AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de belette2911


belette2911
  07 février 2016
Lire une enquête de l'inspecteur Charles Resnick, c'est comme regarder un épisode de Derrick, mais avec la profondeur en plus !

Niveau trépidations, nous sommes loin d'un thriller (normal, ceci n'en est pas un) mais j'en ai tout de même ressentis « dans le creux de mes reins » comme le chantait la Bardot sur sa Harley Davidson.

Oui, niveau profondeur, c'est du gorge profonde, et je ne parle pas du mystérieux informateur de Fox Mulder !

Ceci est un roman noir anglais pourvu de flics qui enquêtent sur la mort brutale et mystérieuse d'une dame qui ne cherchait qu'un plan cul de temps en temps… Tuée par son mari jaloux et violent ?

Et si ce n'est pas lui, qui est-ce alors ?? L'affaire s'annonce difficile et les flics piétinent, enquêtent à l'ancienne (nous sommes en 1989) et se grattent le sommet du crâne afin de trouver qui s'en prend à des jeunes femmes.

Oui, l'inspecteur Resnick a le rythme d'un Derrick, mais le scénario de John Harvey est bien plus étoffé (pas compliqué, vous me direz) et les personnages plus travaillés.

Rassurez-vous, la comparaison avec le lymphatique Derrick – héros des pensionnés qui s'emmerdent grave – n'est là que pour l'humour, ici, nous sommes dans un vrai roman noir et l'auteur n'a plus rien à prouver à ce niveau là.

Si Resnick est un inspecteur un peu désabusé, il n'est pas alcoolo, de plus, il pratique l'humour noir et le cynisme pour le plus grand plaisir du lecteur.

Amateur aussi de jazz, de ses 4 chats, de sandwichs un peu bizarre et portant un complet encore plus avachi que celui de Columbo (et je ne vous parle même pas de la cravate !), Resnick n'a rien d'une gravure de mode ni d'un flic banal. Et je l'aime bien.

La plume d'Harvey glisse lentement durant les 296 pages, mais elle parsème son récit de petits traits d'humour, d'esprit, de petites répliques, qui feront sourire plus d'une fois le lecteur, pris au jeu de l'enquête et dévorant le roman afin d'en savoir plus sur la vie de Resnick et sur celle des flics qui l'entoure.

La seule question qui me reste, c'est "le mobile du coupable et pourquoi certaines femmes en particulier" (si ce n'est que c'était des chaudes). Ce n'est pas expliqué en détail dans le final et il ne reste plus qu'au lecteur qu'à se faire son propre avis sur la chose.

Un roman noir avec de la profondeur, qui dépeint la vie d'une petite société anglaise, qui nous parle des relations entre les flics et le reste de la populace – que ce soit avec des braves gens ou des bandits, truands – des meurtres sans profusion d'hémoglobine, de la violence uniquement lorsque c'est nécessaire (y'en a peu), des bons mots, des petites scènes de la vie quotidienne des personnages, qu'ils soient principaux ou secondaires.

Quand on lit l'inspecteur Charles Resnick, on a l'impression de connaître l'équipe depuis longtemps et on ne pense qu'à une chose : lire la suite !

(3,5/5)
Lien : https://thecanniballecteur.w..
Commenter  J’apprécie          141



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (14)voir plus