AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Jan Rube¨ (Traducteur)
EAN : 9782876780484
411 pages
Éditeur : L'Aube (30/11/-1)
3.61/5   9 notes
Résumé :

Dans notre siècle où se sont mêlés de façon renouvelée l'horreur, le mensonge, la superficialité, la vanité, les messages de bonté viennent de ceux qui ont subi l'enfermement. Les enfermements sont différents et les expériences diverses, mais Antelme, Levi, Soljénitsyne, Chalamov, Havel nous disent la même chose : être un homme, c'est résister, être humain c'est ne pas mé... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
JPBouzac
  18 mai 2013
Les "lettres à Olga", écrites en prison entre 1979 et 1983, c'est pas du gâteau! Vaclav Havel, qui n'avait que ce moyen pour s'exprimer, et encore dans un cadre très limité, n'y parle pratiquement pas de sa vie quotidienne. Il réfléchit tout haut sur ce qui est important pour lui dans la vie. Politique et théâtre sont présents mais discrets. Il s'agit plutôt pour l'auteur de définir et discuter les valeurs qui lui sont chères et pour lesquelles il a même accepté de se retrouver en prison : la volonté de préserver son identité et son humanité. L'écriture est très dense et parfois hermétique. Mais le lecteur persévérant est largement récompensé par de grands moments. Kafka s'auto-détruisait d'une lettre (à Milena) à l'autre. L'un de ses plus grands admirateurs fait tout le contraire : il fait des efforts constants pour apprendre et continuer à se developper dans une situation qui a pour but de le briser. Un fantastique témoignage par l'une des grandes figures du 20ème siècle.
Commenter  J’apprécie          360

Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
CarosandCarosand   15 mai 2014
Qu'on le veuille ou non, quand on est ici, il faut souvent se poser la question de savoir si tout cela a un sens, et quel est-il. Plus j'y pense, mieux je me rends compte que je ne trouverai pas l'ultime et décisive réponse dans les choses extérieures, dépendant de soi-disant informations ; aucune information ne nous donnera de réponse. Je ne trouve finalement cette réponse - positive - qu'en moi, en ma foi dans le sens des choses, en mon espoir. Devant quoi est-on responsable dans le fond ? A quoi cela se rapporte-t-il ? Quelle est la finalité de nos actions ? Quelle est la pierre angulaire de nos actes, comment se fait-il que la mémoire de l'être ne se laisse pas posséder ? Quelle est la conscience du monde et la dernière instance "juridique" ? Quelle est la mesure décisive, l'arrière-fond ou l'espace de toutes nos expériences existentielles ? Et quel est, en même temps, le témoin le plus important, le partenaire énigmatique de nos entretiens quotidiens avec nous-mêmes ? A qui nous adressons-nous dans chaque situation où nous nous trouvons, sur qui comptons-nous et vers quoi dirigeons-nous nos actes ? Qu'est-ce que cette existence incorruptible et omnisciente qui nous hante et qui nous sauve ? En quoi croyons-nous et vers quoi tendons-nous tous nos efforts ? Depuis mon enfance je sens que je ne serais pas moi-même - un être humain - si je n'avais pas vécu dans la tentation durable et multiple de cet "horizon", cette source du sens et de l'espoir, et depuis mon enfance j'ignore s'il s'agit d'une "expérience divine" ou non. Quoi qu'il en soit, je ne suis certainement pas un bon chrétien et un bon catholique pour des raisons diverses, par exemple parce que je ne vénère pas mon Dieu et que je ne vois absolument pas pourquoi je devrais le vénérer. Ce qu'il est - cet horizon sans lequel rien n'aurait de sens et sans lequel je n'existerais même pas -, il l'est par essence et non par un effort qui mériterait l'adoration. Il ne me semble pas qu'en le vénérant parfaitement je pourrais m'améliorer ou améliorer le monde, et l'idée que ce partenaire "intime et universel" qui un jour est ma conscience, un autre mon espoir, un troisième ma liberté, et encore après le mystère du monde, l'idée qu'il exige d'être vénéré ou me juge en fonction de cette vénération me semble plutôt absurde. Il en résulte que je dois chaque fois tout réévaluer, authentiquement, à partir de zéro, dans un dialogue direct avec mon Dieu et que je ne peux pas me faciliter la vie en me référant à une autorité vénérée, plus matérielle, même si ce devaient être les Saintes Ecritures.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
CarosandCarosand   15 mai 2014
J'ai constaté qu'après un séjour prolongé en prison, les gens sensibles risquent de devenir amers, d'en vouloir au monde entier, d'être insensibles, résignés, et assez égoïstes. Un de mes objectifs principaux est de résister entièrement à ce danger aussi longtemps que je serai ici. Je veux rester ouvert au monde, je ne veux pas me replier sur moi-même, je veux conserver mon intérêt pour les autres, et mon amour pour eux. Je pense des choses différentes sur des gens divers mais je ne peux pas dire que je hais qui que ce soit au monde. Sur ce point je n'ai pas l'intention de changer. Si je change, cela signifiera que j'ai perdu. La haine n'a jamais été ni mon projet, ni la raison de mes actes. Et cela ne doit pas changer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          101
JPBouzacJPBouzac   18 mai 2013
Die Alternative der besseren Zukunft dieser Welt ist also nicht in neuen Ideen, Projekten, Programmen und Organisationen als solchen enthalten, sondern ausschließlich in der Renaissance der elementaren menschlichen Beziehungen. Liebe, Güte, Mitgefühl, Toleranz, Verständnis, Selbstbeherrschung, Solidarität, Freundschaft, das Gefühl der Zusammengehörigkeit und das konkrete Annehmen konkreter Verantwortung für das Schicksal des Nächsten... (Brief 143)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
CarosandCarosand   21 mai 2014
Je te prie de remettre mon bonjour à tous mes proches, parmi lesquels je voudrais tout particulièrement saluer Zdenek. Je crois que son nom devrait figurer dans chaque lettre où je parle de l'identité humaine. Il est une des colonnes discrètes sur lesquelles tout repose car s'il n'y avait pas des gens persévérants, fidèles et honnêtes autour de nous, il me semblerait inutile de continuer à faire quoi que ce soit dans ce monde.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
HardivillerHardiviller   12 février 2021
Ecrire est une activité solitaire par excellence , et il est paradoxal que j'en aie fait une activité principale . Mais il se trouve que je suis un être fondamentalement social et orienté vers la politique , pas dans le sens ou je voudrais faire une carrière publique , mais dans le sens où les affaires publiques c'est à dire les affaires de la " polis ", de la communauté , m'intéressent
Commenter  J’apprécie          90

Video de Václav Havel (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Václav Havel
Jacques Rupnik - les Matins .Jacques Rupnik, ancien conseiller du président tchèque Vaclav Havel de 1990 à 1992, conseiller à la Commission européenne depuis 2007, directeur de recherche au CERI et enseignant Sciences Po.
autres livres classés : dissidenceVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Matin brun

Quel adjectif sature peu à peu le texte ?

Brun
Sombre
Autres

10 questions
34 lecteurs ont répondu
Thème : Matin brun de Franck PavloffCréer un quiz sur ce livre