AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2743634995
Éditeur : Payot et Rivages (03/02/2016)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 11 notes)
Résumé :
Publiée pour la première fois en français, Elizabeth Harrower est une légende de la littérature australienne. Ce roman, écrit en 1971, a été retrouvéen 2014 par Michael Heyward, fabuleux éditeur aux commandes de Text Publishing. Trésor caché enfin mis au jour, In Certain Circles est un bijou de finesse et d'émotion, comme si Jane Austen était toujours parmi nous. Dans la lignée de Retour à Howards End, mais aussi de La Promenade au Phare de Woolf, ce texte enchanteu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
Annette55
  07 juin 2016
C'est par une belle journée, une matinée parfaite, dans le luxueux jardin de la famille Howard où chaque feuille réfléchit le soleil et où le ciel est immense que s'ouvre "un certain monde".
À l'intiative de son frére aîné Russel , de retour de la guerre -nous sommes dans les années 40- le reste de l'ouvrage est atemporel- que Zoé , dix- sept ans, railleuse, égocentrique, un peu vaniteuse, confiante en elle, à la vie harmonieuse, comme la plupart des enfants choyés fait la connaissance de Stephen et Anna, frére et soeur aussi, mais orphelins et appartenant à une classe sociale plus modeste.
Les parents de Zoé et Russel, biologistes, auteurs d'ouvrages de vulgarisation tous publiés à l'étranger, étaient respectés et apparaissaient dans les journaux comme des personnalités marquantes.
Les parents d'Anna et Stephen sont morts dans un accident.ils ont été négligés par leurs tuteurs, le faible Charles et la tante Nicole dépressive.......
Zoé et Russel semblent destinés à un avenir radieux.
Anna et Stephen devront surmonter leur passé.
Pourtant la suite du roman décline d'une façon elliptique, sans une phrase ou un mot de trop , vingt ans de leurs quatre destins entrecroisés, en nous présentant surtout les points de vue d'Anna, humble et effacée en apparence et ceux de Zoé aux convictions affiirmées, intrépide et sûre d'elle........
Je n'en dirai pas plus.......
L'auteur, avec une grande finesse psychologique, une acuité hors du commun, une justesse de ton remarquable, une vision humaine acérée à la fois désenchantée et hostile au tragique ne cantonne pas ses personnages dans une posture semblant assignée à chacun;.
Au contraire, elle bouscule les points de vue, redistribue les cartes avec talent, décline la complexité de tempéraments, les faiblesses et les convictions, les aveuglements trompeurs .......
Un ouvrage dédié à l'éducation, au partage, aux sentiments et à leurs divergences, à l'ambition personnelle, à l'amitié et à l'amour, à la vie, quoi .........
Un ouvrage fin, complexe, sensible , au charme désuet , à la fois classique et original, difficile à décrypter, un récit intime toute en finesse et émotion à la Jane Austen, réédité en 2012 , un manuscrit oublié qui devait paraître en 1971............l'auteur excelle à décrire la passion , la désillusion qu'apporte la vie,
la faiblesse que cache la vertu, l'aveuglement et les erreurs humaines ..........
"Cela bouleverse de découvrir qu'on s'est peut- être trompé sur la chose la plus importante de sa vie au mitan de son existence....."
Un texte enchanteur et une belle méditation sur le sens du destin, un ouvrage féminin ........
Elizabeth Harrower , née en 1928 , est un écrivain Australien , comme je l'ai déjà écrit , j'aime beaucoup les romans étrangers!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          432
rabanne
  24 mars 2016
Ce roman, à la belle couverture, me laisse dans une certaine perplexité, ne m'ayant pas procuré de véritable émotion.
Ni pénibilité à la lecture, mais ni exaltation non plus, dans un genre trop "atemporel" pour moi.
Et j'ai pressenti rapidement que je l'oublierai vite une fois refermé.
Un certain monde raconte la destinée de quatre jeunes gens dans l'Australie des années 1940 à 1960.
Deux couples de frère et soeur, issus de milieux sociaux opposés...
C'est un récit sur la destinée, sur l'éducation, l'ambition personnelle, les sentiments, le renoncement, les déceptions, le partage, l'amitié et l'amour...
Bref, sur la vie. Mais il m'a manqué ce je ne sais quoi de "passion" entre les lignes.
Commenter  J’apprécie          220
PegLutine
  09 février 2016
Je ne suis pas le coeur de cible. Rien que la couverture, par ailleurs très belle, ne me correspond pas: trop sophistiquée, trop élégante, trop de féminité, trop sérieuse, trop figée, trop adulte?... Mais les hasards nous conduisent parfois à aller vers des territoires inhabituels, comme un gps qui indiquerait un chemin de traverse.
Dans la première partie, le personnage de Zoé m'a beaucoup énervée, suffisance et condescendance, et je ne me retrouvais pas dans le style de l'auteur. Malgré tout, les autres personnages avaient des caractères et des histoires mystérieux et j'ai poursuivi cette lecture. le vrai déclic a été les extraits du journal d'Anna, car c'était le personnage qui m'intéressait le plus. J'ai mis du temps à apprécier la petite musique de l'écriture, ainsi que les explications psychologiques. Je ne me suis pas sentie concernée par les histoires, il n'y a rien de trépidant, et même quand on parle de passion amoureuse, il y a une retenue qui nous empêche d'être complètement immergée dans le tourbillon des sentiments.
Ça m'a manqué, de ne pas frissonner, de ne pas m'inquiéter, de ne pas avoir d'opinion sur les choix des personnages. Bizarre, non? Bizarre mais finalement assez reposant, d'où les trois étoiles. Parce que je ne me suis pas ennuyée, parce que j'ai accepté de n'être que spectatrice des vies romanesques que je croisais, parce que l'évolution des personnages est parfois surprenante et moins lisse que prévu. Un certain monde a un certain charme, un peu désuet, un peu trop classique mais original en cette période de nombrilisme autofictionnel...
Et puis c'est pas tous les jours qu'on voyage jusqu'en Australie (même si le pays n'est pas un personnage, au mieux un paysage en filigrane).
Finalement, fiez-vous à la couverture, son esthétique vous renseignera sur ce roman bien mieux que ma critique!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          121
MarianneL
  27 février 2016
Oppression et égarement des vies, au travers du destin de deux femmes.
Zoé a l'air d'être issue d'une famille parfaite, riche et cultivée. Ses parents, éminents biologistes, occupent une position en vue dans l'une des cités les plus agréables du monde anglophone, Sydney, à la fin des années 1940. À dix-sept ans, Zoé semble être elle-même plus que parfaite, intrépide et naïve, et jouit d'une confiance inébranlable en l'avenir et en ses propres possibilités.
Son frère Russell a l'air plus tourmenté : fait prisonnier pendant la seconde guerre mondiale, il est beaucoup plus sensible au sort et à la souffrance des autres. Il s'est ainsi lié avec Stephen et sa soeur Anna, deux orphelins aux moyens modestes et au destin beaucoup plus incertain, élevés après l'accident de voiture qui a coûté la vie à leurs parents par une tante dépressive et un oncle tout aussi défaillant. Au début du roman, avec une gentillesse qu'Anna décrit dans son journal intime comme presque surnaturelle, les parents de Russell ont invité ces amis pour une partie de tennis.
En découvrant le roman d'Elizabeth Harrower, qui dépeint sur une vingtaine d'années les vies de ces quatre personnages au plus près des émotions qui les parcourent, on se dit que la littérature peut définitivement nous apprendre beaucoup plus que de nombreux essais sur les traits de la société bourgeoise, la tyrannie familiale et sur les obstacles à l'émancipation des femmes.
La suite sur mon blog ici :
https://charybde2.wordpress.com/2016/02/27/note-de-lecture-un-certain-monde-elizabeth-harrower/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
cdisaintemarguerite
  24 mars 2016
Ce roman raconte la destinée de quatre jeunes gens dans l'Australie des années 1940 à 1960. Deux couples de frère et soeur : Zoé et Russell sont issus d'un milieu favorisé et représentatif de la jeunesse dorée de Sydney, tandis que Stephen et Anna sont des orphelins que leurs tuteurs ont négligé. C'est un récit atemporel sur la rencontre d'individus, sur leurs comportements sociaux, sur la divergence de leurs sentiments, mais aussi sur l'éducation, l'ambition, le partage, l'amitié et l'amour...
A. Raballand
Commenter  J’apprécie          10

critiques presse (1)
Telerama   03 février 2016
Une impeccable justesse, du mot, du ton, mise au service d'une acuité psychologique hors du commun et d'une vision de l'expérience humaine tout ensemble désenchantée et rétive à tout débordement tragique.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
rabannerabanne   24 mars 2016
Puisque je savais à quoi m'attendre, rien n'aurait dû me surprendre et pourtant ç'a été le contraire. Mrs Howard est persuadée que la cérémonie de l'os chez les Aborigènes peut tuer, elle a lu ça quelque part. Elle refuse de croire que les mots et les idées tuent chaque jour.
Commenter  J’apprécie          120
laurannslauranns   22 avril 2017
Elle sortait avec eux et les écoutait. Leurs problèmes se résumaient à un seul: l'absence d'une épouse, d'une vraie vie de famille. Hommes en surnombre, objets perdus que personne ne venait réclamer, ils rêvaient d'être un jour retrouvés.
Commenter  J’apprécie          10
PegLutinePegLutine   09 février 2016
Elle cria de nouveau: "Nous sommes merveilleusement heureux! L'exaltation, tu connais ça?"
Assise dans un coin du canapé, Anna sourit. "De loin."
Commenter  J’apprécie          20
PegLutinePegLutine   09 février 2016
Ils échangèrent un regard. Et pendant les trois ou quatre secondes qu'il dura, volets grands ouverts, il y eut le sang, il y eut l'oxygène, il y eut les couleurs tapageuses et la violence de leur vraie vie.
Commenter  J’apprécie          10
laurannslauranns   22 avril 2017
Il ne supporte pas la solitude. Je suppose que beaucoup lui ressemblent. Du coup, celles qui apparaissent - sympathiques- font l'affaire. Il n'est pas nécessaire que ce soit une en particulier, ni même un certain type.
Commenter  J’apprécie          00
Videos de Elizabeth Harrower (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Harrower
Chronique de Pascale Frey sur onlalu à propos de l'ouvrage "Un certain monde", d'Elizabeth Harrower, paru aux éditions Rivages en février 2016.
autres livres classés : littérature australienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Elizabeth Harrower (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1049 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre