AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2877061744
Éditeur : Editions de Fallois (01/09/1993)

Note moyenne : 3.77/5 (sur 24 notes)
Résumé :
" Nitchevo ! Qu'importe ! C'est sans importance ! Tant pis ! disent couramment les Russes face à un malheur qui les dépasse et qui, peut-être, leur procure un immense plaisir secret.
Ce petit mot, qui correspond normalement au " rien " français, renferme dans ses trois syllabes toute la puissance de résignation russe. Celle qu'il a fallu pour survivre aux trois générations dont ce roman évoque le sort, au milieu des tourmentes qui ébranlèrent leur pays, des p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fanfan50
  22 septembre 2014
Quand j'ai abordé ce roman, j'ai cru à une série de nouvelles, tant les premières histoires étaient différentes les unes des autres. Et puis, le déclic ! Marina, l'infirmière jeune et rayonnante de la partie intitulée Les Flacons de Neige réapparaît en tant qu'épouse du chef tchékiste Sergueï Sergueïevitch, le même qui a emprisonné les trois enfants, Kolia et ses deux soeurs, Nina et Macha dans la troisième partie intitulée Un conte de Noël. Marina sera encore évoquée dans la quatrième partie nommée La dernière visite au dictateur car elle est la mère de la femme que Kolia a passionnément aimée : Nadejda Sergueïevna Ossopova. La fille de Nadejda est Natalia qui part à la recherche de Sveta, la fille de Louba, la petite électricienne ! on se perd un peu dans tout ces noms compliqués mais bon, l'épilogue nous permet d'éclaircir tout cela ! le portrait de la Russie des années de la Révolution, puis des années sous la conduite d'Eltsine est passionnant. Je ne me suis pas ennuyée une seconde à la lecture de cette saga sur trois générations de femmes (Marina, Nadejda et Natalia).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
ADAMSY
  13 janvier 2019
Roman en 4 parties qui permet de comprendre l'histoire de la Russie au 20ème siècle.
Le communisme n'a pas eu que des bienfaits et personne n'était en sécurité, La vie pouvait basculer d'un moment à l'autre. La misère était grande.
Les différentes parties ne sont pas chronologiques mais ont un lien entre elles : on retrouve des personnes issues des mêmes familles, le tout est de s'y retrouver.
J'ai trouvé parfois un peu longues certaines parties.
Commenter  J’apprécie          60
LIONELLE
  03 septembre 2014
Trois générations de femmes russes, de la révolution à nos jours.
Ce livre fût ma rencontre avec Isabelle Hausser qui depuis fait partie de mes auteurs privilégiés.
Une lecture qui reste gravée dans ma mémoire, pour moi qui suit passionnée par cette période de la Russie.
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
fanfan50fanfan50   22 septembre 2014
L'apparatchik n'aimait pas beaucoup la littérature ; il détestait tout particulièrement les romans où, sous l'effet d'un choc, le héros tourne un regard différent sur son environnement. Prenez La Mort d'Ivan Ilitch, par exemple. Ces héros manquaient totalement de lucidité sur eux-mêmes. D'ailleurs, ils appartenaient toujours à la bourgeoisie ou à l'aristocratie décadente. Qu'on lui trouve un roman sur la classe ouvrière ou la paysannerie dont les personnages se diraient, misère qu'ai-je fait de ma vie jusque-là ? Les travailleurs ne se posent pas ces problèmes. Toute la journée, à l'usine, au kolkhoze ou au bureau, ils s'appliquent à des problèmes concrets. Après le boulot, il faut se nourrir, ce qui n'est pas une mince affaire. Lui bien sûr, il ne fait jamais la queue dans les magasins et sa femme non plus. Mais on ne peut pas se cacher que la situation alimentaire du pays est grave. (Dans la queue, on ne parle pas comme ça. On a rien à bouffer, entend-on, mais certainement pas "la situation alimentaire nous préoccupe".)
Dans le Parti, on apprenait à éviter les états d'âme. Ne pas dormir la nuit à cause d'une erreur qui compromettait l'avenir, d'accord. Songer, un bras sous la tête, tandis que la nuit s'écoule aux moyens de conforter sa position, évidemment. Mais se ronger pour des raisons philosophico-métaphysiques, inadmissible. Ne jamais se remettre en question, ni soi-même, ni la société, ni sa place dans la société. Personne ne comprendrait pareille faiblesse. Le scepticisme ne figure pas au nombre des dogmes communistes. De toute façon, comment un homme qui bénéficie des plus hauts privilèges et ne les partage qu'avec une minorité pourrait-il être sujet au doute ? Quant à renoncer à un seul d'entre eux, c'est tomber dans une médiocrité proche de la misère, la vie au jour le jour, sans plaisir, rongée par l'anxiété. A vous l"insomnie et vous ne l'aurez pas volée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
ADAMSYADAMSY   13 janvier 2019
Mais se ronger pour des raisons philosophico-métaphysiques, inadmissible. Ne jamais se remettre en question, ni soi-même, ni la société, ni sa place dans la société. Personne ne comprendrait pareille faiblesse. Le scepticisme ne figure pas au nombre des dogmes communistes. De toute façon, comment un homme qui bénéficie des plus hauts privilèges et ne les partage qu'avec une minorité pourrait-il être sujet au doute ? Quant à renoncer à un seul d'entre eux, c'est tomber dans une médiocrité proche de la misère, la vie au jour le jour, sans plaisir, rongée par l'anxiété. A vous l'insomnie et vous ne l'aurez pas volée !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Isabelle Hausser (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Isabelle Hausser

MP 2014-05-12-662-003048BDD2D9.mp4
Payot - Marque Page - Isabelle Hausser - Les couleurs du Sultan.
autres livres classés : librairesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox