AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
La Guerre des Lulus tome 2 sur 9
EAN : 9782203063976
56 pages
Casterman (08/01/2014)
4.23/5   375 notes
Résumé :
Janvier 1915
Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig, isolés à l'arrière des lignes allemandes, ont été rejoints par une autre réfugiée, Luce, 13 ans. C'est dans une cabane en forêt qu'ils apprennent à survivre dans un environnement devenu très hostile. Entièrement livrés à eux-mêmes, ils doivent en outre gérer l'irruption d'un adulte dans leur groupe : Hans, un soldat allemand devenu leur prisonnier.
Que lire après La Guerre des Lulus, tome 2 : 1915 - HansVoir plus
La Guerre des Lulus, tome 1 : 1914 - La maison des enfants trouvés par Hardoc

La Guerre des Lulus

Hardoc

4.03★ (3863)

9 tomes

14-18, tome 1 : Le Petit Soldat (août 1914) par Corbeyran

14-18

Éric Corbeyran

4.34★ (1180)

10 tomes

L'ambulance 13, Tome 1 : Croix de sang par Mounier

L'ambulance 13

Alain Mounier

3.84★ (1070)

9 tomes

Critiques, Analyses et Avis (87) Voir plus Ajouter une critique
4,23

sur 375 notes
5
32 avis
4
48 avis
3
6 avis
2
0 avis
1
0 avis
La guerre bat son plein en cet hiver 1915 qui s'annonce froid et rugueux. Des flocons de neige sont bientôt remplacés par des pluies gelées. L'humidité tenace, et s'infiltrant partout, glace le sang des lulus. Leur cabane, bien haut perchée dans la forêt picarde, n'est pas suffisamment protégée des intempéries. La pauvre Luce, réfugiée belge prise sous l'aile des quatre lulus, commence à montrer des signes de fatigue. C'est alors que, sous les conseils de Hans, le soldat allemand déserteur qu'ils retiennent prisonniers, elle se remet bien vite grâce à ses médicaments. Pour le remercier, Ludwig propose de le détacher. Méfiant, Luigi n'est guère enthousiasmé à cette idée. En effet, les allemands sont leur ennemi et zigouillent tout le monde. le fusil en main, un malencontreux coup part tout seul et touche Hans. Légèrement blessé, il est alors libéré de ses chaines. Il raconte alors aux cinq lulus l'horreur de la guerre, ses amis mutilés ou tués au front...

Les désormais cinq lulus livrés à eux-mêmes dans cette forêt et loin des batailles que se livrent les soldats vont devoir cohabiter avec un des soldats du camp adversaire, Hans. Malgré le barrage de la langue, chacun y met du sien et finalement c'est une véritable amitié qui va se nouer entre tous. Touchés par le fait que celui-ci soit déserteur change inévitablement la donne. Ils voient ainsi en lui un homme et non un ennemi. Mais la guerre va bien vite les rattraper.
C'est un véritable plaisir de retrouver ces cinq lulus. le récit tout aussi passionnant est une très belle histoire d'amitié, d'insouciance et d'innocence sur fond de guerre. L'on prend véritablement plaisir à les suivre dans leur quotidien. Malgré le contexte, le récit est frais et enjoué. Les dialogues sont pertinents et drôles. le dessin semi-réaliste de Hardoc est savoureux et de toute beauté.

La guerre des Lulus, Hans... une belle rencontre...
Commenter  J’apprécie          520
Nos infortunés Lulus vivent toujours, tant bien que mal, dans leur cabane au coeur de la forêt, ils crèvent de froid, doivent supporter l'humidité ambiante. Luce (la cinquième lulu), tombe malade et reçoit des soins d'un mystérieux individu :Hans, soldat allemand, prisonnier des enfants qui décident de lui accorder leur confiance et ne le regretteront pas. Ils continuent dans ce tome, à vivre avec les moyens du bord, redoublant d'ingéniosité pour se nourrir, se distraire, se protéger. La fin laisse présager des temps très difficiles à vivre : les combats aériens s'engagent, Hans quitte leur communauté…

J'avance dans cette histoire en apprenant beaucoup sur la guerre 14-18 sans côtoyer le front et ses horreurs, nos amis subissent la guerre sans y participer, et nombre d'informations sont dispensées par ce que peuvent percevoir les lulus : des avions, des conversations de soldat français ou Allemands qui passent pas là, la guerre et ses effets. On ne peut, au fil des pages, que s'attacher à ces enfants livrés à eux même et qui, bien qu'ils se chamaillent vivent ensemble quelque chose d'extrêmement fort, orphelins par la perte de leurs parents, orphelin doublement par la protection de la société à laquelle ils n'ont plus accès.

Je vais rapidement attaquer le troisième tome…

Lien : https://1001ptitgateau.blogs..
Commenter  J’apprécie          580
Nos quatre l'ou lulus à savoir Lucas, Lucien, Luigi et Ludwig auxquels il faut désormais rajouter la jeune Luce qui a perdu ses parents lors de l'évacuation se sont désormais bien organisés dans leur petit abri de fortune au sein de la forêt. Qu'entend-je par abri de fortune ? Il s'agit d'une petite cabane en bois que les garçons avaient construite alors qu'ils étaient encore à l'abbaye de Valencourt. Certes, le fait qu'une jeune fille se soit jointe à eux a nécessité quelques arrangements et au fil du temps, la cabane s'est d'ailleurs agrandie. La guerre fait toujours d'aussi effroyables ravages et eux, du moins, malgré le fait qu'il faille sans cesse chercher à se réapprovisionner en nourritures, se sentent néanmoins à l'écart de tout ça. Ils guettent régulièrement l'arrivée des troupes françaises mais quelle n'est pas leur stupéfaction et leur effroi lorsqu'au lieu de tomber sur un soldat français, comme ils l'escomptaient, ils tombent sur un soldat allemand. L'ennemi leur a-t-on sans cesse rabattu les oreilles (enfin plutôt les yeux), via la presse de l'époque qui consiste en la parution de journaux qu'ils ont pu dénicher au bistrot du coin, est dangereux, et prêt même à dévorer les enfants. Cependant, le soldat auquel ils ont affaire a l'air tout autre. Tout aussi perdu qu'eux, Hans a déserté cette horreur et est bien décidé, s'ils l'acceptent, à les aider. Premier geste bienveillant qu'il aura envers eux : soigner la pauvre petite Luce dont la maladie ne fait qu'empirer. Nos cinq amis vont finalement se prendre d'affection pour Hans et cela, de façon réciproque. Malgré le barrage de la langue qui , au départ, rend leur communication relativement difficile, tous les six vont désormais cohabiter sous le même toit pendant que la guerre continue à faire des ravages, apportant son lot de blessés et de morts chaque jour.
Leur aurait-on menti ? Se pourrait-il qu'un soldat ennemi se révèle au final un homme comme tous les autres et non un monstre comme on le leur a si souvent voulu leur faire croire ? Hans, qui a une femme qui l'attend chez lui, une femme enceinte qui plus est, se révèle être d'une grande aide pour nos petits orphelins, et plus que cela même, un véritable ami. Mais, en cette période de terreur, personne n'est jamais réellement à l'abri car tout peut arriver, le meilleur comme le pire, et ce, à n'importe quel moment...

Une histoire bouleversante et j'ai réellement hâte de me plonger dans le troisième tome, qui, malheureusement pour moi, n'est pas disponible à la médiathèque à laquelle j'ai emprunté ces deux premiers. Il va donc me falloir attendre et patienter mais vous, chers amis babéliotes, n'attendez pas pour vous intéresser de près à ces bandes-dessinées qui sont autant bien travaillées sur le plan narratif que graphique !
Commenter  J’apprécie          341
Le tome 2 de la guerre des lulus est tout aussi bien que le premier. Nos lulus sont avec Hans, un Allemand déserteur qu'ils ont fait prisonnier. Très vite ils vont se lier d'amitié et apprendre à survivre avec "l'ennemi".
Les relations entre les Lulu et dorénavant avec Hans, sont, comme dans le premier tome, un mélange de chamailleries et de tendresse. Beaucoup de chaleur et d'humanité dans ce contexte de guerre. Mais ce n'est pas pour autant une bande dessinée "bisounours", la réalité de la guerre et bien là avec ses erreurs et horreurs. Je reste conquise !
Commenter  J’apprécie          400
Janvier 1915. Froid et humidité.
Les 4 Lulus, Lucien, Lucas, Luigi et Ludwig, sont très embêtés : que faire de leur prisonnier allemand ? Ils ont faim. Ils ont froid. Leur cabane prend eau de toute part… Et ils ont un prisonnier sur les bras !
Luce est celle qui en souffre le plus. Sa fièvre pourrait bien l'emporter. le breuvage conseillé par l'Allemand semble faire effet. Elle serait peut-être morte si elle n'avait pas avalé ce traitement.
Les Lulus se demandent s'il ne serait pas temps de le libérer. Luigi n'est pas d'accord… Et c'est Luigi qui tient le fusil de l'Allemand. Dans son agitation, Luigi presse la détente. le soldat s'écroule…

Critique :

Un beau scénario montrant l'aide apportée par ce soldat allemand, Hans, à cette bande d'orphelins afin de les aider à mieux surmonter leurs dures conditions de vie. L'amitié règne entre eux. Leurs provisions s'accroissent. Tout va pour le mieux. Tout ? Quand Hans est parti à la guerre, sa femme était enceinte… Hans, le déserteur qui porte sur ses vêtements le sang de son meilleur ami, Hans qui vomit la guerre et ses atrocités, Hans a hâte de la revoir…

Voilà une histoire qui humanise le « Boche ». Au sortir des deux guerres mondiales, et même des décennies plus tard, pareil récit aurait été considéré comme une trahison tant l'ennemi était chargé de toutes les tares et jugé incapable de se comporter avec humanité. Il aura fallu beaucoup de décennies après le dernier conflit pour qu'on puisse enfin écrire que tous les ennemis n'étaient peut-être pas des salauds.

C'est cet aspect qui est mis en évidence dans cet album moins cocasse que le précédent, surtout si on y ajoute que Luce devient une jeune fille et ignore tout des changements qui s'opèrent en elle. Mais un ange gardien veille…

Une excellente série jeunesse, mais que même les « vieux » peuvent avoir du plaisir à lire.
Commenter  J’apprécie          290


critiques presse (2)
Sceneario
03 mars 2014
Les textes toujours d'une finesse maitrisées donnent un ton humoristique aux situations parfois tragiques. Un mélange des genres qui donne un album frais et plein d'authenticité. Une belle réussite.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Auracan
20 janvier 2014
La Guerre des Lulus ressemble à un petit havre de fraîcheur en lisière de l'horreur de la guerre. Et pour le lecteur, c'est que du bonheur !
Lire la critique sur le site : Auracan
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
Hans : Ha! Ja, femme. Eva. Quand moi aller guerre, elle grosse.
Lucien : Ça, c'est les saucisses.
Luigi : Pourquoi tu parles de saucisses?
Lucien : Ben... c'est toi qui m'as dit que les allemands, ils mangeaient plein de saucisses. C'est pour ça qu'elle est devenue grosse.
Luigi : N'importe quoi...
Lucien : C'est pourquoi alors?
Luigi : C'est à cause des patates. Les allemands, ils mangent trop de patates.
Lucien : Comment tu sais?
Luigi : Tout le monde le sait, c'est tout. Ceci dit, Hans, t'en fais pas: si elle a autant de mal que nous à trouver des patates, elle va rapidement redevenir comme sur la photo.
Ludwig : Elle n'a pas besoin de maigrir. Il a voulu dire qu'elle était enceinte, andouille!
Commenter  J’apprécie          200
Hans connaissait la guerre. La vraie. Il avait combattu en première ligne. Il avait vu mourir des hommes et en avait sans doute tué quelques uns. Il avait lui-même échappé plusieurs fois à la mort. Ce n'est pas dans ses mots, incompréhensibles pour la plupart, ni dans ses gestes désordonnés que nous saisîmes l'horreur de ce qu'il avait traversé... mais dans son regard vide et lointain, qui semblait se perdre bien au-delà de nous.
Commenter  J’apprécie          30
-Le front... Pas place pour toi. Pas place pour enfant.
-Hé! Je ne suis plus un gosse! Je suis un homme!
-Pas place pour homme non plus. Place seulement pour mort et barbarie.
Commenter  J’apprécie          70
Nous avons enterré Hans par une belle journée de septembre. Le temps était sec, l'air était doux et le soleil brillait. Pourtant, nous tremblions de froid, frigorifiés par le chagrin, la colère et la peur. Nous avons enterré Hans au pied de la cabane. La protection offerte par celle-ci contre la pluie et les animaux nous apparaissait à présent bien illusoire face à la fureur des hommes. Nous avons enterré Hans... et nous avons fui la guerre.
Commenter  J’apprécie          20
- C'est la guerre, Gamin ! Tu as déjà joué à la guerre, Gamin ?! Eh bien, en vrai, c'est ça ! ça fait des morts et des blessés.
Peut-être que ce boche était ton ami, peut-être même qu'en d'autres circonstances, ça aurait été le mien aussi. Mais là, pour moi, c'était juste un soldat ennemi qui me menaçait avec un fusil.
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Régis Hautière (33) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Régis Hautière
1,2,3 BD ! Chez les libraires ! présente les BD coups de coeurs de Pascaline & Laurent et la librairie Bulle en Stock à Amiens. Ne lâche pas ma main de Bussi - Cassegrain - Duval - Aire Libre - Éditions Dupuis Le Clan de la rivière sauvage de Régis Hautière, Renaud Dillies Editions de la Gouttière Yojimbot, Yojimbot - Tome 3 - Neige d'acier, Tome 3 • Sylvain Repos (Illustration), Sylvain Repos (Auteur) chez Dargaud 1,2,3 BD c'est le jeudi à 18h30 sur la chaine Youtube et les RS. Trait pour Trait parcourt toujours les librairies de France pour des conseils de lecture avec le soutien de la librairie Mine de Rien, Alfa BD et Krazy Kat ! #GALERIE #BD #POPCULTURE #BANDEDESSINEE #COMICBOOKS #9EMEART#MANGA Retrouvez 1,2,3 BD ! Chez les libraires! sur : https://www.youtube.com/TraitpourtraitBD https://www.facebook.com/TraitpourTraitBD https://www.instagram.com/traitpourtraitbd/ https://twitter.com/TPTBD
+ Lire la suite
autres livres classés : première guerre mondialeVoir plus
Les plus populaires : Bande dessinée Voir plus


Lecteurs (692) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3245 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *}