AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782709638036
490 pages
Éditeur : J.-C. Lattès (11/09/2013)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 90 notes)
Résumé :
À dix ans, Michael n’a jamais connu d’autre foyer que son sinistre orphelinat. Mais lorsque son jeune frère Julian tue l’un des enfants qui le martyrise, il décide d’endosser le crime pour le protéger et s’enfuit à New York. Vingt ans plus tard, de retour dans la région afin de retrouver son frère, Michael découvre que le lieu du drame d’autrefois cache bien d’autres secrets, remontant jusqu’à leur naissance...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (18) Voir plus Ajouter une critique
Cath1975
  13 juillet 2015
Michael et Julian sont deux frères abandonnés qui ont vécu leur prime enfance dans un lugubre orphelinat appelé à juste titre « La Maison de Fer ».
La Maison de Fer est un lieu damné où les enfants sont totalement livrés à eux-mêmes, où les plus faibles subissent les tortures d'enfants plus forts déjà abîmés par la vie, où les adultes ne remplissent pas le rôle de protection qui leur incombe.
Las d'être persécuté, Julian tue par accident un de ses tortionnaires. Michael endosse le meurtre de son frère et s'enfuit à New York.
Les 2 frères suivent des itinéraires complèment différents : Michael devient un tueur redoutable à la solde d'Otto Kaitlin, un mafioso de New York tandis que Julian devient le fils adoptif d'un sénateur à la demande de son épouse Abigail.
Alors qu'Otto Kaitlin, terrassé par un cancer vit ses dernières heures, Michael a décidé de changer de vie. Amoureux d'Elena qui ignore tout de son « activité », il apprend qu'elle est enceinte. Pour Michael, c'est le déclic : l'enfant qu'elle porte est la promesse d'une nouvelle vie, loin de la violence, une vie normale dans laquelle Michael pourra se reconstruire et fonder la famille qui lui tant manquée dans sa jeunesse.
Mais le passé le rattrape, en abrégeant les souffrances de son mentor, Michael s'attire les foudres de ses anciens comparses qui menacent la vie de son frère.
Michael n'a pas le choix, il doit retrouver son frère pour le protéger mais en retournant sur la terre de son enfance, Michael va découvrir des secrets enfouis...
Roman très bien écrit avec un suspense haletant jusqu'à la fin.
Les personnages sont très attachants et on est pratiquement suspendu à la quête de vérité de Michael.
J'avais découvert John Hart avec son excellent roman « l'Enfant Perdu », le talent de l'auteur se confirme dans ce thriller à lire absolument !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
sassenach
  13 décembre 2013
Michael a été élevé avec son jeune frère Julian dans un orphelinat nommé la Maison de fer, situé dans les montagnes de Caroline du Nord. Entourés de violence, Michael s'est toujours efforcé de protéger Julian des persécutions dont il était victime de la part d'enfants plus vieux et très cruels. Mais alors que Michael s'est enfui de l'orphelinat, Julian est adopté. Des années plus tard, Michael est devenu un tueur efficace pour une famille mafieuse de New York. le chef de cette famille originaire de l'ancien bloc de l'Est l'a pris sous son aile très tôt mais celui-ci est mourant et le reste de l'organisation, y compris l'héritier en titre, veut se débarrasser de Michael, qui a demandé à quitter le réseau pour vivre une vie normale avec sa petite amie enceinte. Poursuivis par des tueurs décidés, Michael et sa compagne sont alors en cavale mais Julian peut servir de moyen de pression pour amener Michael à sortir de sa cachette …
Quand j'ai lu la quatrième de couverture (différente de mon petit résumé), je pensais que j'allais lire un roman à propos de secrets de famille et que ça allait changer de mes habituels polars de ces derniers temps. Eh bien non ! C'est aussi un thriller, avec une cavale parfois musclée, beaucoup de morts, de l'action mais aussi quelques petits secrets de famille qui ne seront révélés qu'à la fin. L'histoire oscille par moments entre notre époque actuelle et l'enfance de Michael et de son frère Julian mais ce n'est pas très souvent qu'il y a des flashbacks concernant différents personnages. C'est presque dommage car il y avait de la matière intéressante dans cet orphelinat peu sympathique mais je pense que cela aurait peut-être alourdi la lecture et noyé un peu trop l'histoire dans des détails. Car j'ai trouvé que le rythme était bien soutenu malgré un début un petit peu lent. Michael m'a paru peut-être trop parfait pour être vrai, un peu comme les héros dans les films d'action américains mais il reste néanmoins attachant et assez fouillé. Julian m'a paru plus intéressant mais moins mis en avant, ce qui m'a un peu frustrée. J'avoue que je n'avais aucune idée des révélation qui allaient arriver à la fin et j'aime toujours être surprise par des rebondissements inattendus ! Moi qui voulais un peu sortir des romans à suspense et à action, j'ai loupé mon coup avec ce titre mais ça ne m'a pas empêchée de passer un excellent moment de détente ! J'essaierai donc de vous trouver autre chose qu'un polar pour mes prochains billets !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Xenaddict
  09 décembre 2015
Un thriller tel que je les adore ! du suspens, de l'action, une intrigue palpitante et une plume enchanteresse. John Hart est bon dans ce qu'il fait, il n'y a pas de doutes.
On suit donc Michael, personnage principal complexe menant une double-vie et qui est hanté par son passé. J'ai adoré ce personnage qui oscille constamment entre le Bien qui est tout nouveau pour lui et le Mal auquel il a toujours été habitué. Michael est typiquement le genre d'âme perdue qu'on croise dans les thrillers mais le talent de John Hart c'est sa capacité à ne pas tomber dans les clichés et les histoires vues, revues et périmées. Ses personnages peuvent paraître caricaturaux mais correspondent parfaitement à l'intrigue de ce bouquin. A l'image de Jimmy qui est un sadique de première et qui pourrait faire rire s'il n'était pas si essentiel à l'histoire ou le sénateur qui est le politicien véreux par excellence. J'ai aussi beaucoup aimé le personnage d'Elena qui ancre Michael dans cette nouvelle vie qu'il s'efforce de construire. Leur histoire d'amour est d'un réalisme presque effrayant et Elena y est pour beaucoup. Son rôle dans l'intrigue n'a rien d'excessivement original mais il permet de mettre en relief la double-vie de Michael et cette histoire d'amour qui le transcende complètement. Et quelle histoire ! Okay, ça peut paraître un peu cul-cul la praline par moments, mais vu l'atmosphère morbide à souhait de ce livre, je dirais presque qu'on en a besoin pour souffler un coup.
En gros, John Hart revisite les bases du thriller et emporte son lecteur dans les tréfonds de la psychologie humaine (mais genre la psychologie bien glauque hein, comme un Tea Time avec Hannibal Lecter). du coup on est un peu ballotté tout au long de la lecture, à se demander ce qu'il se passe, qui est vraiment le coupable et quel est le vrai passé des personnages. J'ai trouvé l'ambiance de ce livre sombre mais d'un style qui oscille entre l'esthétique d'une série B et celui d'un film à la Sin City. Les couleurs jouent un rôle important puisque tout paraît fade, monochrome : les paysages et les personnages notamment sauf au moment des descriptions de meurtres et quelques passages en rapport avec Elena. Ce bouquin c'est donc un peu le manuel du criminel en 10 étapes.
A côté de ça, et de la ligne conductrice de l'histoire, on a le droit aux différentes intrigues qui entourent les personnages et leur passé. Honnêtement, j'ai été bluffé par la capacité de John Hart à faire resurgir certains éléments clés à la toute dernière minute, quand on pense qu'on est enfin à l'abri. Parce que le point fort de ce livre c'est qu'il n'y a pas de temps mort. Tout va vite puisque Michael est pressé, tout s'enchaîne pour qu'on évite de réfléchir à deux fois aux hypothèses qu'on a échafaudé...En fin de compte, on devient aussi pressé que Michael et on tourne les pages aussi vite que possible.
John Hart écrit aussi sur un thème qui me touche : l'enfance. Bon, okay, quand on aime pas les enfants, ça aide de lire des trucs glauques sur ce thème mais tout de même. L'auteur parvient à nous montrer à quel point les enfants c'est pas franchement mieux que les adultes. Sans éducation, sans limite, ils deviennent vite des sadiques et des sociopathes qui bouffent leurs petits camarades au goûter. En gros, dans les livres de John Hart, les enfants n'ont rien de pur et innocent comme on tente de nous le faire croire. Non. Les gosses c'est comme les animaux : c'est la loi du plus fort et ça n'hésite pas à commettre les actes les plus ignobles si ça leur permet de s'amuser un petit peu. Okay, là encore on pourra me dire que c'est du déjà vu, mais pour moi le véritable talent n'est pas d'écrire un truc original avec du neuf mais de parvenir à faire du vieux de façon originale. Après tout quand on a un cocktail de base qui marche, pourquoi aller chercher ailleurs ?

En bref, un bouquin que je recommande vivement pour son esthétique, son intrigue et surtout la plume de John Hart. Ca n'a pas été un coup de coeur, certes, mais ce livre m'a conforté dans mon amour pour l'auteur.
Lien : http://xenaddict.blogspot.fr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
marie-ded
  26 septembre 2015

4 ème de couverture
Michael n'a jamais connu d'autre foyer que la Maison de fer, sinistre orphelinat où il s'efforce de protéger son jeune frère, Julian, des autres enfants qui le martyrisent. Lorsque, adolescent, Michael s'enfuit à New York, il est recueilli au sein d'une grande famille du crime organisé et gravit peu à peu les échelons. Vingt ans plus tard, Michael décide de changer de vie et de fonder la famille que Julian et lui n'ont jamais eue. Pour mieux protéger la femme qu'il aime et qui ne sait rien de son passé, il retourne en Caroline du Nord, où vit encore son frère. Là, il découvre bien d'autres secrets, qui l'emportent inexorablement vers le lieu de son enfance qu'il a toujours fui. John Hart a remporté deux fois de suite le Edgar Award du meilleur roman (La Rivière rouge, L'Enfant perdu). Encensés par la critique, ses ouvrages sont traduits dans une trentaine de langues.
Mon avis
Encore un thriller qui fait froid dans le dos. de rebondissements en rebondissements, on ne sait plus qui est qui, qui a tué qui et on veut en savoir plus, alors on continue pour le plaisir de lire un bon auteur. Beaucoup de non-dits, beaucoup de suspense, beaucoup d'angoisse et beaucoup de morts certes, mais c'est la rançon à payer par Michael pour retrouver peut-être une vraie vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Ericdesh
  07 août 2019
Après les très bons le roi des mensonges et La rivière rouge et l'excellent L'enfant perdu, La maison de fer fait, selon moi, pâle figure. Il y manque toute la subtilité dont à su faire montre John Hart dans ces 3 romans précédents. Ici, les personnages sont trop caricaturaux, l'action est plus présente mais malheureusement, au détriment de l'émotion. Certes, ce n'est pas non plus un mauvais roman mais il est plus que dispensable et je suis content de ne pas avoir commencé la lecture de Hart par ce roman car je n'aurais peut-etre pas eu envie de lire les autres et serait passé à côté de ce qu'il a écrit de bien meilleur. Hâte de lire Redemption road et l'espoir de retrouver le très bon John Hart.
Commenter  J’apprécie          80


critiques presse (1)
LaPresse   17 février 2014
Ancien asile d'aliénés, la sinistre maison de fer est un orphelinat perdu dans les montagnes de la Caroline-du-Nord. C'est là que Michael, le héros de La maison de fer, a vécu une enfance d'enfer avant de s'enfuir en laissant derrière lui son frère Julian.
Lire la critique sur le site : LaPresse
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   26 février 2019
Elena était une grosse dormeuse, alors que lui réussissait rarement à dormir plus de cinq heures par nuit. Aussi s'avançait-elle un peu. Il la regarda siroter son café, et se prit à noter de petits détails : le vernis à ongles clair qu'elle préférait, ses longues jambes, la minuscule cicatrice sur sa joue qui était la seule imperfection de sa peau. Elle avait des sourcils noirs, des yeux bruns qui devenaient miel à une certaine lumière, un corps souple, musclé, découplé. Une belle femme à tous égards, mais ce que Michael admirait le plus chez elle, c'était la faculté qu'elle avait de puiser de la joie dans les choses les plus anodines : le plaisir de se glisser entre des draps frais ou de découvrir de nouvelles saveurs, son ardeur enthousiaste chaque fois qu'elle ouvrait la porte pour sortir. Elle était convaincue que chaque moment à venir serait meilleur que le précédent. Elle croyait que les gens étaient bons, ce qui faisait d'elle un éclat de couleur dans un monde atone.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   26 février 2019
Lorsqu'il se réveilla, Michael chercha par réflexe le revolver qu'il gardait toujours à sa portée il n'y a pas si longtemps encore. Sa main glissa sur le bois nu de la table de chevet et il se redressa aussitôt, en alerte, la peau luisante de sueur et du souvenir de la glace. Il n'y avait aucun mouvement dans l'appartement, aucun son à part les bruits de la ville. Il entendit la femme couchée à côté de lui remuer dans le fouillis tiède des draps, et sentit sa main sur son épaule.

— Ça va ?

Une faible lueur filtrait par les rideaux et la fenêtre ouverte. Il resta dos tourné, pour qu'elle ne voie pas le jeune garçon qui s'attardait dans ses yeux ni la peine qui les entachait, si profonde qu'elle lui restait encore à découvrir.

— Juste un mauvais rêve… Rendors-toi, dit-il en caressant la courbe de sa hanche.

— Sûr ? fit-elle d'une voix étouffée par l'oreiller.

— Sûr et certain.

— Je t'aime.

Michael la regarda sombrer dans le sommeil, puis il tâta de vieilles cicatrices causées par la morsure du gel, des zones mortes sur ses paumes et au bout de trois de ses doigts. Il se frotta les mains, les orienta vers la lumière. Des mains aux paumes larges, aux longs doigts effilés.

Des mains de pianiste, disait Elena.

Épaisses, marquées de cicatrice, objectait-il, mais elle persistait.

Les mains d'un artiste…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
UnBrinDeCultureUnBrinDeCulture   24 juin 2013
Dans l'immense et sombre espace d'où descendait la voix lorsque le monde était trop vaste ou Julian trop effrayé, quand il se sentait faiblir.
Faiblir. C'est le mot juste, n'est-ce pas ?
[...]Tant de choses l'effrayaient : sa vie et ce qui l'attendait, l'échec qui menaçait et les répercussions qui résonneraient au plus profond de son âme. Il craignait que les gens le percent à jour, que vingt années d'illusion volent en éclats et que chacun découvre qu'il n'était qu'une ombre. Non pas un homme à part entière, mais une ombre. C'était là une peur fondamentale, de celles qui vous hantent votre vie durant mais ne sont pas toujours les pires. Il y avait aussi la peur immédiate, celle qui vous saisit et se compte en secondes, en minutes, celle qui engendre chez un lâche des millions d'infimes dégradations. La voix percevait toutes ces peurs. C'est pourquoi Julian détestait tant la voix, et pourquoi il en avait besoin. La voix faisait mal, mais elle l'obligeait à rester fort. Et il lui fallait être fort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
CielvariableCielvariable   26 février 2019
Il était presque devenu un habitué des lieux, même si les autres clients et employés ne connaissaient en tout et pour tout que son prénom. Pour eux, il était l'Américain tranquille et discret qui donnait de bons pourboires. Il habitait juste à côté, dans la ruelle pavée qui faisait le coin. Il était toujours très poli, mais certaines des serveuses lui trouvaient un air cafardeux, et s'interrogeaient sur la raison de sa tristesse. Plus d'une avait tenté de le ramener chez elle au bout d'une longue nuit, mais il leur faisait toujours la même réponse.

Estic esperant a algù.

J'attends quelqu'un.

Et c'était bien ainsi qu'il considérait cette période: une attente, avec sa litanie de chaque jour.

Elle va appeler.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Cath1975Cath1975   05 juillet 2015
C'était là une peur fondamentale, de celles qui vous hantent votre vie durant mais ne sont pas toujours les pires. Il y avait aussi la peur immédiate, celle qui vous saisit et se compte en secondes, en minutes, celle qui engendre chez un lâche des millions d'infimes dégradations.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de John Hart (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Hart
John Hart, Redemption Road | NC Bookwatch "Epilogue" Author John Hart talks about the process of writing & why it took him 5 years to write this book.
autres livres classés : orphelinatVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quiz sur le livre "L'enfant perdu" de John Hart.

Quel objet Johnny cache-t-il sous son lit ?

une malle en fer à sa mère
le sac d'école de sa sœur
la valise de son arrière arrière grand-père

10 questions
2 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfant perdu de John HartCréer un quiz sur ce livre