AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de nanek


nanek
  15 mai 2019
Je poursuis ce récit Rwandais, cette fois ci en l'écoute d'Englebert Munyambowa, petit « prince » de Nyamata.
Il se dit descendant d'un Mwami, Yuhi Mazimpaha, roi tutsi aussi généreux que fou alcoolique, conteur émérite et donc aimé de ses sujets pour cela.
La causerie sur les différentes vies d'Englebert parcourt le fil tenu qui le fait avancer vers l'âge sage où il dit toujours s'étonner de la vie.
Sa jeunesse dans une famille de cultivateurs et d'éleveurs. Leurs vaches, leur parcelle.
, puis l'hébergement coutumier chez sa grand-mère.
Sa scolarité exemplaire, lui, ses frères et sa soeur mais les désillusions aux premiers pogroms. Des études de médecine avortées en raison de l'établissement de quotas ethniques. Son secondaire à Douala au Cameroun.
Vint le génocide, les courses folles dans les marigots, les caches et les choix individuels pris pour ne pas mourir. Survivre jour après jour, caché en journée, comptant les morts le soir avec les rescapés, jusqu'au lendemain.
La boisson l'accompagne depuis le génocide, quotidienne. Des tentatives pour travailler à Kigali mais un retour à la parcelle familiale où il continue de survivre, vingt ans après. Il se fait héberger chez Marie-louise qui s'occupe d'un orphelinat depuis les tueries.
Lettré, il s'improvise écrivain public, gagne par sympathie ou aumône de quoi épancher par la boisson ses reviviscences post-traumatiques. Déambulant sur les lieux où il a connu bonheurs et horreurs, ses proches disparus le rattrapent en rêves. Pas de colère pour cet homme mais des rencontres pour discuter de choses profondes ou futiles.
Récit entre passé, présent et incertitudes quant au futur. Fausse légèreté du survivant qui semble fuir perpétuellement le besoin d'être consistant.
Encore merci à Jean Hatzfeld qui au décours de ses nombreux récits donne corps et âmes à tous ces individus fauchés par une folle puissance collective.
Commenter  J’apprécie          147



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (14)voir plus