AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2843048591
Éditeur : Zulma (02/05/2019)

Note moyenne : 4.29/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Un homme, fasciné par la sauvagerie des chats et torturé par une faute obscure, cède peu à peu à la folie... Un autre choisit la même issue pour rejoindre une femme morte dont l'absence le hante... Un chien errant crève au fond d'un fossé, et se trouve par là-même délivré d'un monde voué à la seule cruauté... Une femme en proie à une jalousie morbide assassine des bambins encore au berceau -et reçoit l'absolution des mollahs... Une jeune fille épouse un rustre qui l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Apoapo
  12 juillet 2019
De nouveau, me voilà conquis par les nouvelles de ce géant de la littérature persane contemporaine que fut Sadeq Hedâyat. Cette parution toute récente aux éditions Zulma est la réédition de celle de chez Phébus (1989) mais, de toute manière, même les recueils précédents publiés depuis déjà quelques décennies majoritairement chez José Corti, de même que son roman inachevé, La Chouette aveugle (1941-1953), sont hélas demeurés assez confidentiels. Elle contient aussi « Le chien errant », qui est sans doute la première nouvelle publiée par l'auteur, de son vivant, en 1941.
Il n'y a pas d'unité thématique dans ces dix nouvelles, dont la première et éponyme me semble s'imposer sur les autres autant par l'audace de sa construction que par la hardiesse avec laquelle est représenté la folie. S'alternent, de plus, des écritures différentes, tantôt caractérisées par le réalisme, tantôt frôlant le fantastique, tantôt inspirées par la critique de certains aspects du traditionalisme de la société iranienne que l'auteur devait sans doute trouver détestables : les superstitions, la bigoterie de certaines pratiques de l'islam chiite (ex. les pèlerinages), les violences domestiques. Néanmoins, surtout dans les six dernières nouvelles, un fil conducteur peut être repéré : l'ambivalence des rôles féminins dans la conjugalité, dans une dialectique de domination et de souffrance où la femme n'est pas systématiquement la victime ni ne saurait refléter les images stéréotypées attendues.
D'un point de vue technique, je commence à reconnaître les empreintes qui caractérisent Hedâyat et qu'il a laissées à la postérité de la nouvelle persane : au niveau des incipit et des excipit, chutes des récits, de l'insertion de passages en vers dans la prose, des « répétitions structurantes » - cf., en particulier dans la première nouvelle, les mots qui en constituent le titre : « Trois gouttes de sang ».
Deux traducteurs sont nommés : Gilbert Lazard, qui est désormais le traducteur « attitré » de Hedâyat, et Farrokh Gaffary, qui a signé ici « La quête d'absolution » uniquement. Il me paraît remarquable et appréciable que les deux sont parvenus à une telle syntonie qu'on ne distingue pas de différence stylistique. de plus, si je compare leur langue avec celle de Roger Lescot, traducteur de la Chouette aveugle en 1953, je constate que le choix de la continuité a été fait, malgré les six décennies qui se sont écoulées et les nouvelles tendances traductologiques survenues depuis : mais en l'occurrence, j'estime que ce choix est absolument juste, compte tenu autant de la personnalité de l'auteur que de sa diffusion encore restreinte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          72
Olivia-A
  09 juillet 2019
A travers dix petites nouvelles, Sadeq Hedâyat nous emmène en voyage dans son pays d'origine, l'Iran. Au travers de petits contes, il nous enivre de parfum d'Orient, de barbes teintées au henné, de plats exotiques et de cette tradition orale d'où sortent les meilleures histoires. C'est un voyage des sens et de l'imagination, une plongée dans l'Iran d'hier et d'aujourd'hui, une échappée loin de notre vie de tous les jours.
Dans ces dix nouvelles, Sadeq Hedâyat explore de nombreux thèmes associés à la société iranienne, aussi bien la religion que les superstitions, la place des femmes que leur ascendant sur leurs maris, le multiculturalisme du pays et le racisme latent envers les Arabes installés en Iran. Il nous donne à voir les multiples facettes d'un pays méconnu, souvent mal jugé de nos jours. La religion est un des thèmes prédominants de ses écrits, avec de nombreuses références au pèlerinage à Kerbela et à l'absolution qu'il est supposé donner aux croyants – quitte à les absoudre carrément de meurtres sans pitié. En Iran, la religion musulmane semble intimement liée aux superstitions et aux présages, régulièrement utilisés par les personnages pour prendre des décisions, guider des choix. Se sont surtout les femmes, chez Hedâyat, qui guettent les présages, et s'en servent pour en faire voir de toutes les couleurs à leurs maris ! Elles ont beau être voilées et couvertes du traditionnel tchador, elles n'en restent pas moins toutes puissantes dans la prose de l'auteur, capables d'un simple regard d'aliéner le coeur des hommes, des les ruiner d'une seule exigence, de les manipuler d'une seule faveur.
Sadeq Hedâyat livre ici une succession de petites pépites littéraires, contes atypiques aux leçons décalées, teintés des couleurs d'un Orient immémorial.
Lien : https://theunamedbookshelf.c..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
loeildem
  27 juin 2019
Trois gouttes de sang est un petit recueil de nouvelles dont la morale se trouve à chaque page.
L'auteur nous présente son pays d'origine, l'Iran, à travers une galerie de personnages représentatifs d'un état de pauvreté, de terreur, de désamour.
Je n'ai pas accroché à toutes les nouvelles car l'écriture est parfois difficile mais j'ai tout de même aimé les grandes thématiques qui s'en dégageaient.
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
Olivia-AOlivia-A   06 juillet 2019
On vit bientôt apparaître un imposant dôme doré, encadré de beaux minarets, et en symétrie, une autre coupole, bleue celle-là, qui tranchait comme la pièce neuve d'un vêtement abusivement raccommodé sur le fond des maisons de torchis. Le soleil allait se coucher quand la caravane s'engagea dans une avenue bordée de murs en ruine et de petites boutiques. Il y avait là un grand rassemblement de toutes sortes de gens : des Arabes coiffés du fez arboraient des mines où l'idiotie le disputait à la roublardise ; plus loin, de louches individus aux allures d'escrocs, la tête enturbannée, la barbe et les ongles passés au henné, le crâne rasé, égrenaient des chapelets et se promenaient en sandales, vêtus en tout et pour tout de caleçons longs et de sandales. Certains parlaient persan, d'autres jacassaient en turc, d'autres encore lançaient des mots en arabe qui roulaient dans l'air après être sortis du fond de la gorge et jusque des entrailles.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2017
Le dîner ! Toujours la même pitance : soupe au yaourt, riz au lait, pilaf, pain et fromage – juste de quoi ne pas crever de faim ! Hassan, tout ce qu’il désire, c’est une marmite de soupe à l’oignon avec quatre pains longs. Quand on le libérera, lui, ce n’est pas une plume et du papier qu’il lui faudra, mais une marmite de soupe. Il est de ceux qui sont heureux ici. Sa taille courtaude, son rire idiot, sa nuque épaisse, son crâne chauve, ses mains calleuses faites pour gâcher le plâtre, son regard stupide, toutes les molécules de son corps proclament qu’il est tout juste bon à servir d’homme de peine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2017
Son seul plaisir était la compagnie de Farenguis, sa femme, qui l’aidait et s’occupait de tout à la maison. Du matin au soir elle n’arrêtait pas une minute. Il est rare peut-être que deux époux soient à ce point attachés l’un à l’autre. Pas une fois ils ne s’étaient querellés, jamais ils ne s’étaient causé l’un à l’autre la moindre peine. Pourtant ils vivaient très isolés : hormis sa demi-sœur Golnâz et Farenguis, Fereydoun n’avait ni parent ni ami, et tous trois menaient dans cette campagne une vie toute simple et tranquille.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
ApoapoApoapo   12 juillet 2019
Cit. : incipit de la première nouvelle :

« C'est hier qu'on m'a mis dans une chambre à part. Serait-ce que je suis complètement guéri, comme l'a assuré le surveillant, et que je serai libéré la semaine prochaine ? Ai-je donc été malade ? Un an, pendant un an entier j'ai imploré en vain qu'on me donne une plume et du papier. Que de choses ne me promettais-je pas d'écrire dès que j'en aurais le moyen ! »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rkhettaouirkhettaoui   26 décembre 2017
L’univers tout entier plonge dans la nuit sombre.
C’est le temps du repos pour des êtres sans nombre.
Moi, ma douleur grandit lorsque le soir descend.
 
De ce monde cruel n’attends nul réconfort.
À ma peine il n’est point d’autre fin que la mort.
Mais là-bas, sous le pin, que me veulent encore
Sur la terre obstinée ces trois gouttes de sang ?
Commenter  J’apprécie          00
Dans la catégorie : Littérature iranienneVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures indo-européennes>Littérature iranienne (39)
autres livres classés : littérature iranienneVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Animaux dans Harry Potter à l'école des Sorciers

En quel animal est transformé le professeur McGonagall lorsque Dumbledore arrive à Privet Drive ?

un pigeon
un chat
un rouge-gorge
un chien

20 questions
1252 lecteurs ont répondu
Thème : Harry Potter, tome 1 : Harry Potter à l'Ecole des Sorciers de J. K. RowlingCréer un quiz sur ce livre