AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2358720496
Éditeur : La Fabrique éditions (17/09/2013)

Note moyenne : 3.69/5 (sur 16 notes)
Résumé :
L’ordre existant, ce scandale permanent et mondial, ne répond plus à personne, ni de rien. Il a renoncé à tout argument, hormis celui de la force.

Aussi, nous ne le critiquerons plus, nous l’attaquerons. Pour attaquer, il faut constituer une force et disposer d’un plan. Ce livre est une proposition de plan pour rendre l’insurrection irréversible, pour que le vieux monde ne puisse plus faire retour, passé le moment où le pouvoir se sera évaporé, où se... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Snarkk
  13 janvier 2015
Un petit bouquin par son nombre de pages, mais un grand par les idées qu'il véhicule. "Premières mesures révolutionnaires" est une très bonne réflexion sur l'aspect pratique des situations révolutionnaires, à savoir : comment les mener à leur terme, par quels outils et comment ne pas en être dépossédé. Il y a une bonne part de prospection, mais également certaines réponses tout à fait concrètes.

Malgré leur intention de ne pas constater ou critiquer et n'être que force de proposition, une bonne moitié du livre est consacré à des explications. C'est néanmoins une bonne chose au final, car cela permet de contextualiser. Autre petit défaut : le nombre de vérités assénées sans justification. Pas de problème pour quiconque s'est déjà penché sur le sujet, mais un-e néophyte ou un sceptique goberait difficilement tout l'argumentaire sans plus de précisions, quand bien même il est tout à fait valide.

D'un point de vue personnel, je pense que les auteurs visent juste mais cèdent à une critique facile et très imparfaite de l'aspect "écologique" du système. C'est avec bien trop de facilité et de pauvres raccourcis intellectuels que les auteurs relèguent à l'arrière-plan du politique la question environnementale. Seule mais véritable déception pour un ouvrage de qualité.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Iraultza
  29 novembre 2013
Quand le Grand Soir arrivera (parce qu'il va arriver) comment fait-on pour éviter que la révolution ne soit qu'un pétard mouillé (comme aujourd'hui en Tunisie, en Egypte...) ?
Comment reprendre le contrôle sur tous les secteurs de la société qui sont régis par les logiques du profit ?
Ce sont quelques unes des questions qu'abordent Eric Hazan et Kamo. Loin d'être utopiques, ils sont extrêmement réalistes, et ce qu'ils proposent est largement envisageable (car s'inspirent d'expériences existantes).
Cet essai est une véritable bouffée d'air frais, d'optimisme, dans ce contexte de crise qui nous plombe. Oubliez tout ce que vous connaissez (l'Etat, votre patron, l'économie de marché) et laissez vous pénétrer d'idées nouvelles qui sont très enthousiasmantes !
Commenter  J’apprécie          00
ErnestLONDON
  13 mai 2017
Les raisons de se révolter sont nombreuses et évidentes. Il ne s'agit plus de critiquer l'ordre existant mais de l'attaquer. Éric Hazan et Kamo propose une ébauche de plan pour rendre irréversible l'effondrement du pouvoir, pour éviter le cycle des révolutions ratées et élaborer un début de commencement.
(...)
Ces quelques directions programmatiques méritent attention et réflexion d'autant qu'elles sont argumentés par d'intéressants exemples historiques que nous n'avons pas pu rapporter ici. Les auteurs ont su éviter d'enfermer leurs propositions dans un cadre trop strict, invitant à l'invention.
Article complet en suivant le lien.
Lien : http://bibliothequefahrenhei..
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (4) Ajouter une citation
IraultzaIraultza   29 novembre 2013
Un sujet de Louis XIV à qui l'on aurait parlé de révolution en mars 1789 aurait sans doute été bien sceptique, à supposer qu'ils ait compris de quoi il était question. Il aurait admis que la situation était préoccupante, que les caisses de l'Etat étaient vides, que les intérêts de la dette pompaient la moitié des rentrées, que 2% de la population possédait l'immense majorité des richesses et que ces privilégiés ne payaient quasiment pas d'impôts. Il aurait gémi devant tant d'inégalité et d'oppression. Mais le trône, celui de Clovis, de saint Louis, d'Henri IV, de Louis XIV, lui paraissait sans doute plus éternel qu'aujourd'hui l'économie de marché. Camille Desmoulins le disait quelques années plus tard : "En1789, nous n'étions pas dix républicains." (page 26-27)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
IraultzaIraultza   29 novembre 2013
On voit mal d'autre part comment une assemblée d'élus pourrait traiter en connaissance de cause de domaines aussi divers que le photovoltaïque, le transport fluvial, ou l'élimination des pesticides. C'est le cas aujourd'hui, dira-t-on, mais justement : depuis des dizaines d'années (depuis toujours en fait) les assemblées nationales ne résolvent rien - parce que les parlementaires ne connaissent pas les sujets, parce qu'ils sont soumis à des intérêts et des pressions contradictoires, parce que le fonctionnement même d'un parlement interdit tout débat sérieux. (page 74)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
IraultzaIraultza   29 novembre 2013
Le capitalisme démocratique travaille assidûment à détruire la planète [...] On ne peut pas s'attendre à ce que le processus prenne fin tout naturellement avec la disparition du système qui l'a enclenché. L'une des premières conditions sera de se débarrasser une fois pour toute de la désastreuse écologie. Elle fait aujourd'hui fonction d'opium du peuple en apportant la dose de morale indispensable au marketing moderne - voitures vertes, lessives biologiques, poulets fermiers. (page 79)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
IraultzaIraultza   29 novembre 2013
La lutte des paysans nantais contre l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, celle des habitants du Val de Suse contre la ligne à grande vitesse Lyon-Turin, sont la pointe médiatisée d'un immense iceberg : d'après les statistiques ministérielles françaises, 160 hectares de terres cultivables sont détruits chaque jour par la prolifération des villes.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Éric Hazan (14) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Hazan
Balzac, Paris, d'Eric Hazan
autres livres classés : révolutionVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox