AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Olivier Schwengler (Traducteur)
ISBN : 2869309848
Éditeur : Payot et Rivages (01/11/1995)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 42 notes)
Résumé :

Existe-t-il un lien entre les agressions sauvages perpétrées contre deux membres du personnel du centre hospitalier de la ville ? Obligée d'enquêter dans toutes les directions, l'équipe de Charlie Resnick passe au crible la vie privée des victimes, hésite entre plusieurs suspects et se perd en conjectures face à un milieu médical enclin au secret, voire à la dissimulation... Jusqu'à ce que l'agresseur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Renod
  26 juillet 2018
Après avoir terminé sa garde d'interne, Tim Fletcher quitte son service pour se rendre chez sa petite amie. Attaqué à coups de scalpel au cours de son trajet, le voilà de retour à l'hôpital, mais cette fois-ci, en qualité de patient. Peu après, Karl Dougherty, un infirmier du même établissement, est attaqué à l'arme blanche dans des toilettes publiques. Gravement blessé, il est placé dans la chambre voisine de Fletcher. L'enquête piétine quand survient un nouveau drame. Une jeune étudiante apparemment sans histoires vient d'être assassinée. Charlie Resnick et son équipe sont mobilisés pour identifier l'agresseur mais ils doivent faire face à un milieu médical soudé et peu enclin à avouer ses erreurs.
« Scalpel » est le troisième opus de la série Charlie Resnick. Me voilà à nouveau convaincu par John Harvey. Ses romans n'ont rien de révolutionnaire. Ce sont des romans policiers de facture classique. Mais l'auteur a un véritable talent de conteur. Il nous livre des instantanés qui en quelques paragraphes résument l'existence des personnages récurrents de la série comme des seconds rôles. Il opère toujours un chassé-croisé entre la sphère intime des protagonistes et les détails qui se rapportent à l'enquête. L'histoire s'épaissit de ces bribes de vie ce qui prendront tout leur sens quand la vérité éclatera dans les dernières pages du livre. Ses personnages ont une dimension humaine exceptionnelle. Ils sont plein d'empathie pour les victimes et les marginaux. Elle se manifeste dans les moments compliqués : s'interposer dans une bagarre d'ivrognes, annoncer une mauvaise nouvelle à une mère sénile, interroger un témoin rejeté à cause de sa sexualité, accompagner la victime d'une agression sexuelle...
Un roman qui à défaut d'être mystérieux et novateur se révèle diablement agréable à lire.
{ Précautions d'emploi & mises en garde : ne lisez pas ce roman si vous devez subir une opération chirurgicale dans les prochains jours... }
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          371
Woland
  03 janvier 2008
Troisième tome des aventures de Charlie Resnik, le policier britannique d'origine polonaise qui, après son divorce, se consacre à ses quatre chats auxquels il a donné les prénoms des grands jazzmen qu'il aime écouter à ses heures de répit, "Scalpel" débute sur un parking d'hôpital où le jeune interne, Tim Fletcher, réintégrant ses pénates après vingt-et-une heures de travail non-stop, se fait sauvagement agresser par un inconnu. Bilan : de nombreuses blessures au visage, aux mains et au jarret. C'est comme si on avait voulu lui enlever son physique et ses brillantes possibilités professionnelles puisqu'il a choisi la chirurgie.
Le Dr Fletcher sortait depuis peu avec Karen Archer, une jeune étudiante en lettres anglaises avec laquelle il avait rendez-vous le soir de l'agression. La jeune fille sortait avec lui depuis qu'elle avait rompu avec un étudiant en médecine et fils à papa du nom de Ian Carew.
Très vite, l'agent Lynn Kellog sent que la personnalité de Carew n'est pas très claire. Est-ce pour autant qu'il faut lui imputer l'agression de l'infirmier Karl Dougherty dans des toilettes publiques alors qu'il sortait d'un bar d'habitués, puis le meurtre d'Amanda Hooson, ex-stagiaire à l'hôpital ?
Une intrigue rondement menée où Harvey, une fois de plus, fait preuve d'une efficacité "simenonienne" pour dépeindre ses personnages, aussi bien ses policiers que ses victimes et ses assassins dans leur vie de tous les jours. le mobile des crimes est à la fois original et terriblement vraisemblable - surtout à notre époque - même si en France, ce genre d'affaires est en général étouffée par le Conseil de l'Ordre. Glaçant par conséquent pour le lecteur qui finit par se dire : "Et si c'était à moi que ... ?"
Lisez "Scalpel" de John Harvey : vous ne serez pas déçu. ;o)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Polars_urbains
  12 septembre 2018
Du grand art dans le roman policier de procédure avec des intrigues qui tiennent la route, une bonne vision des Midlands dans les années quatre-vingt-dix et des personnages bien cernés et très humains (un homme qui aime les chats et Lester Young ne peut être qu'un type bien).
Charlie Resnick et son équipe font du bon travail dans cette enquête sur deux agressions contre des personnels médicaux de l'hôpital et le meurtre d'une jeune étudiante sans histoire. Intuitions et fausses pistes se succèdent jusqu'à l'explication finale (assez prévisible toutefois). Scalpel est un bon roman policier à l'ancienne auquel on reprochera quand même une très longue procédure pour arriver à une conclusion un peu rapide et « facile ». Un bon moment de détente à déguster avec Miles Davies ou Art Pepper ; le polar, cela sert parfois à ça aussi.
Commenter  J’apprécie          40
BMR
  21 juillet 2016
[...] Quand poser les questions et quand écouter.
Troisième épisode de la série Charles Resnick du britannique John Harvey (série qu'on avait débutée il y a quelques mois avec les Coeurs solitaires puis Les étrangers dans la maison).
On connait désormais bien l'inspecteur Charles Resnick de Nottingham, ses origines polonaises, ses vinyles de jazz, ses sandwiches et ses aristo-chats, un inspecteur qui aurait comme des airs de Colombo ...
[...] Lui en tenue de ville, avec son pantalon trop serré à la taille et légèrement en accordéon sur ses chaussures, sa veste dont il ne parvenait à fermer qu'un seul bouton.
[...] – Derek vous a décrit comme un gros, fagoté comme l'as de pique et frisant la cinquantaine.
– Normal que vous ne m'ayez pas reconnu tout de suite.
– C'est parce que vous n'êtes pas vraiment gros.
– Merci.
[...] Resnick avait appris quand poser les questions et quand écouter. Il attendit.
La recette est également connue : une intrigue policière minimaliste, une écriture fluide et bien travaillée et surtout une attention toute particulière portée aux différents personnages, flics et civils, gentils et moins gentils, héros principaux et figurants secondaires.
Ce mois-ci, les toubibs et infirmières semblent se faire poignarder un peu plus souvent qu'à leur tour ...
Voilà qui donne du piment à l'intrigue policière puisque cela ressemble bien à un serial-killer !
Comme d'habitude, plusieurs histoires (et donc autant de personnages) vont se croiser et s'entremêler pour notre plus grand plaisir, jusqu'au dénouement des toutes dernières pages.
L'air de rien, John Harvey nous a même pondu là une histoire des plus glaçantes, digne des thrillers les plus angoissants : une histoire qui changera à jamais votre regard sur les salles d'opération !
À ne surtout pas lire avant une intervention bénigne !
Pour celles et ceux qui aiment les toubibs.
Lien : http://bmr-mam.blogspot.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
jmb33320
  12 août 2016
Je ne suis pas un lecteur exclusif de romans policiers donc effectivement j'ai trouvé l'intrigue "hospitalière" vraiment effrayante. Heureusement retrouver Charlie Resnick, ses chats et ses disques de Jazz, permet d'amortir un peu le côté trop sombre à mon goût de l'intrigue de ce troisième volume. Les autres personnages récurrents sont bien dessinés : John Harvey sait leur donner de l'épaisseur avec parfois justes quelques lignes. Bref une série que je lirai très probablement en entier !
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
RenodRenod   26 juillet 2018
Il se souvint de ce paisible retraité qui s'était occupé des années durant de sa femme infirme avant de la rendre aveugle avec le contenu d'une théière brûlante. De ce gamin de quinze ans qui avait frappé son beau-père de quarante-deux coups de couteau à pain avant d'essayer de lui trancher la tête avec une bêche rouillée. Aucun des deux n'était naturellement violent ou dangereux.

Seulement des gens poussés à bout. Par d'autres, par la vie. Par une corde de piano, tendue et tendue et retendue à l'intérieur d'eux-mêmes, avant de casser dans une explosion de rancœur et de violence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
RenodRenod   24 juillet 2018
Une des constantes de son job était de côtoyer plus fréquemment les démunis que ceux pour qui le système était censé fonctionner, au point que, parfois, les laissés-pour-compte lui semblaient constituer la norme. Il oubliait alors les privilégiés et se retrouvait surpris de leur nombre.
Commenter  J’apprécie          140
RenodRenod   23 juillet 2018
Les administrateurs qui fermaient des services ou réduisaient les effectifs pour raisons budgétaires ne semblaient pas vouloir comprendre que, mesures d'austérité ou pas, le nombre des malades ou des mourants était toujours le même.
Commenter  J’apprécie          140
RenodRenod   25 juillet 2018
Le secret d'un mariage heureux et solide tenait-il surtout au manque d'imagination?
Commenter  J’apprécie          130
Polars_urbainsPolars_urbains   12 septembre 2018

Dans la matinée, les différentes phases de la procédure relative aux homicides se mettraient en branle. Cellule de crise, effectifs supplémentaires, traitement des informations recueillies par l’ordinateur central, le tout parallèlement à l’enquête sur les deux agressions de l’hôpital, avec en plus le sommet de la hiérarchie qui viendrait souffler dans le cou, demandant des résultats. Mais demain était un autre jour et, ce soir, Resnick n’avait pas envie d’être seul.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Videos de John Harvey (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Harvey
Profile: John Harvey "I've always wanted to make sure that what was happening was as close to reality as I could make it. It's rooted in the everyday," explains mystery author John Harvey in this video, shot in his writing studio in the UK.
Watch as he reveals how he plots mysteries on white boards, preferring to work in complete solitude. (Even his cat stays out in the garden while he's writing.)
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1781 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre