AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Caroline Ayrault (Autre)
EAN : 9782203207486
96 pages
Casterman (13/01/2021)
4.03/5   15 notes
Résumé :
Les ennuis ont commencé à la maternelle : son meilleur copain, qui s'appelle Bob, a su écrire son prénom en deux jours. Cole et Coline, Romain et Marine, Shira et Amina ont appris en quelques semaines, et à Noël tous écrivaient leur prénom sans problème. Tous sauf Wlodjimierz, a qui il a fallu un an pour y arriver. Un an, c'est aussi le temps que ça prend chaque année au maître ou à la maîtresse pour le retenir et le prononcer. Wlodjimyerz en a marre de ce prénom ! ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Shaynning
  26 mars 2021
Voici un sympathique petit roman sur la thématique des prénoms et de la diversité linguistique.
Wlodjimyerz ( Vlo-dji-mierge, "Vladimir" dans sa version polonaise)* est un jeune garçon et d'aussi loin que remonte sa scolarité, son prénom est un poids. Soit les personnes autours de lui ne parviennent pas à le prononcer, soit on lui trouve des sonorités communes avec des mots insultants. Nemo, l'un des autres étudiants, aime particulièrement malmener Wlodjimyerz et ne rate pas une occasion de se moquer de son nom exotique. Parce que c'est bien de ça qu'il s'agit, au fond, d'exotisme. Placé dans le pays d'où il provient, ce nom perdrait toute distinction, il serait même probablement banal! Mais voilà, nous sommes en France, pas en Pologne et Wlodjimyerz a beau tout tenter, son nom lui colle à la peau. Même en lui trouvant un diminutif, en changeant pour un surnom, en tentant de le cacher. Et puis, ce nom lui a été donné en l'honneur de son grand-père, tenter de ne pas l'utiliser fait de la peine à sa mère. Heureusement, notre jeune protagoniste connaitra trois évènements majeurs: il ira en Pologne, rencontrera une étudiante Galloise au nom particulier de Gwenhwyfar (version galloise de "Geneviève"), et aura une professeure au nom terriblement long qui aura beaucoup à lui apporter en matière de fierté nominale.

Voilà un sujet assurément d'actualité, en cette époque de grandes mouvances ethniques et de villes cosmopolites. Que ce soit dans les écoles, les camp de jour, les équipes de sport et autres lieux de regroupements, les enfants portent des noms issus des quatre coins du globe et ce peut être embêtant quand ces prénoms ne collent pas du tout à notre langage. Ça donne lieu à une sacrée gymnastique linguistique!

C'est donc un beau message qu'on porte ici: un prénom est un héritage dont il faut être fier/fière et il importe aux gens du pays en présence de chercher à bien le prononcer, ne serait-ce que par respect pour eux. Oui, ça va donner lieu à du cafouillage et autres contorsions de la langue, mais c'est faisable et c'est souhaitable.

J'étais quand même surpris de voir qu'aucun adulte n'est intervenu concernant Nemo, parce que , soyons francs, c'était presque du harcèlement en plus d'être de l'intimidation.

J'apprécie que les adultes n'aient pas été épargnés dans cette histoire, dont certains étaient limite odieux ( la prof qui ignore Wlodjimyerz, notamment), ceux qui prononçaient n'importent comment et ceux qui passaient pas les surnoms. L'idée est que ce n'est pas parce que les adultes agissent ainsi que cela est acceptable.

Finalement, à travers toutes ses péripéties linguistiques, j'aime bien le lien fait avec le scrabble. D'une certaine manière, entre entouré de sons variés et de prénoms exotiques est sans aucuns doutes excellent pour apprendre des mots ou même des langues.

Un beau petite roman avec de courts chapitres et des illustrations qui est remplit de beau messages.

Pour un lectorat du second cycle primaire ( 8-9 ans en montant).
*Un gros merci à Catherine, qui parle le polonais et qui m'a traduit phonétiquement le prénom du héro de ce livre.
Capsule Info: Il y a un petit élément qui m'aura amusé concernant les SURNOMS. Je ne sais pas pour les européens, mais ici, en Amérique du Nord, on est de vrais champions en matière de surnoms, parce qu'un prénom complet est de mise dans les situations officielles ou sérieuses. Alors, exotique ou nom, court ou long, on coupe les prénoms pour tout le monde, entre amis ou entre étudiants, et même en famille! Surtout les noms composés! D'ailleurs, fait amusant, le seul temps où on peut se faire appeler par son nom en entier est généralement quand on se fait reprocher quelque chose et que la personne qui interpelle est en colère. ^^ du genre: "François-Alexandre Dubois-Robicheau, pourquoi n'avez-vous pas fait votre devoir?" Et c'est souvent soit un parent, soit un prof! Alors si vous venez de notre côté du grand bassin d'eau, ne vous offusquez pas qu'on coupe votre nom, en fait, c'est plutôt bon signe puisque c'est à connotation amicale!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
MustSpecial
  11 janvier 2021
J'ai bien aimé ce roman, qui parle d'un petit garçon qui trouve que son prénom est un trop lourd fardeau à porter à cause du fait que personne arrive à le prononcer à part ses proches.
Dès le début, le petit Wlodjimyerz, on sent que son prénom lui pèse et ses camarades de classe ainsi que ses professeurs ne lui font pas de cadeaux, ils essayent mais n'y arrivent pas.
C'est une histoire touchante qui traite de beaucoup de thématiques dont l'acceptation de soi et de la différence culturelle ainsi que l'amitié
La plume de l'auteure m'a touché et j'ai bien aimé le fil conducteur du roman, ce petit Wlodjimyerz est vraiment un petit garçon touchant.
Je recommande autant ce roman pour les thématiques importantes qu'il aborde que pour le récit d'un petit garçon qui a du mal à accepter son prénom
Commenter  J’apprécie          30
Joe391211
  21 janvier 2021
Voici un roman jeunesse que j'ai bien apprécié car il aborde un sujet important : le prénom.
Ici, nous allons découvrir un garçon attachant qui va devoir apprendre à aimer son prénom car celui-ci n'est facile ni à écrire ni à prononcer. En effet, quand on commence à aller à l'école, le prénom est quelque chose de très important parce que c'est ce qu'on apprend à écrire en premier. Lorsque notre prénom est simple c'est chouette mais quand on s'appelle Wlodjimyerz, cela devient plus compliqué surtout qu'en plus de l'écriture personne ne sait le prononcer.
Notre héros en a tellement marre de tout cela et des moqueries, qu'il désire en changer. On va donc suivre ses péripéties avec ce prénom hors du commun, enfin chez nous car dans sa famille il est tout à fait banal. J'ai beaucoup aimé les réflexions des différents protagonistes. On parle certes des difficultés à porter tel ou tel prénom mais aussi du fait qu'un prénom, ça a une histoire et qu'en fonction de ses origines, il peut avoir différentes significations.
C'est ce que j'ai beaucoup aimé dans ce livre. le cheminement que l'autrice présente afin que l'on se rende compte qu'un prénom c'est important et qu'il en existe des milliards et qu'ils ont tous été choisis pour une raison.
L'histoire de Wlodjimyerz est intéressante et très bien réalisée. Elle plaira aux plus jeunes à coup sûr et pourra éveiller leur curiosité quant à l'origine des différents prénoms qu'ils connaissent.
En résumé, je conseille cette lecture avec grand plaisir.
Merci aux éditions Casterman pour cette découverte.
Lien : https://lecturesmagiquesetfe..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
sorcika01
  23 février 2021
Je m𠆚ppelle Wlodjimyerz
De base, l’école c𠆞st déjà pas facile mais quand on porte un prénom comme ça ! Bien sûr, il y a les amis mais il y a aussi une paire d𠆞nnemis et ils ne sont pas tendres. Pourtant ce prénom, il y a de quoi être fier ! Il devrait le porter comme un souvenir, un héritage sacré. Pourtant l’idée lui vient de changer de prénomW mais lequel choisir ? Pas si facile que ça...
Commenter  J’apprécie          10
AssoLIRE
  19 mars 2022
Merci à Rachel Hausfater d'aborder un problème que connaissent nombre d'enfants portant des prénoms d'origine étrangère.
Et merci pour la citation d'intro :
"Faut-il qu'il m'en souvienne,
La joie venait toujours après la peine.
signée de la façon suivante :
Wilhelm Albert Wlodzimierz Apolinary Kostrowicki
dit Guillaume Apollinaire."
Wlodjimyerz est un petit garçon pour qui le prénom est un problème. Personne ne sait le prononcer et il est vite déformé voire réduit à un diminutif ou un surnom insultant.
Némo en particulier, prend plaisir à se moquer de lui et à le harceler en permanence en entraînant avec lui plusieurs autres camarades. Ce qui fait que Wlodjimyerz prend son prénom en horreur, cherche à en changer, à le transformer et rêve d'un prénom français qui ne le ferait pas remarquer.
Car Wlodjimyerz est un prénom polonais, celui de son arrière grand-père, que sa mère a choisi pour l'honorer.
Heureusement, Wlodjimyerz connaîtra trois événements majeurs : Il ira en Pologne dans sa famille maternelle et se sentira très à l'aise avec son prénom dans ce contexte, Il fera la connaissance d'une élève galloise qui porte elle aussi un prénom à rallonge, il aura une maîtresse malgache qui porte un prénom très long et qui lui apprendra à être fier du sien.
Un coup de coeur de notre association lors de sa parution
Lien : https://assolire.fr/product/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00


Videos de Rachel Hausfater (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Rachel Hausfater
Rachel Hausfater, invitée de cette édition spéciale Lire en Poche 2020 (en rencontres scolaires et en rencontre pro), nous dit quelques mots de la thématique "Du rire aux larmes".
autres livres classés : ScrabbleVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

De sacha à Macha

Par quel moyen de communication Sacha et Macha échange t-il ?

Par téléphone
Par mail
Par courrier

14 questions
626 lecteurs ont répondu
Thème : De Sacha à Macha de Rachel HausfaterCréer un quiz sur ce livre