AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Olivier Schwengler (Éditeur scientifique)
EAN : 9782869306127
345 pages
Payot et Rivages (01/01/1993)
3.69/5   85 notes
Résumé :
Shirley Peters a été tuée, et son ancien amant l'avait menacée de mort. Pour l'inspecteur Resnick, il s'agit là d'un drame passionnel, ce genre de drame auquel il a l'impression d'être confronté tous les jours. Mais quand une seconde femme est sauvagement violée et assassinée, il semble évident qu'un "serial killer" est à l'œuvre et qu'il choisit ses victimes parmi les femmes esseulées qui cherchent un compagnon dans la rubrique locale des cœurs solitaires.
J... >Voir plus
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
3,69

sur 85 notes
5
6 avis
4
6 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
1 avis

Renod
  09 juillet 2018
« Blonde plantureuse, goûts simples, cherche mec bien balancé, possédant yacht». En 1989, les rencontres se font par le biais de petites annonces publiées dans quotidien local. Les premiers échanges sont épistolaires et débouchent parfois sur un rendez-vous dans un pub. Avec à la clef, une surprise, bonne ou très mauvaise. A Nottingham, deux femmes adeptes des rencontres par le biais de la rubrique « Coeurs solitaires » du journal ont été assassinées. Charlie Resnick, inspecteur au sein du département de Police judiciaire, dirige l'enquête. C'est le premier volume de la série Resnick et l'inspecteur se voit attribuer des traits particuliers comme tout héros de littérature policière. C'est un quadragénaire toujours débraillé et portant des cravates ou des chemises tâchées. Célibataire, il vit avec ses quatre chats à qui il a attribué des noms de jazzmen célèbres : Bud, Pepper, Dizzy et Miles. Il est fortement marqué par ses déboires conjugaux. Enfin, il reste attaché à ses racines polonaises et demeure un fan d'un club de foot qui perd tous ses matchs : le Notts County FC. Les membres de son équipe ont des profils distincts et complémentaires : une brute machiste, un jeune marié, un jeune-homme timide d'origine pakistanaise, une provinciale prometteuse. Rien de très original, certes, mais le lecteur s'attache à Resnick. Sa pesanteur offre un faux rythme au récit, son empathie lui donne un surplus d'humanité. le roman repose sur une structure aboutie où les fausses pistes vont se multiplier. Les enquêteurs devront se défier des évidences. Un premier opus prometteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          331
Rebus
  11 juin 2014
Une petite relecture, des années après avoir découvert et dévoré la série des Resnick de John Harvey pour la première fois.
Coeurs solitaires est le premier de la série : John Harvey plante donc le décor : Charles Resnick, le chef, amateur de jazz, de chats et de sandwichs en tous genres, et son équipe : Lynn, la seule femme flic de sa brigade, Patel, d'origine pakistanaise, Divine, le gros lourdaud, Naylor, le jeune marié et Millington, le plus âgé, qui aimerait bien évoluer dans sa carrière.
Resnick doit enquêter sur un meurtrier en série, qui tue les femmes qu'il rencontre par le biais de la rubrique des coeurs solitaires du journal local.
L'intérêt dans cette série, ce n'est pas l'intrigue policière en tant que telle, d'ailleurs le dénouement est assez rapide, limite bâclé, mais ce qui se passe autour : la ville de Nottingham, le déracinement, les relations humaines, les faux-semblants, la nostalgie du passé, la solitude...
J'aime la plume de John Harvey, j'aime retrouver son univers, comme si je retrouvais de vieux amis depuis longtemps perdus de vue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          263
Sharon
  29 septembre 2019
Comment cuisiner quand on a, comme Charlie Resnik, quatre chats ? Difficilement ! Les chats en question ont beau être brillants, trouvant toujours la bonne gamelle dans les quatre qui ornent la cuisine, ils peuvent cependant commettre quelques gaffes, comme s'endormir et se retrouver coincé dans le panier à linges, ou encore de faire une petite sieste dans une casserole, la même bien sûr dont son maître a besoin pour cuisiner les deux patates qu'il a trouvées. Vous l'aurez compris, Charlie Resnik, inspecteur de son état, ne pouvait que m'apparaître immédiatement sympathique. Il est aussi profondément humain. Ne lui demandez pas de prendre fait et cause pour les personnes qui violentent les autres, d'autant plus que les statistiques, à ce sujet, semblent vraiment grimper en flèche. Ne lui demandez pas non plus de ne pas pousser dans ses retranchements un suspect. Attention ! Il ne s'agit pas d'user de violences, comme certains policiers auraient trop tendance à le faire ; il s'agit de chercher, de fouiller, d'appuyer là où cela fait mal – on ne se retrouver pas au poste en garde à vue par le plus grand des hasards.
Oui, ce polar date de plus de vingt-cinq ans, et pourtant, il est toujours aussi lisible. Les temps ont changé, il nous parle d'une époque où l'on se rencontrait par le biais des petites annonces, non par celui des applications de rencontre sur son téléphone portable. Il fallait écrire, l'annonce, d'abord, puis la lettre en réponse, et ensuite seulement on pouvait se rencontrer et voir si cela « matchait », pour reprendre un terme de notre époque. le but de ses rencontres pouvait être faire sa vie ensemble, passer un bon moment, voir un moment tout court, surtout si, telle une Cendrillon des temps modernes, la jeune femme se doit d'être rentrée avant minuit pour s'occuper de ses enfants. Oui, nous sommes à une période charnière. Ce n'est plus le temps où le mariage, c'était pour la vie, et l'on restait, quoi qu'il arrive. Ce n'est pas encore le temps où l'union libre est la forme d'union la plus fréquente, où les femmes refont leur vie en étant moins jugées – moins, pas plus, malheureusement, parce que le combat pour mener sa vie de femme comme on l'entend est un combat d'actualité.
Elles s'appelaient Shirley, Mary. Shirley a subi la violence de son compagnon, violence pendant leur vie de couples, menace après leur séparation, qui l'a menée à obtenir une injonction contre lui. Mary a été plaquée par son mari, qui l'a laissé avec deux jeunes enfants pour refaire sa vie – loin. Elles ont toutes les deux été assassinées, pour ne pas dire massacrées, tuées parce qu'elles étaient des femmes, sur lesquelles un homme a pu faire la démonstration de sa force et de son pouvoir, un homme qu'il faut arrêter avant qu'il ne recommence, avant que la peur ne monte. Il s'agit bien de l'arrêter lui, non de dire aux femmes de se comporter autrement.
Des femmes, nous en croisons d'autres, dans ce roman. Lynn, d'abord, la seule femme du poste de police, qui a pourtant réussi à s'imposer dans un monde d'hommes, avec des collègues pas toujours très fins. Je pense à Divine, qui fait son boulot tout en dissimulant à peine son racisme. Je pense à Naylor et à sa femme – j'en ai rencontré dans la vie – qui mène une vie dont je n'ai jamais voulu, avec Naylor, entièrement sous la coupe de sa femme, planifiant longuement toute leur vie, paniquant quand un imprévu survient. Je pense aussi à Miss Odds, l'avocate qui défend tous les prévenus, et tient à être appelée « Miss » – gare à celui qui ne le ferait pas ! N'oublions pas Rachel, travailleuse sociale absolument débordée, tout comme son compagnon Chris, au point qu'ils n'ont plus vraiment grand chose à se dire, si ce n'est que Chris ne réagit pas formidablement bien quand elle décide de se séparer – disons même plutôt qu'il réagit exactement comme tous les conjoints dont il a le dossier en charger. Aucun milieu n'est épargné par la violence, c'est aussi simple que cela, il est toujours bon de l'avoir à l'esprit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
belette2911
  07 février 2016
Lire une enquête de l'inspecteur Charles Resnick, c'est comme regarder un épisode de Derrick, mais avec la profondeur en plus !
Niveau trépidations, nous sommes loin d'un thriller (normal, ceci n'en est pas un) mais j'en ai tout de même ressentis « dans le creux de mes reins » comme le chantait la Bardot sur sa Harley Davidson.
Oui, niveau profondeur, c'est du gorge profonde, et je ne parle pas du mystérieux informateur de Fox Mulder !
Ceci est un roman noir anglais pourvu de flics qui enquêtent sur la mort brutale et mystérieuse d'une dame qui ne cherchait qu'un plan cul de temps en temps… Tuée par son mari jaloux et violent ?
Et si ce n'est pas lui, qui est-ce alors ?? L'affaire s'annonce difficile et les flics piétinent, enquêtent à l'ancienne (nous sommes en 1989) et se grattent le sommet du crâne afin de trouver qui s'en prend à des jeunes femmes.
Oui, l'inspecteur Resnick a le rythme d'un Derrick, mais le scénario de John Harvey est bien plus étoffé (pas compliqué, vous me direz) et les personnages plus travaillés.
Rassurez-vous, la comparaison avec le lymphatique Derrick – héros des pensionnés qui s'emmerdent grave – n'est là que pour l'humour, ici, nous sommes dans un vrai roman noir et l'auteur n'a plus rien à prouver à ce niveau là.
Si Resnick est un inspecteur un peu désabusé, il n'est pas alcoolo, de plus, il pratique l'humour noir et le cynisme pour le plus grand plaisir du lecteur.
Amateur aussi de jazz, de ses 4 chats, de sandwichs un peu bizarre et portant un complet encore plus avachi que celui de Columbo (et je ne vous parle même pas de la cravate !), Resnick n'a rien d'une gravure de mode ni d'un flic banal. Et je l'aime bien.
La plume d'Harvey glisse lentement durant les 296 pages, mais elle parsème son récit de petits traits d'humour, d'esprit, de petites répliques, qui feront sourire plus d'une fois le lecteur, pris au jeu de l'enquête et dévorant le roman afin d'en savoir plus sur la vie de Resnick et sur celle des flics qui l'entoure.
La seule question qui me reste, c'est "le mobile du coupable et pourquoi certaines femmes en particulier" (si ce n'est que c'était des chaudes). Ce n'est pas expliqué en détail dans le final et il ne reste plus qu'au lecteur qu'à se faire son propre avis sur la chose.
Un roman noir avec de la profondeur, qui dépeint la vie d'une petite société anglaise, qui nous parle des relations entre les flics et le reste de la populace – que ce soit avec des braves gens ou des bandits, truands – des meurtres sans profusion d'hémoglobine, de la violence uniquement lorsque c'est nécessaire (y'en a peu), des bons mots, des petites scènes de la vie quotidienne des personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires.
Quand on lit l'inspecteur Charles Resnick, on a l'impression de connaître l'équipe depuis longtemps et on ne pense qu'à une chose : lire la suite !
(3,5/5)
Lien : https://thecanniballecteur.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          151
BMR
  13 mars 2016
[...] Je réponds à votre annonce parue dans "Coeurs Solitaires" ...
Hasard des calendriers, le romancier anglais John Harvey vient tout juste de décider d'abandonner la série Charles Resnick, son héros récurrent, après une douzaine de bouquins et l'on choisit ce moment pour découvrir et l'auteur et le début de la série avec ce premier épisode : Coeurs solitaires.
Et on va se régaler ! Parce dès ce premier épisode, sacrément réussi, on est accroché. Ne vous fiez pas à ce titre à la noix (rien à reprocher à l'éditeur, c'est bien le titre en VO), calez-vous dans votre fauteuil et préparez-vous à savourer un excellent moment de lecture.
Parce que John Harvey fait preuve d'une prose soignée, il n'y a pas d'autre mot. C'est fluide, intelligent, très agréable à lire, ...
Pas d'effets transcendants mais une écriture qui se place très très au-delà des polars tgv qu'on n'arrive pas toujours à éviter.
Et puis, au-delà du plaisir immédiat de la lecture, parce que Harvey s'intéresse à ses personnages : ils sont épais, denses, fouillés, complexes, tout en restant des gens ordinaires.
À commencer par Charlie Resnick, ce flic de Nottingham, d'origine polonaise.
Solitaire bien sûr (il faut bien laisser place à des péripéties amoureuses !) mais ordinaire : un homme d'enquête, patient, pas un super flic imbibé d'alcool au corps couvert de cicatrices.
Pour tout vous dire : un homme qui aime le jazz, les sandwichs et qui vit avec des chats. Trois chats. Voilà.
Difficile vraiment de ne pas s'attacher aux pas de l'inspecteur Resnick.
D'autant que le voilà qui tombe amoureux d'une assistance sociale, Rachel, et que tout cela est raconté de main de maître. Au cours de la lecture on se dit qu'on doit souvent avoir le sourire aussi niais que celui de Charlie lorsqu'il téléphone à son amie.
Oops, j'allais oublier, c'est un polar et y'a donc une intrigue et une enquête, mais si, mais si.
Hasard des lectures, nous voici de nouveau dans les années 80 juste après que le tueur du Yorkshire ait sévi et que l'on ait refermé le bouquin de Michael Mention. Les lieux sont proches, les époques aussi et dans des styles très différents (celui de Harvey est vraiment très agréable à lire, on l'a dit), les deux intrigues évoquent des enquêtes longues, fastidieuses et difficiles à la recherche d'un tueur en série.
Le polar de John Harvey est presqu'un modèle du genre : pas plus que l'auteur, le lecteur n'est pressé de voir aboutir l'enquête (le tueur n'est guère actif fort heureusement !) et la course haletante n'aura vraiment lieu que dans les toutes dernières pages. Harvey et son lecteur s'intéressent d'abord aux personnages, leurs relations, la petite brigade d'enquête, Charlie, ses collègues, ses chats et ses amies, ...
Bon alors le méchant ?
Ah oui, j'y reviens, oui donc un serial-killer qui s'en prend aux jeunes femmes seules qui ont la mauvaise idée de faire passer une petite annonce dans le canard local à la rubrique Coeurs solitaires (d'où ce titre donc) - et oui tout cela se passait avant l'invention du smartphone et des réseaux dits sociaux.
Il est effectivement beaucoup question de social et de solitude dans ce roman : les dames en question, les messieurs qui répondent, Charlie, son amie Rachel, les collègues, ... faisait pas bien bon vivre dans les Midlands pendant les années 80 ...
On notera également au passage, un très grand respect pour la gente féminine (en dépit de quelques cadavres !) : étonnant pour un bouquin écrit en 1989 qui épingle soigneusement et consciencieusement tout propos susceptible d'être interprété comme sexiste. Les dames apprécieront.
Traditionnellement, on va attendre un peu avant d'épingler le coup de coeur, mais nul doute que ça ne saurait tarder tant on a envie de retrouver très vite Charlie Resnick et tant la série s'annonce prometteuse.
Pour celles et ceux qui aiment les séries policières.
Lien : http://bmr-mam.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (36) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   04 juillet 2018
- Les flics qui me font vraiment perdre du temps sont justement ceux qui n'écoutent jamais leurs intuitions. Un peu comme un ailier qui passe bêtement le ballon sans jamais taper dedans, ni faire attention au jeu. Incapable de d'anticiper ni de prendre la moindre initiative. Vous voyez ?

Lynn acquiesça sans trop de conviction.
Commenter  J’apprécie          110
le_Bisonle_Bison   25 février 2012
- Vous n’êtes pas sans savoir que, sans confirmation, votre alibi ne vaut pas un clou.
- Trouvez Warren et demandez-lui.
- Pour le moment, c’est vous que j’interroge.
- Feriez mieux de l’interroger lui, au lieu de faire de la littérature. Il fait quoi, l’autre, là ? dit-il en désignant Patel, qui noircissait des feuillets standard à la chaîne, levant rarement le nez de la table.
- Il prend notre conversation en note.
- Il écrit ce que je dis ?
- Oui.
- Alors j’espère qu’il comprend tous les mots, grinça Macliesh. Tu piges ce qu’on raconte, mec ?
Puis, se tournant vers Resnick.
« Il sait lire et écrire, au moins ? »
- Je croyais que vous n’étiez pas raciste ?
- C’est pas du racisme, seulement, il est un peu pakistanais sur les bords...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
elcdelcd   03 juillet 2022
- Alors huit heures et demie?
- Pour rester dans la tradition, je ferai en sorte d'être en retard.
- Rien de trop traditionnel, quand même. Il pleut.
- Charlie, je vous promets que nous ne nous apercevrons même pas.
Il se demanda ce qu'elle aurait dit si elle avait pu le voir comme ça, debout au téléphone, souriant comme un imbécile heureux.
"Ah! Charlie, j'allais oublier...
- Quoi donc?
- Quel que soit ce que vous portez ...
- Eh bien?
- Changez-vous.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
belette2911belette2911   04 février 2016
Skelton se réinstalla dans son fauteuil.
— Je vous accorde que se rendre au stade sans autre motif que de voir jouer cette malheureuse équipe relève de la pure perversion. Mais votre imagination travaille trop.

Resnick tourna les talons et se dirigea vers la porte. Le sarcasme systématique, ça allait bien cinq minutes !
Commenter  J’apprécie          40
gorjussgorjuss   06 août 2014
Miséricorde !
Lui qui avait cru que se marier voulait dire
trouver une fille qui possède toutes les qualités de votre mère
sans que les défauts de la sienne apparaissent à mi-parcours.
Commenter  J’apprécie          70

Video de John Harvey (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Harvey
Comédie du Livre 2012 - Le samedi 02 juin 2012 au Centre Rabelais Animé par Michel Gueorguieff et Jérôme Dejean
Le roman policier n'a de cesse d'inspirer la littérature britannique, et ce depuis Arthur Conan Doyle et son célèbre personnage Sherlock Holmes. Alors que John Harvey enracine ses romans dans une géographie et une tradition toute britannique, Roger Jon Ellory est lui fortement influencé par la littérature et la culture américaine. Deux auteurs, deux regards différents mais écrivant pour un même genre : le polar.
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Notre sélection Polar et thriller Voir plus





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2454 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre