AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jean-Paul Gratias (Traducteur)
ISBN : 2743608528
Éditeur : Payot et Rivages (23/09/2001)

Note moyenne : 3.79/5 (sur 38 notes)
Résumé :

Au foyer de jeunes délinquants où il attend d’être jugé pour sa participation à un cambriolage assorti de violences diverses, on retrouve le jeune Nicky Snap, 15 ans, pendu dans les douches. On confie alors l’enquête à Bill Aston, un policier à la veille de son départ en retraite. Mais pour l’inspecteur Charlie Resnick, qui a procédé à l’arrestation du jeune Nicky, il n’y... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
nameless
  26 octobre 2014
Quel plaisir de retrouver Charlie Resnick car comment un flic qui sait inventer un sandwich à la dinde et aux airelles pourrait-il être antipathique ? Comme à son habitude, John Harvey écrit à la fois un excellent roman policier d'atmosphère, tout en immergeant ses lecteurs dans une réaliste et humaine étude sociale et économique d'une ville plongée dans la dérive depuis “la crise”, Nottingham. C'est dans cette manière de photographier l'état d'une société que l'on reconnaît les grands écrivains “noirs”, et John Harvey atteint des sommets dans cet art.

Le point de départ du roman est un cambriolage qui tourne mal. Nicky Snape, jeune ado en perdition qui n'hésite pas à rendre service à des hommes en mal (mâle) de sensations sexuelles dépravées, dans leur voiture ou contre le mur du cimetière, pénètre un soir dans une villa qu'il croit momentanément désertée par ses habitants, et se trouve confronté à un couple de seniors, prêts à tout pour se défendre. Dans un pays où le base-ball n'est pas le sport national, il est curieux de constater que la “batte” est une arme largement répandue, et ce soir-là, elle enverra les papy-mamy à l'hosto. Nicky, placé dans un centre qu'on aurait étiquetté il y a quelques années “de redressement”, sera retrouvé pendu.

Mais comme je l'ai dit précédemment, ce n'est que le point de départ de ce roman. Pour ma part, dois-je me sentir fleur-bleue, je retiens surtout qu'il s'agit de l'opus dans lequel Charlie va croiser pour la première fois Hannah. J'ai aimé leurs doutes, hésitations. J'ai aimé qu'Hannah informe Charlie qu'elle ne souhaitait pas devenir un petit coin bien propre de la vie de celui-ci. Un endroit où il pourrait venir se débarrasser d'un peu de passion, de tout ce qui est en trop, de tout ce qu'il n'arrive pas à éponger pour une raison ou une autre pendant ses difficiles et imprévisibles journées de flic. J'ai aimé qu'Hannah demande à Charlie s'il ne souhaitait pas la cacher et faire d'elle un angle mort de sa vie. Malgré toutes ses certitudes féministes, pour Hannah, trouver un homme, timide, maladroit, mal fagoté, qui sait faire l'amour de façon compétente et confortable met à mal ses croyances. J'ai trouvé ses interrogations profondément justes.

Proie facile “ n'est pas une romance pour autant. Des agressions sauvages seront perpétrées à l'encontre d'hommes qui n'ont pas fait le bon choix sexuel, à savoir une femme, selon leur tortionnaire. Mark Divine, équipier de Resnick fera l'objet d'une vengeance particulièrement barbare.

Merci à John Harvey d'être un être humain, plein de compassion, de bienveillance, de tolérance. A bientôt pour de nouvelles aventures...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
jmb33320
  07 juin 2019
Si le personnage de Charlie Resnick reste attachant, ce volume de ses enquêtes est l'un des plus glaçant de cette série. Pas d'intrigues compliquées en parallèle ici : on suit tout un enchaînement de violences, qui semblent inéluctables. On a en permanence le sentiment d'un immense gâchis, social mais aussi humain.
Le point de départ est l'arrestation d'un gamin de treize ans, issu d'une famille à problèmes, pour avoir sauvagement frappé un couple de personnes âgées. Il est conduit dans un centre de détention pour mineurs. On le retrouvera mort par pendaison. Une enquête est ouverte mais elle n'est pas confiée à Resnick, qui n'est visiblement pas assez diplomate pour ce genre d'affaire, mais à Bill Aston, un inspecteur proche de la retraite, qui semble plus mesuré. Pourtant on retrouvera le corps de ce dernier quelques jours plus tard, battu à mort avec ce qui semble être une batte de base-ball.
Le plus impressionnant dans ce roman, c'est sa construction, linéaire mais implacable. J'ai rarement lu une illustration aussi efficace de l'expression « la violence appelle la violence ». On ne peut jamais deviner la suite, et en effet, l'enquête prend des détours tout à fait inattendus. le sentiment de lecture dominant demeure très sombre, la nature humaine guère reluisante.
J'imagine que dans le genre thriller on a fait depuis ces années 1990 bien plus nauséeux mais comme je n'apprécie pas beaucoup ce genre et que je manque donc de points de repères, je ne peux que recommander toute cette série que je trouve dure mais passionnante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Nikoz
  20 août 2013
Un polar british un brin confus, pas révolutionnaire, mais très prenant.
Commenter  J’apprécie          40
Pandoradelamare
  03 septembre 2011
Un roman où une réflexion sur la société se mèle à l'intrigue policière.
Resnick, le policier héros récurrent tombe amoureux sur fond d'enfants qui tournent mal et d'homophobie.
Un roman noir, qui fait réfléchir et laisse un goût amer en bouche, comme un café un peu trop serré.
Commenter  J’apprécie          10
ollivier
  03 octobre 2018
Un polar un peu long à démarrer et qui présente tout un aspect social en dehors de l'intrigue.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
namelessnameless   20 octobre 2014
- Ecoute, lui et moi, on passe la nuit ensemble, ou la plus grande partie de la nuit, une fois toutes les deux ou trois semaines. C'est un gars sympa, un bon amant. Il me traite avec respect. Il n'est jamais agressif ni trop exigeant, à moins que je le lui demande, il a des mains superbes et une q... adorable. Et il me fait rire. Tu crois que je devrais me priver de tout ça pour quoi ? Pour un type qui paierait la moitié des traites de l'appartement, et qui m'aiderait à pousser le caddie le samedi au supermarché ?

Page 65 - Rivages/Noir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
namelessnameless   21 octobre 2014
Le bâtiment était séparé de la route par un rideau de sapins serrés les uns contre les autres. Sa façade en brique et en béton et ses hautes fenêtres à barreaux trahissaient sa vocation d'établissement pénitentiaire depuis plusieurs décennies : maison de redressement, centre d'évaluation, à présent foyer d'hébergement de sécurité qui n'avait rien de sûr. Il existait des projets pour le revendre au privé ; après quelques modifications, une ou deux couches de peinture, on pourrait en faire une maison de retraite parfaitement convenable.

Page 115 - Rivages/Noir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
namelessnameless   20 octobre 2014
Resnick se dirigeait vers le comptoir du traiteur polonais, où le gâteau au fromage blanc prenait sous ses yeux l'allure d'une mise en garde du ministère de la Santé, le menaçant de lui faire franchir sur la balance le cap des cinq kilos supplémentaires. Le poids idéal approximatif pour un homme de votre stature est de .... Resnick ne voulait pas le savoir.

Page 147 - Rivages/Noir
Commenter  J’apprécie          61
namelessnameless   21 octobre 2014
Il se confectionna un sandwich, en attendant que l'eau commence à bouillir. Quatre rondelles de salami frais à l'ail, disposées sur une tranche de pain de seigle, chacune recouvrant la précédente, un concombre au vinaigre découpé en tranches fines de part et d'autre dans le sens de la longueur, du fromage de chèvre qu'il avait émietté entre ses doigts, et une échalote, une seule, finement coupée.

Page 163 - Rivages/Noir
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
namelessnameless   20 octobre 2014
- A bientôt.

C'était l'une de ces formules qu'on utilise, et qui ne signifient rien.

Page 113 - Rivages/Noir
Commenter  J’apprécie          60
Videos de John Harvey (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Harvey
Profile: John Harvey "I've always wanted to make sure that what was happening was as close to reality as I could make it. It's rooted in the everyday," explains mystery author John Harvey in this video, shot in his writing studio in the UK.
Watch as he reveals how he plots mysteries on white boards, preferring to work in complete solitude. (Even his cat stays out in the garden while he's writing.)
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1768 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre