AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782203222595
336 pages
Casterman (02/06/2021)
2.89/5   52 notes
Résumé :
Au XVIIe siècle en Angleterre, il ne fait pas bon être sorcière. Evie et sa petite soeur Dill assistent impuissantes au meurtre de leur mère par quatre chasseurs du roi. Dès lors, Evie n'a plus qu'un but : les retrouver et les tuer un à un. Durant sa poursuite implacable, Evie va aussi découvrir son pouvoir : celui d'invoquer les oiseaux qui, pendant tout son voyage, la guident et la protègent. Mais soudain, les chasseurs capturent Dill et veulent la pendre comme so... >Voir plus
Que lire après Jusqu'au dernierVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
2,89

sur 52 notes
Situé dans l'Angleterre du 17ème siècle pendant les guerres civiles anglaises, Jusqu'au dernier nous embarque dans une histoire sombre où la vengeance est le maitre mot.

Autour d'une scène d'ouverture particulièrement violente, nous faisons la rencontre d'Evie, une jeune fille qui rejette tout lien avec la sorcellerie bien que fille d'une guérisseuse. Témoin du meurtre sordide de sa mère par des chasseurs de sorcières, Evie jure de se venger de chaque homme impliqué dans cet assassinat. Ayant promis à sa mère de veiller sur sa petite soeur Dill, elle ne peut toutefois entrainer la fillette dans une vendetta, et la confie au clan de sa mère avant de commencer sa traque. Tandis que sa soif de faire couler le sang grandit, les chasseurs eux comptent bien la trouver et lui réserver le même sort qu'à sa mère. Evie sera-t-elle la chasseuse victorieuse ou bien la proie ?

Pour avoir déjà lu des récits qui traitent du traitement horrible réservé aux femmes accusées de sorcellerie, je m'attendais à une histoire qui allait tout autant me bouleverser que me révolter. Et j'ai été la première déçue à ne pas parvenir à m'intéresser au sort d'Evie… Toute l'histoire est basée sur la vengeance et je pensais assister à une traque mortelle, à l'élaboration de stratégies pour assassiner un à un les meurtriers. Mais je n'ai rien lu de tout cela. Il s'avère qu'Evie n'a aucun plan, seulement sa fureur et la pierre d'oracles de sa mère pour parvenir à ses fins. Avec l'aide de personnes rencontrées sur son chemin, et dont elle gagne le soutien avec une rapidité assez déroutante, Evie est seulement portée par son obsession de tuer les chasseurs, se remettant au hasard pour accomplir sa vengeance.

Les événements de Jusqu'au dernier sont assez sombres et dérangeants avec des assassinats sauvages, des enlèvements d'enfants et de femmes, des accusations infondées de sorcellerie empreint d'une profonde misogynie. Des thématiques qui ont de quoi provoquer de violentes réactions chez le lecteur, et pourtant j'ai trouvé que le roman manquait cruellement d'émotion.

On perçoit les intentions de l'autrice qui a voulu mettre en avant les liens qui unissent les femmes, ce qui fait qu'Evie trouve du renfort partout sans connaître les personnes qu'elle rencontre, laissant jouer la sororité. Mais si les ingrédients sont là, il manquait une sorte de liant à cette histoire.

Ce qui déroute également, c'est que le texte ne parvient pas réellement à trouver un ancrage franc dans un genre littéraire, oscillant entre le récit historique et fantastique. le récit prend aussi parfois l'allure d'un conte, en empruntant certains schémas et facilités scénaristiques, sans que l'on ne retrouve toutefois les éléments que l'on attend généralement en retour, à savoir une voie d'apprentissage et de développement des personnages et l'émergence d'une morale.

Même constat du côté du cadre historique qui demeure flou. On nous parle de la guerre, de l'implication des sorcières dans la mise à mal de la position du roi mais sans que tout ceci ne soit véritablement expliqué. La faute à des descriptions trop sommaires qui empêchent d'ancrer véritablement l'histoire.

Et puis il y a le personnage d'Evie qui est loin d'être un personnage attachant. L'autrice nous la présente comme un personnage plein de colère envers tous, notamment envers sa petite soeur. Elle est égocentrique et jalouse, pleine de ressentiment, imprudente et la plupart du temps irréfléchie. Difficile dans ces conditions de s'attacher à son sort, quand bien même ce qu'elle a vécu est horrible.

Vous l'aurez compris, Jusqu'au dernier aura été une déception. Pourtant bien séduite par la noirceur et la violence du début du récit, je me suis rapidement retrouvée face à un texte dénué d'émotion et à la construction maladroite. Un texte qui ne me restera malheureusement pas longtemps en mémoire.
Commenter  J’apprécie          10
J'ai acheté ce livre sur un coup de tête, en voyant la couverture et en lisant le résumé. Il m'avait l'air prometteur. Je me suis lancée sans avoir lu un seul avis à son sujet. Peut-être aurais-je dû en lire quelques uns avant de l'acheter ? Sur tous ceux que j'ai lus depuis, il y en a très peu qui soient élogieux. La plupart font état d'une grosse déception. Et je me range de leur côté.

Niveau intrigue, ce n'est pas du tout ce à quoi je m'attendais. Si les début sont assez bons (avec la mort de la mère, la promesse d'Evie de la venger), on se perd vite dans les méandres d'une histoire dont j'avoue ne pas trop comprendre le but. Evie poursuit sa vengeance, certes, mais les chemins qu'elle prend pour y arriver sont pour le moins déroutants. J'ai eu du mal à suivre le fil, à voir l'intérêt, à savoir où tout ça me menait. Globalement, l'intrigue m'a semblé plutôt creuse. En dehors de cette histoire de vengeance qui ne semble finalement qu'une toute petite partie de l'histoire, d'autres histoires secondaires se greffent, mais aucune n'est réellement exploitée. Qu'en est-il de la pierre d'oracle ? A quoi sert-elle ? Quel est son réel pouvoir ? On ne sait pas vraiment. Pourtant, l'objet semble avoir une réelle importance, vu l'accent qui est mis dessus.

De plus, il est régulièrement fait mention d'un roi d'Angleterre, d'une guerre, comme si le roman s'ancrait dans L Histoire réelle. Mais le contexte historique n'est absolument pas développé. On ne sait pas de quel roi il s'agit, ni à quelle guerre il est fait allusion. Et pourquoi le roi hait-il autant les sorcières au point de les faire chasser ? On nous dit que c'est à cause du rôle qu'elles ont joué dans la guerre, mais on n'en sait pas plus.

Les personnages ne m'ont pas plu non plus. Evie m'est apparu comme profondément antipathique et pas toujours très cohérente. Elle est particulièrement jalouse de sa petite soeur et la plupart du temps, elle semble la détester au plus haut point. Pourtant, d'autres fois, elle serait prête à donner sa vie pour sa soeur. J'imagine que c'est peut-être le cas dans beaucoup de fratrie, mais Evie passe d'un extrême à l'autre en un quart de seconde. Evie est aussi très froide, presque sans coeur, pourtant, elle s'attache à Anne en quelques minutes à peine ?

Autre chose qui m'a dérangée, j'ai eu l'impression que plusieurs passages manquaient. Comme si l'auteur avait voulu en supprimer quelques uns pour alléger son texte, mais sans corriger la suite. J'ai souvent eu envie de retourner en arrière parce que je me disais "attends, comment elle est arrivée là ?" ou "comment ça se fait qu'elle ramasse la pierre par terre alors qu'elle l'a déjà dans la main ?". Ce sont des détails, certes, mais ces petits détails étaient suffisants pour me sortir de ma lecture et me perturber.

Enfin, l'écriture m'a gonflée dès le début. La négation est quasi inexistante, ce qui m'a beaucoup gênée. Certaines phrases, certains paragraphes s'enchaînent, de façon relativement décousue. J'avais du mal à suivre la logique de tout ça. Certains passages sont flous également, abstraits, comme si l'auteur avait voulu intégrer un aspect poétique, mais ça n'a pas marché avec moi. Ca m'a complètement perdue.

J'ai terminé ce roman dans la douleur, parce que j'espérais que ma lecture s'améliorerait au fil des pages, mais ça a été de mal en pis.
Commenter  J’apprécie          00
"Et je te jure, Maman, qu'ils ne connaîtront pas de répit. Pas tant qu'ils seront en vie. Pas avant qu'ils soient tous morts."

Quelle lecture particulière ! J'ai gagné ce livre lors d'un concours, sans quoi je ne l'aurait surement pas acheté et découvert. Assez éloigné de mes lectures habituelles, j'ai été surprise d'aimer autant l'intrigue et l'univers dans lequel on évolue. "Une sorcière. Quatre assassins. Une implacable vengeance.
Au XVIIe siècle en Angleterre, il ne fait pas bon être sorcière. Evie et sa petite soeur Dill assistent impuissantes au meurtre de leur mère par quatre chasseurs du roi. Dès lors, Evie n'a plus qu'un but : les retrouver et les tuer un à un."

L'intrigue tourne autour de deux choses : la vengeance et la jalousie. La première est au coeur de l'intrigue: Evie ne semble être motivée que par une chose: venger sa mère. On découvre pourtant au fils de l'histoire que la jalousie est un moteur tout aussi important, je ne dirais cependant pas envers qui ni pourquoi. Deux émotions bien violentes, à l'image de ce livre, Evie n'est clairement pas tendre et le monde le lui rend bien. L'ambiance est imprégnée de violence constante: envers les sorcières, envers les femmes, envers Evie et Dill, envers les quatre "chiens" (surnommés ainsi par Evie). La violence n'est ni cachée ni atténuée, ce qui m'a assez étonné mais pas forcément dérangé puisque cela colle bien à notre personnage principal. J'ai eu un peu de mal avec cette dernière, elle a du chemin à parcourir, elle rejette dans un premier temps complétement la sorcellerie, la sienne et même celle de sa mère, et est dans une jalousie constante. C'est donc un point de vue particulier mais très très intéressant. J'ai beaucoup aimé l'ambiance moyenâgeuse du roman, et bien sur le thème autour du quel tourne l'intrigue: la sorcellerie. Elle permet de parler de la condition des femmes à l'époque, et par procuration des femmes en général, ce qui était captivant. Autour d'Evie gravitent pleins d'autres personnages secondaires tout aussi intéressants : Dill, Anne, Peter et d'autres.

Petit point qui vient ternir le tableau: la plume, pas en général et c'est peut être dû à la traduction, mais j'ai buté sur des phrases à chaque pages à cause de l'absence de négation comme dans "Elle s'inquiéterait plus jamais", je comprend pourquoi oraliser comme ca la narration, mais j'ai eu du mal.

En général une bonne lecture tout de même, pleine de rebondissements, avec des sujets violents et crus, qui collent bien avec un personnage principal en pleine évolution. J'ai aussi aimé le traitement de thèmes plus politiques, les sorcières ou les femmes, c'est rafraichissant de lire ce genre de choses dans des romans pour adolescents !
Commenter  J’apprécie          10
Lorsque j'ai lu le résumé de ce roman, il m'a tout de suite tenté. Une histoire de sorcières traquées, de vengeance ça laissait présager de bonnes choses et je m'attendais à y trouver au moins un brin de féminisme ou de sororité.
Peut-être y en a-t-il eu - même si sincèrement j'en doute - mais je ne le saurai pas puisque j'ai abandonné cette lecture au bout d'à peine une trentaine de pages.

Avant j'aurai sûrement insisté. Je serai très certainement allée jusqu'à la moitié du roman pour être sûre que ça ne s'améliorait pas. Mais maintenant j'ai beaucoup moins de patience avec les livres qui me déçoivent dès les premières pages et j'ai tendance à les laisser de côté très rapidement.
D'un côté parce que je n'ai plus envie de m'attarder sur des lectures qui ne me plaisent pas et de l'autre parce que ma PAL déborde trop pour que je perde mon temps sur ce type de lecture.

Et si je suis aussi dure avec ce livre, c'est parce que dès les premières pages, l'héroïne m'a énervée. Non plus que ça: elle m'a soûlée !
Du peu que j'ai pu voir, Evie est une héroïne fade et égoïste. Elle voit sa mère mourir sous ses yeux et c'est à peine si elle éprouve du chagrin. Un sentiment de vengeance, ça oui - c'est d'ailleurs ce qui va motiver toute sa quête - mais de la tristesse par rapport à cette perte, pas du tout.
Pire, elle estime même que c'est de sa faute si elle est morte.
Bah oui, quel besoin avait-elle d'utiliser ses pouvoirs pour aider les gens du village ?

Pas terrible comme façon de penser, n'est-ce pas ?
De plus, c'est assez illogique. Car si c'est vraiment de la faute de sa mère, quel besoin de la venger, si elle n'est pas plus affectée que ça par sa mort ?
Son besoin de vengeance la concerne personnellement et c'est tout. Elle veut faire du mal et tuer, mais surtout elle cherche un prétexte pour le faire.

A la rigueur j'aurais compris si on nous avait proposé ce type d'intrigue dès le début, avec un personnage construit avec une envie avide de sang et qui l'assume pleinement.
Mais non, là on se retrouve avec une gamine qui se cherche des excuses pour tout, ce qui est juste insupportable.

Et que dire de la manière dont elle traite sa petite soeur ? Ça aussi ça a eu le don de m'énerver. Eprouver aussi peu d'empathie pour sa soeur qui a vécu les mêmes choses horribles qu'elle, ça me dépasse complètement.

Pour terminer, j'ai également eu beaucoup de mal avec le style d'écriture. Je ne sais pas si cela vient de l'auteur lui-même ou de la traduction, mais le ton très familier des dialogues m'a vraiment dérangée. A mon sens cela ne colle pas avec l'époque, ni avec les personnage.
Je ne dis pas que j'aurais voulu un style enlevé ou pompeux, mais là on dirait que le trait a été forcé pour bien nous montrer qu'on est face à des personnage de basses classes.
C'est vraiment très limite.

En bref, je n'ai absolument pas accroché à ce roman et j'aurais bien de la peine à le recommander, parce que je n'ai pas grand chose de positif à en dire. J'ai lu d'autres livres sur la magie et/ou les sorcières qui étaient beaucoup mieux que celui-ci.
Lien : http://www.cranberriesaddict..
Commenter  J’apprécie          40
Au programme : les chroniques de la vengeance d'Evie suite au brutal assassinat de sa mère accusée de sorcellerie, sa difficile relation avec sa petite soeur prodige, trop douce pour soutenir ses sombres projets, et ses rencontres marquantes avec des personnalités aussi badass que résilientes au fil des aventures, bienvenue dans l'univers vindicatif de Jusqu'au dernier !

Pour être très honnête, j'ai commencé ce roman en étant complètement déstabilisée : déstabilisée par la violence de la mort de la mère d'Evie et Dill, déstabilisée par la forte animosité entre ces deux soeurs que tout sépare, déstabilisée par le rapide enchaînement de complots, trahisons et déceptions qui composent le début du récit. Mais ce sentiment m'a finalement de pleinement apprécier cette lecture ! L'univers est riche, l'intrigue est prenante et les retournements de situation ont fait que je ne me suis pas ennuyée une seule seconde.

Le gros atout de cette histoire repose dans le style de Finbar Hawkins qui sait alterner entre scènes intenses, moments poignants et ambiance mystérieuse. Les personnages sont sans demi-mesure dans leurs actions et ont autant de part sombre que raisonnée, ce qui m'a assez surprise pour le souligner. J'ai aimé suivre la déterminée Evie, la passionnée Anne et la brillante Dill et les voir évoluer au fil des chapitres. Définitivement une lecture inhabituelle me concernant, mais qui a su capter mon attention.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Sachez que je ne connaîtrai de repos tant que ma vengeance n'aura pas été assouvie.
Tant que le cours du temps n'aura été inversé. Tant que la lumière n'aura été trouvée.
Tant que les chiens n'auront été réduits en poussière et que la morts n'aura été rendue.
Pas avant. Sachez-le.
Commenter  J’apprécie          10
-Tant que la lumière n'aura été trouvée, ma Dilly.
-Tant que les chiens n'auront été réduits en poussière, mon Evie.
Tel était notre serment.
-On vole pour toi, Maman, on a murmuré.
Mes enfants.
Alors on s'est lancées. Deux filles. Deux soeurs. Deux sorcières aimant chasser.
Commenter  J’apprécie          10
Car la vérité dépend de celui qui la dévoile, fillette...( Sa voix prenait de l'ampleur, il s'imaginait devant sa foule bien-aimée. Mais j'étais son unique spectatrice.) Et ce sont les hommes comme moi qui feront l'histoire de ce pays tu m'entends ? Des hommes comme moi !
Commenter  J’apprécie          10
Plus de sortilèges à inventer. Plus de tord à causer. Plus de défunt à invoquer au coin du feu.
Rien que de la cendre au bout de mes doigts, et dessus les traces de mes larmes, comme minuscules marques de pas dans la neige.
Commenter  J’apprécie          10
Ces hommes m’ont trop longtemps fais douter, pleurer. A cause d’eux, j’en ai voulu à ma mère, à ma soeur, à moi-même. C’est terminé. Désormais, nous nous battrons contre ceux qui tentent de nous piéger, de nous faire du mal, de nous tuer !
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Finbar Hawkins (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Finbar Hawkins
Finbar Hawkins discusses themes and inspirations for Witch
autres livres classés : chasse aux sorcièresVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (165) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3170 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..