AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2081648202
Éditeur : Flammarion (14/02/2001)

Note moyenne : 3.39/5 (sur 98 notes)
Résumé :
Louison n'a que dix ans quand Molière la choisit pour jouer dans sa dernière pièce. Fille de comédiens, Louison va enfin pouvoir réaliser son plus beau rêve, être actrice. Et pas n'importe où ! A la Comédie Française, devant la cour du Roi Soleil, Louis XIV...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (20) Voir plus Ajouter une critique
lecteur6
  31 janvier 2010
Louison n'a que dix ans quand Molière la choisit pour jouer dans sa dernière pièce.Louison va enfin pouvoir réaliser son plus beau rêve,être actrice.Et pas n'importe où ! A la Comédie Française,devant la cour du Roi Soleil, Louis XIV...
Commenter  J’apprécie          220
yuukikoala
  29 avril 2014
J'aime beaucoup le théâtre, et même si je n'ai lu que deux pièces de Molière, je voulais savoir ce que donnerais son livre. J'avoue l'avoir lu parce que j'ai une amie s'appelant Louison, mais bon... Ce livre était assez simple à lire et tout fluide. Louison est une jeune fille très intelligente qui souhaite faire du théâtre près de Monsieur Molière (que j'ai trouvé adorable, du début à la fin), qui à une mère horrible qui ne pense qu'à son théâtre et même pas à sa fille ce que j'ai pas aimé du tout, un père sympa quand même et une gouvernante qui remplace complètement sa mère. J'ai trouvé le style donc assez fluide, mais tout particulier, c'était assez bizarre, on aurait dit une biographie (ce que c'est un peu) et à la fois quelqu'un qui raconte, ça m'a fait un effet étrange, et ce n'était pas si dérangeant. Les pages se tournaient vite, l'évolution des personnages étaient prévisibles mais intéressante, et la fin trop rapide (mais vu que y avait plus Molière fallait bien clore le sujet) En soit, un bon livre qui nous en apprend un peu. J'ai même été surprise d'apprendre un truc sur le théâtre et la religion (que je savais déjà, mais j'avais oublié) et qui m'a trop choqué mais bon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
6eBcazeneuve
  04 janvier 2016
L'histoire se déroule au 17ème siècle à Paris et à Lyon. Ce roman est historique. il parle d'amitié, de relation parents-enfant et bien sûr de théâtre.
C'est l'histoire de Louison, une jeune enfant qui rêve de faire du théâtre comme ses parents qui travaillent avec M. Molière. Louison n'est pas aimé par ses parents. Elle se dispute souvent avec eux. Mais Frosine sa gouvernante est toujours là pour l'aider. Pour pouvoir jouer au théâtre, Louison doit apprendre à lire et à écrire. Un jour, Molière lui apprend qu'elle va faire un spectacle devant le roi...
Ce livre est plutôt simple. Je le recommande à ceux qui aiment bien lire.
Alexandre
Ce livre se passe au XVIIe en France. Son genre romanesque est plutôt réaliste et son thème est le théâtre. C'est l'histoire de Louison et de sa famille. Ils habitent à Lyon mais ont dû déménager à cause du travail de ses parents. Louison a une gouvernante qui va l'aider à réaliser son rêve de devenir actrice. Un jour, monsieur Molière (le directeur de la troupe de théâtre de ses parents) vient lui parler de son fils...
Ce livre n'est pas compliqué à lire. Je ne l'ai pas aimé car je n'aime pas le théâtre. Ce livre est un peu triste à la fin. Je le recommande à ceux qui aiment le théâtre.
Capucine
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
CCendrillon
  16 mai 2019
Dernière lecture de mon fils étudiée cette année, en classe de 6ème.
Il a aimé... et moi aussi !
Dans ce roman jeunesse, il est donné un aperçu du quotidien des acteurs sous le règne de Louis XIV et de leur considération vis à vis de l'Eglise. On explore aussi les dernières années douloureuses de Molière (santé, finance, mélancolie suite à la perte de sa muse Madeleine, désintérêt du Roi qui préfère Lully maintenant)... On suit Louison, fille de comédiens qui rêve d'être actrice. Ce personnage est attachant, courageux et déterminé. Elle nous emmène !
Également, on se cultive entre champs lexical du théâtre et informations historiques (origine de la Comédie Française, vie à la cour...).
Petite remarque très personnelle qui m'a bien amusée, je retiens dans ce texte la citation d'un extrait d'un poème de Louise Labbé (1524-1566) ^Je vis, je meurs, je me brûle et me noie...^ En effet, pour moi ces mots appartenaient à quelqu'un d'autre... Souvenez-vous des paroles de ^chanson bleue^, excellent titre de Stephan Eicher !... Et bien en fait, on doit ces mots à Louise Labbé...
Après cet égarement, dont je m'excuse... juste à vous dire, que grâce à ce petit roman et à son excellente professeur de français, mon fils a découvert le théâtre... avec passion...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          32
cdijeanjaures
  05 décembre 2014
C'est l'histoire d'une petite fille de dix ans qui habite à Lyon. Mais un jour, ses parents décident de déménager à Paris .Son rêve est de devenir une actrice comme sa mère qui n'est pas très sympathique avec elle. Mais un beau jour M. Molière décide d'engager Louison dans sa troupe.
Ce livre était passionnant car cette petite fille Louison rêve d'être une actrice et un jour le chef de troupe de ses parents décide de prendre Louison comme sa fille dans sa nouvelle pièce (le faux malade). Mais Louison n'en croit pas ses yeux. C'est une histoire magique car Louison a réussi à réaliser ses rêves.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
CCendrillonCCendrillon   15 mai 2019
Je vis, je meurs, je me brûle et me noie...
Commenter  J’apprécie          40
NanoNano   20 juillet 2012
A mon tour.
J'entre. J'oublie les regards de la foule de spectateurs. Je suis seule avec M. Molière. Et je dis très fort pour que l'on m'entende jusqu'au fond de la salle :
- Qu'est-ce que vous voulez, mon papa ? Ma belle-maman m'a dit que vous me demandez.
M. Molière :
- Oui. Venez ça, avancez là. Tournez-vous, levez les yeux, regardez-moi. Eh !
J'avance. Je me tourne. J'approche. Je lève les yeux. Je regarde M. Molière et je dis :
- Quoi, mon papa ?
M. Molière :
- Là.
- Quoi ?
Je dis ce « quoi » si fort, que toute l'assistance éclate de rire. M. Molière me fait signe de laisser les gens rire.
M. Molière :
- N'avez-vous rien à me dire ? N'avez-vous rien vu aujourd'hui ?[...]
- Non, mon papa. […]
M. Molière :
- Voici qui vous apprendra à mentir.
Il va pour prendre un fouet. Mon cœur bat. Je me calme et respire. Bientôt, il faudra que je bascule. M. Molière fait semblant de me frapper. Je me protège du fouet et je crie :
- Ah ! Mon papa, vous m'avez blessée. Attendez : je suis morte !
Et à ce moment, je tombe à la renverse, les bras en croix, les yeux fermés, le corps immobile, comme j'avais fait dans le salon chez nous. Les spectateurs ne savent pas s'ils doivent rire ou s'inquiéter. Est-ce qu'il a blessé cette petite fille ?
M. Molière :
- Holà ! Qu'est-ce là ? Louison, Louison. Ah, mon dieu ! Louison. Ah ! Ma fille ! Ah ! Malheureux, ma pauvre fille est morte. Qu'ai-je fait, misérable ! Ah ! Ma pauvre fille, ma pauvre petite Louison !
Il se frappe le front à plusieurs reprises et se lève de son fauteuil, oubliant sa maladie imaginaire. Plein d'inquiétude, il s'abaisse près de moi m'embrassant et me caressant les cheveux. Brusquement, je me relève. La salle rit.
- Là, là, mon papa, ne pleurez point tant, je ne suis pas morte tout à fait.
Tout d'un coup, j'hésite. Est-ce que j'ai bien joué mon rôle de morte qui se réveille ? Ça va. Je me maîtrise complètement.
Je sais qui je suis et à qui je parle. M. Molière est le malade imaginaire. Et moi, je suis sa fille, la petite sœur d'Angélique qui doit surveiller si elle embrasse son ami ou non.
- Voyez-vous la petite rusée ? Oh çà, çà, je vous pardonne pour cette fois-ci, pourvu que vous me disiez bien tout.
-Ho ! oui, mon papa.
- Prenez-y bien garde au moins, car voilà un petit doigt qui sait tout, qui me dira si vous mentez.
Et il soulève son doigt et le fait bouger près de moi.
- Mais, mon papa, ne dites pas à ma sœur que je vous l’ai dit.
M. Molière :
- Non, non.
- C’est, mon papa, qu’il est venu un homme dans la chambre de ma sœur comme j’y étais.
-Qu’est-ce qu’il lui disait ?
- Il lui disait je ne sais combien de choses.
- Et quoi encore ?
- Il lui disait tout ci, tout çà, qu’il l’aimait bien, et qu’elle était la plus belle du monde.[...]
M. Molière met son petit doigt dans l'oreille.
- [...] Oh, oh ; voilà mon petit doigt qui me dit quelque chose que vous avez vu, et que vous ne m’avez pas dit.
Je baisse la tête et fait une moue attristée. Les spectateurs éclatent de rire.
- Ah ! mon papa. Votre petit doigt est un menteur.
- Prenez garde, dit-il d'une façon menaçante.
- Non, mon papa, ne le croyez pas, il ment, je vous assure.
- Oh bien, bien, nous verrons cela. Allez-vous-en, et prenez bien garde à tout, allez...
Et il me chasse avec une tapette.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
cdijda81cdijda81   18 décembre 2014
Il s'occupera beaucoup des médecins et de leur argent,pas beaucoup des malades et de leur maladie.
Commenter  J’apprécie          80
ExplorateursdesLettresExplorateursdesLettres   24 avril 2017
-Quand tu seras grande,tu vas devenir une de ces actrices
indispensables.
Commenter  J’apprécie          60
mandrake17mandrake17   13 janvier 2018
- Je vous le dis franchement: c'est une sale gosse.
- Il faut quand même du talent pour imiter un singe, répond M. Molière.
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Louison et Monsieur Molière

Comment s'apelle la maman de louison.

louise
margaux
jeanne
julie
riri

6 questions
103 lecteurs ont répondu
Thème : Louison et monsieur Molière de Marie-Christine HelgersonCréer un quiz sur ce livre
.. ..