AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Marie-Claude Cantournet-Jacquet (Traducteur)Xiao min Giafferri-Huang (Traducteur)
EAN : 9782752604132
317 pages
Éditeur : L'Aube (24/01/2008)
2.71/5   26 notes
Résumé :

Maître Hong est contacté par une femme, professeur à l’université de Pékin dont le mari, éminent chercheur dans une société pharmaceutique de pointe, a brusquement perdu la mémoire. Seul, peut-être, un vieux tableau de famille pourra donner la clef du mystère…Cartels industriels, politiciens véreux, hommes d’affaires compromis, amour et corruption mélangés aux mystèr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Sharon
  13 octobre 2019
Le mystérieux tableau ancien est, pour moi, un livre qui n'a suscité que de l'indifférence. Je l'ai lu, je ne trouve pas grand chose à en dire. Je n'ai ressenti d'atomes crochus avec aucun des personnages. L'enquêteur ne se rend pas compte que sa secrétaire est amoureuse de lui, elle est donc à prendre tous les risques pour le tirer des situations incongrues dans lesquelles son enquête peut le mener. La professeure d'université dont le mari est souffrant ? Elle fait de son mieux, entre une société chinoise en pleine mutation, un mariage qu'elle a maintenu à flots bien que son mari n'ait pas toujours été fidèle, et une fille unique pour laquelle elle est prête à tous les sacrifices afin qu'elle réussisse ses études universitaires.
Oui, nous sommes dans une Chine en pleine mutation, et j'ai eu l'impression que le communisme était bien loin. Il est question de sociétés, de profit, de publicité, de tous les moyens pour parvenir au sommet de l'entreprise, quitte à mettre de côté certains membres, et à passer sous silence certains faits. Maître Hong arrive là dessus un peu comme un cheveu sur la soupe, puisqu'il est incorruptible, insensible aux charmes des femmes (au grand dam de sa secrétaire, mais je l'ai déjà dit). Bref, il apparaît un peu, au moment de la rétrocession de Hong Kong à la Chine, comme un défenseur de l'ordre ancien.
J'ai presque oublié le tableau – parce qu'il est le plus souvent oublié dans l'intrigue. Il est pourtant source de convoitise, de terreur aussi, avec la légende qui l'entoure – la réalité est beaucoup triviale, en phase avec l'ère capitaliste. J'aurai aimé vous dire que j'avais aimé ce roman de la transition, et bien, je me répète, pas du tout. Certaines situations sonnent comme véritablement occidentales, comme cette mère, professeur d'université, qui ne veut pas que sa fille aille voir son père malade pour qu'elle ne soit pas perturbée et puisse ainsi réussir ses études, si ce n'est que l'on se retrouve très vite avec une situation très conservatrice : étant donné le sacrifice de sa mère, la fille se doit de suivre la voie qui lui est tracée, de se consacrer uniquement à ses études et à rien d'autres. En France, le conflit aurait été explosif. En Chine, à la croisée des mondes, la solution pour laquelle opte la fille ne fait que plonger sa mère un peu plus dans les abîmes de la dépression : oui, on ne parle à ses enfants que pour leur donner des ordres, surtout pas pour converser avec eux ou les écouter. La jeune fille devient ainsi une proie facile.
Si vous voulez vraiment découvrir des polars chinois, lisez plutôt les oeuvres de Qiu Xiaolong : ici, je n'ai trouvé qu'ennui et indifférence. L'intrigue ne parvient jamais à se déployer complètement, comme si nous étions forcés de rebondir d'un arc narratif à un autre, sans jamais aller au bout des choses. Oui, je n'aime pas trop les personnages qui baissent facilement les bras, alors qu'il est tant à accomplir.
Lien : https://deslivresetsharon.wo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
andras
  12 février 2016
Ce polar chinois fut une excellent surprise et je ne regrette pas de l'avoir gardé celui-là parmi ceux que j'avais attrapé au Parc Montsouris (*) et que pour la plupart j'ai relâchés le jour même.
L'enquête parmi les nouveaux milieux d'affaires chinois est bien menée par un avocat brillant et peut-être un peu trop lisse. le contre point sur les pratiques bouddhistes et l'échappée à Hong-Kong sont les bien venus. On ne s'ennuie jamais et on a l'impression d'apprendre des choses sur les contradictions du développement chinois à marche forcée.
Pour l'anecdote, un exemplaire de ce livre qui avait tourné parmi les bookcrosseurs a été exposé lors d'une exposition consacré au don, dans l'écomusée de la ville de Fresnes, en région parisienne. le livre a ensuite rejoint la collection permanente de ce musée.
(*) lors d'un MBC ou "Mega Book Crossing", réunion des bookcrosseurs de France et d'ailleurs. Cette note date de janvier 206.
Commenter  J’apprécie          20
Seija
  06 juillet 2011
L'introduction et le prologue me paraissaient prometteurs. La représentation d'une belle jeune femme qui pouvait devenir aussi celle d'un cadavre, une malédiction tournant autour me faisaient penser qu'une direction plutôt fantastique allait être prise. Erreur cependant sans résumé, il faut bien imaginer quelque chose. Et puis le premier chapitre m'a fait douter. du coup, j'ai continué ma lecture mais à la fin, mon sentiment est resté le même.
D'un côté le style de He Jiahong est plutôt lourd mais chaque chapitre est rempli d'informations concernant la culture chinoise et sa société. Ce qui fait que l'histoire est parfaitement ancrée dans la Chine de la fin des années 90 et permet au lecteur de bien s'imaginer ce qui se passe. Il y a d'ailleurs beaucoup d'annotations - certaines sont nécessaires - mais la lecture n'est en rien fluide, si à chaque note, on consulte la fin du livre. de l'autre côté, l'intrigue est bien menée, cohérente et ingénieuse. Côté personnage, Hong Jun m'a paru très intéressant. Contrairement à l'inspecteur de Chen de Qiu Xiaolong, l'avocat ressemble à un électron libre. Il n'a pas besoin de ménager des membres du parti et d'essayer de toujours se mesurer. Hong Jun parle, teste, provoque afin d'obtenir des résultats. Il me fait penser à une personne prête à tout pour trouver la vérité. Toutefois Song Jia n'est pas laissée au second plan et plusieurs chapitres la mettent en avant, alors qu'elle prend des initiatives pour tenter de faire avancer l'enquête.
En conclusion, le mystérieux tableau ancien serait davantage pour des lecteurs déjà intéressés/passionnés par la civilisation chinoise. Sinon malgré l'intrigue, la lecture pourrait devenir rapidement pénible.
Lien : http://fleurdecannelle.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mikaelunvoas
  09 septembre 2018
Le livre est aussi fade que le personnage principal. Un avocat incorruptible qui enquête, il ne boit pas, est célibataire, reste insensible aux femmes, n'a aucun vice. Il se sent même agressé par la vue de jeunes femmes en maillot de bain. On dirait un polar du parti. Quant au vieux tableau c'est une bonne ficelle pour attirer le lecteur. On voit fleurir nombre livres ayant pour support un vieux parchemin, livre secret ou carte au trésor chiffrée, mais ce n'est qu'un leurre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
DandylionDandylion   12 novembre 2018
Au fil des années, il avait compris : les biens de l’Etat, les biens du peuple, tous ces grands mots avaient été inventés pour tromper les pauvres gens ! La propriété de l’Etat et la propriété collective n’avaient de sens concret que pour ceux qui avaient réellement le droit d’en disposer. Il suffit de prendre pour exemple la Nissan qui le transportait : cette voiture appartenait au bureau de la Sécurité publique, c’était un bien de l’Etat, mais lui seul avait le droit de monter à bord et de s’en servir ; cet objet, qui était la propriété de la collectivité, ne signifiait rien pour les autres, sauf peut-être pour ceux qui, comme le personnage de A.Q. sous la plume de Lu Xun, se satisfaisaient d'un titre illusoire de nue-propriété !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
mikaelunvoasmikaelunvoas   22 août 2018
Ce que l'on appelait le "marché des fantômes" était une sorte de marché aux puces matinal qui s'était créé spontanément et que l'on dénommait aussi "marché de l'aube". Dans les lueurs du petit matin, les silhouettes étaient à peine visibles, les sons à peine audibles et, de plus, comme des fantômes, dès que le jour se levait, tout disparaissait....
Commenter  J’apprécie          10
SeijaSeija   06 juillet 2011
Le jeune saule se flétrit,
Le tout nouveau papillon ne tournoie pas à jamais,
La jeune beauté de ce soir,
Demain, ne sera plus que cendres.
Commenter  J’apprécie          10
mikaelunvoasmikaelunvoas   31 août 2018
Il est vrai que l'émergence d'une grande entreprise aussi réputée au niveau national que la Dasheng était une raison de fierté tout à fait valable pour une ville, qui comme celle-ci, ne comptait que quelques centaines de milliers d'habitants.
Commenter  J’apprécie          00
mikaelunvoasmikaelunvoas   07 septembre 2018
Alors, toutes se levèrent et posèrent sur Hong Jun un regard provocant en ouvrant tout grand leur robe blanche, sous laquelle apparut un maillot de bain. Hong Jun qui n'était pas préparé psychologiquement à cette agression, fut très surpris.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : littérature chinoiseVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2190 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre