AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070588149
Éditeur : Gallimard Jeunesse (03/01/2017)

Note moyenne : 3.56/5 (sur 69 notes)
Résumé :
Aux sources du Clan des Otori... Une épopée fantastique dans un Japon médiéval fascinant.

Laissé pour mort dans la montagne, le jeune Shikanoko trouve refuge chez un sorcier qui lui fabrique un masque aux immenses pouvoirs magiques. Il devient «l'Enfant du Cerf». Il parlera aux fantômes et aux esprits protecteurs, il apprendra des hommes et des femmes les plus puissants, il connaîtra le raffinement, l'amour et les sentiments les plus purs, mais aussi... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (28) Voir plus Ajouter une critique
Hyelana
  22 novembre 2017
Retour au Japon médiéval, mystérieux, magique, fantastique et envoûtant de Lian HEARN.
Cette fois-ci, on suit l'histoire de Kazumaru, alias Shikanoko, l'Enfant du Cerf. Orphelin héritier d'un domaine, mais rejeté par son oncle avant d'atteindre l'âge de prétendre à le gouverner, Shikanoko se retrouver vite sur les routes à devoir survivre par ses propres moyens. Il fait ainsi la rencontre d'un sorcier qui va changer le cours de sa vie.
Entre complots, jalousies, enlèvements et fuites, ce roman nous emporte dans un tourbillon d'aventures dont on sait qu'il ne fait que commencer.
Comme lors de ses précédents romans, Lian HEARN nous emporte totalement dans son univers dont les personnages sont toujours plein de reliefs, les paysages merveilleux et l'intrigue haletante.
Ayant eu un très gros coup de coeur pour le Clan des Otori, j'avais très peur d'être déçue en commençant la saga Shikanoko, mais finalement je suis vraiment conquise. Pour ce premier tome qui met en place les personnages principaux et le décor dans lequel ils vont évoluer, je n'ai pas de coup de coeur, mais je ne me suis pas ennuyée une seconde et j'ai tourné les pages les unes après les autres sans temps morts.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
kuroineko
  29 décembre 2017
N'ayant pas lu la série du Clan des Otori, je commence par les préquelles. L'Anglaise Lian Hearn nous entraîne dans un Moyen Âge japonais fantasmatique, dans lequel magie et code samourai se côtoient allègrement.
On suit les périples d'un jeune homme laissé pour mort par son oncle et qui se retrouve possesseur d'un crâne de cerf doté de pouvoirs magiques et divinatoires. Ses pérégrinations le conduisent au coeur de luttes fratricides et d'intrigues impériales. Les rapports de suzeraineté chancellent au gré des trahisons. On a parfois la sensation d'être revenu dans les vastes fresques guerrières féodales telles le dit des Heike. Aucun doute sur la maîtrise de l'auteure quant à L Histoire et à la civilisation nippone.
Le premier tome offre une lecture agréable et une plongée dans un univers fantasy nippon de bonne facture. le cadre et la trame sont cohérents. Les événements se mettent en place et ouvrent diverses perspectives pour les volumes à venir.
Concernant les personnages, j'ai suivi ce qui leur arrive sans ennui mais sans passion non plus. Je reste extérieure au récit, contrairement à d'autres où j'ai l'impression de chevaucher avec le héros. Peut-être est- ce signe que je vieillis... Ou est-ce le style de Lian Hearn qui ne me les rend pas proche.
Aucune importance : ça ne me dissuadera pas de poursuivre avec le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
tchouk-tchouk-nougat
  08 janvier 2018
Kazumaru était l'héritier du domaine de Kumayama mais son oncle le laisse pour mort dans les Bois Obscur. le jeune homme trouve refuge chez un sorcier qui fera de lui Shikanoko, "l'enfant du cerf". Et il sera emporté malgré lui dans les événements qui balayent le pays.
Plusieurs années après le clan des Otori, Lian Hearn revient dans cet univers pour retracer le destin de Shikanoko.
Annoncé comme un préquel au clan des Otori, on reconnaît surtout le monde proche d'un japon médiéval plein de magie. Il n'est pas du tout nécessaire d'avoir lu la première série pour comprendre car l'histoire en est pour le moment du moins très éloigné.
J'ai eu un peu de mal à rentrer dedans au début et puis je me suis laissé happer même si je trouve que les personnages n'ont pas autant de présence que ceux du clan des Otori. le fait qu'ils subissent leur destin m'a un peu dérangée. Ils ne semblent guère réfléchir ou agir par eux même. Il en ressort quelque chose d'un peu trop contemplatif et m'empêche d'adhérer complètement au héros.
L'écriture est fluide, agréable à lire. Au final j'ai hâte de commencer le deuxième tome.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
Ewylyn
  30 janvier 2017
Dans le cadre du week-end à 1000, j'ai lu le premier tome de cette série et je remercie les éditions Gallimard Jeunesse (On lit plus fort) pour ce partenariat. J'ai passé un bon moment de lecture, il y a des petits couacs, mais ce premier opus a du charme et des qualités. Assez pour m'avoir charmée sur certains points et me donner envie de lire la suite.
Je n'ai pas lu le Clan des Otori et cela ne m'a pas empêchée de lire ce roman qui apparaît super sympathique et original. Je trouve le rythme très lent, et pourtant, ça fonctionne pour ce cas, parce qu'on est dans la contemplation. Il y a quelque chose de méditatif qui fonctionne bien avec l'ensemble, ça permet de se poser pleins de questions, de faire connaissance avec les personnages. J'ai apprécié que l'auteur prenne son temps pour nous faire découvrir son univers, néanmoins, cela présente un aspect « destin ». J'entends là que les personnages subissent tout ce qui leur arrive, ils ont une certaine fatalité devant les événements et ne cherchent pas tellement à échapper à cette condition.
Ce premier opus m'a enchantée par son originalité. On sent que l'auteur est familier avec tout ce qui touche à la culture asiatique et qu'elle a fait de bonnes recherches pour créer l'univers qu'elle nous présente. Je me suis sentie immergée dès les premières pages dans ce Japon médiéval. le vocabulaire, les relations et moeurs, les joutes de clans pour le pouvoir, les fratries déchirées, la relation avec la nature... l'auteure nous dévoile de très bons ingrédients et sait étoffer son intrigue avec. L'histoire prend son temps pour se développer, toutefois, il existe de la romance, de l'aventure, de l'action.
J'ai toutefois de petits reproches à émettre sur l'intrigue. Il y a beaucoup d'éléments à prendre en compte, beaucoup trop d'informations qui arrivent au compte-goutte. Les rebondissements ne sont pas réellement nombreux et les révélations inexistantes, cependant, j'ai bien aimé cette histoire très complète et fascinante. La plume de l'auteure est quant à elle très chouette, poétique, lyrique et sympathique. le style fonctionne à merveille avec le caractère épopée médiévale asiatique, tout en apportant quelque chose de moderne et lisible. Ça manque de nerf par moment et de tension, de vie en général. Mais j'ai passé un bon moment avec la plume de Lian Hearn et je suis curieuse de découvrir le Clan des Otori.
Les personnages sont encore au stade de base, le premier tome nous présente chacun d'entre eux sans appesantir dessus. Excepté Shikanoko. Ce dernier m'a laissée indifférente, mais c'est un bon personnage principal, il connaît une évolution intéressante. J'apprécie ce côté humain mêlé au côté bestial du cerf. Cela manque encore de relief et de précision, mais je me demande ce qui va lui arriver par la suite. Tora me révolte, pareil pour Tama que j'ai trouvé détestable. J'ai eu beaucoup d'affection pour Hina, le vieux sage Sesshin ou encore Akihime. Les deux derniers m'ont touchée par leurs histoires, leurs personnalités et ce qui leur arrive dans ce premier tome.
En conclusion, il y a du très bon et moins bon avec ce premier tome. le roman présente une originalité certaine avec cet univers inspiré du Japon médiéval, avec cette plume jouant sur le contemplatif ou encore par le concept de lier Shika au cerf. L'ouvrage a de plus une belle carte et un bon récapitulatif des personnages en début, un ajout très apprécié vu la masse d'informations donnée. Côté défaut, il y a la lenteur, le manque de tension ou encore de révélations qui viennent gâcher à froid la lecture. Personnellement, une fois dedans, j'ai su passer un bon moment. J'attends la suite pour me forger un meilleur avis.
Lien : https://la-citadelle-d-ewyly..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
orbe
  02 janvier 2017
Deux fils sont contraints par leur père d'épouser chacun un clan différent afin, en cas de guerre, de préserver les biens de la famille faisant germer le ressentiment et l'animosité.
Kazumaru à la mort de ses parents est lui confié à son oncle avide de s'emparer de ses terres. Il est laissé pour mort lors d'une partie de chasse. Ill suit ensuite un parcours semé d'embûches à la recherche de son destin.
Quelques soient les choix des héros, il y aura toujours un prix à payer…
Les tensions sont partout présentes dans cette épopée qui évoque celle de “Game of Thrones” en plus poétique et japonisant.
La mort n'est jamais loin des puissants qui vont tenter par tous les moyens de tâcher de s'en prémunir.
Les familles, les fratries, les couples se déchirent sous la plume virtuose de l'auteur qui divise le monde en deux.
Un récit complexe avec de nombreux personnages qui souvent changent des noms et évoluent. Mais il y a une présentation des personnages en début de livre et le nom du protagoniste principal devant chaque chapitre pour guider le lecteur dans cette tragédie palpitante.
Une histoire qui nous porte dans un univers symbolique et merveilleux, tout à la fois fascinant et d'une grande force poétique. A la manière d'une flèche, l'auteur porte des messages qui nous percutent.
A lire !
Lien : http://www.nouveautes-jeunes..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150

critiques presse (2)
Elbakin.net   20 juillet 2017
Lian Hearn nous invite à une balade onirique où la violence, la beauté et la magie s’entremêlent dans des chapitres courts et rythmés qui en font une lecture plaisante, même si elle reste superficielle sur les personnages.
Lire la critique sur le site : Elbakin.net
Ricochet   01 juillet 2017
Une série qui s'annonce à nouveau magistrale.
Lire la critique sur le site : Ricochet
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
nightsreadingsnightsreadings   26 février 2017
« Kazumaru ne dit adieu qu’à lui, le jour où son oncle, durant l’automne de sa 16e année, déclara qu’il allait l’emmener chasser dans les montagnes.
- Si je ne reviens pas, tu sauras qu’il m’a tué, dit Kazumaru. L’année prochaine, je serai officiellement adulte, mais il ne s’effacera jamais devant moi. Il a trop de plaisir à être le seigneur de Kumayama. Il veut se débarrasser de moi dans la forêt.
- J’aurais aimé venir avec toi, assura Nagatomo. Mais mon oncle me l’a expressément défendu.
- C’est la preuve que j’ai raison. Cela dit, même s’il ne me tue pas, je ne reviendrai pas. Rien ne me retient ici. Je n’ai qu’un souvenir très vague de ce que le domaine était avant. Je me souviens que je n’avais pas sans cesse peur, qu’on m’aimait qu’on m’adorait. Parfois, je songe à ce qui se serait passé si mon père n’était pas mort, si ma mère n’était pas partie, si les hommes m’étaient restés loyaux… mais le sort l’a voulu autrement. Ne me pleure pas. Je ne peux pas continuer de vivre ainsi, je prie chaque jour pour trouver un moyen quelconque de m’échapper. Si la mort est la seule façon d’y parvenir, autant mourir. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
kuroinekokuroineko   27 décembre 2017
Je n'ai qu'un souvenir très vague de ce que le domaine était avant. Je me souviens que je n'avais pas sans cesse peur, qu'on m'aimait, qu'on m'admirait. Parfois, je songe à ce qui ce serait passé si mon père n'était pas mort, si ma mère n'était pas partie, si les hommes m'étaient restés loyaux... mais le sort l'a voulu autrement. Ne me pleure pas. Je ne peux pas continuer à vivre ainsi, je prie chaque jour pour trouver un moyen quelconque de m'échapper. Si la mort est la seule façon d'y parvenir, autant mourir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
missmolko1missmolko1   25 novembre 2016
C’était une journée pluvieuse d'automne et les averses se succédaient dans la vallée. Les volets étaient clos, la pièce sombre bien qu'on ne fut pas encore au milieu de l’après-midi. La pensée de l'hiver tout proche emplissait Kiyoyori de mélancolie. Il n'arrivait pas a chasser la tristesse qui l'accablait depuis la mort de son épouse.
Commenter  J’apprécie          150
kuroinekokuroineko   28 décembre 2017
Comme la plupart des filles de cette époque vivant en province, Tama avait appris à monter à cheval et à se battre avec une lance. Pour son entrée dans l'âge adulte, sa mère lui avait offert un poignard afin qu'elle puisse se défendre ou se tuer au besoin.
Commenter  J’apprécie          150
tchouk-tchouk-nougattchouk-tchouk-nougat   08 janvier 2018
-Si seulement les hommes suivaient vraiment la voie de l'illuminé. S'ils fuyaient l'ambition et la soif de pouvoir, s'ils refusaient de tuer et se contentaient de ce qu'ils ont, ils ne plongeraient pas sans cesse le monde dans la souffrance.
Commenter  J’apprécie          120
Videos de Lian Hearn (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Lian Hearn
extrait de l'audiobook du tome quatre du clan des Otori, anglais non sous-titré
autres livres classés : japon medievalVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
1353 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre
.. ..