AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782360135905
152 pages
Éditeur : Riveneuve éditions (04/06/2020)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
En 1953, Maroc et Tunisie sont sous protectorat français. Il est alors question d’exiler Habib Bourguiba, le turbulent président du parti tunisien de la Nouvelle Constitution, sur l’île de Corse. Mais Sidi Mohammed Ben Youssef, futur roi du Maroc, y est déjà ! Comment le sultan alaouite s’est-il retrouvé, pendant quelques mois, sur la côte septentrionale de l’Île de Beauté avant d’être assigné à résidence, de l’autre côté du globe, sur la Grande Île ? Dans quelles c... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
kielosa
  04 juillet 2020
Je remercie vivement les Éditions Riveneuve de Paris et Babelio pour le sympathique envoi de cet ouvrage dans le cadre d'une opération masse critique.
La Corse et des exilés politiques, une combinaison qui m'a surprise et intriguée lorsque notre site préfère a publié sa dernière liste de masse critique. J'avoue mon ignorance du phénomène, pour moi comme pour la majorité des personnes je suppose l' Île de Beauté évoque avant tout les vacances, le soleil et les superbes côtes et paysages.
L'auteur, Antoine Hatzenberger, agrégé et docteur en philosophie, connaît parfaitement bien le sujet et cela à double titre : son expérience personnelle et l'étude consciencieuse des archives et dossiers.
Il a publié divers ouvrages, dont le plus connu est probablement son "Rousseau et l'utopie : de l'état insulaire aux cosmotopies" de 2012.
À la suite de troubles politiques au Maroc, le gouvernement français décide le 20 août 1953 de transférer le sultan Mohammed V (né à Fès en 1909 et mort à Rabat en 1961) avec sa famille et suite par avions en Corse. D'abord à Zonza, à 86 kilomètres au sud-est d'Ajaccio, et ensuite à L'Île-Rousse, 25 kilomètres au nord-est de Calvi.
C'est le grand-père de l'auteur, un jeune inspecteur de police du commissariat central de Strasbourg, qui sera chargé, avec une équipe réduite de policiers français et marocains, d'assurer la protection rapprochée de la famille du sultan.
Comme le note Antoine Hatzenberger à propos de son grand-père : "Il avait été pris par l'histoire, mais il n'était pas historien". En d'autres termes, ce sera au petit-fils d'entamer des vérifications et d'entreprendre des recherches !
Du 20 août 1953 jusqu'au 25 janvier 1954 la famille royale marocaine a vécu sur l'Île de Beauté, mais pour des raisons de sécurité supérieures, elle a été amenée, le 15 février 1954 à Madagascar.
La famille comptait outre le sultan Mohammed V, ses 2 fils : Hassan II (1929-1999) roi du Maroc de 1961 jusqu'à sa mort et son jeune frère Moulay Abdallah (1935-1983). Mais n'oublions pas leur soeur, la belle princesse Lalla-Aïcha (1930-2011), qui a eu une belle carrière diplomatique, comme ambassadrice du Maroc à Londres, Athènes et Rome.
Ce que j'ai vraiment apprécié c'est que Lalla-Aïcha de longues années plus tard a formellement remercié le grand-père de l'auteur pour son comportement lors de l'intermezzo corse.
Vers la même époque, le gouvernement a envisagé d'envoyer également en Corse Habib Bourguiba (1903-2000) qui sera Président de la Tunisie de 1957 à 1987. Un projet vite écarté à cause de complications d'ordre pratique.
Comme philosophe, Antoine Hatzenberger nous livre des considérations profondes et originales sur le phénomène de la relégation insulaire, l'exil, la déportation dans une île, l'insulation.
À titre d'illustration il cite le cas du grand philosophe Sénèque, qui en l'an 41 de notre ère a été exilé en Corse pour des raisons peu claires. C'était l'époque de Caligula et Messaline.
L'auteur mentionne aussi quelques célébrités littéraires qui ont été exilés : Ovide au bord de la Mer Noire, Victor Hugo à Guernesey, Dostoïevski en Sibérie et Soljenitsyne au Goulag.
Puis il y a la grande dame de la Commune de Paris et féministe, Louise Michel (1830-1905), qui a été expédiée en 1873 pour 7 ans en Nouvelle-Calédonie.
Ce qui est bizarre ce sont les photos que l'auteur a héritées de son grand-père et qu'il a inséré dans son livre mais sans indiquer qui est qui sur les photos. On peut bien sûr émettre des hypothèses et espérer que l'on a deviné juste !
L'ouvrage d'Antoine Hatzenberger ne compte que 155 pages, mais certains passages de nature philosophique demandent un minimum de concentration, mais rassurez-vous ils ne sont pas nombreux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          542
BVIALLET
  02 juillet 2020
Contrairement aux insulaires qui sont les habitants d'une île (en l'occurrence la Corse), les insulés sont des personnalités politiques exilées pour diverses raisons de circonstance et selon le bon vouloir du pouvoir en place. En 1953, Habib Bourguiba, leader indépendantiste tunisien, se retrouve en Corse après avoir séjourné en divers lieux du sud et autres îles. de même, mais plus luxueusement, le sultan du Maroc, Sidi Mohammed Ben Youssef, futur roi sous le nom de Mohammed V, séjourna d'abord à Zonza puis à l'Île Rousse. Deux années plus tard, il était envoyé à Madagascar avec toute sa famille et vingt-deux concubines sur les trente que comportait son harem. Ses serviteurs, son mobilier, son trésor, et toutes ses voitures suivirent cet exode organisé. Ces séjours qui coûtèrent une petite fortune au contribuable français semblèrent somme toute agréables aux princes et aux princesses… D'autres figures historiques sont également évoquées, à commencer par Sénèque qui n'apprécia guère sa relégation, en passant par la dernière reine de Madagascar et par Théodore von Neuhoff, éphémère roi de Corse en 1736.
« Les insulés » est un court essai historique (150 pages vite lues) sur le thème fort peu traité de l'exil forcé. L'auteur a trouvé son inspiration dans son histoire familiale, son grand-père, policier et ancien résistant alsacien, ayant fait partie de la garde du roi du Maroc, avait gardé quelques documents. Plusieurs photos personnelles illustrent donc le propos. Policiers et exilés posent souriants et détendus devant l'objectif. Un petit prince espiègle fait même des oreilles d'âne à un de ses gardiens. Cet exil semble apparemment des plus doux et des plus détendus. le lecteur apprend que l'auteur a fait d'importantes recherches. Malheureusement, cela apparaît assez peu à la lecture. On a même l'impression d'un sujet à peine survolé. On aurait aimé plus de détails sur ces divers exils. On reste un peu sur sa faim. Au total, un intérêt moyen, car on aurait aimé en apprendre un peu plus sur le sujet. (Livre critiqué dans le cadre d'une Opération "Masse Critique" de Babélio)
Lien : http://www.bernardviallet.fr
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20


autres livres classés : exilVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1996 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre