AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081295717
Éditeur : Flammarion (15/05/2013)

Note moyenne : 2.75/5 (sur 4 notes)
Résumé :
Cette anthologie célèbre le Tour de France, ses paysages, ses héros, son folklore et ses mythes à travers une sélection d'écrits (roman, article de presse, polar, poésie, chanson) d'auteurs de toutes époques.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
fanfanouche24
  09 juillet 2013
Dans le cadre de Masse Critique, je viens de lire un attrayant florilège de textes, pour les cent ans du Tour de France, rassemblé par Benoît Heimermann, grand reporter à l'Equipe Magazine, écrivain, auteur de documentaires et président de l'Association des écrivains sportifs
Dans son introduction, l'auteur revisite l'Histoire du tour de France au fil de ces 10 décennies, ainsi que les plumes célèbres qui l'ont encensé, magnifié..
Auparavant, l'auteur, nous parle avec beaucoup de justesse de l'objet
« Bicyclette », symbole extraordinaire dans l'histoire des hommes….
Une phrase à la première page de l'introduction qui condense à elle-seule l'importance de cet objet, hautement symbolique, techniquement et humainement : « Deux apprentissages prioritaires occupent l'enfant à l'aube de son plus jeune âge : maîtriser l'écriture et maîtriser une bicyclette » (p.9)
« Depuis son invention, la bicyclette a été le véhicule privilégié d'un futur prometteur et radieux » (…) « Codicille non négligeable : le vélo jouissait à cette époque d'une cote de popularité exceptionnelle. Vedette de l'Exposition universelle de 1900, la « fée bicyclette » chevauchait les avantages conjugués de la perfection et de l'agrément. (p.12)
Jules Romains admet qu'il « apprend la bicyclette pour apprendre à se conduire dans la vie » (p.13)
L'auteur rappelle les grands noms de la littérature, inspirés par le Tour de France : Albert Londres, Yves Gibeau, Kleber Haedens, Armand Lanoux, Pierre Daninos, Pierre Benoît, Jean-Pierre Chabrol, Jacques Perret…pour arriver au nom incontournable : Antoine Blondin qui entre 1954 et 1982, suivit quelques 27 tours de France, au fil desquels il ne donna pas moins de 524 chroniques à l'Equipe.. « Journal où, à l'entendre, il se sentit plus en confiance qu'au sein de n'importe quel cénacle littéraire » (p.18)
Cette anthologie est présentée en huit parties thématiques, avec à chaque chapitre, des sélections de textes d'écrivains, avec une brève notice biographique pour chacun.
I-Tour d'Enfance
II-Campionissimo [sur les grands champions de la route, depuis 100 ans]
III-Qui m'aime me suive [Le Tour est un compagnonnage, avec son noyau d'assidus]
IV.La kermesse héroïque [3 semaines de fête, de mythes et légendes]
V. C'est mon tour [Les chantres du Tour ne sont pas que des spectateurs, mais souvent, de purs pratiquants qui sacrifient au culte de la petite reine]
VI. Les femmes aussi [Le Tour est misogyne-Quelques pionnières ont accompagné le Tour, et en ont fait des chroniques ]
VII. Drôles de drames [ le Tour en dehors des enthousiasmes et des victoires, ne va pas sans accidents, tricheries, et mensonges]
VIII. le Tour est un roman [« le Tour est une fiction sans cesse recommencée »]
Il y aurait mille choses à citer, souligner dans cette anthologie, j'ai opté, par parti pris, je l'admets, de parler des noms de la littérature, plus confidentiels…Au départ, je souhaitai, mettre en exergue le chapitre consacré aux plumes féminines : Colette, Gabriele Rolin, et Annie Ernaux, mais les textes sont décevants, sauf celui de cette dernière, qui a servi de préface au Tour du Tour par trente-six détours, de François Salvaing, 1990
-Le mercredi 26 juin 1963, un jour gris et moite, le Tour de France arrive à Rouen. Une étudiante- c'est moi-, écrasée par la fatigue des examens, se réveille à 17h 30 dans sa chambre de la cité universitaire. A ce moment, tout l'absurde de l'existence se résume à ceci pour elle : elle vient de rater ce qui a été le grand désir de ses quinze ans, voir passer le Tour de France.
Nous sommes des millions à avoir des moments de notre vie inséparables du Tour. Bobet, Anquetil et les autres font partie de notre mémoire, de notre imaginaire, de nous-mêmes. Source de rêves et d'émotions, ils nous ont d'une façon ou d'une autre, à un moment, aidés à vivre. C'est cela même qui définit une culture. le Tour de France a été, demeure, l'épreuve sportive la plus populaire. (…)
Le Tour de France est comme l'accomplissement extrême de cette humanité. Il devient donc épopée. L'espace se fait géographie (…) le temps se fait histoire, étape après étape, celle d'une communauté d'hommes, avec ses luttes internes, ses drames, et le dur désir de durer dont parle Eluard, de durer jusqu'au bout au moins, de gagner, peut-être.-
Parmi les artistes que j'ai découverts, Paul Souchon (1874-1951)- Poète et dramaturge qui a voué sa vie à Victor Hugo, et à sa maison-musée de la place des Vosges, dont il fut longtemps le conservateur . je choisis de citer
quelques strophes d'une de ses poésies : « Compagnons du Tour de France » [Les Chants du stade-1923]
Naguère, la canne à la main,
Le baluchon sur les épaules,
Les Compagnons, sur le chemin,
Sifflotaient à l'ombre des saules.
Nous sommes d'autres compagnons,
Mais, esclaves d'une machine,
Nos mains se crispent aux guidons
Et nous courons, courbant l'échine
(…)
La route ! Nous la conquérons
A chaque coup de nos pédales,
Avec elle nous pénétrons
Dans les villes aux belles dalles.
(…)
Enfin, là-bas, voici paris
Qui nous attend au bord du fleuve
Ses applaudissements fleuris
Sont la couronne de l'épreuve.
Offrons-lui, vaincus ou vainqueurs,
Gonflés de joie et d'espérance,
Les derniers efforts de nos coeurs
Où palpite toute la France.
Cette anthologie de par sa variété, son éclectisme devrait contenter un grand nombre de passionnés du Tour de France et de la littérature, avec la découverte d'auteurs moins médiatisés : Jean Meckert, James Waddington, François Bott, Olivier Dazat, Jacques Sternberg, Christian Laborde, Ludovic Janvier (poète et auteur de deux études sur Samuel Beckett),etc. et des extraits d'oeuvres aux tons les plus colorés.-Ce florilège est enrichi de deux bibliographies.
J'achève sur les lignes enthousiastes d'Aragon parues dans Ce soir, juin 1947.
-Le Tour…c'est la fête d'un été d'hommes, et c'est aussi la fête de tout notre pays, d'une passion singulièrement française : tant pis pour ceux qui ne savent en partager les émotions, les folies, les espoirs ! Je n'ai pas perdu cet attrait de mon enfance pour ce grand rite tous les ans renouvelé. Mais j'ai appris à y voir, à y lire autre chose : autre chose qui est écrit dans les yeux anxieux des coureurs. La leçon de l'énergie nationale, le goût violent de vaincre la nature et son propre corps, l'exaltation de tous pour les meilleurs…-
Avant ma lecture, j'avais quelque réticences, n'étant pas une inconditionnelle du cyclisme...mais cette anthologie, comme ce type de florilège, offre le plaisir de découvrir sur un sujet de prédilection, des points de vue, des perceptions, des écrits d'époques et de tons, très variés, qui nous font faire de jolies découvertes...Ceci au fil d'une lecture, qui n'est pas obligatoirement linéaire, nous permettant de vagabonder, piocher au fil des humeurs et des envies
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Bibliolibra
  07 juillet 2013
Benoît Heimermann, « grand reporter à l'Equipe Magasine, écrivain, auteur de documentaires et président de l'Association des écrivains sportifs » (cf. 4ième de couverture), réussi sans conteste un Tour magistral des écrivains qui ont écrit autour et sur le Tour de France.
Je ne suis pas une grande fan du Tour de France, mais ma curiosité m'a encore amenée à pousser les limites de mes réticences en sélectionnant cette oeuvre parmi les livres de la Masse Critique de Babelio. J'ai reçu ce livre avec quelques réserves, je l'avoue. J'avais peur de me retrouver face à l'Histoire du Tour de France, celle qui s'étire longuement et sans fin et de ne jamais connaître le Tour de France qui « se lit autant qu'il se voit ».
Léger, frais, vivant et convivial, mes craintes se sont rapidement envolées lorsque j'ai intégré le peloton intemporel des écrivains qui en quelques pages, chacun à leur Tour, racontent, chantent, expriment, crient le Tour. Je me suis retrouvée dans une véritable embardée de souvenirs, d'histoires, d'émotions. J'ai traversé les époques, les moeurs, les pratiques d'antan. J'ai apprécié les accents chantants, les moments d'ivresse et les souvenirs insolites. J'ai parcouru les foules aussi vite et aussi efficacement qu'un flash et j'ai ressenti avec les mots et les images.
Voir le Tour de France avec l'oeil de l'écrivain, et non du téléspectateur, a été pour moi une réelle expérience littéraire, originale et singulière. Je ne me suis jamais sentie aussi proche du Tour, Je l'ai vécu de l'intérieur et j'ai trouvé l'aventure bien plus enrichissante et intéressante.
Benoît Heimermann donne ici tout son sens à une pratique qui pour moi n'en avait pas spécialement. J'ai compris le Tour de France.
En cette période de l'année, je trouve que cette lecture tombe à pic ! Quoique même en hiver, elle ne serait pas désagréable, pour celui qui souhaiterait revivre quelques temps chaleureux et vivifiants. Je conseille ce livre à quiconque se sent de vivre une épopée « cycliste » en dehors de tout sentier battu et aux curieux du Dimanche. du reste, il est évident que les Fans du Tour de France ET/OU de littérature se complairont incontestablement dans cette « grande boucle vue par les écrivains ».
Enfin, je n'oublie pas de remercier les Editions Flammarion ainsi que Babelio grâce à qui j'ai pu faire la découverte de cette oeuvre « estivale » et « rafraîchissante ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Hathaway
  01 juillet 2013
Le cyclisme est le sport qui a sans doute inspiré le plus d'auteurs, romanciers et même poètes.
Chacun a sa façon de voir le Tour de France, chacun ou presque, à son anecdote personnelle.
Ce livre ressemble à un roman fleuve, avec un très grand nombre d'épisodes ou chaque écrivain fait un scénario, et qui, en fin de compte, retrace les 100 ans de Tour.
Tous, à quelques exceptions près, vivent ou ont vécu cette épreuve avec plaisir, bonheur, certains l'expriment simplement d'autres sont plus dytirambiques. Et il y en a ainsi pour tous les goûts.
L'éventail des auteurs est très large, masculin à 95 %, allant du "sportif de salon" au mordu de vélo.
Un livre regroupant donc des morceaux de romans, de revues, de journaux, de pamphlets, pris au fil des 50 ou 60 dernières années de la libération cyclistique française. Un très gros travail de recherche... Côté littérature tout un chacun connaît tout le monde et côté "vélo", l'occasion de se remémorer ou d'évoquer de croustillants souvenirs.
Merci donc a Babelio et son opération Masse Critique ainsi qu'aux éditions Flammarion pour la découverte de ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40

critiques presse (1)
Lexpress   04 juillet 2013
Rien n'y est oublié, et c'est tout l'intérêt d'une somme qui se lit comme on vit une course: chaque étape est la narration d'une "géographie homérique" (Roland Barthes). Chacune est un chapitre historique, géographique, physiologique, intellectuel et artistique où tout respire plus vite, plus haut, plus fort. Littéraire, donc.
Lire la critique sur le site : Lexpress
Video de Benoît Heimermann (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Benoît Heimermann
Soirée SPÉCIALE Femmes des pôles autour du livre de Benoit Heimermann paru aux éditions Paulsen. Regardez la soirée en direct ou en replay depuis votre ordinateur, tablette ou smartphone...
autres livres classés : cyclismeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
693 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre