AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2874493015
Éditeur : Les Impressions nouvelles (03/09/2015)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Sociologue de l’art, auteure d’une trentaine d’ouvrages et d’un grand nombre d’articles dans des revues de sciences sociales françaises et étrangères, traduite dans le monde entier, Nathalie Heinich revient dans cet entretien sur son parcours atypique : des études de philosophie en province au séminaire de Pierre Bourdieu à Paris, des années noires de l’« intello précaire » au CNRS et à l’École des hautes études en sciences sociales, de l’après-68 à l’entrée dans le... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
tamara29
  17 octobre 2015
Merci à Babelio et aux éditions « Les nouvelles impressions » pour les entretiens de Nathalie Heinich « La sociologie à l'épreuve de l'art » menés par Julien Ténédos.
Dans ces entretiens, Nathalie Heinich revient sur son parcours de sociologue, de ses années d'étudiante, notamment avec un de ses professeurs de Thèse -Bourdieu dont elle se détachera peu à peu-, ses premières recherches, ses publications, ses sujets d'intérêts qui évolueront et/ou s'affineront jusqu'à aujourd'hui.
Certes, on ne peut guère lire cet ouvrage sans un minimum de bases sociologiques : à savoir connaître les plus célèbres chercheurs et sociologues, de Weber à Bourdieu, de Goffman, Thevenot a Boltanski en passant par Durkheim ou Pollak, pour ne citer qu'eux (et dans le désordre)… et bien sûr, leurs principes ou paradigmes comme l'identité, habitus, domination, ideal-type, etc.
La sociologue se montre souvent, dans ces entretiens, assez pédagogue en expliquant les principaux termes et différents champs de pensées et d'études. Mais comme elle le dit : « l'effort doit être réciproque : si les lecteurs ne sont pas capables de chercher dans le dictionnaire lorsqu'ils rencontrent un mot qu'ils ne connaissent pas, c'est leur problème, pas le mien ! ». le principe est posé, j'ai un dictionnaire à portée de main au besoin…
Il m'a été assez agréable d'avancer avec elle dans les différentes thèses en partant de ses premières réflexions, en la suivant dans ses découvertes, ses lectures, son apprentissage et dans les différents domaines qui l'ont intéressée ou qui l'ont tout simplement permise de vivre de son métier.
Si certains lecteurs pouvaient ne pas en avoir conscience, Nathalie Heinich montre à quel point ce n'est pas toujours des plus faciles de trouver des études financées, surtout quand se jouent les jeux de pouvoir, de sélection, de rivalité dans ces milieux intellectuels, ces milieux de la recherche, surtout lorsqu'on se démarque des plus médiatisés et influents.
Suivre son apprentissage en tant que sociologue permet au lecteur, peu à peu, de rentrer plus en profondeur dans les théories sociologiques. (Même si, de temps à autre, j'ai dû revenir sur certains concepts, les relire plusieurs fois avant de les intégrer).
En dépit du titre de l'ouvrage, les entretiens ne sont pas exclusivement centrés sur la Sociologie de l'Art, notamment sur l'identité de l'artiste ; certains chapitres sont consacrés à des terrains de recherches bien différents qu'elle a réalisés, comme l'identité de l'écrivain ou encore l'identité féminine.
Au fil des pages, elle affirme et rappelle un de ses principes : un sociologue ne peut émettre de jugement de valeurs. Et cela vaut aussi bien pour le domaine de l'Art que pour les autres thèmes sociologiques, les divers groupes sociaux étudiés, etc. (quelques soient aussi les enjeux sociétaux, la fierté par certains à être des références ou encore malgré ses propres valeurs qu'on souhaiterait défendre). « Il faut considérer les oeuvres non comme les objets de la recherche mais comme des matériaux documentaires » […] en les appréhendant selon une perspective pragmatique, c'est-à-dire en observant ce qu'elles font, plutôt que de décrire ce qu'elles sont ou de dire ce qu'elles valent. »
Et au fil de ses recherches, de ses découvertes et hypothèses, elle a aussi compris son goût pour la méthode « empirico-inductive » (soit par un travail de terrain bien sûr et d'observations des acteurs) ; mais aussi de qui elle se sentait la plus proche (de Weber notamment).
Nathalie Heinich ne craint pas d'énoncer ses théories, de marquer ses différences avec ses confrères, quitte à en égratigner certains, et même si cela va à l'encontre de grands chercheurs de grande renommée (tel que Bourdieu) ; ce qui lui vaut, ajoutés à ses recherches en Sociologie de l'art (peut-être sous-considérée dans le milieu) de se sentir comme une sociologue en marge, et de se voir parfois refusée de publication de ses recherches.
J'avoue que ces entretiens m'ont laissée un peu sur ma faim. Et j'aurais aussi apprécié d'avoir une liste de ses principaux ouvrages sociologiques (notamment) de référence.
Finalement, ces entretiens servent, selon notre connaissance : soit pour le novice, de bonne entrée en la matière, soit, pour le moins novice, de rappel et synthèse de certaines connaissances sociologiques. Et, peut-être, pour ma part, n'est-ce qu'un préambule pour aller à la découverte d'autres textes sur la sociologie de l'art ?
Ils m'ont d'ailleurs aussi donnée l'envie de lire le livre écrit avec la psychanalyste Caroline Eliacheff (fille de Françoise Giroud) « Mères-filles – une relation à trois » (où la fiction, les oeuvres littéraires ont servi de matériau de recherche). Et cela me rappelle de lire plus régulièrement des essais dans divers domaines (ou tout du moins mes domaines de prédilection).
Alors, comme en a pu en avoir l'expérience la sociologue Heinich lors de ses travaux durant lesquels elle a pu côtoyer (et se servir de) d'autres disciplines (tel que la psychanalyse, l'anthropologie, l'histoire…), une oeuvre nous ouvre souvent les portes vers d'autres centres d'intérêts, d'autres interrogations ou curiosités, d'autres auteurs. Ils nous poussent à aller jeter un oeil vers d'autres sujets, d'autres genres littéraires, d'autres plaisirs futurs.
Ils nous incitent malicieusement à ouvrir notre regard sur le monde, la société, les autres, mettre à mal nos préjugés ou jugements de valeurs, à affiner nos connaissances et compréhensions du monde, de l'humain et de nous-mêmes, à goûter à d'autres parfums, à enrichir et multiplier les plaisirs…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
cprevost
  02 novembre 2015
Il existe de grands livres d'entretien qui éclairent les travaux d'intellectuels de premier ordre. La confidence autobiographique n'est pas le fort des savants, ils se sont généralement très peu livrés préférant s'effacer derrière leurs oeuvres. Ils acceptent cependant, parfois, de se raconter, de faire le récit de leurs carrières, de leur vie intellectuelle. Ils donnent de nouveaux éclairages sur leurs travaux, et les conditions dans lesquelles ils se sont développés et imposés. Ils offrent ainsi un témoignage capital sur la vie des idées de leur temps. Ils n'hésitent pas à parler aussi de leurs amis, de leurs goûts littéraires, philosophiques et artistiques. Mais surtout, ils donnent à un large public de non-spécialistes une voie d'accès à leurs pensées, dont ils font comprendre la portée et les enjeux. Dans « La sociologie à l'épreuve de l'art » nous n'avons malheureusement absolument rien de tout cela.

Cet entretien avec Julien Ténédos donne l'impression, à tort ou à raison, d'un travail de Nathalie Heinich, sans aucun doute ponctuellement et pratiquement utile pour telle ou telle administration, mais sans véritable portée intellectuelle. Simple compilation, il semble rien nous apprendre que nous ne sachions par ailleurs et notamment en ce qui concerne le monde de l'art. Il y a passage du professionnel au vocationnel. Il existe une pluralité des cadres de perception, une opposition entre des registres de valeurs, des frontières entre le monde de l'art et le monde ordinaire. L'art moderne et contemporain transgressent les frontières générant des réactions négatives des non-spécialistes qui refusent la violation des lignes et tentent de les rétablir et des réactions positives des spécialistes qui au contraire les ouvrent afin d'intégrer les propositions nouvelles et problématiques. Les transgressions de l'art moderne sont formelles tandis que celles de l'art contemporain portent sur les frontières elles-mêmes. Nous assistons un jeu à trois : public, artistes mais aussi intermédiaires dont le rôle est essentiel mais reste voilé, etc. … Pas d'avantage de surprise en ce qui concerne l'identité et sa perception chez l'écrivain et l'artiste. L'identité est la mise en cohérence nécessaire de trois moments : l'auto perception, la représentation et la désignation par autrui, le lien communautaire est un moyen de gérer les problèmes d'identité. L'artiste a beaucoup de mal à se définir dans une catégorie très valorisée qui engendre des écarts de grandeurs (diversité des systèmes de valeurs) et où la limite entre amateurisme et professionnalisme est flou. L'artification représente l'ensemble des phénomènes par lesquels le producteur en vient à être considéré comme artiste. Encore moins de surprise en ce qui concerne la singularité et la capacité, néo religieuse, de construire des communautés autour d'elle. Ce qui est en jeu ainsi avec la reconnaissance de van Gogh, c'est un déplacement de la sainteté dans le monde laïque.

Il faudrait reprendre, point par point, les considérations un peu à l'emporte-pièce de Nathalie Heinich sur les différents courants de la sociologie de son temps. Mais là aussi, avec le déplacement vers un certain conservatisme, depuis les années 70 et le début des années 80, du centre de gravité de la vie intellectuelle française, rien qui n'ait été répété ad nauseam et qui mériterait que l'on s'y attarde. Elle s'insurge contre la pensée critique de Bourdieu sans que l'on sache vraiment si c'est la pensée, la critique ou les deux à la fois qu'elle lui reproche. Bourdieu souffrirait énormément de sa pulsion normative. Rien en revanche de tel chez Nathalie Heinich. Elle est partisante d'une sociologie inductive, empirique, descriptive, pragmatique et compréhensive qu'elle a découverte, avec ses pourtant incontournables classiques, assez tardivement. Il semble qu'elle pratiquait avant cela cette forme de sociologie comme Monsieur Jourdain faisait de la prose. Son travail, à la lecture de ce pensum qui en reprend la trame, apparait comme une succession d'enquêtes, de commandes administratives diverses dont elle tire des conclusions d'une grande trivialité et des livres. Sans originalité, son travail s'emble s'apparenter à une sorte de taxinomie sociologique et de la sociologie.

Nathalie Heinich a publié un « Bêtisier du sociologue », ce qui est assez courageux. Nous lui proposons cependant d'y ajouter quelques notes plus personnelles prises au hasard parmi beaucoup d'autres dans « La sociologie à l'épreuve de l'art ». Page 9, première ligne de l'ouvrage, « (…) je ne viens pas d'une famille qui connaissait vraiment le monde intellectuel. Mais ma première approche de la sociologie de l'art s'est faite à travers un livre de Pierre Francastel trouvé dans la bibliothèque de mes parents, quand j'étais encore au lycée». Page 95, « Je me passionne pour cette autobiographie qui a l'avantage de n'être pas un matériau sollicité par le chercheur, comme c'est le cas d'un entretien, mais un témoignage spontané, ce qui a une garantie de pertinence ». Quelques lignes plus loin, « J'avais donc trois études de cas, que j'ai pu rédiger pour en faire le thème d'une communication à un colloque sur « la gloire » à l'été 1992, et un article – tout en me disant qu'un jour il faudrait que je pousse cette question ». Page 105, « D'ailleurs, j'oublie en général ce qu'il (mes livres) y a dedans et je dois m'y replonger pour m'en souvenir et pouvoir en parler, parce qu'une fois publié, c'est derrière moi … ». Page 127, « Je crois que de ce point de vue les sociologues ont – ou du moins peuvent avoir – une perspective diamétralement opposée à celle des historiens, qui ont plutôt tendance à s'étonner que les choses changent, et à s'interroger sur les raisons des variations. Alors que moi, en sociologue, je trouve que ce qui est normal c'est que tout bouge, ne serait-ce que parce que le temps passe ; ». Page 130, « Encore une fois, c'est une faute de raisonnement grossière, car si une chose est socialement construite, c'est que justement elle est nécessaire du point de vue de la collectivité humaine (…) ». Page 181, « J'aime beaucoup travailler avec la fiction, d'abord parce que c'est un matériau qui préexiste à l'enquête, qui n'est pas constitué par le chercheur, qui est donc forcément pertinent pour les acteurs ; ensuite parce que c'est un matériau collectif, dès lors qu'il est publié (…) ».

Les pages de « La sociologie à l'épreuve de l'art » sont pleines du ressentiment de l'auteure et, à la fermeture du livre, elles vous laissent une impression d'incontestable malaise. Nathalie Heinich vous fait penser à ces musiciens d'orchestre toujours insatisfaits parce qu'ils ne seront jamais solistes, du moins dans une formation prestigieuse (« je me suis vue marginalisée par Bourdieu » (page 30) ; « Boltanski élaborait ses « économies de la grandeur » en m'interdisant l'accès à son séminaire, et me demandait ensuite de venir y plancher devant ses étudiants, qui me prenaient pour une demeurée ! » (page 78) ; « Comme le van Gogh, il (mon livre) a guère était lu par mes pairs, et mal ou peu lu par le public qui s'intéresse aux prix littéraires. Quant à mes collègues du GSPM, qui auraient dû en être les premiers lecteurs, j'avais renoncé, à l'époque où le livre est paru, à trouver en eux des interlocuteurs », etc.). Enfin, il faut également ajouter au bénéfice de la sociologue que le questionnement indigent et hagiographique de Julien Ténédos dessert grandement le livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Laura94
  25 octobre 2015
Sous forme d'entretiens, cette oeuvre propose une approche intéressante mais peut-être trop concise de la sociologie de Nathalie Heinich et de son entourage, notamment Bourdieu. Comme l'indique le titre, celle-ci, après un parcours scolaire pour le moins original, s'est surtout intéressée à l'art contemporain. Même s'il est vrais que les principaux thèmes sont abordés, le lecteur reste parfois sur sa faim; tout doit être traité, et donc beaucoup de notions sont quelques fois rapidement éludées. de quoi donner envie de lire les oeuvres de cette auteure!
Commenter  J’apprécie          34
Videos de Nathalie Heinich (19) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Nathalie Heinich
Comment devient-on un "artiste" ? Quelle image l'artiste donne-t-il à voir de lui-même ? À l'occasion de l'exposition "Le rêve d'être artiste" au Palais des Beaux-Arts de Lille, Guillaume Erner interroge les différentes facettes de la figure de l'artiste avec Nathalie Heinich (sociologue de l'art et directrice de recherche au CNRS) et Bruno Girveau (directeur du Palais des Beaux-arts de Lille et commissaire général de l?exposition).
L'Invité des Matins de Guillaume Erner - émission du 13 septembre 2019 À retrouver ici : https://www.franceculture.fr/emissions/linvite-des-matins/saison-26-08-2019-29-06-2020
Abonnez-vous pour retrouver toutes nos vidéos : https://www.youtube.com/channel/¤££¤19Bruno Girveau7¤££¤6khzewww2g
Et retrouvez-nous sur... Facebook : https://fr-fr.facebook.com/franceculture Twitter : https://twitter.com/franceculture Instagram : https://www.instagram.com/franceculture/
+ Lire la suite
autres livres classés : sociologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (5 - essais )

Roland Barthes : "Fragments d'un discours **** "

amoureux
positiviste
philosophique

20 questions
424 lecteurs ont répondu
Thèmes : essai , essai de société , essai philosophique , essai documentCréer un quiz sur ce livre