AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070630004
192 pages
Éditeur : Gallimard Jeunesse (21/01/2010)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 88 notes)
Résumé :
Une histoire vraie : la correspondance entre Ichirô, élève au lycée de Tokyo, et Isoko, sa mère, qui vit à la campagne.
Des lettres qui tissent un lien unique que la séparation rend encore plus fort. Touchante est la délicatesse maternelle qui respecte la liberté et la sensibilité de son fils à une époque aussi douloureuse que celle d'Hiroshima au temps de la guerre. Touchante est la plume d'Ichirô quand il écrit : " Faites rage, lames et vents du monde impur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
migdal
  27 avril 2020
L'enfant d'Hiroshima en 1945, c'est celui de Londres en 1940, Moscou en 1941, Stalingrad en 1942, Varsovie en 1943, ou Berlin en 1944.
Et c'est aussi, l'enfant de Beyrouth, Sarajevo, Bagdad ou d'Alep… éternelle victime, depuis toujours de la violence.
Un enfant qui découvre la faim, le froid, la précarité. Un enfant universel qui n'est pas seulement un lycéen à l'époque de la chute de l'empire japonais et de la première bombe atomique.
Comme le souligne Odette BRUNSCWIG dans la préface de la première édition française en 1959, c'est une illustration exemplaire de l'éducation donnée par un père et une mère à leurs enfants pour en faire des adultes dignes, responsables et autonomes en contraste avec le bourrage de crâne matraqué par les professeurs japonais qui façonnaient les écoliers pour en faire de parfaits robots au service de l'impérialisme nippon.
Ces lettres entre une mère et son fils, sont quotidiennement enrichies par les silences et les exemples du père … qui, imperturbablement poursuit sa lecture sous les bombardements… sagesse qui marque profondément son fils.
Ichiro HATANO, l'enfant d'Hiroshima, peut être un modèle pour les enfants de notre siècle en leur révélant le vrai, le beau, le bien et en soulignant la superficialité d'une époque qui abrutit le consommateur avec ses publicités vantant les modes et les marques. Puisse-t-il les aider à se libérer de l'impérialisme de Levi's, Nike et Dr Martens !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          850
Ichirin-No-Hana
  01 mars 2017
L'enfant d'Hiroshima est un roman épistolaire où l'on découvre de véritables lettres échangées entre un jeune adolescent, Ichirô, et sa mère dans le Japon de la seconde guerre mondiale. La correspondance commence lorsque Ichirô prend la décision de rester à Tokyo pour continuer le lycée alors que ses deux parents et ses trois petits frères se réfugient à Suwa, en pleine campagne en espérant fuir les bombes. Cette correspondance continuera même lorsque le jeune garçon sera obligé de retrouver sa famille à cause du danger de plus en plus présent. On découvrira à travers ses lettres le quotidien d'une famille japonaise pendant cette période difficile : le rationnement, le départ des soldats, le manque d'informations, les bombes et la défaite du pays.
En plus d'être enrichissant par son contexte, L'enfant d'Hiroshima est un récit particulièrement touchant. On suit cette famille lambda qui vit dans une époque très difficile. Ichirô parle à sa mère avec énormément de respect et celle-ci lui répond toujours avec beaucoup de bienveillance et d'amour et c'est très touchant.
J'ai malgré tout un petit point qui m'a plutôt gênée : le titre. En découvrant cet ouvrage, je m'attendais à suivre un enfant natif de la ville, un survivant de la bombe ou encore un enfant qui aurait vécu de façon plus ou moins proche les désastres causés par cette bombe. En réalité, Ichirô et sa famille suivent ces événements de loin, de très loin puisque presque 700 km sépare Suwa d'Hiroshima.
Bien que le récit puisse paraître plutôt long par moments, on ne peut qu'être touché par la réalité de ces lettres qui nous permet de rencontrer une famille lambda de cette époque. Les événements sont durs mais la famille reste soudée et croient toujours en un avenir meilleur. Très beau récit que je conseille aux plus jeunes (peut être lu à partir de 8 ans).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
Glaneurdelivres
  02 juillet 2020
Ce livre est une histoire vraie. Il est constitué des lettres que s'écrivent un enfant (Ichiro) et sa maman (Isoko) entre 1944 et 1948, donc pendant et au sortir de la 2e guerre mondiale, au Japon.
Cette correspondance authentique (lettres + un petit cahier-journal) constitue un vrai document qui nous renseigne sur la façon dont vivent et sur ce qu'éprouvent hommes, femmes et enfants, pendant la guerre au Japon : demi-famine, rapports humains (citadins-ruraux), marché noir, propagande, etc.
Le ton et les mots sont simples et le langage est familier.
On découvre l'amour et le grand attachement qu'un fils et une mère ont l'un pour l'autre.
On vit leur vie quotidienne à leurs côtés. On entre dans leur intimité.
La maman, enseignante, doit assumer seule le ravitaillement de la famille. Elle a 3 garçons.
Le père, lui, est un intellectuel, très érudit.
Il laisse son épouse se débrouiller, car elle est de meilleure communication que lui, quand il s'agit de discuter avec des paysans dans la campagne, pour acheter la nourriture nécessaire au foyer.
Pour se sentir davantage en sécurité, ils doivent quitter Tokyo où ils vivent et travaillent et où Ichiro étudie. Ils vont devoir aller habiter en province. Ils ont loué 4 pièces jusqu'à la fin de la guerre, à Suwa (à environ 200 km à l'ouest de Tokyo).
Dans un premier temps, Ichiro reste à Tokyo pour continuer ses études.
Il écrit à sa mère qu'il est très effrayé à l'avance par les bombardements possibles sur la capitale !
Isoko, sa maman, le rassure en retour en permanence. Elle est toujours apaisante pour lui. Elle est très douce et simple dans ses propos, très clairs.
Ichiro lui raconte ses soucis, mais en même temps, il regrette à chaque fois de l'inquiéter.
Sa maman est émue par ses lettres. Elle voudrait que son fils soit pleinement heureux.

Mais Ichiro ne peut pas rester dans la crainte permanente, loin des siens, et bientôt, il quitte son établissement scolaire de Tokyo pour intégrer une école à Suwa.
Avec ces temps de pénuries, la maman d'Ichiro doit souvent aller loin à pied pour trouver le ravitaillement nécessaire, et elle porte de lourdes charges.
(« A la campagne, on doit faire soi-même tout ce que l'on mange. Ca me paraît bizarre, à moi qui suis née et qui ait grandi à Tokyo »).
Certains passages sont très émouvants, comme celui-ci : Ichiro voulait avoir des patins à glace ; sa maman n'avait pas d'argent pour lui en offrir.
Quitte à avoir froid, elle vend son manteau d'hiver pour réunir l'argent nécessaire ! (« Quand je vois ta joie, j'ai bien plus chaud que si j'avais un manteau. Il y a longtemps que je ne t'ai vu si heureux. Je ne le regrette pas du tout, ce manteau. Ce qui m'est plus précieux, c'est ton coeur. »)
C'est très touchant ! Isoko est une vraie mère-courage !
Ichiro se rend bien compte de la souffrance de sa mère et de son abnégation sans bornes. Il est inquiet pour sa santé ! Et il se demande aussi si son père va devoir partir à la guerre…
Ils viennent de la capitale, et les paysans les appellent « les réfugiés ». Ils profitent d'eux, leur font payer cher les victuailles qu'ils leur vendent !
Ichiro remarque les différences entre les élèves de la campagne et ceux de la ville.
Les élèves de la campagne aident en priorité leurs parents aux tâches journalières, comme par exemple le travail dans les champs.
Dans une lettre à sa mère, il se questionne et pense quitter le lycée à la fin du trimestre pour aider sa famille, mais sa maman lui conseille de ne pas stopper ses études.
Isoko est une mère qui ne sermonne jamais. Elle aide son enfant à grandir en préservant son insouciance le plus possible.
(« C'est inutile que tu deviennes une grande personne plus tôt que nécessaire »)
Ce qui importe à Isoko, c'est que son enfant vive, malgré la guerre, les bombes, et les privations, puis qu'il se développe dans son intégrité, sa pureté.
Bientôt les bombardements s'intensifient. Et des tracts ont été lancés depuis les avions ennemis, sur lesquels est noté qu'en juillet 1945 le Japon va être réduit en cendres. Ils conseillent à la population de fuir. Il va donc leur falloir évacuer.
La correspondance va devoir être interrompue quelques temps… (- le 15 juillet 1945 - « A partir d'aujourd'hui, je continue tout seul notre cahier. Je regrette que Maman ne puisse pas me répondre mais, si nous arrivons à survivre, nous reprendrons notre dialogue. Nous serons heureux alors d'avoir gardé ce témoignage d'une époque si grave, et si je meurs, ce journal restera en souvenir de moi… »)
Ichiro écrit qu'Hiroshima a été bombardée le 6 août. (« La bombe atomique est une arme nouvelle d'une puissance extraordinaire ; elle tue autour d'elle tout ce qui est vivant. ») – (« Est-il possible qu'il existe des choses pareilles et, si elles existent, est-il possible de les employer ? Des accords internationaux ont interdit les gaz asphyxiants comme inhumains, comment est-il possible d'utiliser une bombe tellement plus terrible que les gaz ? »)
Le 9 août, c'est le tour de Nagasaki de subir une autre bombe atomique !
Et le 14 août 1945, l'empereur du Japon décide de stopper le conflit.
Ichiro hait cette capitulation sans conditions, à laquelle la mort lui paraît préférable !
La guerre étant finie, ils vont pouvoir rentrer à Tokyo, mais Ichiro n'est pas encore très rassuré, ayant vécu tant de mois sous la menace. Et le Nouvel An arrive, le Nouvel An de la Paix, et la famille se réunit, enfin entière…
La vie va petit à petit reprendre son cours…
Ichiro est conscient de la chance qu'il a d'avoir des parents cultivés ; chez lui il y a beaucoup de bons livres ; nombre de ses camarades n'en ont pas et il leur sert de bibliothécaire !
Il franchit le cap de l'adolescence et il fait quelques reproches à sa mère, mais dans le respect !
Il trouve qu'elle est trop effacée face à son mari, qu'elle devrait moins le gâter et s'occuper davantage d'elle-même. Progressivement, alors que la guerre est finie, s'installe dans le pays un esprit démocratique qui amène aussi un changement de comportement au sein de la cellule familiale.
Sur les conseils de son fils, Isoko s'émancipe un peu. Elle va au cinéma et participe aussi à des réunions hors de chez elle (alors que son mari garde la maison). Isoko est toujours humble. Elle apprend de son fils à modifier sa conduite. Elle sait s'auto-critiquer et aussi s'excuser de ses fautes.
Ichiro est très fusionnel avec sa maman, et même adolescent, il est attaché à lui demander conseil et à ne rien lui cacher concernant sa conduite dans la vie.
Isoko a toujours été présente pour donner de sages conseils à son fils et lui clarifier ses idées parfois confuses. Elle lui a inculqué bonne conduite et bonnes moeurs. Elle peut se réjouir qu'il avance en âge et en liberté. Elle l'a formé aux relations humaines, lui qui était encore impulsif et faible.
Ichiro lui en est reconnaissant. Il est fier, il a bonne conscience et est en confiance en lui-même, grâce à la bonne éducation reçue.
Ichiro a maintenant 18 ans. Il suit des cours de prépa pour entrer dans une grande école à Tokyo.
Peu à peu il se rapproche de son père, qu'il découvre sous un nouveau jour plus favorable qu'avant. Son père prend le temps de bien répondre à ses questions. Ichiro apprécie beaucoup cela. Et il admire aussi son père, parce qu'il a su prédire avec justesse ce qui allait se passer…
Ce livre est avant tout un beau livre sur l'Education avec un grand « E » !
Il faut inviter les juniors à le lire aussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          1410
ninoule69
  27 octobre 2015
Ce roman est probablement unique en son genre. Ou presque. Il a été écrit à quatre mains par Ichirô Hatano et sa mère, Isoko. A vrai dire, il s'agit de leur correspondance de mai 1943 à 1946. Ils vivent tous les deux au début de leur échange épistolaire à Tokyo durant la Seconde Guerre mondiale. La famille est composée d'Isiko et son mari et de leurs 4 enfants, dont Ichirô est l'aîné. Elle est très vite confrontée à la nécessité de fuir les bombardements à la campagne.
Si l'on veut être honnête, il faut préciser qu'à l'origine cette correspondance mère-fils authentique n'était pas destinée à être publiée. Ainsi, ces lettres constituent des documents, véritables témoignages sur la vie au Japon durant la guerre. Un document historique donc, mais aussi un échange, dans lequel on voit évoluer la relation privilégiée entre le fils et sa mère et dans lequel on assiste aussi à l'apprentissage de l'adolescence par le jeune Ichirô.
On y retrouve tous les états d'âme tant du fils, faisant ses expériences de citadin à la campagne et surtout de jeune adolescent, que de la mère, qui doit faire face à toutes les tracasseries du quotidien, au ravitaillement, par exemple. Leur étroite relation repose sur une solide franchise et un respect mutuel à toute épreuve.
Les événements historiques, plus qu'en arrière-plan, émaillent leur quotidien, le contraignent parfois et le bouleversent souvent. Ainsi, le lecteur comprend comment étaient considérés les réfugiés fuyant les bombardements des villes vers la campagne, à quel point la pression politique et sociale exigeait de chaque Japonais de contribuer à sa manière à l'effort de guerre, enfin, on assiste aussi aux ravages de la désinformation, de la propagande et de la rumeur, surtout après l'explosion de la bombe d'Hiroshima.
Voici donc un ouvrage hors du commun qui nous permet d'entrer dans l'intimité d'un fils et d'une mère à un moment crucial de l'histoire japonaise et mondiale.
Les petits plus :
–> Les illustrations, en apparence simplistes, sont riches en émotions à l’image de celles des pages 119, 69, 65 et 18.
Lien : http://lewebpedagogique.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
Malahide75
  22 juillet 2017
Ce qui n'est tout d'abord qu'un travail d'école – le professeur ayant conseillé à ses élèves de tenir un journal – va se transformer, pour Ichirô et sa mère, en une correspondance affectueuse et, parce que nous sommes au Japon en 1944, en un témoignage historique des moeurs, du mode de vie et du quotidien d'un pays en guerre.
Ces lettres échangées entre un fils et sa mère sont doublement remarquables. Tout d'abord par l'amour, la tendresse et l'affection qu'elles dévoilent. Extrêmement intime, cette correspondance montre les attentions et les inquiétudes d'un fils, la bienveillance d'une mère pour la santé de son aîné et le cocon de douceur que l'un et l'autre cherchent à préserver face à leur quotidien si rude.
C'est aussi, en filigrane, une invitation à pénétrer dans la culture et la mentalité japonaise des années de guerre : les problèmes de ravitaillements, la difficulté des réfugiés de s'établir dans d'autres villes, les risques pris lorsque l'on s'exprime contre les décisions du gouvernement, les relations hommes-femmes...
Et pourtant la vie continue et Ichirô fait face à tous les problèmes d'un adolescent : le besoin d'indépendance et d'autonomie, la jalousie et la mesquinerie de ses camarades, la recherche de la justice et le mécontentement lorsqu'il est témoin d'événement qu'il estime trop injuste et le désir, bien légitime, de parfois laisser de côté les soucis et la réalité pour profiter d'une vie d'adolescent.
Au même titre que le Journal d'Anne Frank et le Livre de ma mère, « L'enfant d'Hiroshima » est un texte à découvrir et à lire de toute urgence, à offrir à ses enfants, neveux, filleuls et voisins, comme des confettis, pour prolonger un peu ce moment de grâce.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70


critiques presse (1)
LeFigaro   06 août 2015
79 échanges de lettres entre un jeune élève du lycée de Tokyo, Ichirô, et sa mère, Isoko, qui vit à la campagne. Entre 1944 et 1948, ils évoquent «la difficulté des combats quotidiens dans le monde d'Hiroshima, ce monde d'adultes si douloureux pour le jeune homme.»
Lire la critique sur le site : LeFigaro
Citations et extraits (30) Voir plus Ajouter une citation
migdalmigdal   26 avril 2020
A Ichiro, de sa mère :

Au point où nous en sommes, je saurai bien donner encore un coup de collier. Mon papa à moi est mort quand j'étais toute petite et j'ai été élevée à la dure, ce qui fait que notre vie actuelle ne m'est pas aussi pénible que cela peut paraître.

Je ne sais pas si je t'ai raconté ceci.
Quand j'avais huit ou neuf ans, ma mère et moi vivions seules ensemble. Vers midi, maman me disait :
- Allons, déjeunons !

Alors je sortais les plateaux et les assiettes. Je demandais :
⁃ Et qu'est-ce qu'on va manger avec le riz ?

Maman me répondait :

- Le marchand de fèves va bientôt passer.

Nous préparions un grand bol pour les fèves et commencions à manger. En ce temps-là, le marchand de fèves passait dans les rues en faisant tinter une petite clochette. Il venait à l’entrée demander si l’on avait besoin de lui :

- Et aujourd'hui, madame ?

Je voulais me lever avec le bol, mais maman, ta grand'mère, répondait :

- Merci, rien pour aujourd'hui !

C'est ainsi que, jour après jour, maman me berçait d'illusions et nous ne déjeunions que de riz. On pouvait alors acheter une bolée de fèves avec 3 sous.

Notre professeur exigeait qu'on apporte en classe trois crayons : que de fois ai-je manqué l’école parce que maman ne pouvait me les payer !

Je ne t'ai jamais raconté tout cela. C'est pourtant ainsi que j'ai grandi. Et c'est pourquoi la pauvreté ne m'est pas pénible. A cette époque, la vie était facile et les gens autour de nous vivaient à l’aise : nous seules étions pauvres et cela m'affligeait terriblement. Mais aujourd'hui, au Japon, tout le monde est pauvre et cela ne doit pas t’impressionner. Je ne peux pas prévoir quand et comment la guerre finira, mais n’oublie pas que, pour le moment présent, te voir travailler de bon cœur est ce qui me donne le plus de joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          403
migdalmigdal   27 avril 2020
En disant cela, j'ai poussé la cloison et me suis arrêté, surpris. Papa avait étendu un furoshiki sur la table et il lisait. Près de lui étaient posés en pile les livres que j'avais vus tout à l'heure. Il m'a demandé, sans lever les yeux de son bouquin :

- C'est toi, Ichirô ? Que fais-tu à cette heure-ci ?

- J'avais envie d'aller au petit endroit. Mais toi, papa, pourquoi es-tu encore levé ? L'alerte est passée.

- Ouf !

C'est tout ce qu'il m’a répondu, en tournant sa page.

- Alors, si tu te couchais ? Ça ne vaut pas la peine de lire, quand on va peut-être être tué dans un instant.

Lorsque j'ai dit cela, papa m'a regardé pendant un bon moment, puis il m'a répondu :

- Ichirô, tu penses donc qu'il vaut mieux dormir, autant qu'on le peut, quatre, cinq heures, avant de mourir ? Moi, je ne le pense pas. On ne sait pas quand on va être tué et c'est pourquoi je voudrais au moins lire tout ce que je peux, pendant que je suis encore en vie. Tiens, il y a là trois livres que je désire lire avant de mourir. Crois-tu que je puisse me permettre de dormir ?

En disant cela, il a légèrement passé la main sur son livre et il a repris sa lecture.

Jamais, de toute ma vie, je n'ai été aussi violemment saisi d'admiration devant papa. Il m’a paru véritablement grand, comme le sont les grands hommes de l’histoire et des récits. J'en suis resté le souffle coupé. Le visage de papa, qui se détachait dans l'ombre, m'a même paru avoir un rayonnement divin. Je suis resté là, à réfléchir. Je ne comprenais pas moi-même pourquoi le cœur me battait si fort.

« Au moins, pendant que je suis encore en vie.» » Je me suis répété ces mots plusieurs fois de suite.

Oui, papa est un vrai savant, un savant jusqu'à la moelle des os. Quand je me suis dit cela, j'ai eu affreusement honte de ma sottise.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          311
migdalmigdal   26 avril 2020
Ce matin, en allant à l'école, je marchais comme d'habitude avec Sano, et les autres. Le professeur de japonais allait un peu avant nous.
Comme je ne connaissais pas son nom, je demandai comment il s'appelle. Sano a répondu :
— Micron !
Je n’avais pas bien saisi et je répétai :
— Quoi ? Micron ?
J'avais apparemment parlé fort. M. Micron s'est retourné et m'a lancé un vilain regard. Jusque là je pensais qu'on m'avait dit son nom véritable. Or, il paraît qu'on l’a surnommé ainsi parce qu'il est tout petit... Il est terriblement sensible et déteste qu'on l'appelle Micron. Moi, j'ignorais tout cela. En classe, à l'appel, quand il est arrivé aux éIèves qui ont été évacués ici, il a commencé par dire :
—Maintenant, le supplément !
Puis il a lu les noms. Et encore plus tard, il a déclaré :
— II n'y a que des cancres parmi les évacués ! En regardant de mon côté.

Ce qui s'est passé ce matin doit lui être resté sur le cœur.
Comme le professeur a dit des choses pareilles, mes çamarades m'appellent « Supplement ! Supplement ! ». Ça m’a mis en colère et je suis rentré tout seul aujourd'hui.

Je suis ennuyé en pensant que le Micron va encore, demain, me regarder d'un très mauvais œil. Pour comble de malheur, il habite tout près d'ici, chez le président de l'Âssociation municipale et je crains que tu n'aies des désagréments à cause de cela. Si cela arrive, je t'en demande pardon d'avance : je ne l'ai vraiment pas fait exprès. Et si quelqu'un parle de moi comme d'un « furyô », tu ne le croiras pas, n'est-ce pas, maman ? s'il te plaît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
migdalmigdal   26 avril 2020
Quand je porte de vieux vêtements tout usés, que je dois marcher péniblement sur la route gelée, je pense avec beaucoup de regret au bon temps d'autrefois, bien que je sache que ce n'est pas bien. Et quand je vois à la maison du riz mélangé de koliang, et chez les paysans, du riz tout blanc, je sais que c'est vil, mais je ne peux pas m'empêcher de les envier. Je me dépêche de réprimer ce sentiment, mais c'est un fait que je l’éprouve.

Maman, je ne voudrais pas te faire de la peine, mais tu vois que mon cœur est déjà avili. Quand je pense que je suis devenu comme cela à cause de la guerre, je me demande si je parviendrai à préserver ce qui reste encore en moi d'élevé. Cette pensée, je ne sais pourquoi, me rend miserable.

Ton pauvre Ichirô.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          380
lovelybooklovelybook   12 août 2014
Inattendu, incroyable! Hier, dans la soirée, mon oncle est arrivé de Tokyo pour nous annoncer que la guerre est finie. Personne n'a voulu le croire; il semblait que la lutte serait interminable. Cependant, c'est vrai! La guerre s'est terminée brusquement et vite.
L'Empereur en a décidé ainsi; sa sagesse est grande! Une fois de plus, j'ai été émerveillé de sa puissance et de sa bienveillance pour son peuple.
[...]
Je proposerai tout de suite à maman de reprendre notre correspondance; j'y aurai plus de plaisir et d'intérêt qu'au journal que j'écris pour moi-même.
Mon cher journal, je te dis adieu aujourd'hui, mais je te garderai précieusement!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : seconde guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

L'enfant d'Hiroshima

Combien y a -t-il de personnages ?

2
3
5
9

8 questions
17 lecteurs ont répondu
Thème : L'enfant d'Hiroshima de Isoko HatanoCréer un quiz sur ce livre

.. ..