AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2359491997
Éditeur : Don Quichotte éditions (06/02/2014)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 3 notes)
Résumé :
Les mauvaises consciences de nos démocraties
Traîtres pour les uns, héros modernes pour les autres, les lanceurs d'alerte défient le système en dénonçant ses turpitudes. Ils ne veulent pas le casser mais l'améliorer, transgresser pour mieux consolider le subtil et fragile équilibre de la démocratie, quitte à révéler des informations parfois extrêmement sensibles, à provoquer des crises politiques. Leur arme : la vérité, preuves à l’appui. Mais une vérité pas... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
bina
  16 février 2014
Le livre de Florence Hartmann est indispensable pour comprendre ce qu'on entend régulièrement dans les médias.
Pourquoi Bradley Manning, Edward Snowden ou Irène Frachon ont-ils jugé bon de révéler sur la place publique des scandales qui grâce ou à cause d'eux ont marqué les esprits ?
‘'Grâce'' ou ‘'à cause'', Héros ou traitre ?
Ces personnes sont ce qu'on appelle des ‘'lanceurs d'alertes''. Cette notion fait débat, et la perception n'est pas la même des deux côtés de l'Atlantique.
Les soixante premières pages de ce livre présentent une mise en place de cette notion, des différentes versions du whistleblower, la perception de cette notion par la société.
Florence Hartmann présente aussi différents cas dont certains très récents, toujours d'actualité. On comprend alors que des gouvernements et des institutions sont prêts à toutes les manipulations pour mener la politique de leur choix, espionner le monde entier ou réduire les libertés individuelles au-delà de toute nécessité. Et malgré les lois protégeant les lanceurs d'alerte, les révélations ne se font pas sans mal. L'exemple du soldat Manning illustre bien ce cas.
Je vais maintenant expliquer ce que j'ai compris de cette notion délicate. Si vous voulez le découvrir par vous-même dans le livre, ne lisez pas la suite de cette chronique.
Aux Etats-Unis, ce concept est plus ancien qu'en Europe et ne choque pas la population. L'un des initiateurs malgré lui est Daniel Ellsberg. Octogénaire toujours actif aujourd'hui contre les injustices, il révèle en 1971 dans les ‘'Papiers du Pentagone'' que les différentes institutions de Truman à Johnson « ont menti à la fois à l'opinion américaine et au Congrès au sujet du déroulement de la guerre » au Viet-Nam. (p 73).
Des lois protègent ces ‘'témoins, dans leur activité professionnelle, d'actes illicites ou dangereux pour autrui'' (p 30). Mais désobéir aux ordres et aux lois est une prise de conscience qui peut être douloureuse et avoir des conséquences graves pour soi. Pression des institutions, des organismes concernés, emprisonnement, risque de mort…Tout le monde n'en a pas le courage, mais du moment que le sort de l'humanité est en jeu (révélation sur le nucléaire en Israël), certains n'hésitent pas à se sacrifier et à passer dix-huit ans en prison.
En France, ce concept a beaucoup de mal à s'installer. Des partis politiques aujourd'hui encore considèrent cet acte comme de la trahison ou de la délation, et le législatif a bien du mal à prendre des mesures de protection pour les lanceurs d'alerte. Irène Frachon, qui dénonce le scandale du Mediator, permet une prise de conscience par l'opinion publique et la presse de l'utilité de ces individus qui n'hésitent pas à mettre leur carrière en jeu.
Ainsi, ce qui compte, ce n'est pas tant la différence entre les points de vue américain et européen au sujet des lanceurs d'alerte, mais la compréhension du fonctionnement de cette procédure. Dans un premier temps, la divulgation des faits illicites et dangereux, puis, le devenir de cette alerte, relayée par les professionnels de l'alerte que sont les ONG, les journalistes, les associations. Il faut bien prendre conscience que généralement l'alerte de l'opinion publique via les médias ne se fait que parce que l'alerte en interne n'a pas pu aboutir. Quand l'institution est corrompue ou verrouillée, il faut alors passer outre la hiérarchie.
Les lanceurs d'alertes font ainsi partie intégrante de la démocratie. Ce quatrième pouvoir est bien celui du peuple qui surveille les pouvoirs pour éviter les abus. Il est l'auxiliaire de la justice exerçant n contre-pouvoir indispensable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Kanelbulle
  13 avril 2014
Daniel Ellsberg, Bradley Manning, Edward Snowden, Mordechai Vanunu, David Kelly, Olivier Thérondel : six hommes qui ont risqué leur carrière et parfois leur vie pour dévoiler des attaques contre l'intérêt général perpétrées par le gouvernement de leur pays.
La journaliste Florence Hartmann dresse dans cet ouvrage un portrait de ces lanceurs d'alerte, avec comme fil rouge un rappel de leur motivation principale : la dénonciation d'actes illicites.
Ce livre n'apprendra sans doute pas grand chose au lecteur régulier de la presse, mais il a le mérite de rappeler que la démocratie est un équilibre toujours fragile, même dans les pays occidentaux.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
binabina   16 février 2014
Pour qu'on ne puisse abuser du pourvoir, il faut que, par la disposition des choses, le pouvoir arrête le pouvoir. Montesquieu, De l'esprit des lois.
Commenter  J’apprécie          40
camilleetmilecamilleetmile   12 mars 2014
"un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux" Benjamin Franklin
Commenter  J’apprécie          30
camilleetmilecamilleetmile   12 mars 2014
"un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux" Benjamin Franklin
Commenter  J’apprécie          30
camilleetmilecamilleetmile   12 mars 2014
Il faut beaucoup d'indisciplinés pour faire un peuple libre - Georges Bernanos
Commenter  J’apprécie          40
camilleetmilecamilleetmile   12 mars 2014
Sentinelles de veille et éveilleurs de conscience, whistleblowers (en italique) et lanceurs d'alerte appartiennent définitivement à la même famille. Ni guetteurs de l'apocalypse, ni prophètes de malheur, ils proposent une alternative au silence, font émerger une nouvelle forme de citoyenneté.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : lanceurs d'alerteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Florence Hartmann (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
434 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre