AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Sylvie Schneiter (Traducteur)
EAN : 9782258088887
464 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (07/04/2011)

Note moyenne : 4.13/5 (sur 414 notes)
Résumé :
Imaginez qu’avant de pouvoir rentrer chez vous, vous soyez obligé de faire le tour du bâtiment afin de vérifier que tout est normal. Imaginez qu'une fois dans le hall de votre immeuble, vous deviez vérifier six fois que la porte d’entrée est bien fermée. Une, deux, trois, quatre, cinq, six. Et que si vous êtes interrompu en plein rituel, il faille tout recommencer. Imaginez que, arrivé chez vous, vous tourniez la poignée de votre porte six fois dans un sens, puis si... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (136) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  10 février 2019
Aujourd'hui, Cathy n'est plus que l'ombre d'elle-même... Souffrant de troubles obsessionnels compulsifs, paranoïaque, asociale, méfiante, elle passe notamment des heures à vérifier les serrures et les fenêtres de sa maison et ne sort que pour aller travailler. Elle est bien loin de la Cathy d'il y a encore 4 ans, extravertie, rieuse, fêtarde profitant de ses soirées et de ses amies. Mais, entretemps, elle aura fait la connaissance de Lee. Une rencontre fortuite, des regards échangés, un rendez-vous pris et la jeune femme tombe aussitôt sous le charme de cet homme aux yeux azur, au sourire ensorcelant, sûr de lui et massif. Leur relation devient très vite sérieuse. Pourtant, Cathy, sans pouvoir se l'expliquer, en vient à douter de Lee, le trouvant de plus en plus envahissant, essayant de diriger sa propre vie...
Une rencontre et c'est toute la vie de Cathy qui s'en trouve bouleversée. Aux prises avec Lee, un homme autoritaire qui veut la contrôler, à l'humeur changeante et qui manie parfaitement le mensonge, la pétillante et exubérante Cathy va, au fil des mois, douter de cet homme, se sentant de moins en moins à l'aise en sa compagnie, et va tenter de sortir de ses griffes. Elizabeth Haynes signe là un premier roman psychologique oppressant et nous plonge dans une ambiance de plus en plus tendue. Alternant passé et présent, elle décrit parfaitement l'emprise De Lee, les émotions et ressentis de Cathy, l'étreinte psychologique dans laquelle elle s'engouffre, les manipulations, les humiliations parfois. Un aller-retour entre 2003 et 2007 qui donne du souffle et du rythme au récit. Un thriller terriblement efficace et prenant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          770
Yggdrasila
  09 septembre 2018
Une fois encore, les nombreux avis positifs ont réussi à me convaincre de me lancer dans cette lecture alors que je ne connaissais pas du tout l'auteure.
Comme certains, j'ai moi aussi fait le rapprochement avec Juste une ombre de Giebel.
Comment ne pas être troublée lorsque l'on voit une femme pleine de vie sombrer totalement dans la paranoïa, les TOC et les crises de panique? C'est le destin tragique de Cathy, notre héroïne, suite à sa relation avec le beau Lee.
L'histoire débute par un procès, puis l'auteure alterne les chapitres entre la vie de Cathy avant et maintenant. Ainsi on découvre quel genre de femme elle était avant de rencontrer Lee. On plonge ensuite dans sa relation avec ce psychopathe.
En parallèle, avec les chapitres qui retracent le présent, on a le résultat d'une Cathy psychologiquement instable.
Dans sa nouvelle vie, elle tente difficilement de sortir de son cauchemar par la thérapie et de nouvelles relations.
Sauf que Lee n'est pas mort...
Vous l'aurez compris, ce roman est axé sur la psychologie du personnage principal. Les comportements liés aux troubles psychologiques sont brillamment décrits. On vit avec Cathy ses moments d'angoisse, ses crises, ses peurs et ses questionnements...
Tout le long du livre on se demande comment elle a pu en arriver à ce résultat. Et plus on avance, plus on découvre la perversité humaine. Comme quoi, il ne faut pas se fier aux apparences!
Le roman est haletant jusqu'à la dernière page.
Je conseille vivement cette lecture à tous les amoureux de thrillers psychologiques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          742
nameless
  13 mai 2020
Quatre années et un procès séparent la Cathy du monde d'avant de la Cathy du monde d'après. La première est une jeune femme dans l'air du temps, célibataire, financièrement indépendante, bien dans ses escarpins à hauts talons, sexy dans sa robe moulante rouge, toujours prête pour des soirées qui s'achèvent par des gueules de bois carabinées ou des coups d'un soir qui ne lui laissent aucun souvenir. La seconde vit seule et recluse dans l'angoisse du moindre bruit ou mouvement, terrorisée, soumise à des crises de panique invalidantes et de compulsions, rituels, phobies, dont la gravité et la fréquence la privent de sa liberté et l'occupent des heures durant.

Que s'est-il passé d'une Cathy à l'autre ? La raison du changement s'appelle Lee. Pourtant, tout semblait aller pour le mieux dans le meilleur des mondes lorsqu'ils se sont rencontrés, attirés l'un par l'autre et réciproquement. Sauf que...

Comme ton ombre est un thriller psychologique classique mené à un train d'enfer, qui ne laisse aucune page de répit au lecteur tant sa progression est maîtrisée et subtile. L'emprise, la manipulation mentale, l'asservissement, la dépendance, le harcèlement et leur cortège de violences verbales, psychologiques ou physiques, les troubles obsessionnels compulsifs sont analysés avec réalisme et méticulosité. Si la description des innombrables vérifications rituelles effectuées par Cathy peut sembler répétitive, elle apporte à ce roman une crédibilité qui s'appuie sans aucun doute sur une documentation rigoureuse effectuée par l'auteure. Une lecture à la fois agréable et intéressante, dont on ne peut dire plus sans risquer d'en dire trop.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          548
Crossroads
  06 septembre 2018
2003 - 2007.
Il ne s'agit point d'une morne épitaphe mais du laps de temps qu'il aura fallu pour détruire Cathy, la faisant passer de jeune femme sûre d'elle et extravertie à frêle brindille désocialisée bourrée de TOC, rarement sereine entre deux envolées paranoïaques.
Comment ne pas faire le parallèle avec Juste Une Ombre de Giebel. Impossible.
Elizabeth Haynes joue brillamment sur le doute et l'ambiguité qui ronge le lecteur tout au long de ce magistral thriller.
L'auteure y décrit très précisément le phénomène d'emprise et l'infernal quotidien qui en découle tout en distillant à dose homéopathique un soupçon légitime quant à la personnalité réelle de ce nouveau voisin qu'il est trop beau et trop prévenant pour être vrai. Coeur qui bat la chamade et papillons dans les yeux...
Alternant passé chaotique et présent prometteur, Haynes jongle ingénieusement sur deux tableaux temporels, faisant de ce tout premier roman un must have indiscutable.
Phénoménal !
Commenter  J’apprécie          469
Crazynath
  22 février 2020
Comme ton ombre d'Elizabeth Haynes est un thriller qui est sorti en 2012 et a même fait partie des livres sélectionnés pour le prix des lecteurs du livre de poche.
Ce livre de près de 500 pages se lit très rapidement, car son histoire vous happe dès les premiers chapitres.
Nous suivons le personnage principal, Cathy alternativement sur deux périodes : 2003 et 2007.
Quatre années seulement séparent ces deux périodes, et pourtant, on a l'impression que l'on parle de deux personnes diamétralement différentes.
En 2003 Cathy est une jeune femme dynamique, extravertie, ne pensant qu'à faire la fête et mordant la vie à pleines dents….
Quatre années plus tard, la jeune femme n'est plus que l'ombre d'elle-même, vivant dans la crainte et souffrant de TOC. La description de ces rituels est d'ailleurs fort bien restituée et rajoute à la crédibilité de l'histoire….
Que s'est-il passé pendant ces quatre années pour arriver à un tel changement de personnalité ?
Une rencontre, mais pas n'importe laquelle….Celle d'un prédateur….
L'auteur a su parfaitement restituer le mécanisme de l'emprise et du harcèlement. Même si nous lisons un thriller et non un témoignage, il y a un côté authentique qui donne d'ailleurs un sentiment d'oppression qui augmente pendant cette lecture…On a tellement envie d'aider Cathy à se sortir de la toile, du piège dans lequel elle est tombée….Certaines scènes ont été assez éprouvantes à lire pour ma part car l'angoisse et la peur vont crescendo dans cette histoire…Et la plume de l'auteur est claire, précise comme un coup de scalpel…
Sur ce thème il y aurait tellement à dire et à écrire, et n'oublions pas qu'au vu du nombre de féminicides en France que cette histoire est bien plus proche de la réalité que certaines personnes pourraient le penser….
Une lecture marquante et édifiante….

Challenge Mauvais Genres 2020
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          330

Citations et extraits (32) Voir plus Ajouter une citation
NancyCelesteNancyCeleste   30 mars 2021
Je le vois partout, en permanence. Je sais qu’il ne peut s’agir de lui : il est en prison, à des centaines de kilomètres. Il n’empêche qu’il me hante, une apparition fréquente qui me rappelle que jamais je ne lui échapperai. Comment serait-ce possible, puisqu’il est toujours dans ma tête ?
Commenter  J’apprécie          00
TchippyTchippy   05 avril 2011
Jusqu’à récemment, je trouvais que les femmes qui se laissaient maltraiter étaient des imbéciles. Après tout, il devait y avoir un moment où on se rendait compte que ça dérapait et où on se mettait à avoir peur de son partenaire. Et là, il fallait rompre, se tailler. Pourquoi rester ? Les femmes que j’avais vues à la télé et ou dont j’avais lu les interviews dans des magazines expliquaient que « ce n’était pas aussi simple », et moi je me disais que oui, ça l’était.
À présent je les comprenais. Ce n’était pas simple de rompre. J’avais essayé et commis l’erreur de renouer avec Lee. Être encore amoureuse de lui, de son côté vulnérable encore enfoui quelque part, n’était pas la seule raison ; je redoutais par-dessus tout ce qu’il risquait de me faire si je le provoquais.
Il ne s’agissait plus de rompre, il s’agissait de fuir.
De sauver ma peau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
namelessnameless   12 mai 2020
Jusqu’à récemment, je trouvais que les femmes qui se laissaient maltraiter étaient des imbéciles. Après tout, il devait y avoir un moment où on se rendait compte que ça dérapait et où on se mettait à avoir peur de son partenaire. Et là, il fallait rompre, se tailler. Pourquoi rester ? Les femmes que j’avais vues à la télé ou dont j’avais lu les interviews dans des magazines expliquaient que « ce n’était pas aussi simple », et moi, je me disais que si, ça l’était.
À présent, je les comprenais : ce n’était pas simple de rompre. 
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
verobleueverobleue   03 avril 2011
Hier soir, alors que je m'apprêtais à me coucher, j'ai commis l'erreur de procéder à une ultime vérification. C'était comme un plaisir coupable que j'allais m'autoriser pour me sentir complètement en sécurité avant de m'endormir. Une mauvaise idée, d'autant que j'avais le ventre vide et peu dormi plusieurs nuits de suite. Je suis retombée dans le piège. A chaque contrôle, je ne respectais pas l'ordre, je perdais le compte, je ne gardais pas la main assez longtemps sur la poignée. Ce n'était jamais comme il fallait.
Et je recommençais...A 1 heure du matin, j'ai pris une douche pour tenter de me réveiller un peu. J'en suis sortie grelottante. Après avoir enfilé un tee-shirt et un pantalon de survêtement , j'ai recommencé par la porte de l'appartement. Ca n'allait toujours pas. J'ai fini accroupie devant la porte, la tête sur les genoux, tremblante, secouée de sanglots si bruyants que je n'ai pas entendu Stuart monter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
verobleueverobleue   03 avril 2011
Autant de rituels rassurants. Les images de ce qui m'est arrivé ou de ce qui risque de m'arriver défilent jour et nuit dans mon cerveau. On dirait que je regarde indéfiniment un film d'horreur, toujours en proie à la même terreur. Le seul moyen de m'en débarrasser, et encore pendant peu de temps, c'est de tout vérifier comme il faut, en suivant l'ordre et le rythme requis. Si je franchis la porte, sûre que tout est en ordre dans l'appartement, je n'éprouverai rien de plus qu'un vague malaise. Comme si quelque chose clochait, mais que je n'arrive pas à mettre le doigt dessus. Mais, le plus souvent, même si j'ai procédé à une inspection en règle, je passe le reste de la journée à me ronger les sangs, imaginant ce qui a pu se produire chez moi en mon absence. Et de la même manière, si je ne rentre pas tous les soirs par un chemin différent, je suis persuadée que je serais suivie. Vous voyez le tableau, ce n'est pas brillant.
Quel que soit la nature de ce mal, il m'a envahie, et pour de bon. De temps en temps, j'instaure un nouveau rituel. [...]Evidemment, je préfèrerais m'en passer, sauf que je suis incapable de me maîtriser. Je vais de plus en plus mal.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

Videos de Elizabeth Haynes (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth Haynes
Elizabeth Haynes discussing The Murder of Harriet Monckton
autres livres classés : tocVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Elizabeth Haynes (2) Voir plus




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2074 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

.. ..