AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782253904236
444 pages
Éditeur : Le Livre de Poche (01/04/1994)
4.43/5   7 notes
Résumé :

" La majorité des Français pensait comme Bossuet ; tout d'un coup, les Français pensent comme Voltaire c'est une révolution ", écrit Paul Hazard dans ce livre devenu un classique. De 1680 à 1715 s'affrontent, en effet, les idées les plus contradictoires et les plus puissantes. L'ordre classique, qui avait repris force après la Renaissance, paraissait éternel. Or, vers 1680, tout se met à bouger. Un air ext... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
vincentf
  20 octobre 2014
"Crise de la conscience européenne" : ce livre pourrait parler d'aujourd'hui. Il n'en parle qu'à travers un passé sur lequel on s'arrête rarement, la transition entre les classiques et les lumières, transition foisonnante de nouveautés et d'archaïsmes, riche en débats passionnés, en controverses essentielles, en inventions qui ne se savent pas révolutionnaires. Renaissance de la Renaissance qui s'était assoupie, loupiote qui deviendra soleil, tout bouge entre 1680 et 1715. Les hommes bougent: ils voyagent, commercent et se rencontrent. Les pensées bougent: elles se mettent à douter des Anciens, des dogmes, même de Dieu lui-même. Tout, pense-t-on, doit être saisi par la raison, adulte enfin, rejetant l'autorité des écritures et des traditions. Tout doit se penser selon la nature. D'ailleurs, Dieu et la Nature, n'est-ce pas bonnet blanc et blanc bonnet?, se demande un Juif hollandais qui révolutionne la philosophie, l'ignoble ou le merveilleux Spinoza. Pensons à partir de nos sens, suggère un autre philosophe, Locke, qui fait le lien décisif entre raison et sensibilité, qui donne de la chair à la spéculation métaphysique, qu'il assassine en catimini. Tout est prêt pour le grand bouleversement, malgré Louis XIV qui règne comme si le monde était immobile. Sommes-nous dans un même élan? Foisonnons-nous comme en ces temps lointains dont nous sommes issus? Sans doute, mais comme jadis, tout est si mouvementé dans notre époque que nul ne sait ce qu'elle nous prépare pour la suite. Tâchons de vivre encore un peu pour voir ce que ça va donner.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
JacopoJacopo   29 juin 2021
Quel contraste ! quel brusque passage ! La hiérarchie, la discipline, l’ordre que l’autorité se charge d’assurer, les dogmes qui règlent fermement la vie : voilà ce qu’aimaient les hommes du dix-septième siècle. Les contraintes, l’autorité, les dogmes, voilà ce que détestent les hommes du dix-huitième siècle, leurs successeurs immédiats. Les premiers sont chrétiens, et les autres antichrétiens ; les premiers croient au droit divin, et les autres au droit naturel ; les premiers vivent à l’aise dans une société qui se divise en classes inégales, les seconds ne rêvent qu’égalité. Certes, les fils chicanent volontiers les pères, s’imaginant qu’ils vont refaire un monde qui n’attendait qu’eux pour devenir meilleur : mais les remous qui agitent les générations successives ne suffisent pas à expliquer un changement si rapide et si décisif. La majorité des Français pensait comme Bossuet ; tout d’un coup, les Français pensent comme Voltaire : c’est une révolution.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   29 juin 2021
Don Diego de Miranda, l’homme au manteau vert, n’est pas un saint ; il est seulement chargé de préfigurer, en 1615, l’idéal de la sagesse classique. Il ne méprise pas le Chevalier errant, et même il conserve en son âme un certain goût de l’héroïque ; mais il se garde bien de le suivre sur les routes. Il sait que l’existence ne peut rien fournir de plus heureux qu’une harmonie de l’esprit, des sens, et du cœur ; et puisqu’il a trouvé le secret de bien vivre, il le garde ; il l’appliquera jusqu’à son dernier jour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   29 juin 2021
Je vois... un grand combat se préparer contre l’Église sous le nom de philosophie cartésienne. Je vois naître de son sein et de ses principes, à mon avis mal entendus, plus d’une hérésie ; et je prévois que les conséquences qu’on en t ire contre les dogmes que nos pères ont tenus la vont rendre odieuse, et feront perdre à l’Église tout le fruit qu’elle en pouvait espérer pour établir dans l’esprit des philosophes la divinité et l’immortalité de l’âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   29 juin 2021
Demeurer ; éviter tout changement, qui risquerait de détruire un équilibre miraculeux : c’est le souhait de l’âge classique. Elles sont dangereuses, les curiosités qui sollicitent une âme inquiète ; dangereuses et folles, puisque le voyageur qui court jusqu’au bout du monde ne trouve jamais que ce qu’il apporte : son humaine condition.
Commenter  J’apprécie          00
JacopoJacopo   29 juin 2021
Pour trouver une méthode, il n’a qu’à suivre le penchant de sa nature : montrer que les divergences ne sont pas essentielles, que les ressemblances sont multiples et aboutissent presque à l’identité, obtenir un ralliement général aux formes les plus simples de la foi, qui sont les plus profondes.
Commenter  J’apprécie          00

Dans la catégorie : inconnuVoir plus
>Histoire générale de l'Europe>Temps Modernes>inconnu (10)
autres livres classés : europeVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2426 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre