mal sur le carreau.
Et Sunderson dans tout ça ? Il couche avec tout ce qui a un joli derrière dans son environnement, taquine la truite avec amour, échange avec son ami indien Marion, file au bout du monde dès que son ex-femme, qu'il aime toujours, l’appelle pour sauver Mona, sa fille adoptive, culpabilise à chaque gueule de bois, ou parce que sa maîtresse a 19 ans...un type plein de défauts, mais un type bien.
Comme tous les héros de Jim Harrison, il est son porte voix, il nous livre ses réflexions sur la vie, le vieillissement, l’impossibilité de résister aux belles femmes, la dépendance à l’alcool, la nature sauvage, l’Amérique, le monde, et le pouvoir de la littérature. Il est très humain, pétri de contradictions, attachant.
L’énigme posée par ses voisins l’intrigue comme un fait sociologique et percute ses souvenirs de flic. La violence, huitième pèché capital d’une Amérique, coupable du génocide des Amérindiens, un pays fondé dans le sang et la poudre, est le vrai sujet de ce « faux roman policier », qui pointe le paradoxe entre prescriptions religieuses culpabilisantes, et la réalité du monde.
Un grand roman, d’un grand monsieur de la littérature, une réflexion profonde, passionnée emportée par le style d’un géant ...Pour Jim Harrison, on manque toujours d’étoiles !
Pour Vanessa, Bookycooky et toutes les copines babeliotes avec lesquelles j’ai pu échanger sur ce livre, j’espère être assez convaincante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6911
Macha_Loubrun
  07 septembre 2016
J'étais impatiente de lire Péchés capitaux, il faut dire que j'avais beaucoup aimé Retour en terre puis Dalva et Les jeux de la nuit, découvrant avec plaisir et admiration l'oeuvre singulière de Jim Harrison. Depuis, j'ai appris à mieux connaître cet auteur attachant à travers les interviews de François Busnel.
Mais Péchés capitaux a bien failli me tomber des mains à plusieurs reprises, avant que je ne trouve progressivement de l'intérêt aux scabreuses aventures de l'inspecteur Sunderson. Ce jeune retraité, toujours amoureux de son ex-femme est obsédé par trois choses : l'alcool et la bouffe, les petites jeunes filles et la pêche, mais en achetant un petit pied à terre dans le Nord Michigan, il découvre bien vite que ses voisins, les membres de la famille Ames, commettent les pires crimes et terrorisent la population environnante dans un climat incestueux insupportable. Alors bien sûr, il mène l'enquête à sa façon…. L'atmosphère est poisseuse, souvent odieuse, mais on suit Sunderson, miné par ses contradictions et hanté par l'existence d'un huitième péché capital, la violence, profondément ancrée dans l'histoire des Etats Unis, un sujet sur lequel il souhaite écrire un livre lumineux. Comme une rédemption...
Ce faux polard malicieux met finement en lumière les travers de la société américaine, loin du politiquement correct, et offre de belles réflexions sur la littérature. Reste le bonheur intact d'aller pêcher dans les grands espaces…
Jim Harrison nous manque déjà.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          463
frgi
  09 février 2017
Tout d'abord, je voudrais remercier les Editions Thélème et Babelio pour m'avoir envoyé la version audio de ce livre dans le cadre de la dernière action Masse Critique.
Grande première pour moi, je n'avais encore jamais testé l'expérience audio pour la "lecture" d'un roman et force est de constater que ceci n'est pas pour moi. Attention, je ne dis pas que le lecteur "Julien Allouf" est mauvais, que neni ! Bien au contraire, je trouve que sa voix est généralement bien posée et qu'il doit être agréable d'écouter sa lecture assis au coin du feu. Malheureusement cette expérience de lecture n'est pas faite pour moi, ne parvenant pas à maintenir ma concentration suffisamment longtemps pour suivre le récit. Au bout de plusieurs minutes, je ne me souviens déjà plus de ce qui a été lu.
Toutefois, afin de pouvoir remplir mon contrat moral avec Babelio, à savoir réaliser une critique de ce roman de Jim Harrison, je m'en suis procuré une version électronique. Et .... (roulements de tambour ....), contrairement à la plupart des personnes qui ont critiqué ce livre, je n'ai pas apprécié du tout celui-ci. Pourtant je me suis forcé car au bout de 20 pages j'avais déjà envie de m'arrêter, et je suis arrivé à 60 pages. Mais trop c'est trop, là je ne peux vraiment pas aller plus loin. Je ne trouve aucun plaisir à la lecture de ce livre.
J'ai l'impression de lire une succession d'idées qui n'ont aucun lien les unes avec les autres mises bout à bout .... un peu comme ma liste de courses chaque semaine ! de plus, pas une page sans parler de sexe ! Je ne suis pas puritain, loin de là mais j'estime que comme pour la violence, le sexe dans un roman doit avoir une utilité pour le récit. Sinon il n'a rien à y faire. Et ici, j'ai l'impression de lire une succession de pensées d'un obsédé sexuel.
Vous l'aurez donc compris, je n'ai pas du tout aimé ce livre. Je ne dis pas qu'il est mauvais, mais simplement qu'il n'est pas pour moi !
A vous donc de vous faire votre propre opinion maintenant.
PS1 : un de mes collègues est un grand adepte des livres audio. Je m'en vais donc lui offrir celui-ci afin qu'il serve à quelqu'un et en espérant qu'il lui plaise plus qu'à moi !
PS2 : Ce livre ne m'ayant pas apporter beaucoup de plaisir, je vais faire une première entorse à mon principe d'associer un jeu aux critiques de livres que je rédige en 2017.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
Corboland78
  07 septembre 2015
Jim Harrison, de son vrai nom James Harrison, est un écrivain américain, né en 1937 dans le Michigan aux États-Unis. La mère de Jim Harrison est d'origine suédoise et son père était agent agricole. A l'âge de huit ans, son oeil gauche est accidentellement crevé au cours d'un jeu. A 16 ans, il décide de devenir écrivain et quitte le Michigan pour vivre la grande aventure à Boston et New York. En 1960, à l'âge de 23 ans, il épouse Linda King. Ils ont eu deux filles, Jamie et Anna. Il obtient cette même année une licence de lettres mais renonce rapidement à une carrière universitaire. Pour élever ses filles, il rédige des articles de journaux, des scénarios, en même temps que sont publiés ses premiers romans et ses recueils de poèmes. En 1967, la famille retourne dans le Michigan pour s'installer dans une ferme et depuis il partage son temps entre le Michigan, le Nouveau-Mexique et le Montana. Péchés capitaux, son tout nouveau roman, vient de paraître.
Jim Harrison (et curieusement, j'ai exactement la même problématique avec Philippe Djian) m'oblige toujours à un long préambule avant d'attaquer mon billet. J'ai adoré ses premiers romans en leur temps (Légendes d'automne (1981), Dalva (1989), etc.) puis il y a eu de grosses déceptions mais trop tard, j'étais ferré et je continuerai à le lire jusqu'à la fin. Depuis plusieurs années donc, j'ai fait mon deuil des grands romans espérés et je m'efforce de le lire en tenant compte de l'état actuel de sa production. C'est aussi pourquoi, je me rue sur ses ouvrages dès leur parution en évitant de lire les commentaires médias/blogs, pour me faire ma propre opinion – que j'espère objective – et écrire mon billet sans répéter comme un perroquet ce que les autres en disent.
Péchés capitaux remet en selle l'inspecteur Sunderson que nous avions découvert dans Grand maître (2012). le flic à la retraite s'est offert un bungalow dans le Nord Michigan pour se consacrer à son activité favorite, la pêche. Mauvaise pioche quand il constate bien trop vite que ses voisins, la famille Ames, sèment la terreur dans toute la région. Même les autorités locales s'avouent impuissantes face à ce clan (hommes, femmes, enfants) qui vit en dehors des lois et commet les crimes les plus abjectes. Quand une série de meurtres dans cette famille, éclate en pleine saison de pêche à la truite, Sunderson se sent obligé à reprendre du service.
Honnêtement, le début du bouquin m'a fait craindre le pire, une histoire de chantage pas très claire qui amorce très chaotiquement le reste du roman mais, une fois le livre refermé, je le dis très clairement, ce nouveau Jim Harrison n'est pas mauvais du tout, il est même d'un bon niveau au regard de ses dernières productions. Disons qu'il m'a agréablement surpris, ce qui est déjà beaucoup.
Alors certes, ses détracteurs vont nous ressortir les sempiternelles mêmes critiques, les fameux 3 B si chers à l'écrivain, c'est-à-dire, Baise/Boisson/Bouffe dans l'ordre de ses préférences ( ?). Oui, les allusions sexuelles sont permanentes, mais il y a très peu de sexe réellement décrit et les fantasmes d'un homme âgé (Sunderson a 66 ans/Harrison a 78 ans) pour les petits culs de jeunettes (ou non) délurées peuvent agacer dans un premier temps (je ne l'avais pas accepté dans l'un de ses précédents romans) mais ici, sans m'en réjouir plus que cela, j'y ai trouvé une sorte d'humour mêlé à ce qui pourrait s'apparenter à une preuve de vitalité forçant l'admiration, qui n'empêche pas la lucidité, « Je crois que l'instinct sexuel est profondément ancré, enfoui, encodé au fond de nous, et qu'il nous pousse à nous ridiculiser. ». Oui encore, Sunderson boit comme un trou et ça lasse. Oui enfin, il bouffe énormément. Mais ces trois types d'excès, dans ce roman du moins, m'ont paru une provocation contre les diktats imposés par le monde moderne, sur nos modes de vies, hygiène alimentaire et le politiquement correct en général. le vieux, qui pour moi n'est pas un mauvais bougre, n'a que faire de ces cris d'orfraie, il assume ses choix de vie. Et tant qu'à mourir, que ce soit après avoir vécu pleinement, même si quand le roman s'achève, Sunderson semble avoir opté pour une sorte de rédemption…
Je ne m'attarde pas sur l'intrigue qui vaut ce qu'elle vaut (le bouquin est sous-titré « faux roman policier ») mais permet à Jim Harrison de critiquer vertement les violences, toutes les violences : maltraitance des femmes et des enfants, viols sur mineures, incestes, crimes de sang… Un mal profond dans son pays, « La violence est une tradition ancestrale en Amérique ». C'est aussi le thème que Sunderson, se sentant des velléités d'écrivain, se propose de traiter en rédigeant un essai sur ce qu'il nomme le huitième péché capital. L'écriture étant un des autres sujets abordés par l'auteur, « Il faut travailler toute une vie pour écrire correctement, et même ça ne suffit pas. Il y a des centaines de milliers d'écrivains sur terre ; mais quelques-uns seulement savent écrire. »
Il faut lire Harrison comme on lit Rabelais, sous la truculence et l'outrance se cache une réflexion critique sur le monde, sur l'Amérique.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
gabb
  24 mars 2018
Pour ma 100ème critique (hourra !), je voulais marquer le coup, fêter l'événement ! C'est donc tout naturellement que je me suis tourné, comme on débouche une bonne bouteille, vers mon maître à penser, mon pygmalion, mon sacro-saint Jim Harrison (comment ça j'en fais un peu trop ?! Vous trouvez ?) ... et tant pis si je ne suis pas tombé sur son cru le plus fameux.
Le socle éternel (pêche à la truite + gueuletons pantagruéliques + fessiers féminins) est bien là, solidement ancré dans ce terreau américain qui inspira Big Jim tout au long de son épicurienne existence, mais je n'ai pas toujours retrouvé le souffle de liberté et les grands espaces habituels, l'ode à la nature sauvage et les petites divagations métaphysiques qui m'étaient devenues familières. En dehors de Marion, personnage ici secondaire, nul indien à l'horizon :-(
Nous sommes cette fois plongés au coeur d'une sombre histoire de vengeance familiale au sein du clan Ames, une bande de dégénérés violents et alooliques que le pauvre Sunderson, l'inspecteur fraichement retraité dont j'avais fait la connaissance dans Grand Maître, a pour malheur d'avoir comme voisins... Lui qui rêvait de profiter de son bungalow de pêche, dont il vient de faire l'acquisition dans une petite bourgade qu'il espérait tanquille, c'est loupé. Pour ne rien arranger, notre brave inspecteur, comme toujours rongé par le démon du bas ventre, ne trouve rien de mieux à faire que de s'enticher des plus jeunes demoiselles de cette famille de tarés et passe son temps, entre deux parties de pêche à la mouche, à se morigéner pour ses écarts de conduite lubriques et, il bien l'admettre, plutôt malsains...
On peut s'en lasser, à la longue, mais l'on peut aussi se réjouir de retrouver cette plume unique, à la fois lyrique et rugueuse. On est rarement déçu.
Comme souvent chez Harrison, j'ai été plus sensible aux digressions d'un homme vieillissant, bourru mais bon vivant, écartelé par ses contradictions, que par ses aventures proprement dites, qui tournent vite en rond et ne sont qu'un prétexte à la rêverie et à l'introspection.
Une fois encore, difficile de pas voir dans ce personnage atypique et attachant, féru d'histoire et de litérrature (et, ici, de théologie, avec en fil rouge des petites réflexions sur les septs péchés capitaux), autre chose qu'un double fictif de l'auteur lui-même, grand pêcheur - dans les deux sens du terme ! - devant l'éternel.
Pas une page sans référence aux rivières ou aux formes attirantes d'une voisine, d'une serveuse, pas un chapitre sans une recette de cuisine ou le souvenir d'un bon vin : c'était ça, Jim Harrison.
On aime ou on aime pas, moi j'ai choisi mon camp !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          195

critiques presse (3)
LeJournaldeQuebec   16 novembre 2015
Chaque fois qu’on lit un Jim Harrison, on a l’impression de mieux comprendre le monde dans lequel on vit.
Lire la critique sur le site : LeJournaldeQuebec
Lexpress   18 septembre 2015
Une puissante réflexion sur les pouvoirs de la nature, de l'écriture et de nos illusions.
Lire la critique sur le site : Lexpress
LesEchos   15 septembre 2015
La plume de Jim Harrison est joyeusement fantasque et débridée.
Lire la critique sur le site : LesEchos
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
Macha_LoubrunMacha_Loubrun   20 août 2016
L'ajout de la violence à la liste des Sept Péchés Capitaux n'avait apparemment aucun fondement théologique solide. A certaines époques, toutes les religions semblaient se complaire dans la violence avec la bénédiction des plus hautes autorités spirituelles, et le Moyen-Orient paraissait ne s'être jamais remis des croisades. Le pape Borgia, Alexandre VI, n'avait de toute évidence eu aucun scrupule à assassiner ses ennemis. Al-Qaida se servait de la foi pour pousser au meurtre. Un historien de talent pourrait comptabiliser les victimes assassinées par le musulmans et les chrétiens. On se demande ce que Mahomet et Jésus pensent de cette immense conflagration qu'on appelle l'Histoire. Certes les Évangiles ne prônent pas la violence, et le pape en personne a toujours été là pour excuser le comportement des catholiques. On ne peut plus se raccrocher qu'à notre intime conviction, qui ne vaut pas d'être exposer au monde. Mais peut-on pour autant défendre la loi du silence ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
TitaniaTitania   06 septembre 2015
Il se dit que dans la littérature nos vies sont des fleuves, mais cette comparaison lui parut inappropriée. La puissance d'un fleuve est indomptable. Nous étions plutôt des ruisseaux ou des ruisselets qui se jetaient dans des fleuves. On pouvait espérer que notre vie soit un ruisseau limpide, fort et tranquille. En faisant bien attention, c'était possible. Sinon la négligence rendait ses eaux boueuses. Sunderson dut se ranger dans cette catégorie, mais rien ne l'empêchait de changer. ..p.41
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
CalibanCaliban   14 novembre 2016
Avec l'âge, l'horloge interne dont il s'était tant vanté, à laquelle il s'était toujours fié, commençait à le lâcher . L'autre jour, par exemple, alors qu'il campait près de la Driggs River, il avait compté se réveiller à l'aube, vers cinq heures et demie du matin, mais après avoir éclusé plusieurs rasades supplémentaires de sa flasque à côté de son feu de camp, il avait ouvert des yeux pleins de honte à huit heures, ayant ainsi raté les meilleurs moments de pêche . Il s'était senti malheureux toute la journée . Où était donc passé l'homme capable de picoler presque toute la nuit et de pêcher ensuite dès l'aube ? Sa capacité de récupération battait de l'aile . Autrefois, il installait son camp et son matériel de pêche en moins d'une demi-heure . Ce n'est pas tant qu'il désespérait du processus naturel de vieillissement, mais les plaisirs inhérents à son ancien mode de vie chaotique lui manquaient .Chacun connait le dicton--- lescochons aiment leur propre merde --- mais les problèmes de Sunderson étaient un peu plus graves . Toutes ses habitudes tendaient à l'autodestruction, sauf la pêche et son goût forcené de la marche . Il s'était souvent dit qu'il était facile de contracter une habitude, mais extrêmement difficile d'y mettre un terme . Il avait pleuré un certain nombre de fois en arrêtant de fumer, puis toujours recommencé . Après son divorce, il découvrit qu'il n'aimait plus la cigarette autant qu'avant .La goutte d'eau qui fit déborder le vase, ce fut quand il n'eut plus le droit de fumer dans son bureau au commissariat . Il fumait toujours une cigarette de temps à autre, mais il était loin de son paquet quotidien d'autrefois . L'alcool lui posait davantage de problèmes. En certaines occasions, il avait absolument besoin de boire un verre, mais pour une raison inexplicable jamais quand il pêchait .
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
TitaniaTitania   06 septembre 2015
Il se rappela l'été où il avait été diplômé, avant de s'engager dans la police d'Etat, il avait lu Shakespeare. La pureté de cette langue l'avait stupéfié. Dans un petit restaurant il lisait " le songe d'une nuit d'été" quand tous ses camarades croyaient qu'il préparait un examen. Mais c'était son propre esprit qu'il examinait. Shakespeare semblait encore plus vrai que l'histoire. La littérature se dressait face à l'abîme alors que l'histoire s'y vautrait. P. 139
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          162
Corboland78Corboland78   07 septembre 2015
Peut-être devrait-il rédiger un essai sur le huitième péché capital, la violence. Peut-être pourrait-il devenir pasteur, ayant eu la vocation sur le tard ? Grâce à sa longue expérience d’inspecteur de police, il avait beaucoup à dire sur la violence. Pourquoi certains hommes se mettent-ils à boxer des femmes qui ne peuvent pas se défendre ? Il avait assisté à de vrais bains de sang. Il avait détesté prendre certaines dépositions à l’hôpital. On n’avait pas le droit de fumer dans les hôpitaux, alors il avait rejoint les toilettes en quatrième vitesse pour tirer quelques bouffées. Rien ne donne plus envie de fumer ou de siffler un verre que de parler à une femme qui a le visage en bouillie, quelques dents manquantes et un bras dans le plâtre. Si elles lui posaient la question, il leur conseillait toujours le divorce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Jim Harrison (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Harrison
Marcher, Jim Harrison Présenté par Claude Fournier
autres livres classés : amériqueVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacMomoxLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Jim Harrison, l'homme du Michigan...

Parmi ces nouvelles, laquelle ne figure pas dans le recueil "Légendes d'Automne" paru en 1979?

Une vengeance
Légendes d'Automne
En route vers l'Ouest
L'Homme qui abandonna son nom

10 questions
85 lecteurs ont répondu
Thème : Jim HarrisonCréer un quiz sur ce livre
. .