AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2267025868
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (02/01/2014)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 30 notes)
Résumé :
La Calle. C'est sur ce terrain pour caravanes, à Reno, que Rory Dawn Hendrix vit avec sa mère, barmaid au Truck Stop. Autant dire qu'elle n'a pas le profil de la scoute typique.
Si elle se révèle étonnamment hardie, Rory Dawn demeure toutefois une petite fille vulnérable, qui doit sans cesse combattre les mauvais penchants de sa mère. Tout cela alors qu'elle-même, prodige en orthographe, n'aspire qu'à lire et à écrire...
C'est à partir des pages de s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
OphelieCurado
  24 août 2017
Tupelo Hassman signe ici un bouleversant premier roman. Il a la maturité d'un ouvrage arrivé bien plus tard dans sa carrière d'auteure. Dès les premières lignes, le lecteur comprend qu'il a affaire à une auteure qui a des choses à dire. À travers les yeux et le parcours de Rory Dawn Hendrix, la vie prend un tout autre sens. On ne peut alors plus se plaindre de quoi que ce soit, mais nous pouvons en revanche savourer l'essentiel. L'auteure nous promet une aventure poignante et c'est le cas. Nous ressortons émus, voire bouleversés par notre lecture. Mais contrairement aux apparences, "le Manuel de la parfaite scoute" ne sauvera pas notre petite héroïne, comme annoncé dans le résumé. Dommage...
La patte littéraire de Tupelo Hassman s'inscrit sur le chemin de grands auteurs tels que Alan Heathcock, John Fante, Jack Kerouac et d'autres. Une empreinte féminine dans un monde globalement dominé par des auteurs masculins. Nous avons par ailleurs l'impression de lire une nouvelle et l'aspect graphique de l'ouvrage en lui-même est déroutant. Lignes entières recouvertes d'une bande noire, extraits du "Manuel de la parfaite scoute" qui plongent le lecteur dans l'histoire et l'invite à entrer dans les instants de souffrances, de galères mais aussi de débrouilles et d'humanité de la petite Rory Dawn Hendrix.
C'est sans le moindre doute l'un des points les plus forts de l'écriture de l'auteure. Sa capacité à inviter le lecteur à pénétrer dans l'univers de "La Calle", dans ce trailer park criant de réalisme. de la première à la dernière ligne, nous croyons ce que nous lisons et c'est le coeur serré et les yeux bordés de larmes que nous suivons les misères de cette jeune gamine intrépide. de ce côté-là, nous ne pouvons que saluer le talent de l'écrivain, sachant qu'il s'agit de son premier roman. Il parait donc évident que Tupelo Hassman est une auteure pleine de ressources de laquelle nous aurions très facilement envie de lire d'autres productions.
En revanche, comme c'est parfois le cas avec certains romans, le résumé s'attarde sur un point qui n'est en réalité qu'un détail, pour en constituer l'intrigue principale. Or, cette petite prodige en orthographe ne trouvera pas le salut escompté. Sans avoir besoin de rentrer dans les détails, nous comprenons au fil de notre lecture, et ce malgré un espoir naturel et humain, que Rory Dawn Hendrix est condamnée par sa condition. Il ne faut donc pas s'attendre à une révolution. Entre les horribles secrets de son enfance et une mère déréglée qui causait déjà sa perte rien qu'en la mettant au monde, il était difficile d'espérer mieux. À l'instar des romans initiatiques du XIX ième siècle, dans lesquels l'apprentissage de la vie a pour but d'extraire le héros de sa condition. Mais la douloureuse réalité a souvent le dernier mot...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sycorax
  04 juin 2019
Une lecture inhabituelle : le quotidien de Rory Dawn, petite américaine de 9 ans à l'aube des années '70, dans le milieu social de la "très très" lower-class qui vit dans un mobil-home.
Le récit alterne le point de vue très alerte et mature de Rory et les extraits de rapports, courriers, compte-rendus administratifs provenant des services sociaux qui ont la charge de cette famille mono-parentale.
Tout y est : misère sociale et affective, alcoolisme des adultes, filles-mères, abus sexuels sur enfants, mère volage souvent absente, grand-mère aimante et fantasque. A priori d'une grande noirceur, ce roman se distingue par une inventivité constante de l'écriture, ce qui en fait tout le sel et l'originalité. Les figures de style sont nombreuses et enlevées, il y a beaucoup d'autodérision ; le tout est savamment saupoudré d'humour et de poésie : on salue cette approche qui évite au roman de tomber dans l'écueil du misérabilisme.
L'auteure (et son traducteur !) ont un talent indéniable.
Malgré cela, j'ai trouvé que le récit patine et ne se renouvelle plus.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
livreclem
  22 août 2017
Récit d'une enfance jusqu'au début de l'âge adulte, raconté par "la fille". Entre journal intime, papier officiel des agents sociaux, lettres de la grand mère, le roman prend sa forme et donne une force à l'histoire de cette jeune fille.
Très bien écrit, original, on plonge dans le milieu pauvre américain où certains enfants deviennent adultes bien trop tôt.
Commenter  J’apprécie          60
gargamel00
  24 octobre 2015
Un livre acheté sur un coup de tête, une fièvre acheteuse livresque, va savoir pourquoi...
Un résumé accrocheur, une couverture mystérieuse et très jolie, des ingrédients simples et efficaces pour me tenter.
Pourtant je n'ai pas été vraiment emballée par la lecture de ce livre. le style est original, un peu triste, mélancolique, le style qui me plait en général, et pourtant je n'ai pas accroché à 100%. Tout au long de ma lecture je n'ai pas réussi à trouver l'auteur sincère, pour moi il s'agissait d'un exercice de style, une façon de montrer "regardez j'ai un style à part, original". J'ai détesté ces pages noires, dont le pseudo texte était barré pour qu'on ne puisse pas le lire.
L'histoire était intéressante et prometteuse mais je n'ai pas adhéré à la façon dont le sujet a été traité. Bref une petite déception qui terminera certainement dans une boite à livres ;-)
Commenter  J’apprécie          20
AnneNY
  12 mars 2018
Etrangement avec la fille on voyage en faisant du sur place dans un mobil home.
Avec ce roman nous plongeons dans cette Amérique blanche et pauvre. Cette Amérique de Trump …. et encore je ne suis même pas sûre que cette tranche de la population se déplace pour aller voter.
Ce livre est triste, les personnages et les lieux sont déprimants. Et quand on pense atteindre un peu d'espoir, il disparait aussi vite qu'il a pu arriver.
En écrivant ça je me doute bien que ça ne donne pas envie, mais malgré cet univers sordide La fille est un magnifique roman. C'est beau justement parce que tout y est tragique. Tout y est dit par sous-entendus, par suppositions, par métaphores ….
L'écriture est belle. le roman est construit par touche, petits chapitres après petits chapitres et l'ensemble forme une très belle fresque familiale.
Tupelo Hassman écrit ici son 1er roman j'ai hâte de découvrir ses prochains.

Lien : http://le-club-des-incorrigi..
Commenter  J’apprécie          30

critiques presse (2)
LaLibreBelgique   09 mars 2015
"La fille" de Tupelo Hassman est un texte porté par une écriture élégante qui séduit dès l’entame du récit.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Telerama   22 janvier 2014
La romancière prend constamment de la hauteur, de la distance, pour mieux se glisser dans les pensées mouvantes, inquiètes, fantasques de la fillette.
Lire la critique sur le site : Telerama
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
cjjouvetcjjouvet   02 octobre 2014
....c'est la même chose avec le fait d'être une arriérée. Aussi maligne qu'on paraisse plus tard avec des brassées de diplômes sur un beau parchemin blanc, les erreurs commises avant que les vraies leçons aient été assimilées ne s' effacent jamais.
Commenter  J’apprécie          110
laurannslauranns   08 novembre 2015
J'entre, elle m'adresse un signe de tête et un sourire, je réponds par un signe de tête et un sourire, puis j'ouvre mon livre et je lis jusqu'à ce que la cloche sonne. C'est tout. Je ne suis ni une extraterrestre ni un miracle. Je ne suis qu'une lectrice qui a trouvé sa place
Commenter  J’apprécie          20
choupiekkchoupiekk   13 janvier 2014
Ma vie tient à un fil, à un cheveu. Une mèche enroulée autour de la main de Carol quand elle ouvre la porte au Quincaillier en affirmant qu'on est en train de jouer.
Commenter  J’apprécie          20
gargamel00gargamel00   24 octobre 2015
C'est à coups de bnalités qu'on entre dans la tête de l'autre et réciproquement; Grandma est experte en la matière.
Commenter  J’apprécie          30
bmbeaulieubmbeaulieu   02 février 2014
mobil homes, série my name is Al
crasse pouilleuse, alcool, Protection de l'enfance, peur du feu, mobil home flambe en 60 secondes
humour trèès noir
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : drame socialVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Famille je vous [h]aime

Complétez le titre du roman de Roy Lewis : Pourquoi j'ai mangé mon _ _ _

chien
père
papy
bébé

10 questions
1055 lecteurs ont répondu
Thèmes : enfants , familles , familleCréer un quiz sur ce livre