AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266005294
Éditeur : Pocket (18/03/1998)

Note moyenne : 3.19/5 (sur 8 notes)
Résumé :
La nuit s'est faite plus profonde.
C'est le moment pour eux tous d'accélérer l'allure. Roger, les mains crispées sur son volant, appuie sur l'accélérateur et règle sa vitesse sur le véhicule de tête. Derrière lui, il entend successivement trois moteurs qui se mettent à tourner plus vite. Ils sont cinq pick-up Dodge qui se suivent ainsi depuis deux jours.
Leur seconde nuit commence.
Tous les conducteurs s'efforcent, comme Roger, d'emprunter exact... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
pdemweb1
  08 décembre 2017
Du film, je n'ai gardé de souvenir que la dernière scène avec le défilé de la victoire, où Lino Ventura est pris à partie par un spectateur, alors qu'il a gardé son béret au passage des troupes. Il rétorque alors « Excusez-moi, je pensais à autre chose ».
La première partie du roman est l'action commando qui consiste à faire exploser une réserve d'essence à la veille d'une grande bataille dans le désert.
La seconde partie est le retour difficile du commando à leur base.
L'idée audacieuse de René Havard est qu'à leur retour, les rescapés du commando sont accompagnés d'un prisonnier. Ces hommes courageux et patriotes aux idées nobles qui se sont engagés pour combattre l'oppresseur, découvrent que l'oppresseur est aussi noble, courageux et fraternel.
La découverte des sentiments contradictoires des combattants annihile les exploits guerriers du début du roman.
Un taxi pour Tobrouck est un roman psychologique inattendu. ( Peut-être que j'exagère ... un peu )
Commenter  J’apprécie          949
gill
  18 décembre 2012
Cinq pick-up Dodge roulent dans le désert. Ce convoi est anglais, il file vers Tobrouk, base allemande, pour y faire exploser les stocks de carburant qui permettent à Rommel de mener à plein sa guerre du désert.
L'objectif atteint, l'équipage français d'un de ces véhicules entame une fuite éperdue à travers le désert pour rejoindre ses lignes.
Le lieutenant Berthier, ayant trouvé la mort pendant l'opération, François, caporal prend le commandement.
Roger Carter, l'ancien boxeur, Louis Furnier, son soigneur dit P'tit Louis, Samuel Goldman, étudiant en médecine avant la guerre, forment sous son commandement une troupe disparate mais soudée.
Sur le périlleux chemin du retour, leur véhicule détruit, ils devront embarquer à bord d'une auto-blindée allemande et surtout faire un prisonnier : le capitaine Stegel....
Cet excellent livre repose plus sur une histoire de courage, d'amitié et de tolérance que sur un véritable récit de guerre. Il fait immanquablement penser à la chanson de Serge Reggiani "l'arabe".
Il transporte cinq hommes ordinaires, dont seul l'officier allemand est militaire de carrière, dans un univers qui n'est pas le leur et le moment de l'action passé, ils redeviennent les hommes simples qu'ils sont avec leurs réflexes, leurs sentiments et leurs colères.
Adapté très librement au cinéma dans un film formidable dont les dialogues ont été écrits par Michel Audiard, ce livre, un peu éclipsé par sa célèbre transposition, est pourtant, en lui-même un grand et beau livre. Et il mérite d'être redécouvert en parallèle avec le film de Denys de la Patellière sorti en 1960.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
Bruno_Cm
  08 décembre 2017
Je l'ai lu. J'avais oublié que je l'avais lu. Je devais sans doute être trop jeune à l'époque pour comprendre quoi que ce soit des enjeux et de la force de ce livre.
Pareil pour le film, je l'ai vu et le peu qu'il m'en souvienne, c'est des images de désert, d'une méhari, et de Jean Lefèbvre. Et encore pas sûr qu'il soit dedans... J'amalgame avec la 7e compagnie, je crois...
Bref, désolé, cette critique est nulle. Veuillez m'absoudre et oublier. Tout comme j'ai oublié ce livre. (Qu'il faudrait que je relise à l'occas').
Je mets trois étoiles parce que j'estime que je ne peux juger de rien mais que (ma) nature a horreur du vide.
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (2) Ajouter une citation
pdemweb1pdemweb1   08 décembre 2017
Pourtant, très lentement, François débouche à nouveau la gourde. Au moment il lui tend, l'Allemand a une expression indéfinissable. Quand il boit, le bruit de l'eau qui coule dans sa gorge prend une importance démesurée, mais tous se taisent. Quand il la rend, il esquisse un léger sourire qui leur est à tous destinés.
Commenter  J’apprécie          480
gillgill   26 novembre 2012
La nuit s'est faite plus profonde.
C'est le moment pour eux tous d'accélérer l'allure. Roger, les mains crispées sur son volant, appuie sur l'accélérateur et règle sa vitesse sur le véhicule de tête. Derrière lui, il entend successivement trois moteurs qui se mettent à tourner plus vite. Ils sont cinq pick-up Dodge qui se suivent ainsi depuis deux jours.
Leur seconde nuit commence.
Tous les conducteurs s'efforcent, comme Roger, d'emprunter exactement les deux rails que laisse dans le sable le premier Dodge, commandé par le "group captain Simon". Il ne faut pas que les allemands puissent éventuellement les dénombrer....
(extrait du premier chapitre de l'édition parue chez "Presses Pocket" en 1961)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
autres livres classés : guerreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de René Havard (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
1635 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre