AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226293124
Éditeur : Albin Michel (04/09/2013)

Note moyenne : 3.31/5 (sur 34 notes)
Résumé :
"Les nouvelles qui composent ce premier recueil n’ont pas un seul défaut. Alan Heathcock y affiche cette générosité d’esprit propre aux écrivains qui aiment réellement leurs personnages. Volt est la preuve époustouflante de son talent. Galvanisant." Donald Ray Pollock, auteur de "Le Diable, tout le temps"

Krafton, petite ville imaginaire de l’Amérique profonde aux allures bibliques, où abondent secrets inavouables, crimes anciens et chagrins enfouis e... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (13) Voir plus Ajouter une critique
Ellane92
  07 avril 2014
Volt est un le premier recueil de nouvelles publié par A. Heathcock. le point commun de ces huit nouvelles est de se dérouler à Krafton, ville fictive de l'Amérique profonde, dans laquelle se débattent, comme les papillons de nuits dans une bouteille renversée, des êtres fracassés par la vie.
Avec un réalisme brutal, l'auteur décrit la vie d'hommes rudes et impitoyables, rongés par leur passé, leur culpabilité, leurs soifs d'ailleurs et de rédemption, d'autre chose que de cette existence.
"Dieu", ou du moins, la religion et ses concepts (le pardon, la grâce, le pêché…) fait partie des personnages récurrents de ces nouvelles. Il est partout, à la fois excuse pour les meurtriers de petite fille ("je suis chrétien, dit-il. Je suis pardonné") ou fin de l'espoir d'une rédemption ou d'un pardon. Dieu semble au mieux avoir abandonné ce patelin de l'Amérique profonde, au pire en faire la cible de son courroux tant s'y succèdent les catastrophes "naturelles", tant la tension y est forte qu'une étincelle suffit à faire exploser la violence.
La guerre aussi est omniprésente : passée, présente, à venir, quel que soit son visage, elle apporte avec elle le deuil, la culpabilité, et des séquelles qui ne seront jamais dépassées : "Il est revenu de cette guerre et c'était plus le même. Oh, gémit-elle, il me manque. Il me manque quand il est à côté de moi, dans la même pièce. Même quand il est dans mes bras, il est pas là." Elle martela sa cuisse du poing. "C'est mon précieux bébé et il est brisé. Il est brisé, il court comme un fou, et j'ai le coeur brisé et ya pas de fichue loi pour changer ça".
Et puis, à Krafton, on trouve également Helen Farraley, Shérif de son état, qui apparait dans plusieurs nouvelles, et dont on fait la connaissance dans "Gardienne de la paix". Elue à son poste par hasard, elle décide de prendre son rôle au sérieux, et d'appliquer une "justice" qui n'a rien de juridique. Alors discrètement, elle pratique la loi du talion en sacrifiant sa conscience pour apporter un peu de lumière à ses contemporains.
Volt, c'est un recueil de nouvelles sombres et tristes ; on y côtoie un homme qui se ne supporte plus après avoir tué son fils par accident, des jeunes gens en permission qui tournera mal, un homme qui demande à son fils de l'aide pour cacher le corps de l'homme qu'il a tué, une femme rendue folle de douleur après le meurtre violent de sa mère et qui tente de trouver un autre chemin en créant un labyrinthe dans son champ de maïs… L'écriture de Heathcock est très belle, à la fois poétique et réaliste, les récits sont bien maitrisés, de leur commencement à leur chute.
Ce recueil est à lire d'une traite, pour profiter du souffle, de la cohérence et des liens entre les nouvelles, mais à éviter si le moral n'est pas au beau fixe !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          341
trust_me
  07 octobre 2013
Un père qui écrase accidentellement son enfant avec un tracteur et perd les pédales. Un homme demandant à son gamin de l'aider à faire disparaître le corps d'un conducteur récalcitrant. Un pasteur et sa femme qui ne se remettent pas de la mort de leur fils en Irak. Une femme shérif désemparée devant la folie des hommes. Une paysanne un peu cintrée qui déambule dans un labyrinthe de maïs…
Tout cela se passe à Krafton, dans le trou du cul de l'Amérique. L'enfer sur terre. Des baraques déglinguées et des âmes cabossées. Des voitures en ruine, de la boue partout. Les éléments se déchaînent, les eaux recouvrent cette ville de péchés et chacun semble chercher une impossible rédemption. C'est sombre, violent, d'une infinie tristesse. Dans chacune de ces nouvelles, il y a au moins un personnage qui, à un moment ou un autre, pleure. le plus souvent, d'ailleurs, ce sont des hommes.
Un beau recueil donc, à l'écriture poétique et enlevée, mais qui ne m'a pas pour autant totalement enthousiasmé. Il manque ce petit grain de folie, ce coté abrasif qui mettrait le feu aux poudres. La comparaison avec Donald Ray Pollock n'a pas lieu d'être, Heathcock restant dans l'ensemble beaucoup trop sage. Parmi les nouvellistes américains découvert il y a peu, Frank Bill et Anthony Doerr restent pour moi un cran au dessus. Pour autant, mon point de vue est comme d'habitude totalement subjectif. Faites-vous donc votre propre idée…

Lien : http://litterature-a-blog.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
Bazart
  02 juin 2014
Le recueil de nouvelles est un genre en soi, dans lequel les américains sont passés maitre. Bonne nouvelle Alan Heathcock connait ses classiques, en huit histoires il nous offre le quotidien d'une petite ville imaginaire de l'Amérique profonde. Crus, poignants et désespérés les héros de chaque histoire, cloués sur place par la peur de l'inconnu, se débattent et tentent de survivre au catastrophe qui s'abattent sur la ville. Attention ce n'est pas «La petite maison dans la prairie » mais plutôt l'autre face de l'Amérique, celle que l'on trouve en grattant un tableau de Norman Rockwell.
Jouons au petit jeu des références cinématographiques ou littéraires. Un agriculteur tue son fils accidentellement, il s'enfuie dans les bois et après une longue errance devient un monstre de foire sur lequel des soiffart font des paris, c'est du pur Steinbeck. le quotidien d'une gardienne de la paix, entre les congères de l'hiver glacial et les inondations de printemps, nous sommes dans le plus noir des polars, David Lynch et les frères Cohen sont tout près. Michael Cimino pourrait très bien suivre les divagations d'un soldat en permission et en perdition. Une mère et une fille s'égarent et se retrouvent dans un labyrinthe de maïs, homicide et psychanalyse, merci Kubrick ou Dolan. Black-out sur la cité et nous plongeons dans le quart monde le plus poisseux :Fante,Faulkner,Friedkin…
Chronique d'une ville et d'une communauté où tout peut arriver et où tout arrive, Alan Heathcock a surtout un style bien à lui, efficace, brut et bourré de compassion, de la littérature à l'estomac. Vous voilà prévenu.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
jeandubus
  09 avril 2015
Volt.
Dans sa préface lénifiante, l'autoproclamé nouveau Corman McCarty, Douglas Ray Pollock prétend que dans Volt « Franchement... (comment peut-on commencer une phrase comme ça ?), il n'y a pas un seul défaut dans ces huit nouvelles ».Et l'éditeur de renchérir « Alan est notre nouveau Corman McCarty ».
Heathcock n'est pas près d'écrire une nouvelle de Daphné du Maurier, mais pour l'heure il travaille à son premier roman. Enseignant à l'université de Boise dans l'Ohio (et surement un pote de Douglas R.) Alan a le temps d'écrire surtout s'il met autant d'espoir dans les bienfaits de l'enseignement que dans le crâne désespérément creux de ses personnages.
De fait et contrairement à ce que prétend Douglas R., deux « nouvelles » relativement structurées (seules, « la fille » –titre très bête- et « Volt », méritent cette appellation) font appel avec une autre (« gardienne de la paix » bonjour le traducteur) à un personnage récurrent, Helen, grosse vache promue shérif dans une petite ville de l'Ohio. Mais les cinq autres sont d'une indigence crasse, totalement exemptes d'inspiration (Ce qui n'est pas grave quand on s'appelle Marguerite Duras) et dramatiquement niaises et autistes.
Les personnages sur-caricaturés portent des "brodequins" et terminent leurs phrases par « pas vrai » comme dans les films de cowboys du Rex de Vierzon et disent « La vache » au lieu de « Putain » ou de « Fuck ». le plus trivial est ce fameux « ma couille pour une tarte au pêche » anthologique, dit par un pov' GI revenu de la guerre du golfe qui semble devoir longtemps justifier toute la misère de l'Amérique avec un tout petit « a ».
Eh oui, bande d'imbéciles, tuer à l'aut' bout du monde, c'est trop dur, ça vous rend dingue, « pas vrai ». Et puis les pauvres orientaux sont jaloux des soirées pyjamas de not' bonne vieille prairie , vous savez, la dinde, et tout le reste...Comme dit le sergent Smith.
Même morts, cramés au napalm. de la vermine.C'est leur faute.
Heathcock a fait les fond de tiroirs pour assembler maladroitement ses cinq nouvelles de « prémature » avec les dernières, contemporaines, mieux gaulées mais sans aucun intérêt, puisque le créneau est déjà embouteillé par la légion vieillissante des nouveaux Corman McCarty (NCMC) qui vont bien finir par se taire puisque les Américains se sont désengagés de tout, de la Syrie, de l'Afghanistan, d'Israël et pour finir en riant, de l'Iran, enlevant aux faux héros (malgré eux) toute crédibilité. Sans impérialisme pas de best-sellers, hélas.
Messieurs les Serial-Killers et abrutis congénitaux du middle-west, trouvez-vous désormais de nouveaux alibis et des aèdes pour chanter vos sanglantes louanges.
Une étoile de plus que le médiocre D.R. Pollock, le ravi de la crèche, pour encouragement. du bout des lèvres.
Et juste pour ça.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
encoredunoir
  22 décembre 2015
Nous sommes à Krafton, village imaginaire situé dans une Amérique qui l'est sans doute un peu moins, quelque part dans la Bible Belt. Loin des grands centres urbains, soumis aux caprices du fleuve, peuplé d'agriculteurs rugueux et de petits blancs miséreux vivant en clans, doté d'un shérif élu pour blaguer mais qui n'en prend pas moins son travail à coeur avec une idée toute personnelle de la justice et d'un pasteur tiraillé entre sa mission et les épreuves personnelles qu'il traverse, Krafton nous est raconté à travers huit nouvelles qui baignent quelque part entre un onirisme noir et une lugubre réalité.
Souvent sur le fil, toujours prêt à basculer aux limites du réel, comme avec cette nouvelle d'ouverture, « le train de marchandise », qui voit un agriculteur, Winslow Nettles, dévasté par la culpabilité après l'accident dans lequel il a tué son enfant, sombrer dans la folie et fuir Krafton pour devenir une attraction de foire ou dans « Fumée », récit de l'escapade nocturne d'un père et d'un fils partis dissimuler un cadavre, Alan Heathcock est constamment à la recherche du mot juste apte à soutenir la tension qui porte l'ensemble du recueil. Il en va de même de la très belle nouvelle « La fille », qui débute dans un lugubre labyrinthe de maïs et qui parle de la disparition d'enfants. Les enfants, d'ailleurs, qui sont au centre de bien des récits. Enfants perdus, enfants disparus, enfants partis et indéfiniment victimes mais qui peuvent aussi se transformer en grandissant en impitoyables bourreaux (« Permission »).
Derrière tout cela se dessine une Amérique abandonnée, oubliée, avec son lot de malheurs, ses névroses et les conséquences de ce qui se joue ailleurs. Les soldats envoyés loin de là ne reviennent pas tous mais ne cessent d'exister, les vieilles histoires remontent à la surface et, shérif ou pas, on règle les comptes entre soi.
« C'est ça, les Delmore, reprit Winnie. On est pas les sauvages que certains disent. Des fois, les choses vont de travers mais, bonnes ou mauvaises, on les redresse. La loi a pas à se mêler de ça, on a déjà suffisamment à faire. »
Terriblement violent sans être inutilement démonstratif, aussi terrible par ce qu'il dit que par ce qu'il passe sous silence, Volt est un recueil hypnotique, étrange et malsain. Un étonnant objet littéraire.

Lien : http://www.encoredunoir.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60

critiques presse (2)
LaLibreBelgique   29 octobre 2013
D’une écriture puissante, parfois poétique, Alan Heathcock donne corps à un univers âpre où la nature est omniprésente, terre où les inondations peuvent tout balayer, gommant les préoccupations et les émotions dans un mouvement qui révèle aux êtres leur impuissance.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Lexpress   01 octobre 2013
Avec Volt, Heathcock illumine cette rentrée comme un soleil noir.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Citations et extraits (15) Voir plus Ajouter une citation
Ellane92Ellane92   07 avril 2014
Les choses disparaissaient. Les gens disparaissaient. Les nuages laissaient la place au soleil qui laissait la place à la nuit. Seuls les sentiments, comme les esprits, perduraient, gravés à l'arrière de nos yeux, mêlés à notre moelle.
Commenter  J’apprécie          190
Ellane92Ellane92   31 mars 2014
"On croit que certains sont juste mauvais, malveillants ou Dieu sait quoi mais, à un moment donné, ils ont été le bébé de quelqu'un, ils ont tété le sein comme tout le monde. Et puis ils se prennent un coup de volt et ils ne sont plus jamais pareils"
Commenter  J’apprécie          150
Ellane92Ellane92   22 février 2014
Mais la grâce de Krafton venait avec les saisons : semer, faucher, comprendre petit à petit que l'année précédente est sans rapport avec celle-ci, que cette récolte peut être meilleure, ou pire et que, quoi qu'il en soit, il y en aura une autre, puis une autre encore. Dans ce cycle, il n'y avait que l'avenir et le labeur, pas d'émotion mais du mouvement, tout comme la pluie tombe ou les cultures germent, sans émotion.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
MepsMeps   15 mai 2015
Winslow ne vit tout simplement pas son fils traverser le champ en courant. Il ne vit pas Rodney grimper à l'arrière du tracteur, les mains pleines de pain de viande et de maïs doux enveloppés dans du papier d'aluminium. Il ne vit pas la chaussure de Rodney glissant sur le crochet d'attelage.
Winslow se tamponna les yeux avec un mouchoir crasseux. Les disques de la charrue se soulevèrent. Il se retourna brusquement pour voir sur quoi il était passé et derrière lui, comme tombé du ciel, gisait un petit garçon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
claraetlesmotsclaraetlesmots   07 octobre 2013
Lonnie reprit la bouteille. "T'as déjà entendu parler des bêtes qui se rongent la patte pour se libérer d'un piège?".Il posa la bouteille contre ses lèvres. "Ca revient à essayer ça, d'essayer de partir d'ici. Tu peux demander à Hep si tu ne me crois pas."
La route n'était gondolée ni sinueuse, les lignes de l'autoroute se déroulaient comme des cordes reliées à la ville.
"Je vais pas vivre dans un piège, dit Walt. Je vais me tirer.
- On peut pas courir sur une seule jambe, petit."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1687 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..