AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203034426
56 pages
Éditeur : Casterman (23/01/2013)

Note moyenne : 4.21/5 (sur 383 notes)
Résumé :
Août 1914. L'offensive de l'armée allemande au nord-est de la France jette des milliers de villageois sur les routes. Dans le désordre ambiant, quatre enfants, Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig, sont oubliés lors de l'évacuation de leur orphelinat. Bientôt, ils se retrouvent isolés derrière la ligne de front. Livrés à eux-mêmes en territoire ennemi, ils s'organisent pour survivre...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (125) Voir plus Ajouter une critique
LydiaB
  19 mars 2017
Nous sommes en été 1914, à l'heure où les hommes sont mobilisés pour partir combattre l'ennemi. À l'abbaye-orphelinat de Valencourt (village imaginaire), en Picardie, l'instituteur doit laisser ses petits protégés. Il préfère leur dire qu'il part en vacances, pensant être là à la rentrée de septembre. Quatre enfants, les Lulus, appelés ainsi car leurs prénoms commencent tous par la syllabe « lu », passent leur temps à désobéir et à faire le mur. Mal leur en a pris car lorsque l'abbaye est évacuée, de même que tout le village, ils sont dans la forêt sans savoir ce qui se trame. Ils vont ainsi se retrouver seuls, à errer pour survivre…
J'ai aimé cette BD qui, à travers le regard d'enfants, retranscrit l'atmosphère de l'époque. Les dessins sont minutieux, détaillés, les couleurs claires. On prend vraiment du plaisir à lire les vignettes et à avoir de l'empathie pour ces quatre galopins, notamment à l'approche de l'hiver…
Je vous laisse, le prochain tome m'appelle !
Lien : https://promenadesculturelle..
Commenter  J’apprécie          802
marina53
  19 novembre 2014
Août 1914, la guerre fait rage partout en France. Afin de ne pas effrayer les enfants de l'orphelinat de l'abbaye de Valencourt, l'instituteur, appelé au front, leur a simplement dit qu'il partait en vacances en Bretagne. Certain que d'ici le mois de septembre, il sera de retour. Pour le moment, les Lulus, alias Ludwig, Lucas, Luigi et Lucien, n'en ont cure des leçons et devoirs et, échappant à la vigilance des prêtres, aiment plus que tout s'enfoncer dans la forêt proche de l'abbaye. Là, ils se réfugient dans leur cabane. Mais, ils ne se rendent pas compte du drame qui se joue près d'eux. Ils perçoivent une fumée noire au loin puis un grondement sourd se fait soudainement entendre. Les quatre amis décident de rentrer à l'orphelinat. Quelle n'est pas leur surprise de découvrir les bâtiments complètement vides. En effet, pendant leur absence, l'armée française est venue chercher les enfants ainsi que les prêtres afin de les mettre à l'abri d'une éventuelle attaque des Allemands. D'abord contents de pouvoir vaquer à leur guise, ils se rendront vite compte de la situation terrible dans laquelle ils se trouvent...
Une profonde amitié unit Ludwig, Lucas, Luigi et Lucien, malgré leur différence d'âge et leur fort caractère. Quatre prénoms commençant par les mêmes lettres et les voilà réunis dans la même chambre. Partageant leurs espoirs, leurs angoisses, leurs rêves et leurs cauchemars, ils sont devenus inséparables. Si l'on en voit un, l'on voit les trois autres aussitôt. Alors que les adultes sont plongés dans l'horreur de la guerre, les quatre amis ne se doutent pas du tout de ce qui se passe dans leur village. Confrontés à la solitude, à l'hiver qui approche, à la faim et au froid, ils devront coûte que coûte se soutenir et s'aider. Régis Hautière nous offre un premier tome captivant et très riche. L'on fait connaissance avec ces loustics terriblement attachants. le scénario est fort habile, les dialogues pertinents et savoureux. le dessin de Hardoc est des plus charmants: un trait d'une grande finesse, les visages expressifs et les décors somptueux. Les couleurs, quant à elles, sont tout simplement magnifiques.
La guerre des Lulus, La maison des enfants trouvés est grande ouverte...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          680
Ptitgateau
  18 avril 2019
On les appelle les « Lulus « ces quatre enfants inséparables : Ludwig, Lucas, Luigi, Lucien. On en cherchait un, on retrouvait les quatre. ..ou pas … il faut dire que ces orphelins vivaient dans une ville du nord-est de la France en 1914, et que rapidement , les habitants se voient obligés de fuir , l'orphelinat est évacué, les enfants se retrouvent sur la route de l'exode, tous les occupants de l'orphelinat, sauf les Lulus qui s'étaient isolés dans leur cabane dans les bois. Ils vont devoir survivre dans cette contrée devenue hostile, l'hiver approche, la nourriture manque, le front n'est pas loin…les Lulus vont vite le découvrir. Voici le tableau dressé dans ce premier tome de la guerre des lulus.

Une belle bande dessinée agréable à lire pour qui désire se documenter sur la première guerre mondiale. Des visages expressifs, des dessins qui nous transportent directement et fidèlement dans cette époque, des dialogues tantôt émouvants, tantôt drôles (des dialogues d'enfants pour la plupart), on ne peut que s'attacher à ces quatre galopins.
J'ai hâte de lire la suite de ce premier tome !
Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          720
Ziliz
  25 mai 2014
Ces quatre petits Lu (-cien, -cas, -igui, -dwig) ont entre huit et douze ans. Orphelins, ils forment une espèce de fratrie. Comme les vraies : on n'est pas d'accord, on se dispute, on se crêpe le chignon, on joue à se moquer du petit dernier et à lui faire peur (salopards !). On s'amuse et on se marre bien aussi. Et le soir dans la chambrée on devient solidaires : "La nuit, après que le silence et l'obscurité avaient envahi l'abbaye, nous partagions nos secrets. Nos espoirs. Nos angoisses. Nos cauchemars. C'est ce qui nous a rendus inséparables." (p. 9-10).
Le titre fait écho à la célèbre Guerre des Boutons. On retrouve en effet cette ambiance de copains qui font les marioles, rivalisant d'imagination pour faire des conneries. Mais la guerre à laquelle ils sont brutalement confrontés est une vraie, une guerre de grands, celle de 1914. Dans un premier temps, ce chaos est une aubaine : les Lulus se retrouvent sans adultes, libres, tranquilles dans leur petite cabane au fond des bois... Ça se complique lorsqu'ils doivent devenir vraiment autonomes, quand les réserves alimentaires s'épuisent et que l'hiver arrive.
Abstraction faite des visages ingrats, je me suis régalée en découvrant cet album. Scénario intéressant, dialogues pertinents, drôles et émouvants. Très bon dosage d'aventure, d'humour, d'émotion.
Le second opus de la série (1915) est déjà disponible. Quid de la survie en hiver, de la présence de "l'ennemi" ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          470
cicou45
  18 juin 2016
Ludwig, Lucas, Luigi et Lucien, voilà ce qui a réuni ces quatre garçons, tout simplement parce que leur prénoms commençaient par ces deux petites lettres l'et U, d'où les Lulus. Tous quatre, malgré leur différence d'âge, ont également un autre point commun : ils sont orphelins. Partageant la même chambre à l'orphelinat de Valencourt (ils ont été placés dans cette même chambrée en raison de leur prénoms car qui dit orphelin, dit aussi enfant dépourvu de nom de famille), ils en profitent pour en faire voir de toutes les couleurs à leur instituteur ainsi qu'à l'abbé du village. effectivement, leur orphelinat étant situé dans une abbaye, ils ont toujours eu une éducation religieuse et n'ont d'ailleurs connu que cela. Durant la journée, après les corvées, les leçons, les interminables prières, non quatre comparses en profitent souvent, dès qu'ils ont un moment de libre, de se faire la belle et de se bagarrer, bien que de façon gentillette. le soir, en revanche, c'est une autre histoire car c'est à ce moment de la journée que les angoisses remontent et tout ce qui est dit dans cette chambre ne doit pas sortir de cette chambre, c'est leur code d'honneur.
Cependant, cette histoire se déroulant en cette fatidique année 1914, ce que nous héros de l'histoire ignorent encore, c'est que la guerre approche à grands pas. Ils se retrouvent dépourvus et sous l'emprise d'une totale incompréhension lorsque l'abbaye est évacuée et qu'ils s'étaient fait une petite escapade dans les bois. Les auraient-on abandonnés encore une fois ? Ils ne vont donc plus avoir d'autre choix que de se débrouiller par eux-même et, en plus, après mûre réflexion, de se voir contraint d'accepter un membre de plus à leur clan...une cinquième Lulu car oui, c'est bel et bien une fille mais qui, à la différence d'eux, elle , n'est pas orpheline, disons simplement perdue et ce pour un temps indéterminé...
J'arrête mon descriptif de l'histoire ici car j'ai déjà l'impression d'en avoir trop dit et je voudrais vraiment vous inciter à découvrir ce premier tome par vous-même. Je vous assure que vous ne le regretterez pas. La Guerre nous est contée sous un angle différent, celui de jeunes enfants. S'y rajoute donc beaucoup d'incompréhension, d'humour mais bien entendu, de peur également avec, malgré tout, beaucoup de débrouillardise et d'ingéniosité de la part de ces quatre garçons et de cette petite fille. Un scénario vraiment très accrocheur (même si on se doute du dénouement de l'Histoire (avec un grand H) mais non pas de l'histoire que nous fournissent ici les auteurs. Un graphisme extrêmement bien travaillé. Bref, une bande-dessinée qui mérite vraiment que l'on s'y attarde plus qu'un moment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          400


critiques presse (6)
Bedeo   27 mars 2014
Côté dessin, le trait de Hardoc se prête parfaitement au récit. Léger, précis, semi-réaliste, les expressions et les décors sont vraiment très bien réalisés. Le découpage varié, appuyé par une très belle colorisation de David François, rend l’ensemble très plaisant
Lire la critique sur le site : Bedeo
BulledEncre   28 mai 2013
Le dessinateur, par le truchement d’un graphisme très efficace, rend les personnages des Lulus très attachants et réalistes. Les décors et les ambiances sont particulièrement bien réalisés, vous donnant ainsi l’impression de faire partie intégrante de l’aventure.
Lire la critique sur le site : BulledEncre
BDSphere   18 mars 2013
(...) Partis sans permission jouer dans la forêt où ils se sont construits une cabane, Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig, quatre garnements que l’on surnomme les « Lulus », sont oubliés dans la confusion. Seuls au beau milieu du village déserté par ses habitants, les enfants, bientôt rejoints par Luce, une petite réfugiée belge, savourent cette liberté retrouvée sans les adultes. (...)
Lire la critique sur le site : BDSphere
ActuaBD   19 février 2013
De toutes ces références qui émaillent nos souvenirs, Hardoc tire son épingle de jeu en composant un tableau à la fois touchant et réaliste. Les personnages sont très bien composés, les rendant très attachants.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BDGest   12 février 2013
Impeccablement servies sur le plan graphique, les tribulations des Lulus s’annoncent passionnantes à suivre pour un large auditoire. Une belle série aux héros chaleureux conjuguant tension dramatique et tendresse humaniste.
Lire la critique sur le site : BDGest
Auracan   30 janvier 2013
On aurait pu tomber dans le pathos avec des enfants qui n'ont déjà pas débuté leur vie sous les meilleurs auspices. Au lieu de ça, on trouve des personnages, certes gouailleurs, mais plutôt responsables qui trouvent dans leur jeunesse la force pour survivre et s'échapper des griffes de l'occupant.
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (53) Voir plus Ajouter une citation
marina53marina53   19 novembre 2014
- Et puis, pourquoi qu'on l'appelle le "bon" Dieu? Si il fait rien qu'à punir les gens, on devrait l'appeler plutôt le mauvais diable.
- Non, sérieux, je crois pas qu'il nous punira. Ou alors faudrait vraiment qu'on fasse des saloperies.
- Des saloperies comme quoi? Comme cracher sur l'abbé?
- Ouais... des trucs du genre. Ou même des pires...
- Des pires que cracher sur l'abbé?! Si il faut faire pire que cracher sur l'abbé pour que le bon Dieu il nous punisse, alors, c'est sûr, il nous punira pas.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          370
Chrisdu26Chrisdu26   25 mars 2013
-Les fantômes, ça n'existe pas.
-Si ça existe! Même dans la bible, ils en parlent.
-N'importe quoi...Cite-moi un fantôme de la bible, pour voir.
-Jésus, aprés qu'il a été crucifié, c'est devenu un fantôme.
-Jésus ? C'était pas un fantôme, c'était un ressuscité. c'est pas pareil!
-Ah oui?! Alors c'est quoi la différence?...
-La différence, c'est qu'un ressuscité c'est un mort qui est re-vivant. Alors qu'un fantôme c'est un mort mort.
-Ah? Et pourquoi un mort mort ça existerait moins qu'un mort re-vivant, alors ? ...

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          272
cicou45cicou45   18 juin 2016
"_Les fantômes, ça existe pas.
_Si, ça existe ! Même dans la Bible, ils en parlent.
_N'importe quoi...Cite-moi un fantôme de la Bible, pour voir.
_Jésus. Après qu'il a été crucifié, c'est devenu un fantôme.
_Jésus ? C'était pas un fantôme, c'était un ressuscité, c'est pas pareil !
_Ah oui ? Alors c'est quoi la différence ?
_La différence, c'est qu'un ressuscité c'est un mort qui est re-vivant. Alors qu'un fantôme c'est un mort mort."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          191
Chrisdu26Chrisdu26   26 mars 2013
En parlant des Allemands :

-Ce serait pas eux qui ont crucifié Jésus?
-Non ça c'est les Romains.
-Et Jeanne d'Arc qui l'a brulée ?
-Les Anglais.
-Les Anglais c'est des ennemis aussi alors ?
-Non, les Anglais sont nos alliés.
-Ben mon vieux...Si nos alliés brûlent nos saintes, je te raconte pas ce que vont nous faire nos ennemis...
Commenter  J’apprécie          250
claireoclaireo   17 mars 2015
- C'est dingue,. C'est la guerre partout et on n'était même pas au courant.
- Pas partout, ici c'est pas la guerre.
- Plus maintenant, mais hier, quand tout a pété, c'était des coups de canon, c'est pour ça que tout le monde est parti.
Tant mieux. Comme ça, on est peinards.
- Ouais. Mais ça va pas durer. Maintenant que c'est fini, y a tout le monde qui va rappliquer.
Commenter  J’apprécie          170

Lire un extrait
Videos de Régis Hautière (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Hautière
Abélard - Cie Les Petites Madames - D'après la bande dessinée de Régis Hautière et Renaud Dillies
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2275 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre