AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

François Vezin (Autre)
ISBN : 2070707393
Éditeur : Gallimard (01/01/1986)

Note moyenne : 3.95/5 (sur 56 notes)
Résumé :
" L'essence de l'homme se détermine à partir de la vérité de l'être, laquelle se déploie en son essence du fait de l'être lui-même.
" Ce que tente de faire le traité intitulé Etre et Temps, c'est de partir de la vérité de l'être - et non plus de la vérité de l'étant - pour déterminer l'essence de l'homme en ne la demandant à rien d'autre qu'à sa relation à l'être et pour concevoir en son tréfonds l'essence de l'homme, elle-même désignée comme Da - sein au sen... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
peloignon
  17 janvier 2013
À l'aube du XXe siècle, le principe de référence scientifique monopolise déjà toute la recherche sur le monde et commence à s'imposer aussi aux recherches sur l'homme. Les « geisteswissenschaften » apparaissent et leur influence s'étend bien rapidement à l'esthétique de même qu'à la philosophie. Désormais, tout doit devenir vérifiable empiriquement, tout doit être mesurable à l'échelle d'une rationalité froide et objective, tout doit passer au crible scientifique. Très vite, le beau disparaît de l'Art, le bien de la Moralité, le divin de la Religion et la sagesse de la philosophie. Hypnotisés par les exploits techniques qui découlent de la science, tout ce qui reste des autres sphères de l'expérience humaine ne seraient plus que des expressions primales issues de mesquines pulsions que l'on doit désormais se consacrer, corps et âme à mettre à jour.
Parallèlement, la philosophie est devenue une discipline exclusivement universitaire. Il faut désormais faire des études pour ne pas être effrayé par les difficultés que comporte la lecture de ses textes les plus marquants. La lumière de l'humanité se trouve ainsi sous le boisseau pendant que cette dernière joue à l'apprenti-sorcier avec les technologies issues des recherches scientifiques de pointe.
Dans ce contexte, il est vraiment rafraîchissant de trouver encore un grand penseur qui a la naïveté donquichottesque de poser des questions impossibles et d'y travailler de tout son être. C'est en cela que réside tout le charme de Heidegger pour moi.
Partant en toute conscience directement contre toutes les tendances environnantes, Heidegger se pose en effet la question de l'être : « La question de l'être est aujourd'hui tombée dans l'oubli... la peine que cela demanderait d'engager une nouvelle γιγαντομαχία περί τής ούσίαζ (bataille de géants autour de l'être (Platon, Sophiste, 246a)), on s'en tient pour dispensé. »(25) Or, pour lui, on ne saura jamais pourquoi, « La question du sens de être doit être posée. »(28)
Ramenant la science à ce quelle est : une activité humaine se voulant ahumaine. Heidegger dit que les sciences « sont des comportements de l'homme, [elles] ont le genre d'être de cet étant (l'homme). Cet étant, nous lui donnons place dans notre terminologie sous le nom de d'a s e i n. »(36) Et c'est par l'analyse du Dasein que la quête de l'être pourra être entreprise.
La question de l'être dépasse évidemment d'emblée l'horizon du Dasein, mais le support a pour lui d'être à la hauteur de l'homme et la conviction heideggérienne de ne pas travailler en vain est si entraînante et nous engage dans des détours si étonnants qu'elle constitue un des plus beaux exercices de pensée qu'on puisse faire. Alors, si le coeur vous en dit, n'hésitez surtout pas!
Il existe même une traduction disponible gratuitement en ligne : http://www.philosophie-en-ligne.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=56:martin-heidegger-etre-et-temps-traduction-par-emmanuel-martineau&catid=34:articles-de-philosophie&Itemid=86
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          365
colimasson
  02 décembre 2014
Martin Heidegger veut remonter à la source du problème philosophique : arrêtons de nous demander « qu'est-ce que le temps », « qu'est-ce que la vie », « qu'est-ce que l'amour, la mort, le bonheur, le moi, le nous… ? » mais posons-nous LA question cruciale : « qu'est-ce que l'être ? » Non pas question tautologique (et pourtant, ce serait plus simple de l'admettre) mais question paradoxale, car comment arriver à définir l'être sans l'élucider en même temps ? Dans la question : « qu'est-ce que l'être », le plus grand risque serait de trouver l' « est » avant l' « être ». Pour pallier à cette difficulté, Martin Heidegger admet quelques principes de base :
- L'être se cache derrière une infinité d'étants.
- L'homme a une pré-compréhension spontanée et naturelle de l'être. Si nous ne l'avions pas, nous ne pourrions pas interroger.

Par simplification, l'homme est assimilé à la figure du Dasein. le Dasein est un concept d'homme qui questionne et s'auto-interprète lui-même. Puisqu'il est impossible d'interroger l'être à propos de l'être, Martin Heidegger s'appuie sur une méthode d'approximation et demande à l'étant dont l'être est cette compréhension elle-même de s'interroger.

Pour voir, encore faut-il ne pas être aveuglé. Et se laisser aveugler, cela revient à se laisser distraire par la vie : l'homme mène alors une vie inauthentique. Elle le sera d'autant plus qu'il aura l'impression qu'elle ne l'est pas. Cet aveuglement n'est pas sans rappeler les processus de domination que Pierre Bourdieu évoquera souvent plus tard.

« le On décharge ainsi à chaque fois le Dasein en sa quotidienneté. Mais il y a plus encore : avec cette décharge d'être, le On complaît au Dasein pour autant qu'il y a en lui la tendance à la légèreté et à la facilité, et c'est précisément parce que le On complaît ainsi constamment au Dasein qu'il maintient et consolide sa domination têtue. Chacun est l'autre et nul n'est lui-même. le On qui répond à la question du qui du Dasein est le personne auquel tout Dasein, dans son être-les-uns-parmi-les-autres, s'est à chaque fois déjà livré. »

Une explication religieuse comme celle du péché primordial serait la bienvenue pour justifier la raison mystérieuse de cette inauthenticité : si ce n'est visiblement pas dans l'intérêt du Dasein de mener une vie inauthentique, pourquoi la subit-il malgré tout ? On ne le saura pas. Martin Heidegger réfléchit surtout aux mécanismes qui permettraient de se rapprocher de l'Être. La plupart des néologismes dont il est l'auteur lui permettent d'aborder la question sous un nouvel angle. Martin Heidegger fait table rase des mots trop vieux, des mots usés par les abus de langage, des mots vidés de leur signification. Il aurait pu utiliser la poésie et ses métaphores –il préfère inventer au risque de devenir barbare, évitant le piège de la poésie pour le barbarisme d'un langage technique et difficilement accessible Dans le processus de passage de l'inauthentique à l'authentique –ce qui me semble être l'apprentissage primordial d'Être et temps, Martin Heidegger repense l'Angoisse et la Voix de la conscience en tant que concepts purs, comme s'ils étaient évoqués pour la première fois.

« le fait que l'angoisse saisit la conscience morale est là pour confirmer phénoménalement que, en entendant l'appel, le Dasein est mis en face de l'étrangeté de soi-même. le parti d'y voir clair en conscience aboutit à affronter l'angoisse. »

Première étape du processus : l'Angoisse comme pressentiment de n'être pas à soi-même. Deuxième étape (confirmation de la première) : l'appel de la conscience, qui n'est pas un appel ponctuel à visée éthique ou morale, mais un appel par soi-même au soi-même déchu dans l'inauthenticité. le Dasein ne peut encore se définir qu'en creux. Comment arriver à le définir dans toute son authenticité ? Martin Heidegger aborde moins la question d'un point de vue moral que d'un point de vue temporel.

Malheureusement, il n'a jamais réussi à terminer la rédaction de son essai. La deuxième partie, celle qui aurait dû permettre de répondre à cette question de l'être défini à travers le temps, n'a pas été achevée. Si une raison doit être invoquée, c'est peut-être celle de l'incapacité du langage à traduire une expérience temporelle qui relève davantage de l'expérience que de la théorie. Lorsque Martin Heidegger suggère, dans sa première partie, que le temps se dirige à la fois du passé vers le futur, mais aussi dans le sens inverse (« le Dasein « est » son passé de la manière où son être, pour le dire rudimentairement, « advient » [geschieht] chaque fois à partir de son avenir »), il dessine un Être cristallisé dans l'instant présent, rendu immense par la somme de son passé et par les possibilités de son avenir, dans un accord instantané avec l'ensemble de l'univers. Mais quels mots justes peut-on trouver pour décrire une situation trop éphémère pour exister ?

Le langage de Martin Heidegger a beau être aride, son livre illisible, sa vision du monde lance quelques étincelles, elle essaie de rendre l'homme «illuminé », de faire de lui quelqu'un qui, « en tant qu'être au monde, est éclairé, non par un autre étant mais en ce qu'il est lui-même la clairière ». de la même façon, il est certainement très difficile de saisir Être et temps dans son exhaustivité. Son langage aride laisse des zones d'incertitude sur son propos, incertitude que l'on peut traduire en interrogations ou en déformations. Parmi ces interprétations, il sera même impossible de trancher. La source Heidegger aura nourri de nombreux confluents plus concrets : peut-être vaut-il mieux se consacrer à ceux-ci ? Et réserver à Être et temps la lecture morcelée, a-temporelle, a-morale et a-topique qui lui convient ? …

Lien : http://colimasson.blogspot.f..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          304
Enroute
  11 septembre 2017
Imaginons une piste de danse. Ces étants sont des être-au-monde qui dansent sur la piste, ce sont des Dasein quotidiens. Ils mènent leur existence moyenne. Ils sont ententifs, tout à leur affaire dans la préoccupation de danser. La discernation dans l'entourance de leur monde ambiant respectif leur fait entrevoir les réseaux de renvoi des utilisables (un espace se libère, une table devient disponible, la file d'attente au bar diminue, la musique donne le rythme...). Ce sont des être-avec et comme ils ont consience des autres, ce sont des êtres-en-compagnie dans le soucis mutuel et la discernation. Ils sont sur le mode du nous-on. Au bar, idem, le barman a tout sous la main : les verres, les bouteilles, le tiroir-caisse ; lui aussi est un être-au-monde dans la manière d'être-avec. La différence c'est qu'il est en mode dégradé, en mode être-seul, c'est-à-dire que les Dasein autour de lui ne sont plus que des être-là-devant, comme le comptoir, les billets qu'on lui donne. Il n'est pas du tout dans le soucis-mutuel par exemple. Mais il suffit qu'une bouteille soit vide et c'est la récalcitrance, que l'évier se bouche et c'est l'importunance. Un réseau de renvoi apparaît : la poubelle, la remise où trouver la nouvelle bouteille, l'ouvre-bouteille ; c'est la mondéité qui apparaît dans ce réseau de renvois, toutes ces conjointures, la significativité. Mais aussitôt la surprenance passée, hop il en revient à la préoccupation et à la discernation de l'util utilisable de son entourance propre (les verres, les bouteilles, le tiroir-caisse...). La mondéité se voile à nouveau.
Jusque-là, Etre et temps est amusant. On est replongé dans l'univers du "roman de la Rose", comme quand Male-bouche et Chasteté donnent le change à Courtoisie et Bel-accueil. On entre dans le monde merveilleux de Martin, on est tout enchanté de ces nouveaux mots. Mais continuons.
Le type, là-bas, derrière les platines - effectuons un déloignement pour l'intégrer dans notre spatialité - est aussi un Dasein, mais il est silencieux. le silence de son souci l'a interpellé. Et là, c'est l'angoisse. le silence de son souci lui a dit "eh oh, souviens-toi, tu vas mourir !" - "ah oui c'est vrai" a répondu le Dasein du dj. Les autres Dasein qui dansent s'en fichent, ils n'écoutent pas la béance, la faute originelle qui est en eux qui fait que s'ils se retournent, il y a un grand trou. Pour oublier cette fâcheuse idée qu'ils ne sont rien qu'un être-au-monde qui n'a rien d'autre à faire, à être, que d'être - et pour se divertir, parce qu'empêtré dans le train-train quotidien, le Dasein moyen s'ennuie - ils fuient, se jettent dans la curiosité, qui mène à la bougeotte. le dj, lui, écoute son angoisse. Il l'affronte stoïquement, seul et en silence, il est en train de faire un choix, d'étudier les possibles qui organiseront son existence jusqu'à sa mort qui est là, devant, en pleine face, inévitable. Ca y est, il a trouvé. Sa résolution en marche n'a pas peur. La peur, c'est pour ceux qui fuient, la peur disperse. Derrière ses platines, le Dasein résolu dans son silence et sa solitude atteint la propreté de l'existence sous l'effet de son angoisse qui rassemble en une unité ekstatique sa databilité : maintenant, autrefois, alors, tout cela fusionne, et se projette. Désormais, le Dasein sera fidèle à lui-même, il sait ce qu'il a affaire, en chaque instant, l'unité ekstatique lui fera identifier les possibles, non pas toute la gamme de la manière dont il pourrait mener sa vie, cela c'est la bougeotte, non, les possibles dont il pourra utiliser ce que discerne sa discernation pour mener à bien son existence. L'existence est factive, elle est menée par l'utilité, il s'agit d'être effectif, pas le genre à s'amuser. Comme il sait où il va, il maîtrise le temps, il maîtrise les obstacles. Tout droit, il avance maintenant dans la répétition de la tradition, ce dont il a hérité et lui a fait voir les chemins que doit prendre son existence. Plus d'être-en-compagnie, plus de nous-on et de on-dit, plus de quotidienneté, plus de maintenant, plus d'agrément, le Dasein est maintenant seul et en silence, et il décide, il choisit, il agit, sa liberté se résume à mettre son projet à exécution, il marche, sa résolution est en marche, jusqu'à sa mort. Contrairement aux Dasein qui se divertissent, les imbéciles, et trompent leur morosité quotidienne, le Dasein résolu a pris le parti-d'y-voir-clair-en-conscience.
Oh, le temps se couvre on dirait. le vent se lève.
En vérité, il importe peu que le Dasein sache exactement d'où lui vient l'éclaircissement sur les choix de sa résolution, le principal est qu'il se choisisse ses héros (p. 450). Evidemment, la tradition étant une affaire commune, lorsqu'une génération de Dasein se résout à embrasser un destin, c'est un destin commun, et c'est même dans ce destin commun que le Dasein trouve la pleine et propre aventure, celle dont toute la puissance se libère dans le combat, dans cette puissance qui reprend le flambeau, toujours prête à surmonter les obstacles (p. 450 encore). Car une fois résolu, pas question pour le Dasein de changer la direction de sa marche d'un iota. Il projette son existence vers l'avenir et dégage de chaque instant les possibilités qui y mèneront, c'est cela, la liberté, l'enfermement dans sa résolution solitaire, silencieuse et angoissée par l'inéluctabilité de sa mort.
Bien. Tandis que le mode d'être des Dasein quotidiens est décrit en long et en large, on est surpris par l'absence de réflexion sur ce que doivent faire ces Dasein résolus chacun de leur côté à marcher droit vers la réalisation de leur destin, ni même ce sur quoi ils pourraient s'inspirer pour agir (hormis la tradition citée, mais il faut espérer que ce ne soit pas leur seul moyen, sinon il suffit de créer une situation de tradition façon roman national et c'est plié). Comment imaginer une réalité où tout un chacun est excité à se résoudre, dans le silence et l'angoisse à se trouver un destin dans le mépris des autres et avec sa propre mort en ligne de mire ? Comment ne pas avoir envisagé de "cadrer" un peu une telle philosophie par un chapitre sur "la morale", "le bien", "la civilisation", "le plaisir", "la joie", "le bonheur", "l'amour" ? On aura compris que ces mots sont absents du texte, éliminés par préoccupation, souci, faute, angoisse et mort. Si "morale" est présent, c'est qu'il s'agit de l'appel du souci. Par ailleurs, pourquoi l'être ne se choisit "qu'un" destin ? Ne peut-on faire deux choses à la fois ? Oedipe s'est crevé les yeux, Oreste fuyait les Erynies : sympa le rappel du destin. Et pourquoi on ne pourrait pas changer en cours de route ? ce n'est pas ça la liberté ? Si on se trompe, on fait quoi ? on continue quand même jusqu'à ce que mort s'ensuive ? Enfin comment dans un tel monde des réalisations qui dépassent le temps d'existence du Dasein pourraient se faire (accumulation des connaissances, développement des arts, de l'artisanat, de l'industrie, etc.) si le Dasein agit de lui-même par lui-même, résolu dans son silence et son angoisse ? On ne compte que sur la "suggestion" de la propag.. heu pardon de la tradition ? On pourrait rétorquer que la quotidienneté n'est que le mode le plus courant du Dasein, mais comment être à la fois - ou successivement - résolu et irrésolu, mener une existence propre et impropre ? comment passe le Dasein de l'un à l'autre, une fois la résolution prise ? Il redévale avant de se résoudre à nouveau ? Rien n'en est dit. Au contraire, on penche plutôt sur l'idée que les illuminés qui se sentiront des ailes à sauver le monde ou leur avenir, trouveront ici tous les arguments qu'il faut pour devenir un Dasein résolu qui ne dévale plus et écraser la masse de visages qui vivent une existence médiocre (le terme est de MH). La morosité et la grisaille étant du côté de la quotidienneté et la lumière de celle de la résolution, l'idée favorise nettement le mode "propre" (le vocabulaire est "limpide"), et comme celui-ci n'est limité par rien (hormis la mort)...
Bien sûr on trouve ces idées de la manière dont on peut assimiler les masses, mais Tocqueville l'a mieux dit et en plus détaillé quatre-vingt-dix ans plus tôt, on trouve cette idée de l'analogie de la temporellité du Dasein et de l'histoire (mais là je manque d'arguments pour déterminer en quoi Husserl ne s'était pas déjà approché de ces idées). On retient tout de même la description intuitive et assez surprenante de l'être-au-monde, mais il aurait fallu s'arrêter à la page 200 - les suivantes sont inquiétantes.
Etre et temps semble engager un retour vers le Moyen-Age : des seigneurs et des serfs, une danse macabre (les Dasein quotidiens sont en fait déjà morts), un air faussement démenti de christianisme (la lumière, l'obscurité, la "révélation", la faute originelle qui bien sûr n'a rien à voir avec ce qu'on sait : mais pourquoi ce mot alors, puisqu'on invente ouvertude et conjointure ? est-ce de là que JPS trouve "néant" ? c'est tout de même plus "laïque"...) : Schopenhauer est décidément un incorrigible optimiste, l'existence d'un homme équivaut à celle d'un pierre, c'est rassurant, chez MH, le Dasein résolu est un dictateur illuminé. Il m'a semblé que sa philosophie était particulièrement ancrée dans son époque et révélait davantage la Weltanschauung d'un moment historique localisé plutôt que des vérités éternelles. Il le savait puisqu'il cite Yorck : "il n'y a pas non plus de philosophie réelle qui n'ait été historique". Et comme les vérités éternelles n'existent que tant qu'un Dasein est là pour les reconnaître, il suffit de tuer tout le monde pour effacer toute vérité éternelle. CQFD.
En attendant on comprend que cette vision pessimiste de l'existence (si quand même), utilitariste et sans agrément qui fait passer le "bon vivant" pour un imbécile naïf ou une vache à lait soit quelque peu en contradiction avec le régime méditerranéen (petites olives, morceaux de feta et salade niçoise). En attendant, l'heure de l'apéro approche et en ce qui me concerne, je reprends de la blanquette. Ce sera fromage et dessert. Et après un petit cognac, j'irai faire une bonne sieste - et c'est pas mon souci qui va m'en empêcher, foi de morue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Taxidermie
  25 août 2014
J'avoue n'avoir jamais apprécié cet auteur, et ne jamais avoir compris l'engouement fanatique qui semble avoir été celui de nombreux universitaires. Et pour deux raisons principales. 1) le début de l'ouvrage me semble très maladroit lorsque le philosophe réhabilite la question du sens de l'être en prétendant montrer que les trois arguments principaux de la tradition philosophique (indéfinissabilité puisque l'être n'est pas un genre, cercle vicieux cher à Pascal "l'être, c'est...",...) sont fragiles. En effet, Heidegger occulte de TRES NOMBREUX autres arguments : celui de Schopenhauer dans de la quadruple racine du principe de raison suffisante, celui de Condillac dans sa grammatologie, celui encore de Nietzsche (l'être comme fiction grammaticale), la théorie des incorporels stoïciens etc.. Très grande maladresse, donc. 2) Heidegger méconnaît les acquis de l'anthropologie et de la linguistique, lui qui a l'outrecuidance de croire que la phénoménologie existentiale peut les fonder !! Car le mot être n'est pas un universel : il n'existe pas dans l'araméen, dans l'algonquin, ni dans certains dialectes de l'Afrique noire ; et parce que, comme le remarque un linguiste comme Benveniste, le sens et la fonction du mot dépendent dans les langues du rapport avec le verbe avoir. Si Être et Temps conserve un intérêt, ce n'est certainement pas pour le mot être qu'il prétend analyser mais pour les analyses sur le langage et le rapport au temps et aux outils. Le reste n'est que rhétorique. Et il vaudrait mieux méditer sur les incessants néologismes dont fait preuve Heidegger dans cet ouvrage, et donc sur la CAPACITE en l'homme à inventer et à créer la langue plutôt que sur la soi-disant relation à l' Être que les langues chercheraient à expliciter. Mais la création est le grand thème absent de la réflexion heideggerienne. C'est plutôt une pensée du "faire-être" plutôt que de l'être dont la philosophie a besoin, et c'est la raison pour laquelle j'invite tout lecteur à lire Castoriadis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71
ow
  16 octobre 2013
à lire dans la traduction de...le traducteur m'échappe, y s'agit d'une traduction retirée de la circulation aussitôt après parution. A quoi jouent les éditeurs ?. Martineau voilà le nom. Sans comparaison avec celle proposée dans le commerce. Je ne parle pas allemand mais ma traduction, me vient d'un professeur de philosophie qui me la photocopiée.
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (24) Voir plus Ajouter une citation
colimassoncolimasson   09 janvier 2015
Dans le Dasein, aussi longtemps qu’il est, quelque chose qu’il peut être et qu’il sera est à chaque fois encore en excédent. Or à cet excédent appartient la «fin » elle-même. La « fin » de l’être-au-monde est la mort. Cette fin appartenant au pouvoir-être, c’est-à-dire à l’existence, délimite et détermine la totalité à chaque fois possible du Dasein. Cependant, l’être-en-fin du Dasein dans la mort et, avec lui, l’être-tout de cet étant ne pourra être inclus de manière phénoménalement adéquate dans l’élucidation de son être-tout possible que si est conquis un concept ontologiquement suffisant, c’est-à-dire existential, de la mort.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
colimassoncolimasson   18 décembre 2014
« Il est « illuminé » veut dire qu’en lui-même, en tant qu’être au monde, il est éclairé, non par un autre étant mais en ce qu’il est lui-même la clairière. Ce n’est qu’à un étant ainsi éclairé existentialement que l’étant là-devant devient tantôt accessible sous la lumière, tantôt caché dans l’obscurité.
Commenter  J’apprécie          282
gaillard1gaillard1   18 septembre 2010
Seul le présent est, l'avant et l'après ne sont pas ; mais le présent concret est le résultat du passé et il est plein de l'avenir. Le Présent véritable est, par conséquent, l'éternité.
Commenter  J’apprécie          401
colimassoncolimasson   22 juillet 2015
Étant à l'origine, c'est-à-dire existant comme être-jeté, le Dasein demeure constamment retranché en deçà de ses possibilités. Jamais il ne saurait pré-exister à son origine mais il n'est chaque fois existant qu'à partir d'elle et en tant que celle-ci. Dans ces conditions, « être-à-l'origine » ou être-fondement veut dire ne pas, ne jamais être maître de l'être le plus propre de l'origine. Ce « ne pas », fait partie du sens existential de l' être-jeté. Étant-à-l'origine, il est lui-même une négative de soi-même. Négative ne signifie aucunement n'être-pas-là-devant, ne pas subsister, mais veut dire un Non que cet être-jeté constitue (à l'encontre de l'être-le-plus-propre-à-l'origine).....Le Dasein est son origine en existant, c'est-à-dire qu'il est de telle manière qu'il s'entend à partir des possibilités et s'entendant de la sorte il est l'étant-jeté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          53
colimassoncolimasson   16 décembre 2014
Le souci d’être-dans-la-moyenne révèle une autre tendance essentielle au Dasein que nous appelons le nivellement de toutes les possibilités d’être.
Distantialité, être-dans-la-moyenne, nivellement constituent en tant que manières d’être du on ce que nous connaissons sous le nom de « publicité ».
Commenter  J’apprécie          95
Videos de Martin Heidegger (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Martin Heidegger
Le 29.04.18, Claire Nouvian était l'invitée de Zoé Varier pour faire le récit d'une ??Journée particulière?? (France Inter) :
"Ce jour-là, la journaliste et future activiste navigue en famille dans le sud du pays. Suite à une avarie, le voilier mouille dans une crique protégée de l?île de Koh Phi Phi. de l'autre côté, s?étend la longue plage de sable blanc très prisée des touristes. Soudain, la mer se retire comme aspirée par un siphon...
Un sauveteur au milieu des débris de stations balnéaires et bungalows sur la plage de Khao Lak en Thaïlande, le 30 décembre 2004, après qu'un tsunami ai frappé les côtes du pays le 26 décembre.
Après la vague destructrice, le bateau parti au large pour éviter le naufrage, revient vers la côte. L'île a disparu sous les eaux, coupée du monde extérieur. A perte de vue un paysage apocalyptique. Un magma de débris, de cadavres et de gens blessés appelant à l'aide. « Je voulais me rendre utile, j?étais dans l?action », se souvient Claire Nouvian. Mais sans information fiable, la rumeur enfle qu'une seconde vague va survenir et ordre est donné par le skipper de remonter à bord, au grand désespoir de la jeune femme qui n?a pas réussi à convaincre l?équipage de rester sur place.
Claire Nouvian s?est trouvée une « béquille philosophique » pour mettre des mots sur le traumatisme vécu : Gunther Anders, juif allemand, élève de Martin Heidegger, comme Hannah Arendt dont il fut le premier mari. Il abandonna l?enseignement de la philosophie pour lutter contre le nazisme, puis milita contre la bombe nucléaire juste après Hiroshima et Nagasaki. Günther Anders est le théoricien du catastrophisme éclairé : si on ne nomme pas la catastrophe, on y va tout droit. Or l?Homme, doté d?un esprit en escalier, être de croyance plutôt que de connaissance, n?est pas capable d?appréhender le pire. La preuve avec les décisions iniques des pouvoirs publics face au changement climatique.
Une évidence pour Claire Nouvian face à la catastrophe. Un an plus tard, en 2005 elle décide d?appliquer ce précepte en fondant l?association Bloom pour la défense des océans et des fonds marins, auxquels elle a d'ailleurs consacré un film. Depuis, quelques victoires ont été remportées en bataillant à Bruxelles contre les lobbies tout puissants : en 2016, le parlement européen interdisait le chalutage en eaux profondes, et début 2018, la pêche électrique.
Le 23 avril 2018, Claire Nouvian recevait le Prix Goldman pour l'environnement, considéré comme le « Prix Nobel de l?écologie »."
+ Lire la suite
Dans la catégorie : Allemagne et AutricheVoir plus
>Philosophie et disciplines connexes>Philosophie occidentale moderne>Allemagne et Autriche (278)
autres livres classés : philosophieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
292 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre