AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Hubert Tezenas (Traducteur)
ISBN : 2266191721
Éditeur : Pocket (04/06/2009)

Note moyenne : 3.54/5 (sur 365 notes)
Résumé :
Les fonds vaseux du port de Bristol révèlent parfois de lugubres trésors. La prise du sergent " Flea" Marley, chef-plongeuse de la police locale, aurait de quoi étonner le pêcheur le plus averti. Cette main, tranchée net, n'est assurément pas le vestige d'un noyé... Récemment muté de Londres, le commissaire Jack Caffery ne sait quoi en penser. Il n'y pense d'ailleurs qu'à regret, trop occupé qu'il est à traquer ses vieux démons. Confusément, il partage avec Flea, ob... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (39) Voir plus Ajouter une critique
nounours36
05 février 2015
Le Sergent « Flea » Marley, chef de plongeuse de la police trouve une main sectionnée posée sur la vase dans le port de Bristol, Jack Caffery muté depuis peu à Bristol trouve une seconde main tranchée net sous un restaurant tenu par un Africain près du port de Bristol. Deux mains et pas de cadavres, mais « l'amputation d'une main ne transforme pas nécessairement le corps humain concerné en cadavre »…
Ce troisième opus est écrit sept ans après « Treatment/l'homme du soir », le style en est un peu différent. Nous retrouvons Jack (qui ‘a pris que deux ans depuis le volume précédent). Nous faisons face à une nouvelle inspectrice de surnom Flea, Phoebe Marley. Elle est traumatisée par la mort de ses parents, enquête non résolue. Tous les deux morts lors d'une plongée à Boesmangat (Une grotte immergée sud-africaine de la province Cap-du-Nord, profonde de 270 mètres environ) Elle tente de s'adonner à des hallucinogènes et des psychotropes pour correspondre avec sa mère.
Quant à Jack, il a 37 ans, il a quitté Londres il y a 3 mois, et a également quitté Rebecca (la rescapée de Birdman). Il à des relations avec des prostitués et non des relations suivies (Keelie). Il semble avoir fait le deuil de la disparition de son frère Ewan (rien de moins sûr), car il recherche des renseignements via un nouveau personnage « le marcheur ». Il échange des réponses à ses questions contre des bulbes de plantes. le marcheur est sorti de prison suite à la torture d'un pédophile ( il racontera à Jack en détail le supplice infligé).
Ce troisième opus de Jack, met en scène de nouveaux personnages. Ils viennent contrebalancer la présence jusque là omniprésente de Jack dans les volumes précédents. Mais nous perdons un peu dans l'action. Une complicité se met en place progressivement entre Jack et Flea.
Pour moi l'intérêt a remonté tout d'un coup, lorsque j'ai commencé à chercher sur la toile « sacrifice Muti », « libogaïne », « psilocybes » et j'ai découvert que les enquêtes étaient de Jack et Flea étaient basés sur des évènements réels. Adam dont il est fait mention par Flea. Ainsi que les sacrifices rituels, et humains surtout effectués sur de jeunes enfants.
« Adam » was the name given to a young Nigerian boy whose torso was discovered in the River Thames, London on 21 September 2001. He is believed to have been between the ages of four and seven. The murder is believed to be linked to a ritual killing. Despite the use of forensic science, the Metropolitan Police Service have not caught the killer. Wikipedia
Après recherche sur la toile, « Muti » signifie dans la langue zoulou « médecine », mais une médecine de sorcier à base de cadavres et réclamant pour une grande puissance des sacrifices d'enfants. Pour ces sorciers les parties de corps humains sont douées de nombreuses propriétés : les parties génitales auraient le pouvoir d'accroître la virilité ou la fertilité ; les yeux d'un enfant donneraient une vue perçante ; la graisse de l'estomac garantirait de bonnes récoltes….

J'ai trouvé ce troisième opus un peu moins sanglant que les précédents. Mais par contre la thématique des meurtres rituels, de la médecine à base de sacrifices et de tokoloshe donne une dimension passionnante à ce roman. de plus l'apparition de nouveaux personnage Flea Marley la nageuse de la police, l'énigmatique Marcheur donne un roman moins centré sur l'unique présence de Jack.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
bdelhausse
12 août 2014
[Notes de lecture en cours] Je n'avais pas été convaincu par Birdman. Je l'avais trouvé trop caricatural, long, désespérément plat et sans réel suspense, phagocyté par l'hémoglobine et où la poudre aux yeux chasse le thriller et l'émotion.
Je retrouve dans Rituel toutes les caractéristiques de Birdman. Digressions pseudo inquiétantes, faisant retomber le soufflé plutôt que destinées à renforcer l'action. On tourne autour du pot. Longues phrases qui épuisent la lecture... Bref, je me lasse au bout de 50 pages à peine. Evidemment, hors de question de laisser tomber le bouquin. Heureusement que je lis beaucoup dans le train... Chez moi, j'aurais eu vite fait de déposer le livre pour faire quelque chose d'intéressant. Dans le train, iPod branché, plus d'échappatoire.
Au final... un pétard mouillé. Je ne crois pas que cela soit en cherchant les effets bon marché et en construisant le suspense de manière factice par de petites phrases en forme d'effets d'annonce que l'on crée un bon thriller.
Mo Hayder a le chic pour diluer son propos. Si on réfléchit bien, voilà une enquête bouclée en quelques jours à peine. Et qui s'étale sur 500 pages de vide, et sur plusieurs mois de rétrospective. Pour le page turner, on repassera aussi. Si quelques chapitres sont bien découpés, quelques autres chapitres trop longs empêchent la dynamique d'opérer pleinement. Et pas mal d'incohérences ponctuées de froncements de sourcils aussi.
Le plus consternant est que Mo Hayder arrive à nous saisir pendant un bref moment à 20-25 pages de la fin. La course-poursuite, la fouille finale... sont des moments vifs, toniques où l'auteure arrive à instiller un climat, un suspense, une tension. Donc, on se rend compte qu'elle sait le faire... et onregrette qu'elle ne le fasse pas plus souvent. le roman se termine ensuite sur quelques pages insipides (je sais qu'il faut laisser retomber l'action, mais à ce point, c'est un peu trop).
Sans paraître présomptueux, j'ai le sentiment que Mo Hayder loupe le vrai sujet du livre, la recherche intérieure menée par la plongeuse Flea Marley, hantée par la mort de ses parents, et phagocytée par la relation très prenante avec son frère. Cet angle d'approche me semble intéressant. Mais dans son souci de créer des effets déstabilisants (et artificiels) l'auteure casse régulièrement la dynamique qu'elle essaie de bâtir. On se désintéresse très vite du sort des protagonistes. Restent la violence et le goût du sang, ce qui ne remplit pas un livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
christinebeausson
21 décembre 2013
Roman policier, roman noir, oui bien sur mais surtout roman sanglant.
Est il indispensable de montrer autant d'hémoglobine ?
Ce livre est il un descriptif d'une face cachée et obscure encore existante en Afrique ?
Ce livre nous montre t'il, les dessous de l'exploitation des superstitions des traditions liées à des croyances ancestrales avec au bout de tout ça, le fric pour certains, la mort pour d'autres ?
Dans toute son horreur, c'est encore l'inquisition, nous nous trouvons ramener des siècles en arrière, l'Afrique a encore un long chemin à parcourir pour échapper à tous ces démons.
L'Afrique prend son temps, pourquoi pas ?
Nos ancêtres sont aussi passés par ces chemins de torture, de superstition, nous nous en sommes sortis, alors bonne route à ce continent, mais pressez vous un peu car vous nous rappelez des horreurs similaires que l'on souhaiterait oublier.
Roman avec un style qui m'est apparu comme chirurgical. On ne peut pas s'attacher à un patient, il faut garder de la retenue car nous souhaitons survivre à sa disparition.
Alors nous restons à distance des personnages, ils sont certes sympathiques, mais nous ne serons que voisins, nous ne deviendrons pas leurs amis ou leurs confidents.
Dommage car une belle histoire aurait pu commencer, mais nous restons sur le bord de la route et laissons chacun avec ses fantômes.
Dommage c'est une rencontre ratée qui laisse un sentiment de frustration.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
jujuramp
10 avril 2017
Un bon cru qui n'atteint pas les sommets de ses premières oeuvres.
Un bon roman pourtant qui vaut surtout pour ses deux héros, torturés à souhait, l'enquête ici semblant n'être qu'un prétexte, l'accent étant mis sur la vie privée de nos deux héros.
Sinon, des scènes glauques, des personnages pas nets, du Mo Hayder quoi ...
Commenter  J’apprécie          120
isabelleisapure
07 mai 2014
J'ai eu du plaisir dans la première moitié de ce livre, jusqu'à ce que je me rende compte qu'il ne se passait rien.
Pire… qu'il ne se passerait rien !
Le livre refermé, une seule question : « 500 pages pour quoi faire ? »
Commenter  J’apprécie          130
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
PikobooksPikobooks21 mai 2016
Caffery se détourna de l’écran, soudain très abattu. Il versa dans son café une cuillerée de sucre et regarda l’îlot blanc sombrer inexorablement. Il se souvenait d’avoir entendu dire que six hommes avaient été accusés de viol sur un bébé de neuf mois en Afrique du Sud, persuadés qu’un rapport sexuel de ce type les guérirait du sida. L’idée souleva en lui un tel dégoût qu’il dut repousser sa tasse.

La partie suivante de l’exposé de Marilyn définissait la différence entre le sacrifice humain, qui visait à apaiser une divinité par l’immolation d’une victime, et le sacrifice muti, dont le but était de prélever un maximum d’organes exploitables dans le cadre de la médecine traditionnelle. "Le cerveau renforce les connaissances du patient. Les seins et les parties génitales de l’un et l’autre sexe stimulent la virilité. Un nez ou une paupière peuvent servir à empoisonner un ennemi". La photo suivante montrait un petit morceau de chair sur une serviette. Ce ne fut qu’en lisant la légende que Caffery comprit ce dont il s’agissait. "Un pénis favorise les gains sur les champs de courses."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
MurielTMurielT01 novembre 2015
A mesure que les messages défilaient sous ses yeux, la chair de poule l'envahit. elle cliqua sur l'un d'eux, et son cœur fit un bond dès qu'il apparut à l'écran. Elle le lut, le relut pour vérifier qu'il ne s'agissait pas d'une erreur, repoussa sa souris et fixa le texte d'un œil incrédule, sans vraiment le voir. Elle ne sentait plus rien. C'était impossible, Impossible.
Commenter  J’apprécie          100
nounours36nounours3624 janvier 2015
— Vous avez déjà découpé un poulet pour le déjeuner du dimanche ? Je faisais ça régulièrement, avant Evans. Vous voyez ce qui se passe quand on sépare la cuisse du pilon ? Quand on l'arrache ? C'était quelque chose dans ce goût-là. Caffery avait les mains qui tremblaient. Serrant les mâchoires à s'en craqueler l'émail des dents, il se repassa toute la scène : Penderecki en train de hurler, les cartilages grinçant et lâchant à mesure que s'enfonçait sa lame. — Les yeux, ça a été plus facile que je ne pensais. Je ne me serais jamais cru capable d'enfoncer comme ça mes pouces dans les orbites de quelqu'un, mais je l'ai fait. Il est reparti dans le cirage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
christinebeaussonchristinebeausson21 décembre 2013
Il aurait dû s'estimer heureux. Il y avait d'ailleurs droit régulièrement : non mais regardez moi cet enfoiré, il n'a pas perdu un tif. Il se contentait de hocher la tête ou de s'en tirer par une pirouette, mais au fond de son cœur il détestait se voir dans la glace à cause de ce que ce reflet lui suggérait : que la vie, la vraie vie, ne l'avait jamais effleuré.
Commenter  J’apprécie          30
javinejavine29 mai 2013
Il perçut un mouvement parmi les arbres, à la lisière de son champ de vision, mais il tourna la tête et ne vit rien, sinon les lambeaux d'ombres qui dansaient sur un tapis de feuilles mortes datant de l'automne.
Commenter  J’apprécie          40
Videos de Mo Hayder (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mo Hayder
"The Beast" (De Behandeling), un thriller belge réalisé par Hans Herbots adapté du roman "The Treatment" (L'Homme du soir) de Mo Hayder et sorti en 2014. Bande-Annonce.
autres livres classés : thrillerVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1152 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
. .