AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782264007919
10-18 (01/10/1986)
4.08/5   13 notes
Résumé :
Le grand roman noir et rouge de la France de l'Occupation, celui aussi de la révolte aveugle, de la rébellion et de l'horreur. Un voyou parisien, devenu résistant malgré lui à la suite d'un crime passionnel, mène sa guerre personnelle face à l'autorité, aux polices française et allemande, à la milice et aux troupes nazies. Feuilletons, romans d'aventure, BD endiablées, sérials comico-héroïques, chroniques tragiques d'une époque, petite histoire des Français, Les sal... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
Pecosa
  31 mars 2020
Le tour de la France occupée ou les tribulations d'un demi-sel , voici Les salauds ont la vie dure! un des meilleurs romans du prolifique et inégal André Héléna.
Maurice est un sympathique voleur, qui vivote, comme il vivotait avant guerre dans le Paris occupé. Trompé par sa régulière, qui couche avec Meister, un type louche qui officie rue Lauriston, Maurice a un coup de sang. Il abat en plein jour l'infidèle, l'amant, et l'un de ses acolytes. Le « crime passionnel » devient au vu du pedigree des deux victimes masculines, un acte de Résistance. Pourchassé par la Gestapo et par la police française, Maurice, aidé par son copain Jimmy met les voiles en Province, sème les cadavres allemands et miliciens sur sa route, à Lyon, à Perpignan…Se sortant toujours des griffes de ses poursuivants à coup de balles dans le buffet, Maurice devient porte-flingue pour un réseau lyonnais structuré par les Américains et emballe les pépées dans toutes les villes traversées.
Ni résistant, ni collabo, le mauvais garçon a quand même le coup de feu patriotique.
Je me demande pour quelle raison ce roman n'a jamais été adapté sur grand écran, contrairement aux innombrables Auguste LeBreton ou José Giovanni. . Ici, la prose de Héléna les vaut bien, la verve, les bons mots, ne font pas défaut: « Pas des caïds, par exemple, pas de bandes connues, comme à Paris, à Marseille ou à Bordeaux, mais des hommes solides, qui connaissaient parfaitement bien l'art et la manière de se servir d'un pétard, des mecs qui n'ayant jamais travaillé en France n'avaient pas l'intention, oh! mais pas du tout, d'aller gratter en Allemagne »
Publié en 1949, Les Salauds ont la vie dure! est le récit de l'Occupation vécue par les petits truands, les pousse-mégots, les débrouillards, dans les bistrots, les troquets (les personnages passent leur temps à boire), les garnis, les hôtels minables: « Avec ça, ça sentait le tissu mouillé, la mauvaise graisse et le bouillon maigre, sans parler des multiples ersatz de tabac. C'était ça, l'odeur de l'occupation, avec le parfum sur le drap d'uniforme. » Les femmes quant à elles sont des traitresses en puissance, ou de girondes pleurnichardes.
Ce sympathique road-movie nihiliste se poursuit avec Le Festival des Maccabées. « Il désigna le bistrot d'un signe de tête et entra le premier, parce que, n'est-ce-pas, c'est toujours comme ça que ça se finit, en France. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          598
cocottejura
  02 octobre 2016
Un GTA à la mode de l'Occupation écrit dans le style San Antonio!
Sur fond de France des années 1940, entre Gestapo, Milice et veulerie ordinaire, les aventures de Maurice, truand ordinaire devenu tueur par déception amoureuse sont truculentes. Reconverti dans la Résistance, il devient " l'Ange exterminateur" pour le compte de son réseau. Etonnant, énorme, inhabituel et truculent! Un bon moment de lecture!
Commenter  J’apprécie          120
collectifpolar
  03 mai 2021
Les aventures d'un voyou parisien, devenu résistant à la suite d'un crime passionnel, aux prises avec les polices française et allemande, la milice et les troupes nazies durant l'Occupation. Ce roman a pour suite le festival des macchabées.
Ce premier roman d'un diptyque ( le second tome s'intitule "Le festival des macchabées ")est très accrocheur, une fois dedans, on a du mal à le lâcher. La narration d'André Héléna sans fard, décrit toutes les couches de la société durant la période trouble de l'occupation, des résistants au collaborateurs en passant par les simples paumés. "Les salauds ont la vie dure "est un excellent roman, mêlant action, une pointe d'humour et une peinture des moeurs sans complaisance.
Lien : https://collectifpolar.com/
Commenter  J’apprécie          40
zutzutetrezut
  07 août 2021
A Paris, Lyon, Perpignan, en décembre 1943, pour notre protagoniste et narrateur, rien absolument plus rien n'est sous contrôle. La logique des événements à décanillé, le sens vient après mais, en attendant, qu'est ce qu'il s'introspectione le Maurice et avec une mauvaise foi, c'est pas croyable !
Commenter  J’apprécie          00


critiques presse (1)
Actualitte   03 septembre 2018
C'est une aventure picaresque, philosophique, amoureuse. Quel talent! Cela fonctionne du début à la fin. Il y a bien sûr les poncifs du genre. Les femmes sont des "souris" qui ne sont pas fiables. Les truands ont parfois du cœur. Mais cela ne gêne pas, cela doit être. On rit souvent. On a peur.
Lire la critique sur le site : Actualitte
Citations et extraits (20) Voir plus Ajouter une citation
PecosaPecosa   01 avril 2020
Il y avait certainement de tout, dans cette boite chic, toutes les sortes de gens qu'on trouve aux frontières, sitôt qu'un pays est en guerre. Des trafiquants, des maquereaux, des contrebandiers, des espions, des marchands d'or et des marchands de drogue, des pauvres bougres traqués et des flics de toutes les couleurs. Sans parler, bien entendu, d'une forte proportion de terroristes dans mon genre.
Et tout ça vivait, grouillait et grignotait les morceaux de l'Europe en train de crever.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
PecosaPecosa   30 mars 2020
- Voilà un mec, une fille lui fait un turbin, ça y est, il descend tout le monde. Il aurait déquillé Pétain, s'il s'était trouvé là.
- Ce n'est pas ce qu'il aurait fait de plus mal, grommela Jimmy.
- Ta gueule, répondit le flic. Et tout ça pour une paire de fesses, continua-t-il. Comme si tous les derrières ne se ressemblaient pas.
Commenter  J’apprécie          200
PecosaPecosa   31 mars 2020
C'est possible, répondis-je, mais moi, je connais les filles qu'il fréquente, son frangin, précisément. J'ai vu des photos. Elle n'a pas besoin d'avoir peur. Il a dû les choisir au Musée de l'Homme, dans la salle des anthropoïdes, ses poules. Il a des goûts de l'homme primitif.
Commenter  J’apprécie          190
PecosaPecosa   31 mars 2020
Si tous les cornards tuaient leur femme, l'amant et le petit copain, pour faire le poids y'aurait pas assez de place à la Morgue.
Commenter  J’apprécie          184
rkhettaouirkhettaoui   05 mars 2016
Ça commençait par ma chérie et ça continuait comme ça tout du long, pendant deux pages grand format. Le type semblait drôlement mordu. Il lui rappelait comment ils avaient fait l’amour, la dernière fois, et le plaisir qu’il y avait pris et la reconnaissance qu’il lui en gardait. Quel cave ! Ce n’est pas comme ça qu’il faut parler aux femmes, c’est le meilleur moyen d’être cocu.
Commenter  J’apprécie          20

Video de André Héléna (2) Voir plusAjouter une vidéo

André Héléna : Rencontre dans la nuit
Dans le parc de Bagatelle, Olivier BARROT présente le livre de André Héléna "Rencontre dans la nuit" paru aux éditions Poche/Florent MASSOT. Après avoir brossé un rapide portrait de ce forçat de la plume (200 polars), Olivier BARROT situe l'action du livre dans le Paris Pigalle qui met en scène des pickpockets.
autres livres classés : collaboVoir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

La littérature belge

Quel roman Nicolas Ancion n'a-t-il pas écrit?

Les ours n'ont pas de problèmes de parking
Nous sommes tous des playmobiles
Les Ménapiens dévalent la pente
Quatrième étage

15 questions
60 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature belgeCréer un quiz sur ce livre