AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Nos âmes la nuit (51)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Dixie39
05 décembre 2016
Qu'y a t-il de mal à ne plus vouloir être seule ? À espérer se coucher le soir avec, à nos côtés, quelqu'un qui nous souhaiterait bonne nuit, nous embrasserait doucement. Fermer les yeux à la nuit tombée, en sachant que le lendemain, nous les ouvrirons à nouveau sur un visage aimé, nous offrant là, au petit matin, le premier sourire et « bonjour » de la journée ? Est-ce trop demander, quand on a passé les soixante-dix années et que la vie nous a laissé veuve, avec la peur, la nuit, pour toute compagne, que de ne plus vouloir rester seule dans son lit ?

Voilà ce que nous raconte ce si beau livre, Nos âmes la nuit. Voilà ce qui pousse Addie à frapper à la porte de son voisin pour lui proposer ce marché.

"Nous sommes seuls tous les deux. Ça fait trop longtemps que nous sommes sans personne. Des années. La compagnie me manque. À vous aussi, sans doute. Je me demandais si vous accepteriez de venir dormir avec moi certaines nuits. Discuter."

Louis réfléchit : se donner le temps pour répondre. Et puis se dire « pourquoi pas ! »

Les nuits et petit à petit les jours vont se construire avec et non plus sans !
Ce livre est un hymne à l'amour et la tolérance, sans mièvrerie ni ridicule, et à la fois une mise en lumière de notre étroitesse d'esprit, de l'emprise des convenances dans nos vies et de la manière dont on aborde le sujet de l'amour et de la solitude passé un certain âge.

"Et on ne fait même pas ce que les gens s'imaginent qu'on fait. Tu voudrais ? Demanda Addie."

L'écriture de Kent Haruf est d'une grande beauté, toute en délicatesse et retenue…

Ces « petits vieux » qui s'aiment, c'est comme ces jeunes enfants qui s'amourachent l'un de l'autre à la maternelle et qui ne veulent plus se quitter : c'est attendrissant, c'est drôle, c'est curieux… mais ça ne peut pas durer ! Ce n'est pas de leur âge. Addie et Louis, eux, vont en décider autrement.

"Apprendre à bien connaître quelqu'un à un âge aussi avancé. Découvrir qu'on aime bien cette personne et s'apercevoir qu'on n'est pas complètement desséché en fin de compte.
Ça semble surtout gênant.
Pour qui ? Pas pour moi.
Mais les gens sont au courant.
Bien sûr que oui. Et je m'en fiche pas mal."

Y aura-t-il un moment dans nos vies aussi, où aimer ne sera plus « de notre âge » et où il faudra rester seul(e) ou sage, en attendant la mort ? Combien de Louis rêvent d'avoir leur Addie ? Et combien d'Addie se désespèrent de ne pas avoir encore trouvé un Louis avec qui partager toutes ces nuits de solitude et toutes ces journées d'ennui ?

Nos âmes n'ont pas d'âge.
La nuit. le jour.
Ou plutôt, elles ont l'âge que nous voulons bien leur donner...
Lien : http://page39.eklablog.com/n..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          5212
tynn
18 octobre 2016
Elle lui propose de passer la nuit avec lui.
Une banale histoire de drague, direz-vous?

En fait, c'est tout autre chose.
Ils sont voisins, veufs, portent allègrement leurs plus de 70 ans, et vivent dans une petite ville conventionnelle américaine où les cancans et mesquineries vont bon train.

Addie désire juste dormir avec Louis, combler la solitude des nuits en se racontant la vie passée, les conjoints disparus, les enfants, les souvenirs, les drames et les désirs ratés. Apprendre aussi à se connaître et de se détacher du regard des autres. Que peut-on attendre de la vieillesse si ce n'est une relation directe, honnête et simple? Un plaisir de vie qui va scandaliser les enfants de ces amoureux peu ordinaires. Il s'agira d'y mettre bon ordre!

Un bien joli livre sans artifice, à l'écriture originale par les bavardages insérés dans le texte descriptif, pimenté d'un clin d'oeil d'écrivain du comté de Holt et qui s'invite en quelques lignes dans la narration.
Un pas de deux sur la vieillesse et la solitude, qui parle d'amitié, de tendresse et de sérénité, en marge d'une société aigrie, intolérante et étroite d'esprit concernant le grand âge.

La dernière petite musique littéraire de Kent Haruf qui a malheureusement tiré sa révérence après ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          480
belette2911
13 novembre 2016
Que faire lorsqu'on est veuve, qu'on a plus de 70 ans et qu'on trouve la nuit longue et ennuyeuse ?

Et bien on demande à un de ses voisins, veuf lui aussi, dans la même tranche d'âge, à venir partager son grand lit froid pour papoter, faire connaissance et ne plus être seule avec ses pieds froids.

Addie n'a pas eu froid aux yeux de faire cette proposition à Louis et ce dernier a accepté.

Commence alors une belle amitié que l'auteur, en peu de pages, a su faire évoluer vers une belle complicité, faisant de ce couple d'une nuit, des amis d'une vie.

Les romances ne sont pas pour moi, en littérature, mais celle-ci est belle, touchante, merveilleuse, parce qu'elle aborde un sujet tabou : l'amour en personnes d'un certain âge.

Bien que Addie et Louis ne pratique pas la bêbête à deux dos, dans leur dos, ça cancane, ça ragotte, ça regarde de travers, ça pense qu'ils se refont le kama sutra, sans penser qu'à leur âge, on a plus envie de compagnie que d'orgie sexuelle.

Mais les gens sont cruels, bêtes et méchants… Kent Haruf nous le démontre par A+B sans avoir besoin d'en faire des caisses.

J'ai passé des moments de bonheur avec ce couple improbable, avec le petite fils d'Addie, qui, traumatisé par la séparation de ses parents, a peur d'être abandonné et qui, dans la personne de Louis, trouvera un substitut de père et papy.

Mais vous savez comme moi que le bonheur des uns rend les autres jaloux… et que les enfants de notre papy et mamy ne voient pas ça d'un bon oeil, alors que eux, dans leur vie, c'est désastre amoureux total !

L'auteur prendra le temps, durant ces trop courtes 180 pages, de nous éclairer sur le passé de nos amis, eux-mêmes se racontant leur vie de couple, leurs problèmes, leurs malheurs, et la solitude depuis quelques années.

C'est la boule au fond de la gorge et les larmes aux bords des yeux que je les ai laissé, me retirant sur la pointes des pieds pour ne pas qu'ils me voient avec les larmes aux yeux.

J'aurais aimé empoigner certains pour leur dire 'De quoi te mêles-tu ? Serais-tu jaloux de leur bonheur alors que toi tu en es incapable ?', mais je n'ai rien dit parce que je me suis demandée ce que nous ferions si c'était notre mère ou notre père qui, une fois arrivé dans les 70 ans, agissait comme Louis et Addie…

Il est un fait que nous sommes intolérants et étroits d'esprit, surtout pour certaines choses et la vieillesse en fait partie. Certains n'ont plus le droit d'être heureux et les tyrans ne sont pas que à la tête de certains pays, ils sont parfois dans vos familles, dans vos proches et vous pourriez être l'un d'eux.

Un très beau roman auquel je ne reprocherai qu'une seule chose : l'absence totale de guillemets ou de tirets cadratins pour marquer les dialogues, ce qui a rendu ma lecture plus difficile.

Malgré cela, c'est un coup de coeur car il y avait beaucoup de profondeur et de tendresse dans ses pages. de l'amour, de l'amitié et malheureusement, de l'incompréhension et de la jalousie.

Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          274
blandine5674
23 novembre 2016
C'est la couverture de cette voiture allant vers nulle part, vers l'évasion qui m'a d'abord attirée. Histoire surprenante que cet homme et cette femme sexagénaires face à la solitude et la vieillesse. Demande surprenante également de cette même femme qui demande au voisin de passer les nuits avec elle. Comment vont réagir leurs enfants qui ont leur propre vie ? Un roman qui se lit vite, avec juste ce qu'il faut de mots pour dénoncer la bêtise humaine. Ah, si toute personne agissait comme Addie, en exprimant ses envies et de se fiche du qu'en-dira-t-on, la vie de chacun serait meilleure. Une belle leçon de vie toute en simplicité et émotion.
Commenter  J’apprécie          244
sarahdu91
13 janvier 2017
Quoi de plus légitime que de se retrouver en quête de l'amour à plus de 70 ans?
Il n'y a pas d'âge pour être heureux, pour partager les choses simples de la vie avec un ami, vivre des moments à deux dans le noir, se raconter ces moments qu'on a vécus quelques années avant.
Bref, le bonheur quoi... mais les choses ne sont pas aussi simples que le voudraient Addie et Louis et pourtant ils veulent juste faire un bout de chemins ensemble, leurs âmes sont si semblables et s'attirent. Hélas, les proches qui les entourent, semblent si égoïstes qu'ils ne s'aperçoivent pas du mal qu'ils leur font en voulant les séparer.
Cette lecture nous permet de comprendre qu'en jugeant trop les autres on arrive à les empêcher de trouver l'amour qui n'attend qu'une chose c'est d'être partagé.
Commenter  J’apprécie          210
DOMS
08 octobre 2016
Dans la petite ville de Holt, la solitude est pesante pour Addie Moore qui a perdu son mari depuis longtemps, et dont le fils vit bien loin. Jusqu'au jour où elle décide d'aller voir Louis Waters, son voisin depuis des années, veuf lui aussi, et à qui elle propose, oui, carrément et tout simplement, de venir passer les nuits allongé près d'elle à bavarder, à dormir, pour repartir au petit matin. Un peu surpris, louis va pourtant se faire un plaisir de tenter l‘aventure, et de nuit en nuit, une complicité et une forme d'amour va rapprocher les deux solitaires.
Jusqu'au jour où Gene, le fils d'Addie, va lui confier pour quelques semaines la garde de son fils. Et le petit fils va trouver sa place entre ces deux anciens qui se font grands-parents de substitution. Mais dans une petite ville de province, où qu'elle soit, tout se sait, les bavardages, les commérages, vont bon train, les jalousies ont vite fait de s'exacerber. Louis et Addie n'en ont que faire, eux qui trouvent dans cette présence incongrue au plus noir de la nuit, un réconfort, une écoute, mais aussi un dynamisme et une énergie qu'ils avaient perdus depuis longtemps.

Un joli roman qui se lit comme un conte et qui fait bien évidemment penser au roman Sur la route de Madison, et surtout à Clint Eastwood et Meryl Streep dans le film éponyme, quand la famille, la bienséance prédominent sur l'amour, la tendresse, le bonheur individuels. Egoïsme des familles, manque de courage pour braver les interdits, si on est conquis par ces lignes, par leur tendresse et la joie qui s'en dégage, on reste frustré malgré tout devant le gâchis qu'engendrent les convenances. Où l'on se rend compte que l'âge ne rend pas plus libre pour autant !
Lien : https://domiclire.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
lucia-lilas
21 novembre 2016
Un jour, Addie Moore, soixante-quinze ans, veuve, rend visite à son voisin Louis Waters, veuf lui aussi et pas très jeune non plus. Elle a quelque chose à lui demander. Une chose toute simple. Il fallait juste oser. Elle l'a fait. Souhaitait-il venir chez elle de temps en temps pour dormir avec elle ? Louis reste silencieux. Pas longtemps. Puis il accepte.
« Et si je ronfle ? », « Alors vous ronflerez, ou vous apprendrez à arrêter. »
Le lendemain, Louis va chez le coiffeur, se fait raser, mange léger, prend une bonne douche, se coupe les ongles des mains et des pieds, place son pyjama et sa brosse à dents dans un petit sac en papier et se rend chez sa voisine…
C'est une très belle histoire qui commence, pas mièvre du tout, loin de là, pas simple du tout mais forte, puissante et qui nous prend vraiment aux tripes. Difficile de lire les dernières pages sans retenir ses larmes…
Nos âmes la nuit est une oeuvre empreinte de poésie et de sobriété qui évoque, sans gêne et, en même temps, avec beaucoup de pudeur et de douceur, le corps et la sexualité des gens un peu âgés, le regard des autres, les conventions, la solitude, la tendresse, la vie qui passe et dont il faut profiter.
L'écriture dans son dépouillement et ses silences rappelle certains textes de Marguerite Duras. Elle acquiert parfois aussi une dimension théâtrale et l'absence de tirets ou de guillemets pour marquer les discours directs donne le sentiment que les paroles des protagonistes s'enchaînent très naturellement et avec une telle évidence que l'on sent naître entre eux une réelle et profonde complicité.
Une histoire d'amour extrêmement touchante et lorsque l'on songe que ce livre est le dernier de Kent Haruf (1943-2014), on se dit qu'il s'agit là d'une jolie révérence et d'un bel hommage à la vie !

Lien : http://lireaulit.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
chardonette
23 octobre 2016
C'est l'histoire d'Addie, soixante quinze ans qui se sent seule et qui va faire une drôle de proposition à son voisin. C'est l'histoire de Louis, un homme veuf qui va découvrir cette drôle de proposition et qui va accepter.
Et, il ne faut pas oublier Jamie, le petit-fils d'Addie qui va passer l'été chez sa grand-mère et qui va contribuer aussi au rapprochement d'Addie et Louis.
C'est un roman sublime, c'est à la fois simple, doux, sensible, émouvant et touchant.

En lisant Nos âmes la nuit on a l'impression que le temps est suspendu d'être loin, d'être aux États-Unis à Cedar Street.

Kent Haruf, l'auteur, nous propose de suivre une très belle histoire d'amour qui n'est pas simple à vivre, les voisins parlent et les enfants des deux protagonistes ne comprennent pas cette histoire.
C'est le premier roman que lis de cet auteur, malheureusement Kent Haruf est décédé en 2014 mais je sais que j'ai d'autres romans à découvrir de cet auteur et j'en suis ravie.
Mme Moore et Mr Waters sont des personnages dont je ne suis pas prête d'oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
trust_me
14 octobre 2016
Holt, Colorado. Addie frappe à la porte de son voisin Louis pour lui demander s'il accepterait de venir dormir avec elle certains soirs. Pas pour le sexe, simplement pour discuter, pour « passer le cap des nuits ». Elle s'adresse à lui car elle pense que c'est un homme bien. Tous deux sont veufs, septuagénaires et conscients que la solitude est un poids difficile à supporter. Après une infime hésitation, Louis accepte. Mais il sait qu'en ville les ragots vont enfler, que derrière les fenêtres les mauvaises langues vont les juger. Et qu'il va aussi être difficile de faire avaler la pilule à leurs enfants respectifs.

L'histoire d'une rencontre, de deux êtres qui s'apprivoisent, se confient, se trouvent des affinités et aspirent une dernière fois au bonheur. Deux êtres voulant faire fi des convenances et vivre pleinement une relation épanouissante. Louis et Addie ont chacun eu leur lots de drames, de déceptions et d'échecs. Elle a perdu sa fille renversée par une voiture, il a brisé son ménage en partant vivre avec une autre femme avant de revenir vers son épouse. Ils ont souffert ou ont fait souffrir, ils estiment avoir le droit de connaitre un ultime frisson, main dans la main.

Ça pourrait être mièvre, ça pourrait être une avalanche de bons sentiments sucrés au point de vous donner la nausée. C'est tout sauf ça. Kent Haruf signe un texte sobre, épuré, déchirant. Avec bienveillance et tendresse, il amène ses deux personnages à tourner le dos au passé pour regarder droit devant, vers un avenir qui, sans être radieux, a le mérite de laisser entrevoir de doux et beaux moments. Pour autant, il ne tombe pas dans l'angélisme et la tournure pleine d'amertume et de tristesse prise dans les dernières pages vient le souligner tout en subtilité. Les histoires d'amour finissent toujours, bien ou mal, une évidence qu'il est bon de rappeler, surtout avec autant de finesse et de grâce.


Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Pixie-Flore
14 juillet 2017
"Nos âmes la nuit" est un roman qui parle de la solitude, la solitude engendrée par la vieillesse, le besoin de contacts humains à tout âge. Ça aurait pu être un magnifique roman, tendre et délicat. Mais, de mon point de vue, ça ne l'est pas.

Les chapitres sont courts et, très honnêtement, j'ai trouvé leur contenu creux, sans grand intérêt. L'histoire qui se noue entre les deux personnages n'est pas approfondie. On la survole, on l'effleure à peine du doigt. Il y a pourtant Addie, cette petite grand-mère prétendument pleine de vie et de liberté. Mais toutes ses jolies phrases vont se révéler être une vaste supercherie. Ça m'a laissé sur le c*l : tout ça pour ça ?!

L'auteur avait un beau sujet mais il ne l'a pas exploité. Le peu d'histoire qu'il nous offre n'est pas suffisant pour m'avoir rendu son livre attrayant.
Commenter  J’apprécie          90


Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
2491 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre