AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070746712
160 pages
Éditeur : Gallimard (09/06/2005)

Note moyenne : 3.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :

" Ni d'ici, ni de là-bas, tu es Une hâte par où passent l'étrange et le connu Quand de douces rafales agitent la voiture, Prennent le cœur à l'improviste, le font éclater. " Poèmes 1966-1984, publié aux Éditions Gallimard en 1988, réunit des poèmes extraits de six recueils : Death of a Naturalist (1966), Door into the Dark (1969), Wintering Out (1972), North (1979), Field Work (1979) et Station I... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (1) Ajouter une critique
5Arabella
  09 octobre 2020
Les hasards de mes lectures font qu'au moment de la proclamation du prix Nobel de littérature, attribué à une poétesse américaine même pas traduite en français ailleurs que dans des revue, je viens de finir le recueil de poèmes d'un autre lauréat du même prix, qui même si partiellement traduit maintenant, n'a pas pour autant connu la célébrité ailleurs que dans son pays d'origine, l'Irlande. La poésie est certes difficile à traduire, mais j'ai surtout la sensation que pas grand monde n'en lit, quelle que soit la langue dans laquelle elle a été composée.
Seamus Heaney est donc Irlandais, et visiblement très enraciné dans sa terre et son histoire au combien compliquée. C'est une oeuvre qui visiblement place l'individu dans une perspective, dans la succession des générations. L'auteur évoque ainsi dans un des poèmes l'homme de Tollund, un cadavre momifié qui daterait du IVe siècle d'avant notre ère ou un sarcophage étrusque conservé au Louvre. C'est que la mort est très importante dans ces textes. Pas forcément effrayante ni terrible, elle est là comme une évidence, et d'une certaine manière, elle n'est pas définitive : l'homme s'inscrit dans une succession, et le passé existe toujours d'une certaine manière pour la génération présentement en vie, comme elle survivra, laissera trace dans celles qui vont suivre.
Il y a une forme de spiritualité qui existe dans les gestes du quotidien, se relier au passé, mais aussi au monde dans son aspect charnel permet à l'homme d'accéder à une forme de transcendance, à gagner sa part d'immortalité. L'essentiel est le geste juste, une forme d'harmonie. Ce qui n'exclut pas la violence, qui rôde, les tourments du monde, la lutte, les souffrances.
C'est une poésie très complexe, très cérébrale, même si elle a son rythme, son souffle. A lire et relire à petites doses pour en saisir un peu l'essence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
5Arabella5Arabella   16 septembre 2020
Dresse le bâton de pluie : survient alors
Pour ton oreille une musique
Insoupçonnée. Dans la tige de cactus

Averse, écluse ouverte, remous et cascades
Se déversent. Tu deviens cette flûte
Où soufflerait de l'eau, tu l'agites encore

Et c'est le diapason d'un diminuendo,
Un filet d'eau mourant dans la rigole. Et voici
Le goutte-à-goutte des feuilles rafraîchies,

La petite pluie de l'herbe et des pâquerettes,
Et le scintillement du crachin, presque une haleine.
Redresse le bâton. Ce qui survient alors

N'est pas moins fort d'être advenu une fois,
Deux fois, dix mille fois déjà.
Qu'importe si la musique qui transperce le bois

Est glissement de sable ou graines dans le cactus ?
Tu es pareil au riche qui entre au paradis
Par l'oreille d'une goutte de pluie. Ecoute encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
5Arabella5Arabella   10 octobre 2020
Post-scriptum
Prends un beau jour le temps d'aller à l'ouest
Jusqu'au comté de Clare, le long du Flaggy Shore,
En septembre, en octobre, quand le vent
E la lumière se définissent l'un l'autre
Si bien que l'océan d'un côté se déchaîne
Sous l'écume scintillante et qu'à l'intérieur des terres
Parmi les pierres la surface du lac d'ardoise s'éclaire
De la foudre atterrée d'un troupeau de cygnes,
Plumes rêches hérissées, blanc sur blanc,
Têtes amplement déployées, obstinées,
Enfouies ou dressées, s'affairant sous l'eau.
Il est vain de penser te garer pour saisir cela
Plus pleinement. Ni d'ici, de de là-bas, tu es
Une hâte par où passent l'étrange et le connu
Quand de douces rafales agitent la voiture,
Prennent le coeur à l'improviste, le font éclater.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
5Arabella5Arabella   19 septembre 2020
Menthe

Bouquet de petites orties poussiéreuses,
Herbes folles au flanc de la maison,
Elle poussait derrière les déchets et les bouteilles vides,
Jamais verdoyante, presque invisible.

Disons-le : elle était aussi une promesse,
Une fraîcheur dans l'arrière-cour de notre vie,
Quelque chose d'inachevé mais de tenace
Qui flânait parmi les allées vertes.

Petits coups de ciseaux, lumière du dimanche
Matin où l'on coupait la menthe avec amour :
Restera cela même qui m'échappe aujourd'hui,
Donnez leur liberté aux choses qui survivent.

Que les odeurs de menthe se fassent capiteuses, démunies,
Prisonnières qu'on libère de cette cour,
Victimes de notre indifférence que nous condamnons
Pour les avoir trahies par notre indifférence.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
5Arabella5Arabella   05 octobre 2020
Sans cesse couler, racler, gâcher,
Passer et repasser la truelle, étaler
Les assises du mortier mat. Puis les briques :
Enfoncer, recaser, tapoter, aligner.
J'aimais surtout l'éclat de la truelle,
Son tranchant, sa pointe toujours propre
Et brillante à chaque nouveau passage.
D'apparence légère, elle était lourde comme une arme
Mais lui la soulevait sans effort :
Jointoyer, aplatir, lisser jusqu'au brillant.
Puis il la nettoyait et la serrait dans un tissu
Comme une lame rituelle que l'on dérobe aux regards.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PartempsPartemps   31 août 2020
Mort d'un naturaliste

Toute l'année, la digue de lin s'est infectée au cœur
du quartier ;
Le lin vert et à tête lourde y avait pourri, alourdi par d'énormes gazon.
Chaque jour, il étouffait sous le soleil pénible.
Des bulles se gargarisaient délicatement, des bouteilles bleues tissaient
une forte gaze sonore autour de l'odeur.
Il y avait des libellules , des papillons tachetés,
mais le meilleur de tous était la bave chaude et épaisse
De grenouilles qui poussait comme de l'eau coagulée à
l'ombre des berges. Ici, chaque printemps,
je remplissais des ampoules de
grains gelés pour aller sur les appuis de fenêtre à la maison,
Sur les étagères à l'école, et attendre et regarder jusqu'à ce que
les points d'engraissement éclatent en
têtards agiles . Miss Walls nous dirait comment
La grenouille papa s'appelait un ouaouaron
Et comment il croassait et comment la grenouille mammy
a
déposé des centaines de petits œufs et c'était Frogspawn. On pouvait aussi dire le temps aux grenouilles
car elles étaient jaunes au soleil et brunes sous la
pluie.
Puis un jour chaud où les champs étaient
rangés Avec de la bouse de vache dans l'herbe, les grenouilles en colère ont
envahi la digue de lin; J'ai esquivé à travers les haies
Pour un coassement grossier que je n'avais jamais entendu
auparavant. L'air était épais avec un chœur de basse.
Juste en bas du barrage, des grenouilles à gros ventre étaient
dressées sur des gazon; leurs cous lâches palpitaient comme des voiles. Certains ont sauté:
le slap et le plop étaient des menaces obscènes. Certains se sont assis
Poised comme des grenades de boue, leurs têtes émoussées pétaient.
je suis tombé malade, je me suis retourné et j'ai couru. Les grands rois visqueux
étaient rassemblés là-bas pour se venger et je savais
que si je trempais ma main, le frai le serrait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Seamus Heaney (6) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Seamus Heaney
Seamus Heaney Remembered | RTÉ Nine News
autres livres classés : irlande du nordVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
922 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre