AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Gratias (Traducteur)
ISBN : 2743616954
Éditeur : Payot et Rivages (30/05/2007)

Note moyenne : 3.71/5 (sur 77 notes)
Résumé :
Après trente ans de bons et loyaux services dans la police de Nottingham, l'inspecteur principal Frank Elder a donné sa démission.
Il s'est réfugié dans un cottage en Cornouailles, mais le passé continue de le hanter. Il ne s'est jamais remis d'une affaire non élucidée: la disparition, en 1998, d'une adolescente nommée Susan Blacklock.
Deux psychopathes condamnés à l'époque pour le viol et le meurtre d'une autre jeune fille restent pour l'inspecteur de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
carre
  28 juin 2013

John Harvey n'a pas la reconnaissance qu'il mérite. Moins lu que Mankell, Connelly, Indridason ou Rankin, « De chair est de sang » est l'exemple parfait pour découvrir le bonhomme et de faire partager la bonne parole. Parce que c'est franchement bien. Harvey crée un personnage profondément touchant, un type qui a avalé bien des couleuvres dans sa vie de flic, qui se désespère de voir un monde qui se délite. Bien qu'il est raccroché, une plaie est restée béante dans sa carrière, la disparition non élucidée de Susan Blacklock, Elder avait pourtant promis à la famille de faire la lumière sur ce drame. Un nouvel élément réveille l'attention d'Elder.
Harvey nous offre une plongée au coeur du mal avec un sacré talent. Grace au flashbacks permanents, il mène son histoire d'une sacrée poigne, ne laissant peu de répit au lecteur. Ces personnages sont loin de certains stéréotypes, lié au genre. Elder n'est pas un flic aveuglé par une mission, il se débat aussi pour être un père responsable, attaché à certaines valeurs, pour être un homme bien aussi. C'est cette profondeur dans chacun de ces protagonistes qui font qu'Harvey se démarque de ces camarades, il n‘hésite pas à creuser au-delà des apparences. Un écrivain, un vrai à découvrir (si cela n'est pas fait). Croix de bois, croix de fer …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          618
nameless
  22 octobre 2015
de chair et de sang est le premier roman dans lequel John Harvey donne vie à Frank Elder, après avoir préalablement mis en scène Charlie Resnick, ce bourru flic polak qui apprécie des sandwiches non répertoriés dans le Grand Larousse de la Cuisine française. Avec humour, John Harvey fait d'ailleurs se croiser, dans de chair et de sang, ses deux détectives fétiches au cours d'un bref paragraphe où ils échangent une poignée de mains comme pour se passer le relais.

Frank Elder entre en scène au moment où il a déjà pris sa retraite de la police de Nottingham après 30 ans de bons et loyaux services, trop bons peut-être puisque faute de temps, il a perdu au cours de sa carrière, sa femme, et qu'il ne voit plus sa fille Katherine qu'épisodiquement. Il est un flic pétri d'humanité, remettant sans cesse sur le tapis ses croyances et a prioris sur la nature humaine, éloigné qu'il est des statistiques sur le taux d'élucidation des crimes récemment imposées, et bien intégré dans le monde qui l'entoure, en perpétuelle mutation. C'est un homme vrai, humain, avec ses qualités et ses failles qu'il ne cherche pas à masquer. Il parle peu, mais juste. Ce qui le tracasse, c'est qu'en 1998, il a promis aux parents de Susan Blacklock de la retrouver après sa disparition inquiétante, et qu'il a échoué. Susan n'est jamais réapparue, son cadavre non plus. Or, Frank est un homme qui tient ses promesses.

Les souvenirs de Frank auraient pu rester enterrés au fonds de sa mémoire, si la libération prématurée de Shane Donald ne les avait réveillés et si à ce moment précis une nouvelle disparition n'avait eu lieu, confortant l'idée, grassement relayée par les medias que Shane pourrait bien être le coupable, une nouvelle fois. En compagnie de Mc Keirnan, son compagnon d'infortune, mais également sous son emprise, Shane a séquestré, torturé puis assassiné une jeune fille. Il n'en faut pas plus, et c'est déjà beaucoup, à Frank pour que sa truffe de fin limier se mette à nouveau à humer l'air ambiant, prêt à chasser, d'autant plus efficacement que les jeunes filles disparues ont le même âge, 16 ans, que Katherine, sa fille, qui tiendra à son corps défendant (ô combien défendant), un rôle important dans ce roman.

Je n'entrerai pas davantage dans les détails de l'enquête, puisque de chair et de sang est avant tout et bien avant d'être un polar, un roman d'atmosphère. Tout est palpable dans les mots concis et évocateurs de John Harvey, qu'il s'agisse de la météo, de la description des paysages ou des sentiments ambivalents que peut éprouver Frank. Oui, ses personnages sont bien faits de chair et de sang.

Pourquoi John Harvey reste-t-il méconnu en France ? That is the question.

PS : Pour définitivement vous donner envie, de chair et de sang a obtenu en 2004 le Silver Dagger du meilleur roman britannique. Ce n'est pas moi qui le dis.


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
Renod
  29 mai 2017
Solitaire, amateur de lecture et d'irish whiskey, Elder a le profil idéal [pour s'inscrire sur Babelio ou] pour incarner un héros de littérature policière. Il partage quelques points communs avec Kurt Wallander, son lointain collègue de Scanie : une séparation douloureuse, une fille bientôt adulte et une longue expérience de policier. A son départ à la retraite, il a choisi de se retirer en Cornouailles, terre d'isolement, de grisaille et de pluie ; l'endroit idéal pour entretenir une chaudière capricieuse et un début de dépression. Mais sa vie d'ermite est bousculée par un cauchemar récurrent qu'il ne parvient pas à interpréter. Il refuse les missions proposées par un ancien collègue chargé d'enquêter sur des "cold case", de vieilles enquêtes qui n'ont pas été résolues et qui sont réétudiées, jusqu'à ce qu'il apprenne que Shane Donald, le jeune complice d'un meurtrier, va sortir de prison. Or, il a toujours soupçonné ce duo d'être à l'origine de la disparition de Susan Blacklock sans jamais parvenir à le prouver ni à obtenir d'aveux de leur part. Il décide donc de reprendre l'enquête. Mais Shane Donald va profiter de sa libération conditionnelle pour disparaitre dans la nature et commettre de nouveaux méfaits....
Rien de nouveau sous le soleil ou plutôt sous le crachin britannique. Vous ne serez surpris ni par les personnages, ni par l'intrigue. Je suis le premier à râler quand un roman policier manque d'originalité mais ici, pourtant, ça marche. L'histoire prenante est menée par un enquêteur pétri d'humanité. Les personnages sont décrits avec beaucoup de justesse. Elder est en mouvement permanent, il traverse l'Angleterre d'est en ouest, du nord au sud, idéal pour un lecteur français qui souhaiterait réviser sa géographie de l'île britannique. La progression de l'enquête est lente mais seuls le temps et la ténacité peuvent venir à bout des secrets et des préjugés. Une lecture classique mais si captivante que j'ai choisi d'enchaîner avec le second volume de la trilogie. Et je compte bien rencontrer d'ici peu un autre personnage de John Harvey : Charles Resnick.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
bvb09
  25 décembre 2013
L'intrigue du thriller a déjà été vue mais les protagonistes et leur psychologie, tous ancrés dans notre époque, ainsi que la description de leur vie, font de ce livre un excellent moment de lecture.
Il y a du Ken Loach du Mike Leigh, réalisateurs britanniques que j'apprécie, dans le climat social anglais. Et de l'élégance dans le style.
Une réserve :
L'ultime voyage était il indispensable, qui nuit de mon point de vue au réalisme ?
Une bonne découverte grâce à mon libraire préféré : le protéiforme Babelio, ici la mutation Carré
Commenter  J’apprécie          143
nina2loin
  01 juin 2012
Frank Elder, inspecteur à la retraite, reprend à titre personnel une affaire jamais élucidée : la disparition quatorze ans plus tôt, d'une jeune fille de 15 ans, jamais retrouvée. le fil conducteur de ce roman policier est l'enquête. Avec habileté, l'auteur nous conte tantôt le passé, puis le présent pour la compréhension de l'histoire. le héros, Elder est un personnage profondément humain, avec ses doutes, ses interrogations et sa détermination à retrouver Susan, l'adolescente disparue, faisant renaître le passé. L'auteur a mis l'accent sur l'aspect psychologique des personnages qu' il va rencontrer.
Il ne s'agit pas ici d'un roman d'action au suspense haletant car le travail du policier où rien n'est laissé au hasard se poursuit pas à pas, et notre lecture aussi. Au final, c'est une histoire intéressante loin d'être ennuyeuse, à découvrir.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   22 octobre 2015
Nous pourrions nous demander,(...) si nous ne sommes pas en quelque sorte en train de récolter les fruits d'une société qui lie toujours plus étroitement le sexe et le commerce, et dans laquelle la sexualisation de nos enfants et de nos jeunes est acceptée de plus en plus facilement, sans que cela ne soulève de questions ni de protestations.

Page 336 - Rivages/Noir
Commenter  J’apprécie          210
carrecarre   18 novembre 2012
Lui qui était resté vingt ans et plus sans ouvrir un bouquin, cela le fascinait, cette façon dont une histoire pouvait vous arracher à vous-même, vous attirer dans son univers.
Commenter  J’apprécie          290
namelessnameless   21 octobre 2015
Comment pouvait-on perpétuer un coup de coeur pour quelqu'un, une passion même, pendant treize ans ? Quelqu'un que l'on n'avait pas revu depuis tout ce temps ? Aussi facilement, sans doute, que l'on pouvait nourrir une jalousie, l'entretenir de temps à autre, la regarder grandir.

Page 222 - Rivages/Noir
Commenter  J’apprécie          130
namelessnameless   20 octobre 2015
Parfois, pensa Elder (...), il arrive qu'on se trouve trop près pour voir ce qui se passe vraiment, pour prendre conscience de ce qu'on a juste sous les yeux.

Page 82 - Rivages/Noir
Commenter  J’apprécie          150
nina2loinnina2loin   31 mai 2012
Elder fit couler dans sa bouche le fond de son verre de Jameson's et le savoura quelques instants sur la langue. Il se rappela le commentaire d'un de ses collègues le jour où ils avaient enfin vu, entre les murs du commissariat, Shane Donald, menottes aux poignets, ses cheveux bruns coupés ras, un soupçon de moustache disputant aux boutons de fièvre l'honneur d'orner la lèvre supérieure de sa bouche exangue.
― On aurait dû le noyer à la naissance, ce petit merdeux. Ou alors, le laisser crever sur sa couverture, et qu'on n'en parle plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Videos de John Harvey (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Harvey
Profile: John Harvey "I've always wanted to make sure that what was happening was as close to reality as I could make it. It's rooted in the everyday," explains mystery author John Harvey in this video, shot in his writing studio in the UK.
Watch as he reveals how he plots mysteries on white boards, preferring to work in complete solitude. (Even his cat stays out in the garden while he's writing.)
autres livres classés : disparitionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1621 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre