AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de Gaoulette


Gaoulette
  04 octobre 2019
Ce magnifique roman dormait depuis sa sortie dans ma bibliothèque. Il a pris malheureusement la poussière je regrette car c'est un pépite livresque. Pour avoir testé Nadia Hashimi je me doutait qu'elle nous réservait un récit poignant. Sa spécialité, être porte parole des femmes afghanes et surtout raconter avec beaucoup de pudeur leurs conditions de vie dans leur pays. Ce roman a reçu le prix féminin en 2016 et j'espère de tout mon coeur que les choses ont évolué pour les femmes comme Zeba, qu'elles ne connaissent plus ce clavaire, cette injustice.
Zeba est découverte ensanglantée. Mais ce n'est pas son sang mais celui de son mari Zamal. Elle est seule sur le lieu du crime donc elle est déclarée dans son village coupable. Dans son nouveau chez soi, la prison pour femmes, en attendant son procès et surtout sa sentence, Zeba va rencontrer d'autres femmes dites criminelles et constater que la sa bataille juridique est perdue d'avance. Car cette histoire se passe en Afghanistan et que la femme est jugée inférieure à l'homme. Et même pire, c'est elle qui doit toujours payer pour les crimes des hommes de sa famille.
Un récit de femmes maltraitées. Un récit poignant. Un récit qui vous prend aux trippes. Un récit bouleversant dont on refuse de croire à cette réalité morbide.
Mais malheureusement Nadia Hashimi nous met face au quotidien de ces femmes sans tabou. On voit en le personnage de Yusuf comme un signe d'espoir et j'espère qu'il existe des hommes comme lui qui ont pu faire changer les idées ancestrales. La dernière scène m'a même donné la larme à l'oeil et j'y ai vu un grand message d'espoir pour les années avenirs.
Petite mention spéciale pour la couverture qui dévoile toute la solitude, le désarroi de la femme afghane dans ce désert gouverné par les hommes.
Un magnifique roman que l'on peut considéré comme un témoignage de la condition féminine dans le moyen Orient. Un appel à la tolérance et d'espoir avec l'émergence de personnes comme Yusuf ou Sultana qui veulent faire bouger les choses dans leur pays. ET mes respects aux hommes qui ressemblent à Tumur qui démontrent que même dans un village reculé, on ne se laisse pas bercer par des idéaux ancestrales.
Mes respect pour Nadia Hashimi qui donne la parole aux femmes.
Commenter  J’apprécie          130



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (13)voir plus