AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Michael Belano (Traducteur)
EAN : 9782266313070
544 pages
Éditeur : Pocket (04/03/2021)

Note moyenne : 4/5 (sur 112 notes)
Résumé :
Edité chez Pocket mars 2021 sous le titre L'Entrepôt
544 pages - ISBN 9782266313070

Effrayant hommage à Ray Bradbury, Margaret Atwood ou George Orwell, MotherCloud nous entraîne dans un monde où le Big Business aurait supplanté Big Brother, un monde d’une perversion totale, pas si éloigné du nôtre.
Ex-petit patron désormais ruiné, Paxton n’aurait jamais pensé devoir intégrer une unité MotherCloud, cette superstructure de l’e-commerce qui... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (50) Voir plus Ajouter une critique
La_Bibliotheque_de_Juju
  13 mai 2020
Bienvenue dans le Cloud.
Bienvenue dans un monde où nous n'avons plus besoin de professeurs puisqu'un seul peut donner le même cours, par écran interposé, dans toutes les écoles américaines.
Bienvenue dans un monde où tout se consomme, où notre humanité se consume.
Bienvenue dans un monde où tout s'achète grâce à la superstructure mondiale, MotherCloud, championne toutes catégories du commerce en ligne et qui a bel et bien fini par dévorer le commerce traditionnel.
Toute ressemblance avec une certaine entreprise en A ne serait évidemment pas très fortuite. Et ça donne sacrément à réfléchir…
Dans ces hangars aux allures de villes tentaculaires, où tout s'achète, des esclaves modernes courent à longueur de journée pour envoyer aux quatre coins du pays rasoirs électriques, livres, poupées gonflables ou paquets de lessives.
Dans ce monde qui se standardise à outrance, les hommes deviennent des moutons identifiables à la couleur de leur polo. Effroyable résumé de ce qu'ils sont, de ce à quoi ils aspirent.

Rob Hart nous glace le sang à travers le regard de trois protagonistes qui évoluent au sein de la super structure.
Paxton, ancien gardien de prison, un peu désabusé, qui se retrouve dans le service sécurité de l'organisation. Zinnia, bien décidée à enrayer la machine et à découvrir ses secrets honteux. Et Gibson, le big boss, qui s'apprête à passer l'arme à gauche…
Si la première partie du roman sert à nous décrire les us et coutumes de l'entreprise, peu à peu l'action prend le dessus, pour notre plus grand plaisir.
Roman d'anticipation qui évoque un demain hypothétique très réaliste, triste à faire peur. Mais aussi thriller captivant dans les méandres d'une technologie mangeuse d'hommes. La prouesse de ce livre est d'offrir une vraie histoire, qui se dévore, et de nous faire réfléchir en montrant du doigt les failles d'un système qui se voulait, à la base, porteur d'un monde meilleur.
J'ai refermé ce livre avec une boule au creux de l'estomac. Avec une envie de rester unique, différent. Et cette interrogation qui me brûle : mouton, loup dans la bergerie ou berger ? Qui voulons nous être ?
Bienvenue dans un monde qui n'existe pas, hein, promis ?

Lien : https://labibliothequedejuju..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          614
petitsoleil
  17 mars 2020
Une dystopie intéressante et marquante.
MotherCloud. de gigantesques entrepôts, des livraisons par drone, de tout, absolument tout ce que vous voulez.
Mais Paxton, ancien petit patron ruiné par Cloud, et Zinnia qui tente de découvrir les secrets et coulisses de l'entreprise, vont découvrir à leurs dépens qu'il est très difficile de résister longtemps !
Que l'on soit seul ou à deux, et constituer des groupes plus nombreux semble difficile également. Les journées de chacun étant rythmées par des cadences de travail assez élevées, surtout chez les "rouges", les préparateurs de commandes, qui passent leur temps à courir, devoir sélectionner l'article demandé, puis l'expédier vers la zone d'envoi (l'objet étant ensuite expédié par drone).
Abrutissement par le divertissement le soir, après le travail exténuant et sans fin le jour, montres-trackers GPS qui vous surveillent partout, T-shirts de couleur indiquant votre poste dans l'entreprise, jour de coupe (licenciement)mensuel pour les employés les plus mal notés …
Cloud semble très fortement inspirée d'Amazon et pour certains aspects, aussi de Google.
Nous avons aussi le point de vue, raconté par blog, de Gibson Wells le fondateur et patron, âgé et qui fait une dernière tournée de ses entrepôts, à la rencontre de ses employés, sa 2e famille …
Roman choral, roman d'espionnage, dystopie, il y a plusieurs livres différents en un. Si le début semble un peu lent, le rythme est ensuite volontairement très répétitif sur quelques pages pour bien refléter la cadence de travail de Paxton et Zinnia, puis l'intrigue progresse enfin, dévoilant les coulisses et poussant Zinnia à l'action ...
A nous de réfléchir, sur le monde que nous voulons … aujourd'hui et demain
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Zazaboum
  04 mai 2021
Une bonne dystopie avec un côté thriller prononcé qui peut donner des frissons tellement elle pourrait être une des continuités de notre époque et de nos agissements !
Réchauffement planétaire et désertification, effondrement monétaire et quasi-monopole du commerce par MotherCloud. Un Amazon poussé à l'extrême où les employés travaillent et y vivent dans ce qui s'avère être des cellules monastiques ! Perpétuellement pistés par leur montre qui leur permet d'ouvrir les portes qu'ils sont en droit d'ouvrir ; de les évaluer au travail selon des temps déterminés et chronométrés ! Liberté et libre arbitre n'ont plus aucune valeur !
Le créateur de cette société, à la veille de mourir, tient un blog où il raconte sa vie et sa vision de l'aide qu'il a apporté au Monde ; un ancien pdg d'une petite entreprise ruinée par MotherCloud s'y fait embaucher pour se venger et va tomber amoureux de l'espionne-terroriste ! On mélange le tout ça fait une bonne histoire !
Pendant un moment j'ai trouvé que l'histoire manquait de peps mais pour finir le rythme est très bien et l'auteur démontre très bien la vie répétitive et sans surprise ! J'ai trouvé la fin un peu précipitée avec une question dont j'aurais aimé avoir la réponse, même si ça n'aurait rien changé au dénouement.
Challenge MAUVAIS GENRE 2021
Lecture THEMATIQUE mai 2021 : Littérature étrangère
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Bazart
  13 mai 2020
Quoi de plus logique, qu'après avoir fait l'inventaire ce matin de toutes les grandes dystopies littéraires de vous parler d'une très récente qui aurait pu tout à fait avoir sa place dans l'anthologie de Jean Pierre Andrévon?
C'est le cas de ce "MotherCloud" de Rob Hart, dans la droite lignée d'un "1984" le Fahrenheit 451 de Ray Bradbury , ou encore 'un roman de Margareth Atwood avec une résonnance forcément plus en prise avec notre monde actuel.
Rob Hart nous plonge dans le monde faussement merveilleux de MotherCloud, une entreprise de E-commerce , où tous les employés y vivent comme dans une ville mais où l'on a le facheux sentiment d'être constamment épié par un Big Brother 2.0.
Entre les montres connectées CloudBand, les CloudBurgers et les CloudStores, l'individu y vit totalement sous le sceau de MotherCloud et les commerces et entreprises se voient obligées de mettre la clé sous la porte .
Dans ce roman d'anticipation qui nous fait plus que songer à des entreprises comme Amazon,ou Google, le personnage principal, Paxton, qui a vu sa petite entreprise dévorée par la mastodonte Cloud se retrouve ainsi contraint d'en intégrer un, avec tous les concession que cela lui induit .
Parrallèlement on suit également la jeune Zinnia qui vient également d' intègrer la boite, mais dont les motivations sont clairement différe,tes : elle est en fait une espionne industrielle, bien motivée à découvrir comment fonctionne exactement l'organisation pour mieux tenter de détruire ce monde ultra connecté et ultra surveillé qui entrave toute libérté de penser et liberté individuelle .Le récit donne également la parole à Gibson Wells, le fondateur de Mother Cloud à travers son blog dans lequel il explique les tenants et aboutissants de son projet.
Glaçant et actuel, un thriller d'anticipation est troublant de réalisme et autant qu'aux précités Ray Bradbury, Margaret Atwood, on pense beaucoup pendant notre lecture au roman le Cercle de Dave Eggers ou bien encore à un des épisodes de l'excellente série Black Mirror.
Alors que que le commerce en ligne a explosé avec le confinement, s'immerger dans la si flippante MotherCloud s'avère être une expérience assez saisissante qui finit de nous faire réflechir à notre façon de consommer .
Mené tambour battant, l'intrigue de ce Mothercloud laisse rarement le lecteur reprendre son souffle. Autre atout du livre: le coté lecture augmentée (avec des scans sur certaines pages et sur la couverture via l'application « Lisez ».
Et comme on a dit ce matin que tous les bons romans dystopiques sont très souvent adaptés au cinéma, on ne sera pas étonné de savoir qu'un projet d'adaptation de ce roman est en cours d'élaboration par Hollywwod, avec une réalisation prévue par le vétéran Ron Howard.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          350
gruz
  09 mars 2020
Le monde, demain, celui à notre porte. Rob Hart pousse légèrement le curseur temporel, à peine. Une société si proche que nous risquons fort de la connaître encore. Peut-on parler de dystopie alors que tout semble si crédible ?
Dérèglement climatique, chaleur à crever, la montée des eaux qui change la cartographie. Voilà juste une partie des conditions qui vont amener cette évolution sociétale.
Les gouvernements exsangues et corrompus ont perdu leur pouvoir, ce sont les immenses entreprises qui mènent la danse et pilotent dorénavant notre civilisation (et ses citoyens). du moins, une seule, en quasi-monopole : Cloud. Les descriptions vous font penser à Amazon ? C'est bien ce futur de l'ultra libéralisme et de la consommation de masse qui est décrit, celui du jetable (les produits comme les gens). Un futur bien présent.
Mothercloud est un vrai thriller d'anticipation, accessible à tous. En toute humilité, Rob Hart cite à plusieurs reprises ses références dans le livre, 1984, Fahrenheit 451, La servante écarlate. Des romans qui brisent la frontière des genres littéraires et ont vocation à toucher un large public. Quand ambition rime avec accessibilité, sans jamais oublier le divertissement.
Pas de propos complexes, une fluidité de narration constante, une vraie intrigue. L'univers de l'auteur suit la voie de la technologie et de l'économie, sans jamais perdre le lecteur dans des termes techniques. L'essentiel en est le résultat. Et comment le vivent les Hommes, et deux personnages principaux aux profils très différents mais qui vont s'unir par la force des choses.
Paxton, qui a vu sa petite entreprise mangée par l'immense Cloud. Zinnia, la « gentille » fille qui est en fait une espionne infiltrée. A ces deux protagonistes se rajoute Gibson Wells fondateur de la solution finale (expression à prendre au premier degré, ou non…).
Cloud fait vivre le monde, le fait travailler (beaucoup), manger (ce qu'il décide), dormir (quand il l'ordonne), s'amuser (à Pac-Man…). Cloud est l'oxygène du monde. Vicié, même si l'entreprise se targue de ses extraordinaires résultats en termes d'écologie…
Le roman regorge d'une foultitude de bonnes idées. La meilleure est sans doute de donner la parole au patron de Cloud, à travers son blog. C'est particulièrement intelligent de le laisser s'exprimer sur son projet, d'expliquer comment il en est arrivé là et ce qu'il cherche à construire. Pour réfléchir à une situation, il faut l'ensemble des éléments et des avis.
Peut-on encore croire qu'il est possible de concilier le big business avec la liberté de penser ? Ce roman formidable aide, en tout cas, à réfléchir à cette situation et à sortir la tête du sable. Car cette société-là est déjà en marche et nous en sommes les acteurs au service de quelques « bâtisseurs ».
Mothercloud est aussi plausible que divertissant, aussi crédible qu'effrayant. Rob Hart a un talent rare, celui de raconter une histoire à message, tout à la fois terrible et réjouissante, prenante au possible. Il nous pousse à la réflexion en nous permettant de prendre un certain recul sur notre monde, avant qu'il ne soit trop tard.
A lire absolument par le plus grand nombre, quels que soient vos goûts littéraires ! Un indispensable de cette année.
A noter que le roman sera adapté au cinéma par Ron Howard (rien que ça).
PS : j'adore la couverture française, très bien vue et plus parlante que l'originale ! Et sympa la lecture augmentée (plan du site Cloud, vidéos…), via l'application « Lisez »
Lien : https://gruznamur.com/2020/0..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          278

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
LapkastLapkast   21 mars 2020
Ember soupira en s'approchant d'eux. « Laissez-moi vous raconter quelque chose à propos de Cloud. C'est nous qui les avons choisis. Nous qui leur avons donné le contrôle. Quand ils ont décidé de racheter les épiceries, nous les avons laissés faire. Quand ils ont décidé de faire main basse sur l'agriculture, nous les avons laissés faire. Quand ils ont décidé de s'emparer des médias, nous les avons laissés faire. Idem pour les fournisseurs d'accès à Internet, les compagnies de téléphonie mobile, nous les avons laissés faire. On nous avait répété que l'on paierait moins cher, parce que Cloud se soucie avant tout de ses clients. Que ses clients formaient une famille. Mais nous ne formons pas une famille. Nous sommes la pitance qu'avalent les grandes entreprises pour devenir encore plus grandes. La seule chose qui continuait à lui faire un peu d'ombre, c'étaient les gros détaillants pour centres commerciaux. Mais les Massacres du Black Friday sont survenus, et les gens ont eu peur de sortir de chez eux pour aller faire leurs courses. Vous croyez que c'était quoi, un accident ? Une coïncidence ? »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   15 juillet 2020
Eh bien oui, je vais mourir.
La plupart des gens vont jusqu’au bout de leur vie, sans savoir quand ils en atteindront la limite. Simplement, un jour, les lumières s’éteignent. Moi, j’ai une échéance.
Je n’ai pas le temps de rédiger mes Mémoires, même si tout le monde me dit que je devrais écrire un livre sur ma vie. Un blog colle mieux à ce que je veux faire, non ? Je ne dors pas beaucoup ces derniers temps, alors ça m’occupera pendant mes nuits blanches.
De toute façon, dormir, c’est bon pour ceux qui n’ont pas d’ambition.
Au moins, comme ça, je laisserai une trace écrite. Je tiens à vous donner ma version de l’histoire, plutôt que celle de types qui essaieront de se faire de l’argent sur mon dos, ou élaboreront des suppositions fumeuses. Mon travail m’a appris une chose : les suppositions sont rarement pertinentes.
J’espère que ce sera une belle histoire, parce que j’ai l’impression d’avoir eu une belle vie.
Vous êtes sûrement en train de penser : « Monsieur Wells, vous pesez 304,9 milliards de dollars, ce qui fait de vous le plus riche des Américains et la quatrième fortune de la planète, donc évidemment que vous avez eu une belle vie. »
Mes amis, là n’est pas la question.
Ou plutôt, pour être plus précis, les deux choses ne sont pas liées.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
LapkastLapkast   21 mars 2020
_ Tu avais tort.
_ Quoi ?
_ À propos des livres. Nous avons des exemplaires de "Fahrenheit 451". Nous avons "La Servante écarlate". Cloud ne les a pas censurés. C'est juste que personne ne les commande. Ils ne gardent pas en stock les produits dont les gens ne veulent pas. C'est juste... de la logique commerciale, en fait. C'est le marché qui décide.
Ember s'apprêta à rétorquer, mais se ravisa. Quel intérêt ? semblait-elle se dire.
_ Je me doute que ça ne fait pas grande différence, que tu aies eu tort ou non, reprit Paxton. Ce qui est important, c'est que les gens n'écoutent pas. On ne censure pas le message, ce sont eux qui n'ont pas envie de savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
LapkastLapkast   21 mars 2020
_ Et ensuite, quoi ? Vous allez détruire Cloud ? Où les gens vont-ils travailler ? Que feront-ils ? On parle de remettre à plat toute l'économie américaine. Et le marché de l'immobilier.
_ Les gens s'adapteront. Nous ne pouvons pas laisser une compagnie avoir le contrôle total de nos vies. Vous savez qu'il y avait des lois, avant ? Jusqu'à ce que les gouvernements deviennent de plus en plus pauvres, et les entreprises de plus en plus riches ? Ensuite, ce sont elles qui se sont mises à dicter leurs règles. Vous croyez que votre salaire paie votre nourriture ? Votre logement ? Faux. C'est le gouvernement qui le fait. Il subvient aussi à vos soins. Il règle la note pour que vous ayez un boulot, parce que, ensuite, vous votez pour qu'eux gardent le leur. Le système est trop perverti pour être réparé. Il est temps d'y mettre fin, de le mettre en pièces.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
collectifpolarcollectifpolar   15 juillet 2020
vez-vous déjà volé quelque chose ?

Deux réponses possibles à cette question. Bouton vert : « Oui », bouton rouge : « Non ».

Il se frotta les yeux, la lumière de l’écran lui faisait mal au crâne. Il repensa à ce jour, il avait neuf ans, planté devant le présentoir tournant des bandes dessinées dans l’épicerie de M. Chowdury.

Le magazine qui lui faisait de l’œil coûtait quatre dollars, or il n’avait que deux dollars en poche. Il aurait pu retourner chez lui et demander l’argent à sa mère, mais, au lieu de ça, il avait attendu, les jambes tremblantes, jusqu’à ce qu’un homme entre pour acheter des cigarettes. Quand M. Chowdury s’était accroupi pour prendre les cigarettes qu’il rangeait sous le comptoir, Paxton avait roulé l’illustré, l’avait maintenu contre sa jambe afin qu’il reste hors de vue, et s’était dirigé vers la sortie.

Il avait marché jusqu’au parc, s’était assis sur un rocher et avait tenté de lire ses bandes dessinées, mais il n’était pas parvenu à se concentrer. Il était tellement obnubilé par ce qu’il venait d’accomplir que les dessins se brouillaient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Rob Hart (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rob Hart
Un petit mot en vidéo de Rob Hart pour Quais du Polar 2020.
autres livres classés : dystopieVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Rob Hart (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2100 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..