AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Gilles Morris-Dumoulin (Traducteur)
ISBN : 2757808990
Éditeur : Points (13/11/2008)

Note moyenne : 3.33/5 (sur 26 notes)
Résumé :
Portrait- robot du suspect : visage blanc, faciès de clown, dents longues et très pointues. Etat des victimes : morsure à la gorge et vidée de leur sang, pieu enfoncé dans la poitrine. Les superstitions les plus folles ont vite fait de ressurgir dans ce petit comté de l'Iowa. Aurait-on affaire à un vampire ? Le shérif Carl Houseman a du souci à se faire.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
le_Bison
  28 mai 2012
Donald Harstad fut, pendant plus de vingt ans, policier puis shérif dans l'Iowa.
Voilà plus de vingt ans que Carl Houseman est le shérif adjoint d'un bled de l'Iowa, comté un peu perdu de Nation, à deux encablures du Wisconsin.
Les deux shérifs ne font donc qu'un, et le héros littéraire est forcément grandement inspiré par l'expérience de l'auteur. Ce dernier se consacrant maintenant exclusivement à l'écriture, « 5 octobre, 23h33 » (en V.O., « Code 61 ») est son quatrième roman et l'occasion de découvrir le quotidien d'un shérif dans un bled paumé du fin fond de l'Amérique plus que profonde.
Pour moi, ce fut mon premier interrogatoire avec Carl, pas besoin de lire ses précédentes aventures pour comprendre le fil de l'histoire. Et quelle histoire ! Une sombre affaire de sang, de pieu et de dents longues… Y aurait-il un vampire perdu dans l'Iowa ? Qu'est-ce que je faisais d'ailleurs dans ce trou perdu de l'Iowa. Bon OK, quand j'étais jeune, j'admirais secrètement Buffy. Bon OK, mon père s'appelait Bela Lugusi et mon beau-frère Christopher Lee. Mais juré-craché, croix-de-bois, croix-de-fer, si je mens j'irai en enfer, je plaide non coupable, Shérif Adjoint Carl.
L'Iowa est bien éloigné de la Californie sauce hollywoodienne. Et cela se ressent immédiatement dans cette histoire de meurtre sur fond de croyance vampiriste. Car ici, pas d'effusion de sang à outrance, pas de flic super-héros prêt à dégainer sur tout ce qui bouge, pas d'experts scientifiques aux conclusions immédiates et indélébiles venus apporter comme par enchantement les preuves nécessaires à l'inculpation d'un suspect. Dans l'Iowa, il y a juste un vieux shérif, qui a du métier autant que de la bouteille, qui réfléchit, analyse, interroge et voyage à ses frais, pour tenter d'élucider une affaire bien troublante. Son seul défaut, il ne boit pas…
Et là, je m'insurge : comment avoir confiance en un shérif qui ne boit pas. Dans tous mes héros littéraires, qu'ils soient shérifs, adjoints, privés, ou pauv' types, ils doivent avoir un fort penchant pour la boisson. Peu importe, je ne suis pas sectaire, bourbon, gin ou bières du moment que l'alcool est là pour mettre du piment et de la saveur à un récit poussiéreux (car mes héros vivent souvent dans une voiture déglinguée, un bar crasseux, un appartement miteux). Toujours- est-il que lorsque l'on lit du Donald Harstad, c'est avant tout pour son ultra-réalisme du quotidien de la vie d'un shérif adjoint dans un bled paumé du fin fond de l'Amérique profonde. Toujours est-il que lorsque l'on lit du Donald Harstad, c'est avant tout pour suivre heure par heure, minute par minute, l'enquête minutieuse du shérif adjoint Carl Houseman avec ses rebondissement et son suspens mais sans profusion de tirs et de sang comme cela peut l'être souvent dans les polars contemporains.
Lien : http://leranchsansnom.free.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
LePamplemousse
  18 août 2013
Carl Houseman a passé plus de 25 ans dans la police. Il a écrit plusieurs romans policiers inspirés d'enquêtes qu'il a menées au cours de sa longue carrière. La particularité de ses romans est de comporter énormément de codes, qui servent à informer les collègues de tout ce qu'un policier fait sans être compris par des oreilles indélicates. Ces codes peuvent sembler complexes mais ils sont répertoriés à la fin de l'ouvrage et très vite, ils nous deviennent familiers. Les dialogues sont très nombreux, ce qui nous donne l'impression d'être au coeur de l'enquête.
Dans ce quatrième opus, Carl et ses collègues sont confrontés à une affaire délicate, puisque la victime est la nièce du chef de la police. Cette jeune femme est en effet retrouvée morte, vidée de son sang. Très vite, les soupçons se portent sur un groupe de personnes qui semblent se prendre pour des vampires.
Entre réalité et légendes, les policiers auront forts à faire pour démêler le vrai du faux.
Une enquête haletante où l'on se sent vraiment immergé dans l'univers policier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          131
Sharon
  05 juin 2015
Iowa, état du Midwest, où il ne se passe jamais rien ! Les romans de Donal Harstad nous prouvent le contraire.
En dépit de mon résumé, il s'agit bien ici d'un roman policier pur et dur. Il y a une grande différence entre les croyances et les peurs des uns, et la réalité de l'autre. Les enquêteurs gardent les pieds bien sur terre et savent que c'est un coupable mortel, en chair et en os qu'ils doivent rechercher. de là à dire qu'il est en parfaite santé mentale, il y a un pas que personne ne songe à franchir. Et se munir de gousses d'ail, en plus de la tenue réglementaire, ne peut pas faire de mal….
Mais revenons à notre affaire et aux quotidiens des enquêteurs, qui doivent batailler avec des articles de lois pas toujours adaptés à leurs enquêtes (qui pouvait penser que quelqu'un se prendrait pour un vampire ?), des avocats toujours prêts à défendre leurs clients, et des clients qui avant de l'être, étaient des témoins avant toute chose. Rares sont ceux qui collaborent aisément avec la police locale, pas forcément parce qu'ils ont quelque chose à cacher, juste parce qu'ils usent de tous les artifices possibles (quitte à méconnaître la loi, finalement) pour ne pas révéler des choses insignifiantes – ou pas. Nous sommes bien loin des séries « explosives » américaines, tracasseries et paperasserie sont le lot quotidien des enquêteurs.
Le quotidien, c'est aussi les contacts avec la famille des victimes, et le portrait de la famille américaine dressé par Donal Harsdat n'est pas forcément reluisant. Si sa vie personnelle est réduite à la portion congrue (sa femme tente de dormir quand il s'en va très tôt, et essaie de s'endormir quand il s'en va fort tard), ce n'est rien comparé aux destins de tous les jeunes cabossés, rabaissés, détruits par leur propre famille, et Edie, nièce de Lamar, ne fait pas exception à la règle. L'immense solitude de ses jeunes adultes, leur fragilité en font des proies faciles – et pas seulement pour ceux qui se prennent pour des vampires.
5 octobre, 23 h 33, est un polar solide et minutieux, à lire pour tous ceux qui veulent en savoir un peu plus sur les coins perdus américains.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Woland
  27 janvier 2015
Eh ! bien, il ne suffit pas d'avoir servi dans les forces de police - américaines ou autres - comme Daniel Harstad pour se reconvertir, la retraite venue, dans le roman policier. Ecrire, du policier ou quoi que ce soit d'autre, c'est un don. Voyez notre BHL oserais-je encore dire national puisqu'il pactise avec l'ennemi ? Ce type-là, il se veut philosophe, dramaturge, cinéaste et je ne sais quoi encore. Eh ! bien, il a beau faire - et pourtant, il possède en outre un sacré carnet de relations : IL N'A PAS LE DON !
Loin de moi cependant l'idée de comparer le malheureux Donald Harstad à BHL ! D'accord, son roman m'a laissée de glace sauf quand il me faisait rire et sourire mais enfin, il n'a pas l'arrogance abrutie de Bernard-Henry. Et ça, c'est déjà un très bon point. Non, Harstad ne se prend pas pour un génie. Il raconte l'histoire telle qu'il l'a vécue et peut-être que, lorsqu'il se contente de la raconter oralement, ça fonctionne très bien. Mais à l'écrit ...
En gros, vous avez un meurtrier qui court partout dans la Nature déguisé en clown, doté de surcroît de dents de vampire. (Il a dû un peu trop regarder le grand Tim Curry incarnant le clown maléfique dans le téléfilm tiré du roman de Stephen King.) L'interprétation de Curry - ah ! "The Rocky Horror Picture Show" !!! - étant bien la seule chose qui, à mon sens, vaille le détour dans ledit téléfilm par ailleurs très modeste, c'est un peu normal que notre meurtrier se soit grillé les neurones en se le passant et se le repassant. Il est devenu quasi obsessionnel - en tous cas, c'est l'impression qu'il donne - et ...
... et l'intrigue traîne, traîne en longueur , les personnages n'ont aucune profondeur, on les devine tout de suite et le châtiment suprême, c'est qu'on se demande toutes les quinze pages : "Mais, Bon Dieu ! pourquoi me suis-je laissée tentée par cette critique complètement idiote qui vantait le mérite de ce nouvel auteur ?! Ce que je lis en ce moment, c'est tout juste bon pour les néophytes en policiers. Et encore ..."
Pourtant, il faut être juste, Harstad semble avoir son public. Allez voir les dithyrambes sur certains sites et vous en resterez comme deux ronds de flan. Qui sait ? Peut-être lirez-vous même l'un de ses romans. Mon problème, je l'admets de bon coeur, c'est que je préfère le bien tordu, avec une chute encore plus tordue si possible. le tout saupoudré d'une bonne, voire d'une excellente analyse psychologique. Je sais que le résultat n'est pas facile à obtenir quand on débute et que, comme l'a dit notre immortel Boileau, "vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage, polissez-le encore et le repolissez ..."
Je donnerai donc sans doute une seconde chance à Harstad ... quand il en sera à polir son vingtième roman. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
MarieC
  10 mai 2013
Enfin un roman policier, américain de surcroit, vraiment original ! L'histoire pourrait être assez banale : dans une petite ville d'Iowa, le shérif est appelé suite à une tentative d'intrusion chez une jeune femme. Description de l'intru : très pâle, crocs de vampires, et semble voler. le lendemain, le petit ami de la "victime" est assassiné. D'un coup d'objet tranchant dans la jugulaire, bien sûr. Et on retrouve la nièce du chef de la police vidée de son sang dans sa baignoire... Bien sûr, supersitions et chasseurs de vampires s'en mèlent... Mais là où un autre auteur ferait monter le suspense, en rajouterait sur le sang et l'horreur, Donald Harstad raconte le quotidien, réaliste, d'une enquête de police : pas d'imagination excessive des fonctionnaires, application des procédures d'enquête, soupçons, vérifications, pas d'héroïsme, mais le sens du devoir... le tout est parfois un peu froid, et sans recherche d'écriture, mais j'ai apprécié l'utilisation du jargon policier, et surtout des codes chiffrés pour rendre incompréhensibles par les profanes les communications radio. A lire à l'aide du lexique de fin de volume ! Il en résulte à la fois une intrigue bien ficelée, et une image de l'Amérique profonde dont on n'a pas l'habitude.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
le_Bisonle_Bison   17 mai 2013
- Ici, comm. Trois ?
- Présent.
- Dix-vingt-cinq pour les recherches, secteur nord.
- Dix-soixante-seize en route. Heure d’arrivée estimée, d’ici à quinze minutes.
- Dix-quatre. Tu les trouveras sur l’autoroute, au pied de la falaise, en pleine vue.
- Dix-quatre.
- …
- Quatre-vingt-un, Trois. Je suis à moins de deux kilomètres.
- Dix-Quatre. Je t’ai en vue.
Commenter  J’apprécie          70
le_Bisonle_Bison   31 janvier 2012
- Un vampire ! Tu plaisantes, Carl. Tu me fais marcher.
- C’est ce qu’il prétend.
- Et nommé Daniel !
- De nos jours, Dracula ne se fait plus appeler monsieur le comte.
- Pourquoi pas un loup-garou nommé Bob ? Ban sang, Houseman, où est-ce que tu vas pêcher des numéros pareils ?
- En eau trouble, généralement. Il accuse ce Daniel Peel d’avoir tué Edie. Et il a bel et bien tenté de foutre le camp.
- Sans doute, parce qu’il ne pouvait plus s’empêcher de rigoler. Enfin, allons-y.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
nina2loinnina2loin   17 décembre 2015
Silence radio. Conséquence du code soixante et un. Seul, un flic dans ma position peut sentir le caractère vaguement sinistre de ce genre de silence. Tu sais qu'il est arrivé quelque chose de moche, tu te rends sur les lieux, et le silence est absolu parce que tous les autres communiquent par téléphone ou ne communiquent pas du tout, dans la mesure où c'est toi qui vas t'y coller et que tu n'es pas encore à pied d'œuvre. Il y a des moments, comme ça, où on supporte mal le silence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
autres livres classés : iowaVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1689 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre