AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilles Morris-Dumoulin (Traducteur)
ISBN : 2757802836
Éditeur : Points (31/10/2007)

Note moyenne : 3.36/5 (sur 29 notes)
Résumé :
En enquêtant sur une série de cambriolages dans une petite ville enneigée de l'Iowa, le shérif Carl Houseman coince un gamin qui lui avoue être le complice des voleurs. Quand on retrouve ces derniers congelés dans le garage d'une maison, l'enquête prend une toute autre dimension... D'autant que peu de monde", à commencer par le FBI, ne semble prêt à la voir aboutir...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  06 juin 2015
Bienvenue sur les routes enneigées des États-Unis, des lieux difficiles pour les shérifs des différents états. Et si l'expérience de Walt Longmire ne vous a pas suffi, venez partagez celle de Carl Houseman.
Il est un shérif de proximité, c'est à dire qu'il connaît les petits délinquants qui exercent (pas très bien) leurs talents dans le petit comté de Nation. Il connaît aussi les habitants, et les problèmes qui se posent dans cet Etat qui devrait n'en avoir aucun. Dans les enquêtes d'Houseman, il y a un avant et un après Code 10 : les séquelles sont là, physiques (Lamar est resté handicapé, Bud y a laissé la vie pour une simple assignation en justice) et morales. Et les conséquences sont toujours les mêmes : une méfiance, une défiance non seulement envers les forces de l'ordre, mais envers l'Etat américain tout entier : les théories du complot ne portent pas que sur le 11 septembre, l'antisémitisme, le racisme ont de beaux jours devant eux. Et réfuter des théories fumeuses est quasiment impossibles, même pour les meilleurs agents qui soient.
Franchement, si deux cadavres étaient découverts dans un apprenti près de votre maison, et si vous appreniez que le crime a eu lieu DANS votre maison, en votre absence, comment réagiriez-vous ? Pour ma part, je fuirai mon domicile, irai vivre chez des proches, laisserai le champ libre aux enquêteurs pour faire toute la lumière sur ces meurtres et tenterai de les aider de mon mieux. lui, multiplie les obstructions, comme si, au fond, il savait qui a commis ces crimes.
Cette enquête n'est facile ni pour Carl Houseman, qui ne compte plus ses heures supplémentaires y compris le week-end, ni pour les autres enquêteurs – même ceux venus de l'extérieur. Si Carl met en péril son mariage, sa santé et son sommeil (voir son « marathon de moutons » lors de son insomnie), il met toute son énergie à aller au-delà des apparences, là où d'autres se contentent de la facilité (je pense à Art, le pro de la criminel et des jugements à l'emporte-pièce). Et si l'enquête progresse grâce à des investigations minutieuses et à des témoins courageux, il ne faut pas oublier qu'aux Etats-Unis, tout peut déraper très rapidement.
-30 ° est un voyage dans l'Amérique profonde, là où le pire ne devrait pas avoir lieu d'être, mais se manifeste quand même.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
nescio667
  30 mai 2010
Alors qu'il enquête sur une série de cambriolages dont sa ville de Maitland (Iowa) est le cadre depuis quelques semaines, le shérif Carl Houseman tombe par hasard sur Fred Gothler, un jeune délinquant pas méchant, bien connu de ses services. Ce dernier semble paralysé par la peur, dans sa voiture stationnée en plein quartier chic de la ville. Mis en demeure de s'expliquer, Fred ne tarde pas à lâcher le morceau : deux de ses copains, partis cambrioler une des demeures des environs deux jours plus tôt, n'étaient toujours pas rentrés. Lui, Fred, était chargé de les récupérer et voilà pourquoi il attendait à cet endroit, frigorifié dans sa voiture. Intrigué, Houseman tente de se renseigner auprès des propriétaires et finit par pénétrer dans l'habitation qui semble vide. Vide de toute vie humaine, certes, mais, dans une annexe de la maison, Houseman ne tarde pas à retrouver les deux cambrioleurs. Froids et durs comme de la pierre.
En vacances chez des amis, Cletus Borglan, le propriétaire de la maison, revient dare-dare à Maitland. Peu amène, il ne compte pas apporter plus que l'aide strictement nécessaire à la police, qu'il déteste, comme tout ce qui représente le gouvernement, cordialement. L'enquête de Houseman s'annonce d'autant plus ardue qu'il se rend rapidement compte que le FBI est également sur le coup, et que les membres du Bureau ne semblent pas être là dans un franc esprit de collaboration. Au contraire.
Le moins que l'on puisse dire, c'est que Carl Houseman a bien l'air de ce qu'il est : un flic local, un policier de la campagne qui connaît sa ville et ses habitants. S'il se révèlera effectivement aussi débonnaire que son allure le laisse entendre, Carl n'en reste pas moins un professionnel passionné : même s'il ne compte pas la résoudre en quelques heures, cette affaire ne lui fait pas peur. Il a, comme beaucoup de ‘provinciaux', le temps pour lui. A l'inverse des super-flics débarqués de la grande ville, il va réfléchir et creuser au-delà des apparences avant de conclure trop vite. Que Donald Harstad, l'auteur, ait lui-même été flic dans l'Iowa n'est pas étonnant. Cela déteint sur son intrigue, extrêmement réaliste et patiemment construite. Harstad excelle à rendre vivant ce qu'il connaît bien : sa région, sa petite ville et les procédures policières. Fort de ce cadre solidement campé, il nous plonge dans une intrigue que l'on suit avec plaisir, pleine de rebondissements et de scènes d'action plutôt réalistes, à mille lieues de tout tape-à-l'oeil. Ses acteurs, principalement des flics, dépeints dans leur humanité banale, se révèlent très vite crédibles et souvent attachants. Non sans humour, Harstad nous plonge d'une plume alerte dans son Amérique rurale, où les bons policiers se doivent d'être aussi têtus et hargneux que les malfrats qu'ils pourchassent.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Bill
  04 février 2011
Il fait froid en hiver dans l'Iowa. très froid même.
Les températures nocturnes avoisinnent fréquemment les - 30°.
Alors quand un appel d'urgence vous demande de vous lever en pleine nuit pour enquêter sur un probable cambriolage, c'est un exploit d'être sur le pied de guerre en moins de 3 minutes, après avoir enfilé plusieurs couches de vêtements !
Surtout pour découvrir ensuite deux cadavres congelés !
Par moins 30 °, dans une grange non chauffée, les cambrioleurs assassinés se sont refroidis très vite ....
C'est ainsi qu'on apprend qu'une autopsie ne peut avoir lieu q'une fois le cadavre ... dégelé !
Bourré d'humour, débordant de détails authentiques, j'ai vivement apprécié la lecture de ce roman policier, même si la dernière partie comportait quelques longueurs ..
Je relirai vraisemblablement d'autres romans de cet auteur :)
Commenter  J’apprécie          50
Gwelan
  17 avril 2013
Quand vous avez déjà u un livre de Donald Harstad ce n'est plus la peine de parler du personnage principal, c'est le même, du style ? toujours le même direct, vous vous trouvez en pleine action. Seule l'histoire - ou le crime - change. Ici un double crime est commis, à première vue c'est simple mais ce n'est jamais si simple et l'enquête va nous mener bien loin du simple cambriolage dans une petite ville de province.
Commenter  J’apprécie          20
sweetie
  17 août 2016
Un roman policier au style d'écriture télégraphique, peu de descriptions de personnages, concentré sur l'intrigue qui démarre rapidement et dont la conclusion nous fait passer au rythme accéléré, tellement que les dernières pages sont avalées à la vitesse grand V. le titre -30 °C réfère à quelques épisodes de froid extrême que peut connaître l'Iowa en janvier mais ça ne battra jamais ceux subis par le Québec durant l'hiver. Un bon polar tout de même .
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
PegLutinePegLutine   20 février 2014
Je rentrai chez moi à cinq heures quarante-sept. Il faisait encore plus froid. Près de vingt au-dessous de zéro malgré l'absence de vent. Beaucoup plus froid qu'à l'intérieur d'un frigo! (...) J'appelai à mi-voix:
- Sue?
Pas de réponse. Elle était là-haut à dormir comme une souche. Tant pis pour elle. Elle allait manquer ça.
Je remplis un gobelet en plastique, à la cuisine. Ressortis en vitesse. Projetai dans l'air le contenu du gobelet. Il disparut en une seule bouffée, et rien ne retomba. J'adore faire ça. Je recommençai deux ou trois fois, avec le même résultat.
Il faisait juste assez froid. J'étais heureux comme un gosse. J'envisageais presque de réveiller Sue. Presque seulement. Elle est très tolérante, mais il y a des limites.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
SharonSharon   05 juin 2015
Je jetai le plus gros de ma cuisine et montai me coucher, en cherchant toujours ce que j'allai dire à Sue. Elle dormait déjà, mais ma rage, ma frustration étaient telles que je passai une nuit presque blanche, à regarder la lueur du lampadaire municipal, au-delà des rideaux, et à compter les moutons.
Je m'endormis au large des vingt mille. Le plus grand marathon bêlant de la longue histoire de l'insomnie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
MelanDMelanD   19 octobre 2016
- Et pourquoi transporter les corps dans la remise ? Quelqu'un voit une explication ?
- Pas assez de place dans le frigo de la cuisine.
Faiblard et de mauvais goût, mais quand je suis fatigué, il m'arrive de donner dans la facilité. Je devais être très fatigué.
Commenter  J’apprécie          20
PegLutinePegLutine   20 février 2014
Le temps de foncer et l'intrus se mit à courir, pressé de fuir la voiture en mouvement.
- On ne bouge plus!
Moi et Gary, à l'unisson.
Le suspect nous fit face, se trouva en présence de deux revolvers braqués , tenta de stopper, glissa et s'étala, jouant les sémaphores, dans la neige de la cour. Floc!
J'adore les hivers de l'Iowa!
Commenter  J’apprécie          00
SharonSharon   05 juin 2015
- Je crois que c'est à nous deux d'interroger Borglan... avec qui tu as déjà établi de bons rapports.
- Oui, je sais comment le faire vomir.
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : iowaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1689 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre