AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Marie-Hélène Dumas (Traducteur)
ISBN : 2264016914
Éditeur : 10-18 (12/09/1999)

Note moyenne : 3.74/5 (sur 95 notes)
Résumé :
Le loup des steppes de Fenimore Cooper, c'est Jim Harrison, lui seul, dans ce livre écrit en 1971, à l'âge de 34 ans. On y côtoie les grands buveurs avec qui il aime tanguer dans les bars, la rivière, la forêt, l'odeur des femmes, les espaces de John Ford.

Harrison nous tire à l'orée des bois (de la vie), là où les hommes s'exaltent, deviennent insensés.

Au bout du compte, il y a le miracle d'une écriture vigoureuse : elle éclabousse l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  10 septembre 2012
Je n'ai sûrement pas dû commencer par le bon livre de Jim Harrison pour apprécier cet auteur à sa juste valeur.
Cet ouvrage est en réalité divisé en deux. D'un côté, l'on découvre un homme d'une trentaine d'années parti seul camper dans les montagnes du Michigan, vivant de ses quelques réserves et de la pêche et de l'autre, l'on découvre ce même personnage dan sa jeunesse. Il s'agit en fait des souvenirs que le narrateur se remémore au fur et à mesure de ses pérégrinations en pleine nature.
La partie qui est vécue au temps présent du roman, à savoir celle du camping et de la traque aux animaux sauvages est superbe tans que l'autre, celle des aventure d'un jeune homme, parti à l'aventure et ayant quitté ses parents vers l'âge de 18 ans m'a assez dégoûtée car le narrateur ne vivait alors que pour la drogue, le sexe et l'alcool. Même s'il reconnaît qu'il n'a connu que peu de femmes dans sa vie dont les plus importantes auront indubitablement été Laurie et Barbara, les scènes de sexe qu'il décrit ne sont jamais sans violence et surtout, d'une horrible crudité.
Certes, le roman est très bien écrit (un peu trop bien peut-être) car ces scènes-là en particulier m'ont assez écoeurées je dois dire. Je sais que je suis d'une nature sensible mais bon, j'ai quand même un seuil de tolérance et là, je peux vous assurer que cela le dépasser de beaucoup.
J'ai néanmoins tenté de passer outre et d'aller jusqu'au bout de cette lecture car il y a quand même de très beaux passages et de belles réflexions philosophiques !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
PascalOlivier
  26 avril 2017
Publié en 1971 aux États-Unis (et en 1991 par Robert Laffont en France), Wolf est le premier roman de Jim Harrison (qui nous a quitté le 26 Mars 2016) et une belle porte d'entrée pour qui veut découvrir l'oeuvre de cet immense romancier qui préférait vivre au fin fond de la campagne plutôt qu'arpenter les trottoirs de mégapoles inhumaines. Espiègle, le romancier nous explique en préambule que son roman est un vrai-faux journal relatant quatre années de sa vie. C'est donc à l'âge canonique de 33 ans que Jim Harrison publie ses mémoires ! le récit va donc se scinder en deux parties, l'une va décrire l'écrivain (ou du moins son personnage) empêtré dans une virée en pleine nature sauvage, ce qui donnera lieu à des scènes croustillantes où les amateurs d'une beauté naturaliste et contemplative en auront pour leur frais, et l'autre où les souvenirs urbains affluent et nous promènent de bars miteux en zones d'ombres peu fréquentables. Et au milieu de ce chaos littéraire surnage un être cramé par l'alcool et les mauvais choix, qui préfère écumer les bas-fonds de la société et les forêts sauvages pour y trouver une vérité, aussi crue soit-elle. « Il n'y a aucun romantisme dans les bois, malgré ce que prétendent les imbéciles. le romantisme est dans le progrès, le changement, la disparition d'une face de la terre au profit d'une autre. Nos indiens étaient, et sont encore, de grands anti-romantiques. Quiconque le conteste devrait être largué en parachute ou amené en hydravion dans le territoire du Nord-Ouest, histoire de voir si il trouve sa dose de romantisme. » Jim Harisson plonge le lecteur dans les méandres de son histoire où pleuvent les relations sexuelles plutôt glauques, où la violence des mots côtoie celle des gestes, où un pays ne veut plus se regarder en face, mais préfère cacher sa misère sous son paillasson. L'auteur gratte là où ça fait mal, submerge son auditoire de détails sordides parfois hilarants souvent tristes. Jim Harrison est un révolté, un coeur d'or caché sous l'apparence d'un ours mal léché qui ne prends pas de gants pour dire ce qu'il a à dire. « J'ai toujours pensé qu'on aurait dû appeler les hommes de cinquante ans en premier sous les drapeaux, puis ceux de la tranche d'âge immédiatement inférieure et ainsi de suite. Laisser aux jeunes la chance de pouvoir vivre un peu, de goûter les choses, avant d'aller se faire descendre au fin fond de la jungle. Et on devrait aussi recruter systématiquement 25% du congrès. » Jim Harrison renvoie dos à dos la nature impitoyable et la société des hommes, qui dans sa grande folie mégalomaniaque, se croit supérieure au monde des végétaux et des animaux. Et derrière l'amertume et le cynisme, derrière l'épaisseur de la peau, se cache une blessure grave et profonde, que l'écrivain a su peut-être guérir grâce à son travail qui marque à tout jamais l'histoire de la littérature américaine.
Lien : https://cestarrivepresdechez..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
marylinestan
  31 juillet 2019
« Wolf », ou les errances d'un marginal dont chaque immersion en société fait l'effet d'un plongeon dans une eau trouble, saumâtre. Désaxé, asocial, l'homme traîne sa dégaine au hasard des routes et des rencontres, avec son incapacité à s'adapter, encore moins à s'intégrer à ce qui ressemblerait à ses semblables, bipèdes bien pensants et socialisés. Lui, c'est dans les bois qu'il se sent bien, à humer les odeurs, à donner sens au moindre tressaillement de branche, et la forêt le renvoie dans ses méditations à sa condition d'homme. Libéré, il revisite ses souvenirs comme on caresse un rêve, son attention captée par l'essentiel : le saut d'un écureuil, l'ombre d'un cerf, le croassement d'une grenouille…Homme solitaire, et lecture salutaire.
Commenter  J’apprécie          60
Warrenbismuth
  18 décembre 2017
Attention document ! Ce roman est le premier sorti par celui qui deviendra l'une des références majeures des lettres américaines du XXème siècle. Ecrit en 1971, ce « Wolf » a comme sous-titre « Mémoires fictifs ». On ne me le fera pas croire. En effet, le narrateur, ce Swanson ressemble trop à Jim HARRISON lui-même pour que l'on y voie une quelconque fiction : né en 1937, borgne depuis sa plus tendre enfance, d'ascendance suédoise, mesurant à peine plus d'1 mètre 50, ayant perdu son père et sa soeur lors d'un accident de voiture lorsqu'il n'avait que 19 ans, ça ne vous rappelle personne ? Si ce roman se lit comme une fiction déjantée, il s'agit bien là d'une autobiographie plus ou moins romancée, on parlerait aujourd'hui d'une autofiction. Ah oui mais pas n'importe laquelle. C'est celle d'un homme qui a parcouru les Etats-Unis en long en large et en travers jusqu'à l'épuisement, qui a cherché la réconciliation avec la vie au coeur d'une forêt, dans laquelle il va finir par se perdre. Il se remémore cette vie chaotique faite, bien sûr, de femmes, d'alcool, de cigarettes à outrance et de drogues diverses mais efficaces. À ce propos, il me semble improbable voire impossible qu'HARRISON ait écrit ce bouquin à jeun tant l'écriture est agitée, digressive en diable, confuse même. Mais une confusion tout à fait salutaire, une confusion qui nous replonge dans un monde disparu, celui des seventies, fait d'excès en tous genres, un monde où la confusion mentale résultant notamment des psychotropes gouverne la jeunesse rebelle. Roman truffé d'anecdotes pour la plupart tordantes, ce « Wolf » est celui de l'insouciance, les petits boulots, les voyages à l'arrache, la picole pour tenir le coup, le whisky vu et bu comme du café, une grosse dose pour favoriser le réveil des troupes. Mais « Wolf » est aussi le roman des premières désillusions face à la société américaine (car c'est bel et bien un roman sociétal), des premières dépressions à la mort des proches, le roman d'un avenir réduit où seul le moment présent doit compter. HARRISON est ce libertaire (il a lu et apprécié KROPOTKINE) isolé et contemplatif dans une Amérique guidée par le capitalisme, il s'évade par la lecture (les références à l'un de ses maîtres DOSTOIEVSKI sont nombreuses), le whisky, les gonzesses libérées, les grosses bagnoles pourries et la nature, la sainte et divine nature, celle où la pêche est élevée à l'état d'art précieux. Sacré phénomène que ce Jim ! Et cette écriture plus verte, plus argotique que jamais qui nous mène avec un humour omniprésent à la table où l'alcool va couler à flots. Un livre où la perversion est revendiquée en même temps qu'un certain état d'urgence d'une jeunesse en quête de repères. « Wolf » n'est pas vu comme le chef d'oeuvre d'HARRISON, pourtant il aide à comprendre tout le reste, ce qui va suivre…
https://deslivresrances.blogspot.fr
Lien : https://deslivresrances.blog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Loutre_des_Rivieres
  31 octobre 2012
Wolf est le premier roman de Jim Harrison et raconte l'histoire de Swanson, la trentaine, pas vraiment sain. Alcool, tabac, drogues douces, il s'enivre de la nature pour oublier ses regrets, notamment celui de ne pas encore être la grand écrivain qu'il espérait. A l'occasion d'une semaine d'isolement et de solitude dans les bois, il évoque de nombreux souvenirs.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
cicou45cicou45   09 septembre 2012
"Depuis des années maintenant, la terre me paraît hantée. Des bêtes étrangères à toutes classifications zoologiques sévissent en d'indéfinissables configurations. On les appelle gouvernements. Blessures inguérissables faites sur toute la surface de la terre et que recouvre le tissu cicatriciel de notre présence vivante.
Le problème de fond : je ne veux pas vivre dans ce monde mais je veux vivre."
Commenter  J’apprécie          160
marylinestanmarylinestan   31 juillet 2019
Avant quatre heures le ciel s’éclaircirait. J’ai toujours prêté une attention démesurée à l’heure. Cela fait partie des problèmes que m’ont posés mes quelques passages dans le monde du travail : cette prévisibilité incontournable qui exaspère tous les employés, une pléthore d’horloges et, juchée sur mon cou trop maigre, ma tête qui suit leurs cercles parfaits, qui tourne, encore et encore. Je me rappelle avoir travaillé dans un bureau à Boston et, au cours de la deuxième semaine, avoir un jour levé les yeux vers l’horloge alors qu’il était deux heures et demie et non quatre heures et demie comme je l’espérais. Je m’étais mis à pleurer, de vraies larmes, salées (certainement dues aussi aux cinq doubles scotchs de mon déjeûner).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WictorianeWictoriane   12 février 2012
Lors de ma dernière année de lycée, je m'étais fabriqué un personnage calqué sur ces jeunes gens, en ajoutant à ce modèle une large dose de Stephen Dedalus en guise de bouquet garni. Je serai devenu un petit merdeux prétentieux, si je ne m'étais ensuite plongé corps et âme dans Whitman, Faulkner, Dostoïevski, Rimbaud puis Henry Miller qui fut une transition continue, une nourriture contre la mélancolie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
cicou45cicou45   10 septembre 2012
"Oui, l'amour est étrange, encore faut-il arriver à le vivre."
Commenter  J’apprécie          210
PascalOlivierPascalOlivier   26 avril 2017
Il n’y a aucun romantisme dans les bois, malgré ce que prétendent les imbéciles. Le romantisme est dans le progrès, le changement, la disparition d’une face de la terre au profit d’une autre. Nos indiens étaient, et sont encore, de grands anti-romantiques. Quiconque le conteste devrait être largué en parachute ou amené en hydravion dans le territoire du Nord-Ouest, histoire de voir si il trouve sa dose de romantisme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Jim Harrison (26) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jim Harrison
Cet épisode du podcast Homo Ethicus est un hommage à Jim Harrison et, plus particulièrement, à sa vision toute personnelle de la sagesse. Sa vision du monde était faite d'amour de la nature sauvage, de gueuletons inimaginable, d'amitié, de poésie et d'écriture que nous voyons à travers des citations de plusieurs de ses ouvrages.
autres livres classés : montanaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jim Harrison, l'homme du Michigan...

Parmi ces nouvelles, laquelle ne figure pas dans le recueil "Légendes d'Automne" paru en 1979?

Une vengeance
Légendes d'Automne
En route vers l'Ouest
L'Homme qui abandonna son nom

10 questions
90 lecteurs ont répondu
Thème : Jim HarrisonCréer un quiz sur ce livre