AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontres

Yannick Van Belleghem (Traducteur)
EAN : 9782811200015
401 pages
Milady (06/06/2008)
3.81/5   95 notes
Résumé :
Le passage de pierre tenu par la tribu naine des Cinquième est tombé onze cents ans plus tôt, laissant le Pays Sûr aux mains des créatures maudites de Tion. Pourtant, la résistance s'est organisée et un statu quo opère depuis plusieurs siècles. Mais voici que les créatures se remettent à bouger et que les choses s'accélèrent. Le Pays Mort reprend son avance et tous ceux qui meurent dans ses limites se voient ressusciter et leur volonté aliénée pour en faire de fidèl... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (27) Voir plus Ajouter une critique
3,81

sur 95 notes
5
7 avis
4
12 avis
3
4 avis
2
1 avis
1
0 avis

CasusBelli
  31 mars 2022
Je me suis enfin décidé à attaquer la saga des nains de Markus Heitz qui sommeillait dans ma PAL depuis sept ou huit ans, il y a tant à lire...
En lisant la biographie de l'auteur à la fin de ce premier opus, on y apprend qu'en Allemagne cette série a connu un grand succès et que Tungdil le Nain y est plus célèbre que le Gimli du "Seigneur des anneaux", rien de moins.
Cette lecture, c'est aussi mon premier livre dédié aux nains, personnages incontournables de la littérature fantasy mais le plus souvent cantonnés aux seconds rôles, ce qui ne sera bien sûr pas le cas ici.
Autant le dire tout de suite, j'ai apprécié cette histoire, j'ai apprécié le style et le rythme, aimé le scénario, bref, un bon moment de lecture et une heureuse rencontre.
Pourtant l'intrigue est loin d'être originale. Tungdil, jeune nain orphelin est recueilli dès sa naissance par un mage qui va l'élever et l'éduquer parmi les hommes. Maintenant adulte et à la suite d'une série d'événements, il va devoir entreprendre un voyage et s'acquitter d'une mission, ce qui n'est pas pour lui déplaire car sa destination devrait lui permettre de rencontrer enfin des nains pour la première fois.
Je ne vais pas en dire plus, on commence avec une fantasy plutôt gentille pour basculer dans un récit plus orienté "dark fantasy", on sent une nette influence issue du "Seigneur des anneaux" avec un contexte très ressemblant puisque l'on croisera également des elfes et des orcs, ce qui n'est pas pour déplaire d'autant que l'auteur sait imprimer sa marque et ses différences.
Pour conclure je n'en pense que du bien, pas original certes mais très bien réalisé !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          654
Pavlik
  14 novembre 2015
Un sympathique roman de fantasy, plutôt facile à lire.
Tungdil est un Nain tout ce qu'il y a de plus heureux, en la demeure de Lot-Ionan, son père adoptif, un puissant Mage, membre des Six. Pourtant, les Nains sont rares dans le Pays Sûr, "aussi rares que les pièces d'or au bord d'un chemin". Il n'a donc jamais rencontré d'autres Nains et tout ce qu'il sait d'eux vient de ses lectures. Une tristesse languissante, de ne rien savoir de ses origines, émaille ainsi sa vie tranquille de forgeron. Mais voilà que Lot-Ionan lui annonce qu'il a écrit au roi de la Maison des Quatrièmes, une des quatre qui subsistent depuis l'anéantissement des Cinquièmes au Passage de Pierre, un des accès entre le Pays Sûr et le Pays Mort, peuplé par les redoutables créatures du dieu Tion (Orcs, Ogres, Albes...). Il se pourrait bien qu'il fasse partie d'un des clans de cette Maison. Peu de temps après, irrité par les accrochages à répétition entre Jolosin (un de ses disciples) et Tungdil, il confie à ce dernier la tâche de retrouver un de ses anciens élèves, afin de lui remettre des artefacts...
Un roman facile à lire donc. le style est sommaire et la traduction pas toujours très heureuse. Mais les pages se tournent facilement. J'ai eu du mal à m'attacher au personnage de Tungdil, à cause de son côté naïf, un peu trop gentil. En plus, on ne peut pas dire, qu'à l'instar de ses compatriotes, il soit un redoutable guerrier. C'est plutôt un érudit-artisan mais qui, au gré de ses aventures va apprendre, en compagnie de Boendal et Boindil, ses gardes du corps, chargés de la ramener sain et sauf à Ogremort, la grande forteresse des Seconds (vous découvrirez pourquoi en lisant le livre), la culture naine. Il conservera néanmoins son caractère "nekketsu" (le héros de shonen valeureux et bon qui ira jusqu'au bout de ses forces pour faire triompher le bien). Et c'est bien ça qui me dérouta au début. Car la route, de nos jours, est plutôt encombrée de low fantasy cynique et "réaliste", tendance Game of Throne. En un sens, "les Nains", c'est de la fantasy à l'ancienne...
Si ce n'est la petite touche d'horreur offerte en prime, notamment via les sévices (bien détaillés) que peuvent faire subir les Albes (en gros des elfes noirs) à leur victimes, ainsi que les Orcs. Un des gros point fort du bouquin c'est les scènes de baston, très bien rendues, d'autant qu'il n'y a pas d'ambiguïté : les Nains sont là pour poutrer du chaotique mauvais. Sinon l'univers est plutôt classique, si ce n'est les Elfes qui sont en voie de disparition, grignotés par le Pays Mort et l'aspect "mort-vivant" de ce dernier qui ne serait, sinon, qu'un avatar du Mordor...
Au final, grâce à des personnages attachants, une intrigue simple mais efficace et des scènes d'action accrocheuses, "les Nains" s'avère être un roman plutôt plaisant. de la "easy fantasy" en somme...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3810
RosenDero
  28 septembre 2017
Le Pays Sûr est peuplé de trois principales races humanoïdes : les hommes, les elfes et les nains. Ces derniers ont pour vocation la défense de tous les autres, et du pays en général. Établis depuis des millénaires dans les montagnes qui entourent la région, ils font fièrement face aux attaques de peaux vertes envoyées par le dieu maléfique Tion.
Mais un jour, une mystérieuse maladie emporte un clan de nains entier, et avec eux le Passage de Pierre dont ils étaient gardiens, laissant ainsi déferler les hordes du pays mort et les terribles Albes, cousins pervertis et ennemis jurés des elfes, sur le Pays.
Le destin de tous reposera entre les mains d'un nain orphelin à l'histoire énigmatique, recueilli à sa naissance par un puissant mage...
---
EasyFantasy qui roule comme un nain dans un tonneau de bière !
Extrêmement facile à lire, ce premier tome nous présente un univers sympathique (même si fortement "inspiré" de tout ce que l'on connaît déjà en fantasy : sans parler de la présence des "races" traditionnelles, le simple fait de regarder la forme du Pays Sûr rappellera celle du Mordor, avec ses chaines de montages format un carcan quasiment infranchissable), bien qu'insuffisamment décrit ou détaillé à mon goût, au sein duquel Markus Heitz nous offre un héro atypique auquel on s'attache assez rapidement. le format de la "quête" est ultra traditionnel, avec ce nain singulier (il n'a jamais vu aucun autre nain, il n'a jamais tenu une arme, il est lettré et a un magicien humain pour père adoptif !) au destin hors norme qui devra sauver le monde à la force de sa volonté, commençant par un passage obligé de quête initiatique (dopée aux Deus Ex Machina), qui suivra par la formation d'une "communauté" et un "voyage inattendu". Là encore, l'immersion est faiblarde car on a plus le sentiment de "téléportation" que de véritable voyage, et si les combats et les dialogues restent très bons, on sent bien que nous sommes face à un récit épique qui ne s'embête pas avec le background qui lui sert d'alibi.
Le style et l'histoire m'ont beaucoup fait penser à la série des Orcs de Stan Nicholls (chez le même éditeur d'ailleurs...), pouvant se dévorer, tant elle est fluide et simple, mais pour laquelle je regrette le manque de profondeur (par contre, contrairement aux Orcs de Nicholls, les Nains de Heitz sont vraiment des nains, et pas des humains "nanifiés").
En conclusion, véritable page turner d'easy fantasy, ce premier tome se termine en feu d'artifice et force le lecteur (bon public) à continuer l'aventure ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
beugzbee
  19 avril 2016
En commençant le livre, je remarque une liste de personnage, classés selon leurs maison et clans, et là je me dis "ça va encore être de ces bouquins avec tant de personnages que je vais me perdre, ça va être chiant". Surtout que le prologue commence fort, avec moult noms compliqués.
Un mauvais à priori vite dépassé. En vrai, à par les deux jumeaux nains qui pour moi s'appellent et s'appelleront toujours pareil, le personnages sont amenés tout en douceur, et on s'en souvient bien, tout va bien.
Là où j'ai un peu plus de mal, c'est pour les noms de lieux, mais rien d'important (pas au point que je ne me donne la peine de regarder la carte plusieurs fois en tout cas).
Passons dans le vif du sujet.
Evidemment l'originalité c'est que les nains sont les héros. A part ça, fantasy classique: racisme (au sens propre, entre les différentes races), clanisme, magie, monstres, invasion venue du pays du mal.
N'empêche que même si c'est classique c'est efficace et entraînant, surtout grâce a Tungdil, notre héros. Un nain qui découvre le mode de vie des nains en même temps que nous, un type cultivé et plein d'humour et de courage et dépourvu d'à priori.
Dans ce premier tome, il se balade un peu partout, le but n'est pas clairement lié à la sauvegarde du Pays Sûr. Mais on découvre le monde, c'est à la fois agréable et violent, ça nous met en route pour la vraie guerre.
S'il est central, Tungdil n'est pas le seul point de vue. On voit aussi celui de Lot-Ionnan, son père Mage adoptif, un vieux grincheux fort aimable et drôle, et celui du Grand-Roi nain et son conseiller, des gens à la grande bonté.
Ce tome me semble être une grosse introduction à l'univers, mais c'est tellement bien fait, avec tout de même de l'action, que le tout est vraiment très agréable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Akyah
  13 août 2015
Quand j'ai commencé à lire la série des Nains j'avais un peu peur de retomber dans une copie du Seigneur des Anneaux ou de Bilbo le Hobbit, mais rien de tout cela, j'ai enchaîné les huit tomes, qui à l'origine n'en sont que quatre, en un rien de temps. Ma critique sera la même pour les 8 Tomes. On retrouve donc tout ce qu'il faut pour faire un bon fantasy, beaucoup de nain, six clans au total, avec chacun leurs particularités bonne ou mauvaise mais toujours de bon guerrier souvent ronchon mais ne refusant jamais une bonne guerre contre les orques. Beaucoup d'orques, des gnomes et en fonction des tomes beaucoup d'autres créatures bonne ou mauvaise. On y trouve également des elfes et des albes ou elfes noirs. Et avec tout ça quelques mage pour amener un peu de magie. Au fil des tomes, les bons peuvent devenir mauvais et inversement, certains personnages attirant meurs pour laisser la place a d'autres tout aussi attirant. Au final Je conseille vraiment cette série sur les nains ou à aucun moment on s'ennuie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90

Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
PavlikPavlik   24 octobre 2015
-Grimpe dans la cheminée, ordonna le famulus en poussant sans ménagement le Nain dans la pièce. Il y a quelque chose qui bouche le conduit.
-Et pourquoi ne jetterais-tu pas un sort, grand famulus ? Es-tu l'un des meilleurs, oui ou non ?
-J'ai besoin de toi pour ce cas-là, refusa-t-il catégoriquement. Tu n'as aucune idée de ce qu'est la Magie, Nain. Allez, vas-y, mes élèves attendent d'y voir plus clair.
Tungdil entendait de temps à autre des toussotements et des raclements de gorge.
-Et le mot magique ?
-Hein ?
-Ne fais pas l'innocent, grand famulus. Tu connais toutes les formules, y compris celles de politesse.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
PavlikPavlik   08 novembre 2015
-Il faut qu'on te trouve un autre nom, grommela-t-il tout seul. Bolofar, c'est comme si je disais Lissemiff, Podeflan, ou Ploufmanchon. C'est bête, ça ne veut rien dire, et ce n'est surement pas un nom de Nain honorable. On trouvera bien quelque chose en chemin. (Il regarda vers Tungdil.) Y-a-t-il des choses que tu sais mieux faire que d'autres ?
-Lire...
-Lire ? Dans les livres ? s'étonna Boendal sur un ton amusé. Ah ça, on l'avait déjà remarqué tout à l'heure, monsieur l'érudit. Mais tu avoueras qu'il y a quand même mieux comme noms honorables que Feuilleteur ou Papivore.
-Le savoir c'est important !
-Ah oui, contre les Orcs, cela aide drôlement, comme on l'a vu, continua-t-il de le taquiner. Un verset bien choisi et ils étaient à ta merci.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
PavlikPavlik   30 octobre 2015
Il était difficile de croire que leurs beuglements, leurs grognements et leurs hurlements constituaient en fait un système permettant de tenir de véritables conversations. Les érudits étaient parvenus, grâce aux révélations d'Orcs prisonniers, à percer les secrets d'une langue qui recelait des quantités énormes de menaces et d'injures.
Commenter  J’apprécie          160
PavlikPavlik   18 octobre 2015
Les moqueries, blessantes ou affectueuses, n'avaient plus de prise sur lui. Elles faisaient sans doute partie de son destin, celui d'être le seul Nain à vivre parmi les Humains. Au Pays Sûr, les membres de son peuple étaient aussi rares que les pièces d'or sur le bord d'un chemin, et la réputation des derniers Nains ambulants, qui faisaient profession de forgerons ou d'outilleurs itinérants, n'était pas des meilleures. Ceux-ci passaient pour des originaux, extrêmement renfermés, pour qui seuls comptaient les pièces de monnaie et les bons prix;
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PavlikPavlik   17 octobre 2015
Les apparences sont faites pour être ignorées, car même dans la plus petite et la plus étrange des créatures peut battre le plus grand des cœurs. Quiconque ferme les yeux par présomption ne verra point ce suprême Bien. Ni en lui, ni en autrui.
Commenter  J’apprécie          171

autres livres classés : nainsVoir plus
Notre sélection Imaginaire Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La fantasy pour les nuls

Tolkien, le seigneur des ....

anneaux
agneaux
mouches

9 questions
2083 lecteurs ont répondu
Thèmes : fantasy , sfff , heroic fantasyCréer un quiz sur ce livre